Metro News Paris n°2251 10 jui 2012
Metro News Paris n°2251 10 jui 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2251 de 10 jui 2012

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : SAS Publications Métro France

  • Format : (235 x 301) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 3,4 Mo

  • Dans ce numéro : Deschamps va faire sa loi

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
mardi 10 juillet 2012 12 CULTURE www.metrofrance.com 3 Cinéma comédie. Star du stand-up outre-Manche, Russell Brand est à l’affiche de Rock forever. suprise. Son génie comique lui permet de piquer la vedette à Tom Cruise. jennifer lesieur russell Brand n’a peut-être pas le rôle principal de Rock Forever, mais il en est la vedette. En fait, partout où il va, le show est assuré. Un reste de ses débuts dans le stand-up ? Le voici qui arrive en interview, escorté de sa mère, Barbara. « Vous avez intérêt à être gentil avec moi, sinon elle vous tuera », prévient-il. Animateur, comédien, provocateur, familier de tous les excès, hyper-actif diagnostiqué bipolaire, Russell Brand, 37 ans, est plus rock star que n’importe quel personnage de Rock Forever. Dommage qu’il ne chante pas dans un groupe, lui qui improvise à Justice Petit souci pour christian clavier. L’acteur est assigné en justice par un chantier naval de La Ciotat qui lui réclame plus de 40 000 euros d’impayés pour les réparations de son bateau. Russell Brand, show devant TOP toute vitesse cette définition du rock : « Un sentiment anti-establishment impliquant une révolution véhiculée à travers des battements furieux et des mélodies pour contester un système gouvernemental prépondérant. » Tiens, que ferait-il, lui, s’il était au gouvernement ? Il crie presque : « Si j’étais Premier ministre, il y aurait des changements massifs, croyez-moi ! Je dissoudrais le gouvernement et je serais président à vie, aucun commerce ne serait autorisé à faire plus de 10% de bénéfices par an, tout le reste irait dans les caisses de l’Etat, on nationalise toutes les industries. Ça ressemble au communisme ? Tant mieux, je porte déjà la barbe. » Il faut un certain génie comique pour rester drôle en racontant n’importe quoi... Gagné par la spiritualité Mais il suffit d’une question innocente sur Katy Perry, dont il a divorcé après un an de mariage, cathy et david guetta. Le couple débarque directement à la première place des ventes d’albums avec sa traditionnelle compilation électro dance FMIF ! Ibiza Mix, selon le classement hebdomadaire d’iTunes en France. pour que le ton change. Soudain sérieux, mais très gentiment, il élude le sujet. Les frasques, l’addiction au sexe et aux drogues, prometil, c’est du passé. « La méditation transcendantale m’a transformé, assure-t-il. La spiritualité est pour moi un vaste territoire psychologique, tout ce qu’on cherche, c’est l’illumination de la vérité. » Brand consacre désormais son énergie à des œuvres de charité, mais il en garde un peu pour des flOPuma thurman. C’est une belle déception pour l’actrice américaine, qui devait figurer à l’affiche du prochain long métrage d’Oliver Stone, Savages. Las, le réalisateur a coupé toutes ses scènes au montage, arguant qu’il avait besoin de raccourcir son film. A 37 ans et pas mal de frasques, russell Brand a déjà publié son autobiographie en deux volets. AP/SiPA projets littéraires, lui qui a publié son autobiographie en deux tomes au Royaume-Uni, My Booky Wook, devenus des best-sellers. Il s’enflamme à nouveau : « Un livre, ça fait quand même 100 000 mots, c’est épuisant ! J’étais tout maigre arrivé au mot « fin ». Je me sens capable d’écrire un roman maintenant. Un truc avec une structure, des personnages, des incidents, des catastrophes, des révélations, des épilogues. C’est tout à fait moi. » § on aime Un bon trip en musique Une petite provinciale qui rêve de devenir chanteuse débarque sur le Sunset Strip, rencontre un gentil rockeur, croise une star ingérable, se fourvoie, retrouve son chemin... Rock Forever, d’Adam Shankman, assume parfaitement son côté kitsch de comédie musicale dans le Los Angeles des années 80. La BO ravira les nostalgiques et plusieurs acteurs se révèlent excellents dans des rôles comiques, Tom Cruise en tête, suivi d’Alec Baldwin, de Paul Giamatti et de l’inénarrable Russell Brand.
mardi 10 juillet 2012 www.metrofrance.com Ernest Borgnine, la mort d’un géant d’Hollywood Disparition Si ceux qui ont vu Les Douze Salopards ou La Horde sauvage gardent en mémoire son visage, ils sont moins nombreux à retenir son nom. Ernest Borgnine était pourtant une légende d’Hollywood. Oscarisé en 1955 pour son rôle dans le film Marty, l’acteur est décédé dimanche à l’âge de 95 ans, a annoncé son agent. Né en 1917 à Hamden dans le Connecticut dans une famille d’immigrés italiens, Ernest Borgnine avait commencé sa carrière cinématographique en 1953 avec le rôle du sergent Fatso Judson dans le film Tant qu’il y aura des hommes. Les tournages s’enchaînent, puis vient la consécration en 1955 quand il reçoit un oscar pour son rôle dans Marty. Ce film, dans lequel il campe un boucher timide et amoureux, est récompensé par les oscars du meilleur film, meilleur réalisateur et ernest Borgnine. Peter Brooker/rex Fea/rex/SIPa meilleur scénario. Ernest Borgnine affiche une filmographie colossale avec près de 140 apparitions, dont certaines sont devenues des classiques (Les Vikings en 1958, Les Douze Salopards en 1967, La Horde sauvage en 1969, L’Aventure du Poséidon en 1972) et de nombreux téléfilms et séries de télévision, notamment Supercopter qu’il porta de 1984 à 1986. §thomas guien, AVEC AFP À écouter Santigold, c’est de l’or pop. On attendait avec excitation le retour de Santigold, quatre ans après un premier essai explosif, rempli de tubes efficaces. Et la miss ne déçoit pas pour son deuxième opus, Master of my Make-Believe(Warner), boîte à malice toujours plus jubilatoire. Entre l’irrésistible « Disparate youth », le tribal « Big mouth » et l’entêtant « The keepers », tout le monde y trouvera son compte. pacoVolume, rencontre du troisième type rock. Après un parcours peu banal (barman en Nouvelle-Zélande, caviste à Bordeaux), PacoVolume sort un premier album remarqué en 2009. Le chanteur publie CULTURE 13 aujourd’hui son deuxième album, Massive Passive (Discograph), et affirme son style, entre pop psychédélique et rock noisy. Celui qui va jusqu’à reprendre l’hymne de la Ligue des champions délivre des mélodies planantes et musclées, à l’image de « Galaxy of stars » ou de l’épique « The bald and the underpaid ». Benjamin paulin cale sur le chemin de la pop chanSon. Ancien rappeur du groupe Puzzle, Benjamin Paulin a entamé sa reconversion en 2010 avec L’Homme moderne, premier album de pop désinvolte. Deux (AZ), son successeur, prend le pari de marier textes doux-amers, voix de crooner et arrangements rétros. Sauf que tout le monde ne s’improvise pas chanteur de variété élégante. Reste quelques titres qui sauvent la mise, comme le pimpant « Tout m’est égal ». §B.t. on aDoRe on aime on hÉsite on DÉteste



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :