Metro News Paris n°2249 6 jui 2012
Metro News Paris n°2249 6 jui 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2249 de 6 jui 2012

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : SAS Publications Métro France

  • Format : (235 x 301) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 4,4 Mo

  • Dans ce numéro : Francophonie : God save la langue française !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
vendredi 6 juillet 2012 14 CULTURE www.metrofrance.com 3 judith korber Maya peut être fière. Studio 100, qui travaille sur la série 3D de la petite abeille, ressemble à une véritable ruche. Dans cette boîte de production parisienne, une centaine de personnes s’activent tous azimuts. Après dixhuit mois de travail, c’est la dernière ligne droite : le dessin animé sort à la rentrée sur TF1. Des parents nostalgiques Née en 1912 sous la plume de l’écrivain allemand Waldermar Bonsels, Maya a déjà été l’héroïne d’une série d’animation en 1975. Diffusée pendant de nombreuses années, celle-ci a marqué les quarantenaires et les trentenaires d’aujourd’hui. « Bien sûr, nous comptons sur un effet nostalgie, explique Jan Van Rijsselberge, directeur artistique de Studio 100. Mais c’est aussi un vrai défi. Il faut être à la hauteur des attentes des parents et des enfants. Niveau qualité, nous avons donc mis la barre aussi haut que pour un long métrage. » Pour y arriver, le chemin a été long. une prairie poétique Crayon à la main, un designer a fait subir à l’insecte un sérieux lifting. « Maya est libre, généreuse, Box-office The Amazing Spider-Man au sommet. La nouvelle version des aventures de l’homme araignée a réalisé le meilleur démarrage de la semaine avec 251 226 entrées mercredi en France. toP spontanée, bourrée d’énergie. Ce sont ces traits de caractère qui devaient ressortir », raconte Daniel Duda, le réalisateur de la série. Un travail identique a été mené sur son vieux pote Willi et sur leurs nouveaux copains, comme Lara la coccinelle ou Shelby l’escargot. Sans parler de la pléthore de figurants, il faut du monde pour faire une ruche. Le décor a également fait l’objet d’une attention particulière. L’histoire se déroule dans une prairie alpine et la production a mis un point d’honneur à ce que toutes les plantes et les fleurs soient botaniquement exactes. « L’ambition est de faire réaliste et poétique en même temps », dixit Daniel Duda. C’est réussi. La mousse qui déborde des alvéoles, les valérianes qui se balancent au vent... la végétation est digne d’un Miyazaki. 120 personnages 3D De leur côté, les scénaristes ont imaginé de nouvelles histoires. « Pour s’adapter aux enfants d’aujourd’hui, nous avons adopté un rythme de récit plus dynamique que dans la version originale », précise Jan Van Rijsselberge. Chaque épisode de onze minutes a d’abord été détaillé en storyboard. Dans le même temps, les couleurs ont été finalisées. Objectif : coller au réel et donner l’ambiance du dessin animé. Miel, ocre... toute la palette des jaunes y est passée. A ce stade, il Charlotte rampling. L’actrice anglaise va recevoir un prix spécial pour l’ensemble de sa carrière lors de l’ouverture du Festival international du film de Locarno, le 1 er août. Le festival du cinéma d’auteur se tient en Suisse jusqu’au 11 août. a été temps de passer à la 3D. « Par rapport à la 2D, cela permet une image Maya version 2012. Studio 100 AnimAtion tommy lee. Pas cool le rockeur. Sur la page Facebook de son groupe, Mötley Crüe, le batteur demande à ses fans de ne plus le prendre en photo : « Je comprends que certains soient excités de me voir. Mais se demandent-ils si c’est le bon moment de me déranger ? » Série animée Maya va faire le buzzzzz télé. trente-sept ans après un premier dessin animé, Maya l’abeille revient à la rentrée dans une nouvelle série 3d. coulisses. depuis dix-huit mois, le Studio 100 planche sur cette réalisation. FLoP plus riche, qui rend le monde plus réel », estime le réalisateur. Première étape titanesque : la modélisation de plus de 400 végétaux, de 550 accessoires et de 120 personnages. Stockés dans une banque de données, ils sont réutilisables à souhait. Les insectes, intégrés dans les décors lors de l’étape layout, sont filmés avec des caméras fictives. Un peu comme pour des prises de vues réelles, les différents plans sont ensuite montés. Délocalisation en inDe Place, après, à l’animation. Mais à raison de 25 images par seconde, l’équipe française avait bien besoin d’un coup de main. Une partie de la production a donc été délocalisée à Bombay, où une trentaine d’animateurs planchent sur le projet. Enfin, les différents plans sont assemblés lors du compositing. Les dernières retouches sont effectuées, notamment sur la lumière. Au final, la jolie Maya, qui évolue dans un univers très frais, a pris un sacré coup de jeune. De quoi rendre aussi accros les parents.§



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :