Metro News Paris n°2245 2 jui 2012
Metro News Paris n°2245 2 jui 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2245 de 2 jui 2012

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : SAS Publications Métro France

  • Format : (235 x 301) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 3,7 Mo

  • Dans ce numéro : UMP : la guerre des trois

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
Ça buzz dr lundi 2 juillet 2012 12 débat www.metrofrance.com Mariage homo : pas de date, mais une promesse d’Ayrault. C’est une ouverture vers une vie meilleure pour ces couples, qui auront enfin les mêmes droits que nous. Bistouket politique pénale : à gauche toute justice. christiane taubira a le verbe haut et, en tant que garde des Sceaux, elle a bien l’intention de mettre son talent au service d’une énergie réformatrice. cela commence par un « détricotage » des réformes de l’ère Sarkozy : fin des tribunaux correctionnels pour mineurs et suppression des peines plancher (automatiques en cas de récidive). côté propositions, on trouve la multiplication par 2 des centres éducatifs fermés pour jeunes délinquants et le renforcement des personnels de la protection judiciaire de la jeunesse. pour les adultes, le refus du tout-carcéral, avec la modération de la construction de nouvelles places de prison. Force est de constater qu’il y a bien une politique pénale de droite, et une autre de gauche. christiane taubira veut que, jusqu’à 18 ans, le délinquant soit encore considéré comme un être en devenir. Ses prédécesseurs estimaient, au contraire, que la violence venait de personnes de plus en plus jeunes, qui devaient être considérées comme responsables. le code pénal suivra ces inflexions. les magistrats, qui n’appréciaient guère qu’on leur force la main avec des peines automatiques, aussi. la société s’en portera-t-elle mieux ? c’est en tout cas un parti pris qui mérite un peu de temps pour être évalué.§ ça TweeTe Tribune lauRe DeBReuil, chef de la rubrique judiciaire de tF1 Sécurité. Depuis hier, toutes les voitures doivent obligatoirement être équipées de deux éthylotests chimiques ou d’un électronique. @edjosse : « Ethylotest : si ça devient jaune fluo, c’est que vous avez soufflé dans votre gilet de sécurité. Et ça constitue un test positif à l’alcool. » Bayrou sort du silence pour dire qu’il y retourne. C’est le même principe que pour celui qui veut respecter une minute de silence : il est obligé de le dire, sinon on croit qu’il fait la gueule. DaviD nicolas richoffer/metro Face à Face Tom Cruise et Katie Holmes divorcent. Ce n’est pas une surprise, on voyait bien que Katie Holmes n’était pas heureuse. Cela va la libérer de se séparer du gourou de la scientologie. stéphanie Y a-t-il trop de films de superhéros ? conTexTe. après Avengers et avant le nouveau Batman, The Amazing Spider-Man sort mercredi. une nouvelle version des aventures de l’homme araignée, incarné par le jeune andrew garfield. oui mehDi omaïs blogueur ciné, lescinevores.com Ces films ont beau prendre des appellations diverses – remake, reboots, spin-offs –, ils servent d’abord à remplir la tirelire gourmande de Hollywood. A l’arrivée, des blockbusters uniformes : scénarios prévisibles, effets spéciaux tape-à-l’œil et 3D inutile... Pour l’instant, le public est au rendezvous, comme en atteste Avengers, troisième plus gros succès au box-office de tous les temps. Mais le genre a bien du mal à se renouveler, laissant le cinéphile pur et dur sur sa faim. Pour un Iron Man réussi, combien de Green Lantern, Ghost Rider et autre Punisher au rabais ? Efficace mais sans surprise, The Amazing Spider-Man n’inversera pas la tendance. La solution serait sans doute de raréfier ces productions. Mais surtout de les confier à des réalisateurs capables de transcender l’univers de nos sauveurs en collant. Christopher Nolan, et avant lui Tim Burton, ont bien fait de leur Batman des œuvres ultrapersonnelles. On a le droit de (super) rêver, non ? § Monde. Votée en 2004,, l’interdiction de produire et de vendre du foie gras est entrée en application hier en Californie. @jdbeauvallet : « La Californie interdit le foie gras, par respect des oies et des canards. Ne reste plus qu’à penser à y abolir la peine de mort. » RÉAGISSEZ sur notRe site www.metrofrance.com paRemail courriel@metrofrance.com Pascal Potier/visual non Télévision. La ministre de la Culture, Aurélie Filippetti, envisage d’étendre la redevance audiovisuelle aux écrans d’ordinateur. @Nico_LdT : « Je n’ai pas de télé. Je ne paye pas la redevance. Si on taxe mon ordi pour financer Plus belle la vie ou Nagui, ça va chier. » VoTre aViS Qui voyez-vous succéder à Laurent Blanc à la tête des Bleus ? 46% didier deschamps 30% Zinedine Zidane 13% Paul le guen 5% alain boghossian 4% raynald denoueix 3% erick mombaerts jean-philippe lefèvRe rÉPonDeZ à De nouVeaux SonDaGeS Sur metrofrance.com animateur de « un monde de bulles » sur Public sénat Quand on voit la qualité des derniers épisodes de Batman, on oublierait presque que l’homme chauvesouris est né... dans les années 1930 ! En fait, les studios hollywoodiens ne font qu’appliquer une vieille recette déjà éprouvée par les maisons d’édition américaines : le reboot. Les ventes s’essoufflent ? Pas de problème, on fait renaître le superhéros d’hier à la mode d’aujourd’hui sous l’égide d’une nouvelle équipe de créateurs, qu’ils soient dessinateurs ou cinéastes. Voilà pourquoi les Spider-Man, Thor, Iron Man, Hulk et consorts peuvent ressusciter sans cesse et paraître (presque) neufs aux yeux du public. Et puis ces films profitent des progrès monstrueux des effets spéciaux. Dans ce domaine, ce qui paraît impossible à traduire à l’image pendant des années le devient du jour au lendemain. Et la plupart du temps pour le meilleur. En revanche, lorsque le scénariste est mauvais, le film l’est aussi. Dans ce domaine, hélas, il n’existe pas de superpouvoirs ! § Culture. L’Unesco a inscrit samedi au Patrimoine mondial de l’humanité un bassin minier du nord de la France. @marcvasseur : « Super, le bassin minier est classé au patrimoine de l’Unesco… Les chômeurs seront contents… »
lundi 2 juillet 2012 www.metrofrance.com VOTRE JOB 2 Un big break en Australie Ça se tente ! Vous avez entre 18 et 30 ans ? Vous voulez découvrir les territoires du nord de l’Australie autrement ? Jusqu’au 6 juillet, vous pouvez remporter un Working Holiday Visa pour vous et une autre personne, ainsi qu’un job hors du commun. Pour participer, inscrivezvous sur le site www.outback-stories.fr. langues Le traducteur trouve toujours le mot juste Moderne. L’image du traducteur entouré de livres poussiéreux est largement dépassée. deMandé. Dans un monde globalisé, ce professionnel est indispensable aux entreprises et aux institutions publiques. BarBara Kiraly il existe quelques métiers où l’obtention d’un diplôme n’est pas vraiment nécessaire pour travailler. Le statut de traducteur en fait partie. « Le secteur n’est pas réglementé, explique Débora Farji- Haguet, présidente de la Société française des traducteurs, un syndical de la profession. Même s’il existe des écoles spécialisées, beaucoup de nos confrères arrivent à la traduction par des chemins de traverse. En ayant suivi une formation dans une école d’ingénieur ou de commerce. Ou après une première expérience dans un autre secteur. Mais tous ont acquis une très bonne maîtrise d’une ou de plusieurs langues étrangères. » La plupart des professionnels ont donc souvent des parcours atypiques. Car, pour mener à bien leurs missions, ils ont besoin de maîtriser un domaine d’expertise. « Seul un véritable spécialiste peut traduire un brevet de chimie, remarque Clothilde, traductrice indépendante. Le vocabulaire à savoir AFP en chiffres 47% sont diplômés bac + 5. 23% sont diplômés bac + 4. 62% ont exercé un autre métier avant de devenir traducteurs. 42% travaillent en deux langues différentes. 83% se déclarent traducteurs experts. 34% ont un chiffre d’affaires compris entre 5 000 et 35 000 €. Source : SFT - 2010 10 postes d’auditeur, ingénieur réseau et sécurité et consultant en gestion des risques sont à pourvoir à Lyon au sein du cabinet Lexsi. Envoyez votre candidature sur recrutement-regions@lexsi.com Le professionnel traduit toujours vers sa langue maternelle. Il facture au feuillet (2 000 mots). Pour plus d’efficacité, mieux vaut se spécialiser (marketing, tourisme, finance, etc.). Le traducteur ne travaille jamais à l’oral : il n’est pas interprète. employé est bien trop spécifique pour être maîtrisé par tous. » Les jeunes diplômés, plutôt généralistes, ont donc intérêt à se spécialiser rapidement. La plupart entament leur carrière en travaillant pour une agence en tant qu’autoentrepreneurs. Cela leur permet de savoir ce qu’ils aiment faire. Et d’avoir une première expérience à faire valoir auprès de leurs futurs clients. « Nous recherchons des personnes capables de travailler dans l’urgence, indique Myriam Lagha, siPA 13 où s’inscrire après le bac Une journée spéciale est organisée le 6 juillet en direct du salon virtuel 3D de Studyrama. Les établissements présents répondront à vos questions par chat. accédez au salon sur studyrama.salon-virtuel-3d.com d’Idea Traduction. Les honoraires varient de 5 à 13 centimes le mot. Tout dépend de la rareté de la langue pratiquée. » A la pointe des technologies Evidemment, le traducteur doit faire preuve de curiosité et aimer le travail de recherche. Car il faut bien comprendre le sens des phrases utilisées par l’auteur. « Traduire, c’est savoir mettre en valeur le texte du client », résume Clothilde. S’il se retrouve bien souvent tout seul, ce professionnel s’entoure néanmoins d’outils extrêmement pratiques. A l’exemple des logiciels de traduction assistée par ordinateur (TAO). « Quand on travaille sur des thèmes récurrents, ces programmes permettent de créer des glossaires, révèle Clothilde. Cela nous aide à faire preuve de cohérence, et à gagner du temps. » Selon l’imaginaire collectif, seul le secteur de l’édition a besoin de traducteurs. Mais dans une économie mondialisée, tous les acteurs à communiquer dans plusieurs langues différentes. « De fait, le traducteur travaille aussi bien avec des entreprises qu’avec des acteurs institutionnels, comme les ministères », remarque Débora Farji- Haguet. Et comme les supports à traiter sont très variés (rapports officiels, sites Web, publicités, etc.), cet expert travaille avec les services communication, marketing ou même financier des entités.§



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :