Metro News Paris n°2235 18 jun 2012
Metro News Paris n°2235 18 jun 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2235 de 18 jun 2012

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : SAS Publications Métro France

  • Format : (235 x 301) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 4,9 Mo

  • Dans ce numéro : Victoire absolue pour le PS

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
lundi 18 juin 2012 16 VOTRE JOB www.metrofrance.com Ils racontent… « Il faut franchir les étapes une à une » Quel a été votre parcours ? Je suis DJ depuis vingt ans. J’ai débuté quand la musique électro est arrivée en France. Mais je trouvais que beaucoup de soirées dans lesquelles je jouais étaient mal organisées. J’ai développé une autre facette de mes activités, en créant mes propres événements. Au début, c’était compliqué. Quand on organise une soirée, on se plante souvent la première fois. Mais j’ai continué, en étant très studieux et en repérant mes erreurs. Ça reste la meilleure école : faire les choses et comprendre pourquoi elles ne marchent pas. Au bout d’un moment, ça a fonctionné. Je suis devenu résident d’un grand club parisien, et mes soirées ont tourné à l’étranger. SébaStIen, 42 ans, est DJ, producteur et organisateur de soirées électro. Pourquoi suivre une formation sur de nouveaux logiciels ? Maîtriser les logiciels est indispensable, mais leur utilisation est souvent compliquée. J’avais envie d’être plus à l’aise sur scène et aussi de franchir une autre étape en écrivant mes propres morceaux et en sortant un maxi. Vu le marché actuel de la musique, un DJ doit sortir des disques. Plus il a de productions propres, plus il a de chance de jouer en live. Quels conseils donneriez-vous à ceux qui souhaitent se lancer dans le milieu de l’électro ? Le premier est d’être passionné et de ne pas hésiter à se lancer. Mais, il faut aussi savoir être patient et accepter de gravir les étapes une à une. §propos reCueIllIs parC. D. DR « C’est compliqué de gagner sa vie » Stéphane, 45 ans, est DJ. Il a décidé de prendre des cours chez Technopol. Pourquoi suivre une formation sur le logiciel Ableton ? Je me définis comme un DJ de salon. La musique électronique est ma passion et je compose depuis trois ans. Me former à un nouveau logiciel me permettra de vraiment progresser. Celui-ci est plus fluide, plus souple et plus intuitif que celui que j’utilisais avant. Mais il est également très pointu. Apprendre à s’en servir est fastidieux. J’avais besoin d’être aidé. C’est plus rapide et stimulant que de galérer chez moi, tout seul devant l’ordinateur ! Quel genre de musique composez-vous ? Je fais de la psytrance, une musique électronique rapide et planante aux inspirations orientales. Tout est compliqué dans ce genre. C’est souvent difficile de caler les boucles et de poser la bonne base. Puis il faut trouver des sonorités, l’ambiance du morceau et le feeling. Envisagez-vous une carrière dans la musique ? Absolument pas ! Je suis infographiste. Je compose par passion et je n’ai aucune envie d’en faire un business. De plus, en France, il n’y a pas beaucoup de sous dans le milieu de la psytrance. Ceux qui tentent de devenir professionnels rencontrent beaucoup de difficultés. La plupart se battent pour imprimer 300 CD et ne finissent par en vendre qu’une centaine. C’est assez décourageant. C’est vraiment très compliqué de gagner sa vie dans le milieu de la musique électronique. §propos reCueIllIs parC. D. LE RENDEZ-VOUS MEDIARH.COM Fondé en 1970 par son Président actuel, leader reconnu des services pluridisciplinaires aux petites entreprises, FIDUCIAL évolue principalement sur un marché désormais considéré par tous comme véritablement créateur de richesses et d’emplois : FIDUCIAL accompagne les TPE dans leur gestion quotidienne avec l’organisation et la puissance d’une firme internationale et la réactivité d’un réseau de proximité… Quel est le métier de Fiducial ? Véronique Albagnac : La philosophie de la firme et de son fondateur a toujours été de mettre à la disposition des petites entreprises, dans une relation de partenariat et de confiance, une gamme complète et évolutive de compétences, services et produits à valeur ajoutée, généralement réservée aux plus grandes, et adaptées à la taille et aux spécificités du métier de chacun. Présente aux USA depuis 1999, FIDUCIAL poursuit son développement sur le territoire américain, aussi bien par croissance organique que grâce à une stratégie active d’acquisitions. Quels profils recherchez-vous ? Afin d’étoffer l’équipe de direction US, nous recrutons actuellement, pour notre siège administratif situé à Columbia dans le Maryland, un Directeur Fiscal (H/F), un Directeur Comptable (H/F), un Responsable Juridique Corporate (H/F) et le Directeur du Réseau Comptable (H/F). Nous recherchons des profils bilingues et bi-culturels, ayant déjà vécu ou travaillé aux USA. Quelles carrières peuvent s’offrir à vos collaborateurs ? A ces professionnels enthousiastes à l’idée de contribuer à un projet d’entreprise ambitieux et qui relèveront avec nous les défis d’aujourd’hui, nous proposons bien évidemment de partager nos réussites de demain. Une gestion de carrière attractive et entièrement personnalisée leur permettra de faire évoluer leur parcours professionnel – tant en termes de responsabilités techniques que managériales – au fur et à mesure de la croissance du groupe et de ses filiales aux USA. Propos recueillis par Alexandre Lichan de MediaRH.com Fiducial en chiffres : Effectif : 12 650 collaborateurs• CA 2011 : 1,51 milliard $• 1200 implantations dans 78 pays Pour en savoir plus sur les postes à pourvoir chez Fiducial : http://www.mediarh.com DR
lundi 18 juin 2012 www.metrofrance.com VOTRE JOB 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :