Metro News Paris n°2245 2 jui 2012
Metro News Paris n°2245 2 jui 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2245 de 2 jui 2012

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : SAS Publications Métro France

  • Format : (235 x 301) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 3,7 Mo

  • Dans ce numéro : UMP : la guerre des trois

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
lundi 2 juillet 2012 20 SPORTS www.metrofrance.com Football euro 2012 Sur une autre planète triplé. Après l’Euro 2008 et la Coupe du monde 2010, l’Espagne a remporté hier soir l’Euro 2012. Un enchaînement jamais réalisé jusqu’ici. superiorité. Silva, Alba, Torres et Mata ont mis les Italiens KO. La victoire de la Roja est indiscutable. 4 espagne 4 0 italie emmanuel bousquet, envoyé spécial à kiev est fier. Ce n’est pas que l’Italien le soit l’Espagnol moins, mais hier, en finale de l’Euro, les hommes de Vicente Del Bosque l’étaient plus. Leur titre de champion d’Europe était en jeu. Tout comme la réputation de leur football, si décrié tout au long du tournoi. Mais sur la pelouse du stade olympique de Kiev, il y avait encore autre chose. Un exploit – historique – que ce triomphe face à l’Italie scelle : victorieuse haut la main, la Roja est tout simplement devenue la meilleure équipe de tous les temps en remportant trois compétitions internationales d’affilée. Après l’Euro en 2008, le Mondial en 2010 et ce dernier sacre, elle a réussi ce qu’aucun collectif – pas même l’Allemagne de Franz Beckenbauer dans les années 1970 – n’était arrivé à réaliser avant elle. Il ne fallait pas croire Sergio Ramos quand il disait se contenter d’avoir « déjà marqué l’histoire » en se qualifiant pour la finale. Football Chelsea fait le ménage. L’attaquant Salomon Kalou et le défenseur Jose Bosingwa, en fin de contrat, ont été libérés par les Blues. Ils peuvent donc s’engager dans un nouveau club. en inscrivant le deuxième but de l’espagne juste avant la pause, Jordi alba (à gauche) a douché les derniers espoirs italiens. gETTy « Le départ de Balotelli n’est pas prévu et il en est de même pour Dzeko. Tevez va rester aussi, à moins qu’il ne désire clairement changer d’équipe. » roberto mancini, le coach de Manchester city, sur skysports. Dix minutes à peine viennent de s’écouler quand les olé résonnent déjà. Les Ibériques maîtrisent leur sujet et jouent « à-toi-à-moi » devant des Italiens accrocheurs. Après cette démonstration de passes redoublées, David Silva fait taire les sifflets qui rythment désormais les rencontres de l’Espagne. Iniesta lance Fabregas, d’une passe ajustée au millimètre. Le Barcelonais parvient à centrer et trouve la tête du milieu de terrain de Manchester City, qui loge le ballon hors de portée de Buffon (1-0, 14 e). La machine est lancée. L’Espagne est au sommet Rien ne l’enraye. Au bout d’un raid de 60 mètres, Jordi Alba reçoit le ballon sur un plateau, un caviar signé Xavi. Le futur joueur du Barça en profite pour tromper Buffon (41 e, 2-0). Les visages italiens se ferment. Réduits à dix à partir de l’heure de jeu, après la blessure de Thiago Motta, les Transalpins ont compris que ce titre, qui les fuit Afplloris futur gunner ? Le gardien de l’équipe de France et de Lyon suscite l’intêret des grands clubs et affole le mercato depuis quelques jours. Dernière rumeur en date, Arsenal est sur les rangs. plus d’infos sur metrofrance.com/lloris depuis 1968, s’est à nouveau éloigné. Surtout quand Balotelli patauge ou lorsque Casillas refroidit les ardeurs de Cassano (28 e, 32 e) ou de Di Natale (51 e). Un troisième but signé Torres (84 e), seul attaquant pur entré en jeu hier, marque définitivement le territoire des Espagnols. Il est même passeur sur le dernier but de Mata (88 e). La Roja est au sommet et compte bien y rester en 2014, lorsqu’elle remettra son titre en jeu lors de la Coupe du monde au Brésil.§
lundi 2 juillet 2012 www.metrofrance.com Football Equipe de France « C’est regrettable. Il était soutenu par la majorité des internationaux français. » « C’est un grand gâchis ! » « C’est dommage. La sélection, c’est du long terme, là, il n’y était que depuis deux ans. » Que ce soit Michel Hidalgo (sélectionneur des champions d’Europe 1984), Bixente Lizarazu (champion du monde 1998) ou René Girard (coach de Montpellier, champion de France 2012), ils sont unanimes. Le départ précipité de Laurent Blanc a déçu. Seul Louis Nicollin, le président de Montpellier, qui conserve des griefs envers le désormais ex-sélectionneur des Bleus depuis son départ de l’Hérault (en 1991), détonne : « Rien à foutre. Je ne suis pas ému », a-t-il avoué sur RTL. Après deux années passées à reconstruire la maison bleue et seulement une compétition majeure disputée, le Président part sur un bon bilan construit sur 27 matches (16 victoires, 7 nuls, 4 défaites), dont 23 matches d’affilée sans défaite (avant le 2-0 contre la Suède), et l’objectif atteint d’un quart de finale de l’Euro. Le Cévenol a donc préféré rendre les armes plutôt que de supporter les conditions imposées par Noël Le Graët et la Fédération française de football : 2 ans de contrat au lieu des 4 réclamés, un staff réduit de 22 à 15 personnes, etc. Deschamps, Le Guen ou Boghossian Pour le remplacer, Didier Deschamps, dont le départ de l’OM est inéluctable, tiendrait largement la corde. Il se murmure qu’Elie Baup, sans club depuis 2009, serait l’homme idoine pour lui succéder à Marseille... Mais la FFF se heurte à un os. La clause de Deschamps, l’excapitaine des Bleus champion du monde 1998 et d’Europe 2000, lié à l’OM jusqu’en 2014, est de SPORTS 21 laurent Blanc parti, c’est Didier Deschamps (à droite) qui est le grand favori pour reprendre les rênes de l’équipe de France. afp L’après-Blanc a commencé afp Michel Platini, président de l’UEFA et ancien sélectionneur de l’équipe de France. « Didier Deschamps pourrait être un bon sélectionneur, comme d’autres. Mais à la fin, mieux vaut avoir de bons joueurs. » 3,5 millions d’euros. Soit 2 millions de plus que celle qu’avait Blanc à Bordeaux en 2010. Pour cette raison, Le Graët pourrait se tourner vers Paul Le Guen – un Breton, comme lui – actuellement sélectionneur d’Oman et qui n’a plus prouvé grand-chose depuis longtemps. Les pistes Boghossian, Mombaerts ou Smerecki, en postes à la Fédération, sont aussi évoquées. Le nom du nouveau sélectionneur pourrait être dévoilé demain, à l’occasion du prochain comité exécutif de la FFF. Ensuite, les Bleus pourront préparer leur prochain match au Havre contre l’Uruguay, le 15 août, avant d’attaquer les choses sérieuses le 7 septembre en Finlande pour les éliminatoires de la Coupe du Monde 2014. §laurent Falla



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :