Metro News Paris n°2239 22 jun 2012
Metro News Paris n°2239 22 jun 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2239 de 22 jun 2012

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : SAS Publications Métro France

  • Format : (235 x 301) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 8,1 Mo

  • Dans ce numéro : Espagne-France : mission possible ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
vendredi 22 juin 2012 18 CULTURE www.metrofrance.com 3 interview Star. Le rappeur Youssoupha est le parrain du festival Paris Hip-Hop qui débute aujourd’hui. SuccèS. Une récompense pour un artiste dont le dernier album, Noir Désir, a cartonné sans le soutien des majors. ProPos recueillis Par Jérôme Vermelin & Pierre Bohm Vous êtes le parrain du festival Paris Hip-Hop. Est-ce un genre musical qui a encore besoin d’être défendu, soutenu ? Pour moi le hip-hop actuel a tendance à bousculer la culture pop, à la renverser, du moins à s’y mélanger. Mais j’ai l’impression que au niveau des institutions culturelles et des médias, il y a toujours des batailles à gagner. Le hip-hop reste une musique de niche. Même si j’ai eu une belle exposition médiatique Palmarès Jackpot pour Kristen Stewart. Avec 34,5 millions de dollars empochés entre mai 2011 et mai 2012, elle est devenue l’actrice américaine la mieux payée, selon le classement Forbes. « Le rap est une culture populaire » avec Noir Désir, j’ai l’impression qu’il faut tout le temps rappeler que je suis diplômé, que je parle bien français... Comme s’il me fallait sans cesse un alibi. Quel est le point commun entre les rappeurs de la jeune génération qui participent à Paris Hip-Hop ? Il y a encore 2 ou 3 ans, la créativité se perdait un peu, beaucoup cherchaient à se faire une place dans l’industrie. J’ai vu des gens qui rappaient devenir slammeurs par opportunité. Même chose avec les sons électro que certains incorporaient pour mieux passer à la radio. Aujourd’hui des gens comme Némir ou Vicelow font du rap pour le rap. Ils l’assument comme tel. Et ils ont raison parce que le rap n’a pas à se justifier, au contraire. C’est une culture populaire. Dans le cadre du festival vous allez jouer à la maison d’arrêt de Boisd’Arcy, dans les Yvelines... Lors de ma précédente tournée, 100 000 C’est, en dollars, la somme qu’Angelina Jolie a versée au Haut- Commissariat pour les réfugiés afin d’aider l’agence onusienne qui agit auprès des déplacés syriens. « J’ai l’impression qu’il faut tout le temps rappeler que je parle bien français » YoussouPhA, artiste. j’avais déjà joué en prison plusieurs dates à la suite. J’y prends du plaisir, mais les moments qui précèdent et qui suivent me donnent un peu le cafard. Les murs de la prison, c’est froid, c’est lourd, je ne souhaite à personne de s’y retrouver. La privation de liberté est une sanction que je ne conteste pas. Ce pourquoi je milite, c’est l’existence d’une vie culturelle en prison. Parce qu’elle éduque, parce qu’elle élève. Qu’il s’agisse de musique, de littérature ou d’expositions. Sorti en février dernier, votre album Noir Désir est Disque d’or. Est-ce un miracle en période de crise du disque ? Récompense Une consolation pour Leos Carax. Pour l’ensemble de sa carrière, le cinéaste va recevoir le Prado d’honneur au festival du film de Locarno, qui se tiendra en Suisse du 1 er au 11 août. Le réalisateur était rentré bredouille de Cannes avec Holy Motors. Un miracle, peut-être. Une chance énorme, c’est sûr. Aujourd’hui, personne n’a la formule pour faire exploser les ventes. D’ailleurs, j’ai réussi à devenir disque d’or en sortant mon album en indépendant, alors que je n’y étais jamais arrivé avec une major. C’est donc une très belle récompense pour moi et mon équipe car, en « indé », tout est quatre fois plus difficile. Quel conseil donneriez-vous à un ado qui rêve de devenir rappeur ? D’abord qu’il est plus facile de devenir chirurgien que rappeur à succès (sourire). Plus poétiquement, je dirais que le rap, c’est un travail ingrat. Le but, ce n’est pas la reconnaissance. Il faut donner beaucoup, sans rien attendre en retour. Sinon, on vire aigri. Noir Désir marche bien mais après certains disques, j’ai mangé des cailloux ! (Rires.) Pourtant, je le vivais bien parce que j’aimais ce que je partageais avec les gens.§ A 32 ans, le rappeur Youssoupha a réussi à se passer des majors. nicoLas ricHoffer/metro
vendredi 22 juin 2012 www.metrofrance.com Crédit photo Sanction Ai Weiwei reste privé de passeport. Le contrôle judiciaire qui oblige l’artiste dissident à demeurer dans Pékin depuis un an a été levé hier. Mais Ai Weiwei, qui milite pour l’instauration d’un Etat de droit, n’est toujours pas autorisé à sortir de Chine. Paris Hip-Hop, un festival aux idées larges Evénement Concerts, expos, conférences, battles de danse et jams de graffeurs... Bienvenue au festival Paris Hip-Hop, une manifestation multiforme dont la 7 e édition s’ouvre aujourd’hui. « Notre objectif ? S’im- 400 poser comme une quinzaine culturelle avec un grandC, explique Bruno Laforesterie, le fondateur du festival. Aujourd’hui la culture hiphop est considérée comme un mode de vie. Fédérer pendant quinze jours les amateurs, les professionnels, les passionnés et les novices, c’est ça le vrai défi. » Parrainée par le rappeur Youssoupha, l’édition vise les 100 000 spectateurs à travers une multitude d’événements organisés Musique Nouveau duo en vue pour Marc Lavoine. Le chanteur a enregistré un titre avec l’actrice Julie Gayet, qui figurera sur son album, Je descends du singe, attendu pour la rentrée. Les Roots, libres d’inventer leur légende Retour Les roots et la France, c’est une vieille histoire d’amour. En 1995, le groupe de Philadelphie bluffait les téléspectateurs de « Taratata » lors d’une prestation tonitruante aux côtés de leurs cousins marseillais d’IAM. « Du jour au lendemain, on s’est retrouvé à jouer au Zénith de Paris, le genre de salle qu’on a mis dix ans à remplir aux Etats-Unis », se rappelle le batteur, Amir Khalib Thompson, plus connu des fans sous le pseudonyme de Questlove. des musiciens sans pression Dix-sept ans plus tard, revoilà les Roots dans la capitale, invités du festival Paris Hip-Hop. Avec pas mal d’expérience en plus. Et un nouveau statut depuis qu’ils participent au talk show quotidien de l’animateur C’est le nombre d’artistes qui participent au 7 e festival Paris Hip-Hop. Le programme sur parishiphop.com Le groupe américain au grand complet. barCLay dans la capitale et dans toute l’Ile-de-France jusqu’au 4 juillet. Cours de beatmaking Ouverture des festivités aujourd’hui avec un cours d’écriture hip-hop donné par Zoxea à la Maison des métallos, une initiation au beatmaking à la Gaîté-Lyrique et le spectacle au Casino de Paris du collectif Serial Stepperz, spécialistes franciliens de la house dance. Autant d’expressions originales qui cassent les idées reçues sur un genre sousreprésenté dans les médias. « La question n’est pas obligatoirement la quantité mais plutôt la qualité, précise Bruno Laforesterie. Et de casser les stéréotypes pour s’adresser à un nouveau public. » §J.V. CULTURE 19 sur le web Comme chaque année, le Petit Robert agrandit son cercle d’amis. Jean Dujardin et Brad Pitt ont notamment été intégrés dans l’édition 2013 sortie hier en librairie. A lire sur metrofrance.com/dico Jimmy Fallon sur la chaîne NBC. « Dans le monde du hip-hop, 90% des artistes vivent avec la pression des maisons de disques. Il leur faut à tout prix un hit pour ne pas se faire virer et ça tue la créativité, observe Questlove. Nous, c’est différent. On gagne notre vie grâce à l’émission et on fait les disques qui nous plaisent, sans avoir le couteau sous la gorge. » Undun, leur dernier opus en date, témoigne d’une formation qui se renouvelle sans cesse, incorporant des éléments de jazz, de rock et même de musique classique. « Grâce à Jimmy Fallon, on joue chaque soir avec des artistes très différents. Il y a quelques jours, on a fait une impro avec Fiona Apple pour les 70 ans de McCartney. Et lorsque l’occasion se présente, on enregistre avec les invités dans notre loge, qu’on a a aménagée en studio. On a beaucoup de chance. » §J.V. Samedi au Zénith de paris, à 20 heures. tarif : 38 euros.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :