Metro News Paris n°2234 15 jun 2012
Metro News Paris n°2234 15 jun 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2234 de 15 jun 2012

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : SAS Publications Métro France

  • Format : (235 x 301) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 6,8 Mo

  • Dans ce numéro : Johnny remonte sur le ring

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
vendredi 15 juin 2012 6 ACTU FRANCE www.metrofrance.com Les socialistes veulent rafler la mise Financement LÉGISLATIVES « On va pouvoir reconstituer nos réserves pour mieux financer nos futures campagnes. » RéGiS Juanico, trésorier du PS. Les gagnants et les perdants du premier tour Subventions Dimanche dernier, près de 20 millions d’électeurs (42,78% des inscrits, un record) se sont abstenus. Des voix et donc de l’argent en moins pour les partis politiques. Ceux-ci étaient pourtant déjà nombreux à vouloir se partager le gâteau du financement public : pour avoir accès au maximum d’aides de l’Etat, même les petites formations multiplient les candidatures. ce que le pRemieR touR a RappoRté aux paRtiS Nombre de voix obtenues au 1 er tour La dotation publique en euros (1 voix = 1,68 euro) FRont De GaucHe euRope écoloGieleS VeRtS pS le centRe pouR la FRanceump FRont national 1 793 192 3 012 563 1 793 192 3 012 563 7 618 326 12 798 788 458 098 769 605 7 037 268 11 822 610 3 528 663 5 928 154 Le compte est bon pour le PS. S’il remporte la majorité 2012 absolue dimanche, comme il peut l’espérer d’après les sondages, le parti n’aura pas simplement la mainmise sur l’Assemblée. Il va aussi considérablement renflouer ses caisses. Car les partis jouent une grande part de leur avenir financier aux législatives : c’est là que se détermine le montant de leurs dotations publiques des cinq prochaines années. Pour chaque voix enregistrée au premier tour, ils toucheront 1,68 euros par an, à condition d’avoir obtenu plus de 1% des suffrages dans au moins 50 circonscriptions. « Par rapport à 2007, on a gagné un million de voix au premier tour. Si on table sur une centaine de sièges supplémentaires, cela nous fera au total de 5 à 6 millions d’euros de plus que nos 23,5 millions annuels actuels », calcule le responsable des comptes du parti, Régis Juanico. Un trésorier « heureux ». « On ne va pas changer le train de vie du PS, précise-t-il aussitôt. Mais on va pouvoir reconstituer nos réserves pour mieux financer nos futures campagnes. » La droite encaisse le coup A l’inverse, le trésor de guerre de l’UMP va fondre. Le parti touchait environ 33 millions d’euros de subventions publiques, soit les deux tiers de ses recettes totales. Mais il a perdu 3,252 millions de voix au premier tour par rapport à 2007. Et alors qu’il détenait 315 députés, il devrait en compter entre 50 et 100 de moins, d’après les projections. Dur à encaisser. A côté des grands partis, certains ont néanmoins réussi à tirer leur épingle du jeu. C’est le cas de Debout la République, le parti de Nicolas Dupont-Aignan, qui pourra pour la première fois accéder aux subventions publiques : une centaine de ses candidats ont obtenu plus de 1% des voix au premier tour. L’ancien candidat à la présidentielle évalue le montant de L’élection est en revanche bénéfique pour le FN, qui pourrait l’emporter dans une poignée de circonscriptions. Avec 3,5 millions de voix au premier tour, il touchera 5,8 millions d’euros par an. De quoi oublier la déroute de 2007. « Non seulement notre subvention était tombée à 1,8 million d’euros, mais on s’était retrouvé avec une dette de 9 millions, se souvient son trésorier, Wallerand de Saint Just : beaucoup de nos candidats n’avaient pas atteint les la subvention à environ 300 000 euros par an. Rien pour le NPA Le Parti pirate, qui promeut notamment la liberté de téléchargement sur Internet, a quant à lui échoué. Seul un quart de ses 101 candidats ont dépassé les 1%. De leur côté, Lutte ouvrière et le NPA ne répondent plus aux conditions de financement. L’inclassable PhOTO : AfP Chère parité Les partis n’ayant pas respecté la parité se voient infliger une amende, déduite chaque année de leur subvention versée par l’Etat. Avec 4 millions en moins par an depuis 2007, l’UMP est la championne des pénalités. Et elle ne présentait encore que 25,7% de candidates cette année. « Bien sûr, c’est insuffisant. Mais est-ce qu’il aurait été juste, au prétexte que ce sont des hommes, de ne pas réinvestir des gens qui ont bien fait leur travail ? » justifie Anne-Sophie Souhaité, candidate UMP dans la 9 e circonscription de Paris. 5% nécessaires pour se faire rembourser leurs frais. » Vaches maigres pour le MoDem Europe Ecologie-Les Verts et le Front de gauche ont tous deux progressé en voix. Mais si la première formation peut espérer s’asseoir sur 13 à 20 sièges, la seconde n’en aurait plus que de 8 à 10, contre 19 actuellement. Le MoDem, quant à lui, va y laisser des plumes : ses 400 candidats réunis sous l’étiquette Centre pour la France n’ont obtenu que 458 098 voix, contre 1 981 107 pour l’UDF-MoDem en 2007. « Pau de chagrin » pour François Bayrou, qui ne pourra guère compter sur le second tour – chaque élu rapportera environ 42 000 euros par an – pour se refaire.§GilleS Daniel le parti de nicolas Dupont-aignan va pouvoir engranger des aides publiques. REVELLI-BEAUMONT/SIPA association Le Trèfle-Mhan (Mouvement hommes-animaux-nature) devrait en revanche pouvoir continuer à en bénéficier.§G.D



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :