Metro News Paris n°2253 12 jui 2012
Metro News Paris n°2253 12 jui 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2253 de 12 jui 2012

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : SAS Publications Métro France

  • Format : (235 x 301) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 6,9 Mo

  • Dans ce numéro : Cyber-attaques sur l'Élysée

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
jeudi 12 juillet 2012 12 CULTURE www.metrofrance.com 3 Cinéma Sandrine Bonnaire a la cote. L’actrice et réalisatrice présidera le jury de la 38 e édition du Festival du cinéma américain de Deauville, qui se tiendra du 31 août au 9 septembre. Tristan Garcia, 31 ans, vient de publier son troisième roman. NIcoLAS RIchoffER/mETRo VILLARD/NIVIERE/SIPA Box-Office Bon démarrage pour Mains armées. Le nouveau film de Pierre Jolivet, avec Roschdy Zem et Leïla Bekhti arrive en tête des premières séances parisiennes avec un total de 1000 spectateurs, contre 919 pour Les Kaïra et 789 fidèles de Steven Soderbergh pour Piégée. jennifer lesieur Avec l’amour et la guerre, le sport est le thème littéraire le plus fort qui soit. Si les deux premiers ont inspiré les plus grands, on ne peut pas dire que le troisième fasse ployer les étagères des librairies. Après quelques années d’entraînement, Tristan Garcia s’échauffe, s’élance sur la piste oubliée, saute et finit premier, bras levés. Après avoir traité des années sida dans La Meilleure Part des hommes, de la psyché d’un singe dans Mémoires de la jungle, soutenu une thèse de philo et publié un essai métaphysique, le jeune homme signe En l’absence de classement final (Gallimard). Un étonnant recueil de nouvelles, tout entier tourné vers le sport. Ou plutôt, vers un sportif donné, splendide ou pathétique, comique ou mélancolique. Gagné par les états d’âme « Au début, confie-t-il, j’avais un projet un peu oulipien, écrire une nouvelle par discipline, mais c’était sur le web Une distinction pour Slash. L’ex-guitariste des Guns N’Roses a reçu mardi son étoile sur le Walk of Fame d’Hollywood, accompagné de Charlie Sheen. les photos sur metrofrance.com/slash livres Réflexions olympiques décalé. Avec En l’absence de classement final, l’écrivain Tristan Garcia livre un regard original sur le sport. saison. Un recueil de nouvelles à savourer entre deux étapes du Tour et avant les Jeux olympiques. pharaonique. J’aime ce paradoxe : le sport, c’est intuitif, tout le monde sait ce que c’est, et pourtant ça reste impossible à définir. Alors, il reste à raconter des histoires ! » La tradition britannique regorge de livres sur le foot (Nick Hornby, John King), tandis que les Américains excellent sur la boxe (Jack London, Norman Mailer). « En France, on a une tradition en tennis et, plus local, en rugby. Je ne voulais pas faire une littérature nostalgique sur le sport, comme Echenoz avec Courir, ou sur l’idéal antique à la Montherlant ou Blondin. » Chez Garcia, les états d’âme l’emportent. On rit des malheurs d’un cycliste manipulé par son manager, on est troublé par ces coureurs qui s’interrogent sur leur pays d’origine. Que ce soit une jeune gymnaste roumaine, une volleyeuse cubaine, un pongiste chinois ou un pilote finlandais, la folie arrive au moment où l’esprit se sépare du corps. « Il y a une petite tendance doloriste, oui, admet l’auteur en riant. Le livre est traversé par ce doute : j’essaie de savoir à quoi sert l’effort, ce qui le rend nécessaire. Je suis également fasciné par les moments où l’on voit un sportif dépassé par un geste décisif, et qu’il sait qu’il ne pourra jamais le répéter. Je crois que chercher un sens au sport est voué à l’échec. » Le décrire aussi bien mérite en revanche une médaille.§ En l’absence de classement final, de Tristan Garcia, éditions Gallimard, 206 p., 17,90 €.
jeudi 12 juillet 2012 www.metrofrance.com France Gall prépare un spectacle sur Michel Berger Musique France Gall sort de son silence. La chanteuse française, qui s’est faite très discrète depuis la parution de son dernier album en 1996, a accordé une longue interview au magazine Gala. L’interprète de « Babacar » a notamment évoqué ses projets, elle qui déclare passer trois mois par an en Afrique pour se ressourcer. « J’ai commencé à préparer avec mon équipe un spectacle musical avec les chansons que Michel et moi avons créées, révèle France Gall. J’ai mis du temps à trouver l’idée. Il y a un tel travail d’écriture que ce projet ne verra pas le jour avant 2014. » Vingt ans après la disparition de Michel Berger et quinze ans après le décès de leur fille Pauline, la chanteuse s’avoue particulièrement épanouie. « J’ai de la chance parce que je ne suis pas à terre, c’est même une chance folle. J’ai réussi à me sortir du passé, pas de manière france Gall, en 1993. ASLA/SIPA radicale. Michel et Pauline feront toujours partie de ma vie. J’ai tendance à penser, puisque je me sens heureuse, que j’ai pris le bon chemin pour en arriver là. J’ai vécu des choses difficiles à traverser mais cela vous amène ailleurs et c’est beau aussi. » §B. T., AveC AfP Coup de cœur BD Tout là haut ! bande dessinée. Le jury du Lyon BD Festival ne s’est pas trompé en attribuant à Nicolas Debon le grand prix Imaginove 2012. Son nouvel album, L’Invention du vide, mérite les éloges tant la chair scénaristique et graphique qu’il a créé prend aux tripes pour une lecture qui ne laisse pas indemne. Rendant à la fois hommage à la montagne et à ces alpinistes fous du XIX e siècle, Nicolas Debon s’inspire des écrits d’Albert Frederick Mummery pour nous livrer une partition vibrante. Durant les années 1880, des hommes sans peur et au courage vertigineux vont gravir ces montagnes inaccessibles au risque de leur vie. Les couleurs directes de Nicolas Debon subliment cette montagne fascinante et meurtrière, cet album nous rappelle combien certains hommes sont là pour écrire et marquer l’histoire de leurs CULTURE 13 PAR jeAn-PhiliPPe lefèvRe, animateur actes. Une BD à lire et à garder pour relire et donner à lire, une BD qui ne donne pas du vide mais qui remplit le cœur d’ondes positives ! § Retrouvez l’émission « Un monde de bulles » tous les vendredis, à 23 heures, sur Public Sénat.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :