Metro News Paris n°2246 3 jui 2012
Metro News Paris n°2246 3 jui 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2246 de 3 jui 2012

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : SAS Publications Métro France

  • Format : (235 x 301) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 3,2 Mo

  • Dans ce numéro : La famille, une valeur refuge

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
mardi 3 juillet 2012 12 CULTURE www.metrofrance.com 3 musique pop. Trio originaire de New York, Fun. cartonne depuis plusieurs mois avec le tube planétaire « We are young ». interview. Un morceau très efficace issu du deuxième album de la formation, le décoiffant Some Nights. boris tampigny tout le monde a droit à une seconde chance. Même les groupes les plus doués ont connu des débuts balbutiants. C’est le cas des New-Yorkais de Fun., qui ont loupé le coche avec leur premier album, paru en 2009 dans l’anonymat. Rien à voir avec l’engouement incroyable autour de son successeur, lancé en fanfare Recrue Joli coup pour Louis Delort. Le finaliste malchanceux de « The Voice » rejoint la troupe de la comédie musicale 1789, Les Amants de la Bastille. Le chanteur interprétera le rôle de Ronan, un jeune révolutionnaire qui monte à Paris au printemps de l’année 1789. Pour le meilleur et pour le Fun. Dr « On se préparait à faire un copier-coller du premier disque. Mais on s’est rattrapé à temps pour prendre une autre direction. » nate, le chanteur de Fun. 3 C’est le nombre de concerts que Justin Bieber vient d’annoncer en France pour 2013. A Bercy le 19 mars, à Lyon le 25 mars et au Zénith de Strasbourg le 8 avril. par le tube « We are young ». « Au début, on se préparait à faire un copier-coller du premier disque, confie le chanteur Nate, mais on s’est rattrapé à temps pour prendre une autre direction. On a beaucoup réfléchi et beaucoup mûri. A l’époque, on aimait bien le côté rétro, alors que là, on s’est beaucoup inspiré des chansons du moment. » Bien aidé par une participation à la série Glee, « We are young » s’est classé en tête des classements de vente dans de nombreux pays, comme les Etats-Unis, le Canada, l’Irlande et le Royaume-Uni. Un coup de projecteur que les trois garçons n’avaient pas senti venir : « On ne pense jamais en termes de singles ou de tubes potentiels, assure Andrew, le batteur. On réfléchit d’abord à l’homogénéité de l’album. C’est notre entourage qui a réalisé que le refrain était très attrayant. » Des tubes à la pelle Le reste du disque, intitulé Some Nights, dévoile un univers grandiloquent, combinaison entre la voix haut perchée de Mika et les envolées lyriques de Queen. Surtout, l’album est sublimé par la production ambitieuse de l’Américain Jeff sur le web Son nouveau titre « Biopic », son album Don’t Panik, le romantisme du rap... Le rappeur Médine a répondu aux questions des internautes. retrouvez le ch@t sur metrofrance.com/medine De gauche à droite : andrew, nate et Jack. WarNer mUsic Bhasker, connu pour ses collaborations avec Beyoncé, Alicia Keys, Bruno Mars et Kanye West. « On trouve les derniers albums de Kanye West hallucinants, ceux de Drake aussi, s’enflamme Jack, le guitariste. Jeff n’avait jamais travaillé avec un groupe de rock par le passé, donc c’est une première pour nous deux. » Quelque peu échaudés par l’échec de leur première expérience discographique, les trois garçons ont voulu bâtir des chansons solides, destinées à toucher un public très large, à l’image de l’entêtante « Carry on », de la ballade « Why am I the one » ou de la gourmande « Stars », sorte de « Purple rain » des années 2010. « On a envie que notre musique défie le temps et traverse les générations », lâche le leader de la formation. Vous voilà prévenus.
mardi 3 juillet 2012 www.metrofrance.com Wolinski encanaille la BNF Exposition Ça l’amuse assez, Wolinski, de se retrouver dans les couloirs feutrés de la Bibliothèque nationale. Après tout, comme il le rappelle, « ce même site François-Mitterrand a consacré en 2007 une exposition à l’Enfer, ces ouvrages autrefois défendus car contraires aux bonnes mœurs, alors... » Des bonnes mœurs, on en trouvera peu sous les vitrines qui honorent aujourd’hui l’un des plus grands dessinateurs de presse français. Le goût des femmes A la place, du cru, du mordant, de la perspicacité en diable. Wolinski a tout osé pendant ce demi-siècle de création : on rit beaucoup, on s’épate souvent de son culot, on rougit parfois un peu. Que certains dessins des débuts semblent de mauvais goût donne aussi une information sur l’époque qui les a vues naître... Avant d’être un pilier de Hara-Kiri, Georges Wolinski, né en 1934 à Tunis, remplissait des cahiers de dessins en cherchant son style : le trait était sûr, restait à trouver le thème. Il tenait son journal intime, qu’il publierait sous le titre explicite Le Bécoteur : journal intime d’un lycéen qui ne pensait qu’à ça. La voilà, l’obsession directrice : les femmes seront la grande affaire de sa vie. Le couple et ses évolutions fourniront ses dessins les plus osés. L’autre obsession, c’est bien sûr la politique, source d’inspiration inépuisable pour celui qui épingla tous les présidents et ministres, depuis de Gaulle jusqu’à aujourd’hui. Les couvertures de Hara-Kiri des années 60, dont certaines interdites, ses travaux pour Paris Match, Charlie Hebdo, Le Journal du dimanche résument l’histoire de Cette Encre s’imprimera dans vos souvenirs roman La couverture, la couleur, le titre attirent l’œil. La main se tend d’elle-même pour le feuilleter : c’est le premier sortilège que jette Encre, de Fernando Trias De Bes (Actes Sud). Un petit volume mauve contenant une histoire croisée de désir et de deuil, autour d’un livre impossible à fabriquer qui répondrait à la question essentielle de l’existence... Encre est un objet curieux et envoûtant, arrivé discrètement en pleine pause littéraire pré-estivale. Tout commence en 1900 à Mayence, patrie de Gutenberg, en Allemagne. Un libraire trompé par sa femme et un mathématicien portant le deuil de son enfant vont unir leur douleur pour la conjurer. Leur moyen ? Les livres. Chaque roman porte une phrase clé, les phrases assemblées doivent donner la raison de leur infortune. Pour établir un tel texte, ils fernando Trias de Bes. aLvaro Bujons demandent à un imprimeur de créer une encre qui s’effacerait aussitôt le texte lu... Ce n’est pas le moindre des mystères que contient ce récit admirable, écrit par un professeur d’économie espagnol. Rien ne lui semble étranger : les acteurs de la chaîne du livre au début du siècle, les retournements de situation toujours crédibles ou la simple attente amoureuse. Une pépite mauve qui rappelle Stefan Zweig et Alberto Manguel, singulière et intemporelle.§J.l. la V e République avec un regard de sociologue prêt à rire de tout. Wolinski, qui vient d’entrer dans le Petit Robert illustré, prouve qu’il a plus que jamais sa place à la BNF : le dépôt de son fonds d’atelier, soit À écouter Metric, c’est fantastique pop. C’est le secret le mieux gardé de la pop actuelle. Metric est un groupe canadien inconnu du grand public, avec déjà dix ans de carrière. Après l’excellent Fantasies, son cinquième album, Synthetica (Pias) creuse le sillon d’une électro-pop bondissante, à écouter pour repartir du bon pied. Mention spéciale au single « Youth without youth », à l’haletant « Breathing underwater » et au rutilant « Speed the collapse ». Gaz Coombes met le turbo roCk. Gaz Coombes va bien, merci. Deux ans après la dissolution de son groupe Supergrass, le chanteur britannique publie Here comes CULTURE 13 Années 1980. WoLInskI plus de 10 000 dessins, peut côtoyer sans gêne les œuvres de Sade ou de Bataille. §JEnnifEr lEsiEur « Wolinski, 50 ans de dessins », jusqu’au 2 septembre à la Bibliothèque nationale de France, Paris XIIIe. Entrée libre. the bombs (Hot fruit records), un premier album en solo à son image : foutraque et déjanté. De la lancinante ouverture « Bombs » au titre de clôture, « Sleeping giant » , le trentenaire prend un malin plaisir à brouiller les pistes. Et retrouve même l’énergie des débuts de sa formation avec l’électrique « Simulator ». The Cribs connaissent la chanson roCk. Cousins so british des Strokes, The Cribs réalisent un parcours très honorable depuis la création du groupe, au début des années 2000. Après un album avec Johnny Marr, le guitariste des Smiths, les quatre musiciens remettent le couvert avec In the Belly of the Brazen Bull (Pias), leur cinquième album. Au final, rien de révolutionnaire mais de sympathiques saillies électriques pour remuer la tête joyeusement. On ADOrE On AiME On HÉsiTE On DÉTEsTE



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :