Metro News Paris n°2245 2 jui 2012
Metro News Paris n°2245 2 jui 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2245 de 2 jui 2012

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : SAS Publications Métro France

  • Format : (235 x 301) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 3,7 Mo

  • Dans ce numéro : UMP : la guerre des trois

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
lundi 2 juillet 2012 16 CULTURE www.metrofrance.com 3 Musique Jessie J accusée de plagiat. Le groupe américain Loomis & Lust estime que « Domino », le dernier tube de la chanteuse anglaise, ressemble à l’une de ses chansons. Il lui réclame 15 000 dollars de dommages et intérêts. spectacle Nathalia, la révoltée nathalia a été recrutée via un concours sur youtube. greg SOUSSAN « Je suis ravie de vous annoncer que Simon et moi attendons notre premier enfant. Nous sommes comblés et très excités. » adeLe, La chanteuse, en couple avec Simon Konecki, a annoncé samedi sa grossesse sur son site Internet. Musique. Le clip d’« On veut le monde », le troisième single de 1789, Les Amants de la Bastille, est dévoilé aujourd’hui sur le Net. rencontre. L’occasion de découvrir Nathalia, son interprète. Une inconnue de 22 ans qui a été sélectionnée grâce à un casting organisé sur YouTube. Boris tampigny La révolution est en marche. Il faudra patienter jusqu’au 10 octobre pour découvrir 1789, Les Amants de la Bastille sur la scène du Palais des Sports de Paris, mais ses chansons squattent déjà les ondes depuis plusieurs mois. Après « Ça ira mon amour » et « Pour la peine », le duo Dove Attia-Albert Cohen a choisi « On veut le monde » comme troisième single. Un titre enlevé qui montre une autre facette du spectacle par le biais de la chanteuse Nathalia. Laquelle incarne Solène, une demoiselle aux mœurs légères, et sœur de Lazare (Mathieu Carnot), le héros embastillé de la pièce. « Mon personnage est une femme forte, qui ne fait rien par dépit, explique la jeune femme. C’est une révoltée dont le tempérament me correspond parfaitement. Moi aussi je tape souvent du pied, j’ai vraiment été élevée comme une femme indépendante. » La preuve en images avec le clip tourné il y a quelques jours à Versailles, et dévoilé aujourd’hui à midi sur le site www.1789-leforum.com. Une troupe d’amis Inconnue de 22 ans, Nathalia a été repérée grâce au grand casting organisé via YouTube et ouvert au vote des internautes. « J’ai posté une reprise de Doc Gynéco un matin au réveil et je ne croyais vraiment pas AP/SiPA « Dans 1789, je joue Solène, une femme forte qui ne fait rien par dépit. » nathaLia, chanteuse. sur le web La voiture qui explose toujours de manière dramatique, le maquillage qui ne coule pas même sous l’eau... retour sur 20 trucs qui n’arrivent que dans les films. notre diaporaMa metrofrance.com/poncifs être sélectionnée, surtout que je n’ai jamais vu de comédie musicale, raconte l’intéressée. Ce qui m’a plu, c’est la perspective de l’aventure humaine et d’une ambiance familiale. » Sous la houlette du metteur en scène Giuliano Peparini, les comédiens se sont en effet bien acclimatés à la vie en communauté. « Dans la troupe, je me sens comme à la maison, se réjouit Nathalia. On apprend les uns des autres. On s’échange nos bonnes trouvailles ciné ou musique. On ne vient pas du même univers, mais on apprend de nos différences. » Des révolutions arabes au mouvement des Indignés, la jeune femme souligne à quel point la comédie musicale fait écho à l’actualité. « Dove et Albert ont su capter l’air du temps. Même si l’idée de vouloir aller au bout de ses rêves, de changer le monde a toujours existé. Le spectacle parle avant tout d’un idéal, dont on a tous besoin. Que que ce soit en 1789 ou en 2012. » 1789, Les Amants de la Bastille, du 10 octobre au 2 décembre, au Palais des Sports de Paris, XVe. De 25 à 87 euros. A partir du 9 février en tournée dans toute la France.
N. R./MeTRo lundi 2 juillet 2012 www.metrofrance.com Le rap entre dans la danse Evénement La Gaîté Lyrique se met au hip-hop. Temple de l’opérette au siècle dernier, la salle de spectacle parisienne a accueilli hier la première édition de la Battle Beat Dance Conference. Un événement artistique unique en France, lancé par Vicelow, ancien membre du Saïan Supa Crew, et présenté dans le cadre de la septième édition du festival Paris hip-hop. « Ce sont des battles d’un nouveau genre, qui mélangent danse et création musicale », nous explique le rappeur. Hier, 8 beatmakers (des compositeurs de hip-hop) se sont affrontés sur des compositions musicales, imposées et libres ; à leurs côtés, 8 danseurs de hip-hop ont dû improviser sur les morceaux qu’ils découvraient en même temps que le public. Pour le thème imposé, les organisateurs ont choisi l’univers des séries télé. Une épreuve ludique durant laquelle les artistes se sont amusés avec les génériques de leurs feuilletons préférés. But de toutes ces rencontres ? Soutenir et faire découvrir au VicElow, rappeur. « Ce sont des battles d’un nouveau genre, qui mélangent danse et création musicale. » Beatmakers et danseurs se sont affrontés hier sur la scène de la Gaîté lyrique. NicoLAs RichoffeR/MeTRo grand public des discplines trop peu médiatisées. Surtout pour les Beatmakers car, depuis quelques années, on assiste à un engouement autour de la danse. « On l’a vu notamment avec toutes les émissions qui ont fleuri à la télévision », se réjouit Vicelow. Ambiance bon enfant Au terme d’un combat artistique acharné, et devant un public chauffé à blanc, le danseur Bouboo, et les beatmakers Ouz’one et Tismé (le fils de Clémentine Célarié, pour l’anecdote), ont été couronnés. Le tout dans une ambiance bon enfant. « Les participants ont tous beaucoup de respect pour le travail fourni par chacun. La compétition est moins féroce que dans le rap », analyse Vicelow, grand passionné de danse, qui se mobilise depuis quelques années pour mettre en avant des artistes peu exposés. Il est notamment à l’origine de I Love this dance, All Star Game, dont la quatrième édition aura lieu le 7 octobre à La Cigale. « Dans cette compétition, vingt danseurs de styles différents s’affronteront sur la musique de leur choix puis sur celle de leur adversaire. Et ce sont les internautes qui votent. » On n’a pas fini de groover. §rania hoballah CULTURE 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :