Metro News Paris n°2240 25 jun 2012
Metro News Paris n°2240 25 jun 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2240 de 25 jun 2012

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : SAS Publications Métro France

  • Format : (235 x 301) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 5 Mo

  • Dans ce numéro : Égypte, changement de façade

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
lundi 25 juin 2012 16 CULTURE www.metrofrance.com 3 musique boris tampigny skip the Use connaît la chanson. Depuis deux ans, le groupe nordiste retourne le festival Solidays avec des prestations toujours plus ébouriffantes. Programmé samedi soir entre la rage d’Izia et la folie Shaka Ponk, le groupe est même parvenu à éclipser le match des Bleus contre l’Espagne. Les Lillois ont gardé un souvenir impérissable de leur premier passage à l’hippodrome de Longchamp en 2010. Devant une foule de 40 000 personnes déchaînées, les rockeurs avaient connu un baptême du feu hallucinant, People caleb Followill est un homme heureux. La compagne du leader des Kings of Leon vient de donner naissance à leur premier enfant, une petite fille prénommée Dixie. top Skip the Use, rockeurs nés Le chanteur de skip the Use, matt bastard (au centre), samedi soir à solidays. ToUre CheiCk/DireCTion SoLiDAriTé SiDA concert. Le groupe, emmené par le chanteur Matt Bastard, a fait sensation ce week-end au festival Solidays. parcours. Après le succès de l’album Can be late, la formation lilloise confirme qu’elle est l’une des plus excitantes du moment. alors que leur premier album était à peine sorti dans les bacs. « Nous n’avions jamais joué devant autant de monde, se souvient le bouillonnant chanteur, Matt Bastard, donc on n’oubliera jamais ce moment. » Une folle ascension Tout comme l’opportunité de jouer en première partie de Johnny au Stade de France, il y a dix jours : « C’est difficile de refuser une telle proposition, surtout qu’on avait vraiment envie de goûter à l’ambiance d’un stade », avoue le guitariste, Yan Stefani. Matt Bastard : « On aime bien quand le public n’est pas venu les stentors. Les jeunes chanteurs lyriques font de la résistance. Voyage en France, leur premier opus composé de reprises de classiques de la chanson française, a repris la première place du top albums à Yannick Noah et son Hommage, dédié à Bob Marley. « On aime bien quand le public n’est pas venu pour nous, quand il faut donner deux fois plus d’énergie. » matt bastard, leader de Skip the Use. pour nous, quand il faut donner deux fois plus d’énergie. Notre stratégie est bien en place : ne pas être trop brusque et laisser le public sur sa faim. » Pourtant, cette folle ascension, également marquée par une nomination aux dernières Victoires de la musique, n’a rien d’étonnant au vu de leur parcours. En effet, le groupe a d’abord écumé les bars et les petites salles pendant dix ans sous le nom de Carving, avec plusieurs albums autoproduits à la clé et des premières parties prestigieuses. Et FLop placebo. David Fox, le jeune Britannique qui apparaît sur la pochette (photo) du premier album de la bande de Brian Molko, menace d’attaquer le groupe en justice. Ce cliché lui aurait causé de nombreux préjudices pendant sa scolarité. puis, en 2008, c’est l’heure du changement d’identité. Ils décident d’adopter le nom de Skip the Use, pour « bousculer les conventions ». On connaît la suite. « On a commencé très tôt, mais aussi très bas, analyse Yan. On sait ce que c’est de jouer uniquement pour le plaisir, de galérer pour se faire connaître. Ça fait longtemps qu’on travaille dur avec ce groupe, c’est une vraie reconnaissance d’en être arrivé là. » Comme leurs potes de Skaka Ponk, les musiciens consacrent un temps fou à ce projet. « On n’a pas besoin d’avoir une respiration à côté ou de prendre de longues pauses, confirme Yan, on est toujours impatient de continuer l’aventure. » Après Solidays, les garçons se produiront dans une douzaine de festivals cet été, dont le Main Square, Musilac et les Déferlantes d’Argelès. D’autres occasions de briller.§
lundi 25 juin 2012 www.metrofrance.com Zoxea, le hip-hop dans la tête Initiative Un ado timide, un baraqué qui roule des épaules, un élégant aux chaussures cirées, un hirsute à lunettes de ski passent tour à tour devant le micro déclamer quelques paroles. Zoxea les écoute, tout sourire. Ils viennent de participer à un atelier d’écriture dans le cadre du festival Paris Hip- Hop, à la Maison des métallos, dans le XI e arrondissement. « D’écriture... sans papier ni stylo », précise Zoxea, l’un des membres fondateurs des Sages Poètes de la rue. Le défi était grand pour cette quinzaine de jeunes participants : leur prof d’un jour s’est basé sur la technique d’écriture de son dernier album, Tout dans la tête (Modulor), sorti le mois dernier. « Je m’ennuyais un peu dans le rap, expliquet-il, il fallait que je me lance un défi, et ç’a été d’écrire un album sans feuille ni stylo. Jay-Z et Notorious BIG faisaient comme ça... » Artiste résident au CentQuatre, il a composé mentalement, ouvrant les portes de son atelier tous les dimanches à ceux qui voudraient partager l’expérience : « C’était tout public, il y avait des jeunes comme des personnes âgées, et je leur disais allez-y, exprimez-vous, prenez le micro ! » Nos ados des Métallos ont relevé le défi. jean-jacques Kodjo, alias Zoxea, des sages poètes de la rue. DR Pendant trois heures, ils se sont laissé porter par les musiciens qui répétaient une mélodie en boucle, se sont concentrés avant de se lancer. Talents cachés Tous ne sont pas à l’aise devant les autres, mais peu à peu les voix prennent de l’assurance. Les textes sont bons, souvent spirituels. « Certains ont un talent en eux, affirme Zoxea, et ils ne le savent même pas... Il y en a qui ont des voix intéressantes, des idées, des styles. En faisant ce type CULTURE 17 Sur Scène Zoxea donnera ce soir un concert avec l’artiste brésilien Chico Correa et The Electronic Band, l’aboutissement d’une résidence organisée par Hip-Hop Citoyens et l’Alliance française de João Pessoa. En première partie, DJ Bronco donnera le ton avec un mix mêlant musiques brésiliennes et hip-hop. Zoxea promet « un gros bœuf un peu fusion, impulsif, en tout cas, pour tous les publics. » Ce soir à 20 heures, à la Maison des métallos, Paris XIe. Tarif : 14 euros. Plus d’infos : ww.paris-hiphop.com d’atelier, certains se découvrent, se lâchent. Ils connaissent mes valeurs et mon parcours, ils ne se laisseront donc pas aller à des propos racistes ou misogynes. Ça reste du rap à l’image des Sages Po’, un rap positif, tonique, suprenant. » §jennIfer lesIeur



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :