Métro Montréal n°2022-01-21 vendredi
Métro Montréal n°2022-01-21 vendredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2022-01-21 de vendredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 19,0 Mo

  • Dans ce numéro : nouvel album irrésistible pour la star montante Les Louanges.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
6 Journal Métro Vendredi 21 janvier 2022 La vie à fond de train Sur son très attendu nouvel album Crash, Vincent Roberge, alias Les Louanges, chante les grandeurs et désillusions de sa vingtaine à fond de train dans son irrésistible et incomparable mélange de pop groovy, de jazz, de R8.13 et d'électro. Marie-Lise Rousseau mlrousseau@journalmetr « Je fais des entrevues et des photos depuis 9h, ça n'arrête jamais, mon affaire », lance Vincent Roberge mardi après-midi lorsque vient notre tour de lui parler. C'est vrai que ça n'arrête jamais, son affaire. On le constate en écoutant les chansons de Crash, qui posent un regard doux-amer sur les années agitées qu'il a connues après le succès fulgurant de son premier album, La nuit est une panthère, sorti en 2018. « Moi j'y vais à fond », répète-t-il sur la très jazzy et nerveuse Prologue, qui ouvre l'album. « Ça fait un bout que j'ai pu sommeil/Vivant au lever du soleil », entonne-t-il un peu plus tard sur Bolero. Le jeune artiste a vécu le début de sa vingtaine à vive allure, enchaînant les tournées et cumulant les récompenses - notamment trois Félix et une sélection sur la courte liste du prix Polaris. « Le 13 mars 2020, je faisais du bodysurfing sur 300 personnes à Paris », illustre-t-il. Vous connaissez la suite, un vilain virus a cassé le party et pas rien qu'un peu. De retour au Québec, après avoir dû annuler son premier spectacle sold out au MTelus, Vincent se retrouve isolé dans un chalet avec ses instruments de tournée. « J'ai transformé le chalet en studio et j'ai fait comme un bon vieux Don Draper, un bon vieux monsieur, et je me suis pitché dans le travail au lieu de réfléchir à mes sentiments ! » raconte-t-il en échappant un rire. Temps d'arrêt Cet arrêt forcé l'a néanmoins obligé à prendre du recul par rapport au tourbillon des dernières années, qui ont « paru comme une vie entière, même si c'était deux ans et demi », souligne-t-il. « De faire toutes ces prises de conscience et de repenser à des moments qui ont eu un impact dans ma vie a fait en sorte que je n'ai pas trop eu à réfléchir à ce que j'avais envie de dire et à où j'avais envie d'aller. Ça s'est fait un peu tout seul », dit-il, mentionnant s'être fié à son instinct tout au long du processus de création de Crash. La maturité qu'a acquise le jeune homme de 26 ans s'entend particulièrement dans la poésie mélancolique de ses textes, auxquels il a consacré un soin tout particulier. « Le premier album, veut veut pas, je n'avais pas encore vécu grand-chose dans ma vie. Là, j'avais envie que ce soit super real », confie-t-il. Cette quête de vérité a donné des chansons très introspectives. Comme Facile, une des plus belles de l'album selon lui (et selon nous aussi), qui relate avec une grande vulnérabilité une rupture amoureuse. « C'est toujours plus facile de te cacher derrière 12 000 métaphores ou de faire des arrangements super complexes, dit-il. Ce qui est dur, c'est de trouver LA bonne affaire à dire, simple et forte. » Perfectionniste, vous dites ? Ce qui n'a pas empêché le multi-instrumentiste formé en jazz de se dépasser pour composer des arrangements hétéroclites, audacieux et inventifs. « Quand vient le temps de travailler, je me demande toujours comment faire la meilleure affaire possible ? Comment on la pousse plus haut ? » dit-il. Les Louanges serait-il un perfectionniste ? « Des fois, je me tape sur les nerfs ! répond-il en riant. Eh que je m'en pose des questions dans la vie ! Maudit... C'est dur d'être vraiment satisfait, mais c'est le prix à payer pour avoir de quoi qui se tient. » Lorsqu'il précise sa pensée, on comprend mieux pourquoi il met tout son coeur dans son art. « La musique est ce qui s'approche le plus d'une croyance religieuse dans ma vie. Je travaille à son service. Je suis un col bleu de la musique », illustre-t-il. D'où son franc-parler et sa rafraîchissante absence de flafla lorsqu'il répond généreusement à nos questions. Vincent Roberge dit se reconnaître en Marc Séguin ou encore en Gaston Miron - qu'il échantillonne sur l'album -, des artistes débordants de passion qui sont, selon lui, dans la recherche de « ce qui est brut, ce qui est vrai » et qui ne se laissent pas distraire par le bruit ambiant. Et le jeu en vaut la chandelle. Crash est un album abouti et assumé conçu avec soin. Ri ne chanson marquante Chaperon aborde la dure réalité des agressions sexuelle r « Je ne commencerai pas à expliquer aux gens comment ivre, prévient Vincent Roberge, qui ne donne pas dans la chanson engagée. Par contre, ce que je peux faire c'est raconter une expérience. Il est arrivé l'impensable à une amie. Je ne peux pas parler pour elle, donc j'ai choisi de laborder'de mon point de vue. Après, c'est la vie que j'essaie de dépeindre, avec ses bons et ses mauvais côtés. » Photo  : Josie Desmarias, Métro
Photos  : Collaboration spéciale, Frédérique Bérubé, Alexis Gr 7 Journal Métro Vendredi 21 janvier 2022 UNE() reit=r LITTÉRATURE NUIT DE LA LECTURE La Nuit de la lecture P01 PU RUSSE DI BROUll I iRD 22 janvier 2022 4'édition québécoise Une cinquantaine d’écrivain.e.s québécois.e.s vous feront la lecture, en direct sur Zoom. La soirée comportera plusieurs activités de 45 minutes réunissant en duo des auteur.trice.s qui liront des extraits de leurs œuvres. Les plus jeunes comme les moins jeunes pourront trouver des activités à leur goût. Parmi les auteur.trice.s participant.e.s  : Fanny Britt, Anaïs Barbeau-Lavalette, Larry Tremblay, Natasha Kanapé Fontaine, Rodney Saint-Éloi, Alain Farah, Patrick Senécal, Biz et bien d’autres. Le samedi 22 janvier — Jules Couturier Les choix de Métro POÉSIE Les journalistes de Métro vous livrent leurs coups de cœur culturels de la semaine. Poupée russe de brouillard Pour sa première publication, Kathleen Laurin-Mc Carthy nous emmène dans un univers singulier. Teinté par la froideur et ponctué de lésions, le recueil ne manque jamais de nous captiver, de nous déranger. Nous suivons ainsi l’autrice coincée quelque part entre l’enfance et le poids d’un âge adulte qui n’arrive pas tout à fait. Le laid est ici magnifié par une écriture incarnée et libératrice d’une famille dysfonctionnelle. Si on navigue à vue au fil des pages, la destination n’en est que plus remarquable. Aux éditions Hamac — A.R. ÉVÉNEMENT -I SHIFT RADIO WHEN. JANUARY 21 WHEN, HTTPS://SHIFTRAID10.LIVE'Shift The Algorithm. MUSIC BY  : JACQUES GREENE LIA PLUTONIC PRIORI NEY  : ALBERT MOL LYGUM DO NOT STEAL MY NAME Le premier anniversaire de Shift Radio Il y a un an, l’initiative Shift Radio émergeait sur la scène culturelle alternative. Chaque semaine depuis, cette webradio n’a cessé d’offrir gratuitement des DJ sets qui ont mis en valeur l’abondance, la diversité et le talent de la scène musicale électronique montréalaise. Pour ce premier anniversaire, la radio offre toute une programmation avec les DJs Jacques Greene, Lia Plutonic, Priori, Hey Albert, Mollygum et Do Not Steal my Name se relaieront aux platines. Live stream à suivre le vendredi 21 janvier — J.C. MUSIQUE Live Slow Die Wise de Geoffroy Culture Geoffroy fait paraître un troisième album, coréalisé par Louis-Jean Cormier, qui s’écoute comme on médite  : au rythme de notre respiration, lente et tranquille. L’auteur-compositeurinterprète québécois offre un ensemble sensible et intime, dont l’harmonie rappelle parfois celle du blues de Chris Isaak. On pense notamment à Cold World. D’autres pièces, comme la magnifique Santa Catalina nous ramènent à l’essentiel, qu’il s’agisse de liberté, de vulnérabilité, d’affection ou de partage. Sur les plateformes d’écoute — Amélie Revert MUSIQUE Ex-Voto de Lonny La Française Lonny présente son premier album, enregistré au Québec avec la collaboration du très talentueux Jesse Mac Cormack. Les onze titres qui composent Ex-Voto prennent rapidement la forme d’une île, transcendés par une mer omniprésente. La musique et la voix – sobres et indomptables – de Lonny résonnent en effet au creux de l’oreille comme le vent du rivage siffle. On se plonge volontiers dans les titres mélancoliques mais lumineux Dans la maison des filles, (Not So Sad) Love Song, Mid-Summer et Comme la fin du monde. Sur les plateformes d’écoute — A. R.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :