Métro Montréal n°2022-01-12 mercredi
Métro Montréal n°2022-01-12 mercredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2022-01-12 de mercredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 13,3 Mo

  • Dans ce numéro : surreprésentation dans les hôpitaux, Québec serre la vis aux non-vaccinés, qui devront payer une contribution santé.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
6 Journal Métro Mercredi 12 janvier 2022 FRÉDÉRIC BÉRARD La part du réel Si j’avais un conseil à prodiguer à un ami souhaitant se diriger en politique, ce serait indubitablement celui-ci  : sois fin, affable, et comique. Le reste ? Ça va bien aller. Parce que tant l’incompétence que le mensonge, sous le vernis de la bonhomie, seront protégés par le paratonnerre de l’approbation populaire. Celle-ci sera aussi, a contrario, inversement proportionnelle eu égard au politicien froid ou condescendant. Non ? Un test  : si Gaétan Barrette avait occupé les mêmes fonctions que le Dr Arruda, avec bilan semblable ? Combien de temps avant que la foule ne réclame sa tête ? Deux mois ? Moins ? Un petit aveu  : je n’ai absolument rien contre la personne d’Arruda, mais tout contre ce que je viens de décrire,i.e. l’appréciation à géométrie variable de l’excellence politicienne. Cette dernière, n’en déplaise, se veut au cœur de la déchéance de nos démocraties actuelles, débandade galvanisée par des médias sociaux valorisant la forme sur le fond, le sympathique sur le résultat. Symptomatique, il va sans dire, d’une société à la sauce téléréalité, de l’instantané et de l’influenceur à tout crin. Depuis hier soir, la question revient en boucle  : a-t-il fait des trucs bien, Arruda, quand même ? Il serait, bien entendu, de bon aloi de lui trouver quelques bons coups. Le gars, après tout, s’est déchaîné comme une bête pendant 20 mois, le tout au profit espéré du bien commun. Comme j’ai beaucoup trop de défauts pour être en plus menteur, je refuse la tentation, forte, du racolage après coup. Plate à dire, mais mis à part un rôle de lubrifiant social assurant une meilleure adhésion aux mesures, son bilan relève d’un échec parsemé de mensonges ou demi-vérités. Encore ces derniers jours, il patinait afin de nous faire gober l’ingobable, soit la dangerosité des masques N95 et des purificateurs au motif d’un loufoque « faux sentiment de sécurité ». Comme si Xavier-Antonin, assis dans sa classe de primaire, allait se mettre soudainement Non, à la fermeture du comptoir postal sur Monk Laissez-moi vous raconter l’histoire de Madame F. Résidente du quartier, elle tient une boutique d’antiquités sur l’artère commerciale depuis plus de 20 ans. Le p’tit coin de paradis de Madame F. est propice à toute sorte de rencontres, que ce soit avec Monsieur j’passais par là ou M’dame cherche un truc rare. C’est l’endroit idéal pour dénicher un trésor et recevoir un sourire chaleureux. Et puis la pandémie a frappé. Les rencontres aléatoires à la boutique de Madame F. se sont transformées en visites restreintes avec rendez-vous. Mais Madame F. est résiliente, et il n’était pas question de mettre la clé sous la porte. C’est alors qu’elle s’est réinventée pour offrir la vente de ses antiquités en ligne. Maintenant, ce n’était plus seulement Élisabeth au coin de la rue qui pouvait recevoir un ensemble de vaisselle vintage, mais aussi Agniezska quelque part en Russie. Dans les derniers jours, les résidents du quartier ont appris que le comptoir postal situé au sein du Jean Coutu du boulevard Monk à Ville-Émard était appelé à disparaître. Sans ce comptoir postal, Madame F. ne peut pas faire ses envois sans tracas plusieurs fois par semaine. Elle devra se Le rapport de la coroner chargée de faire la lumière sur la débâcle des CHSLD risque, à son tour, d’éclabousser sévèrement l’ex-directeur. à respirer plus fort sachant le purificateur à ses côtés. Et les CHSLD Le rapport de la coroner chargée de faire la lumière sur la débâcle des CHSLD risque, à son tour, d’éclabousser sévèrement l’ex-directeur. Pourquoi ? Parce que les chiffres désastreux parlent déjà, en matière de morts, d’eux-mêmes. Parce qu’Arruda a lui-même admis ne pas avoir suivi les directives de la santé publique du Canada. Idem pour celles de la Dre Liu, laquelle l’implorait de séparer lesdits CHSLD en zones chaudes et froides. Interrogé dans le cadre de l’enquête, celui-ci a dû admettre « ne pas se souvenir » s’il avait, ou non, transmis une directive semblable au réseau. Ajoutons à ce qui précède le relâchement des mesures de novembre, irrépressible envie d’un petit karaoké oblige, alors même qu’Omicron était en déplacer dans un autre quartier. Mais Madame F. n’est pas seulement la brocante du coin ; c’est aussi la maman d’Aicha qui m’explique que c’est le projet de toute une vie de sa mère qui est en péril (un projet qui porte d’ailleurs son nom). Le bureau Postes Canada du boulevard Monk n’est pas seulement essentiel pour Madame F. Ce l’est aussi pour M me Tremblay qui récupère un colis envoyé par ses enfants pour Noël en provenance de la Gaspésie faute de pouvoir venir la visiter cette année. […] Le comptoir postal du boulevard Monk, c’est un service essentiel pour chaque résident.e de Ville-Émard. Petit train de faire flamber l’Occident. Des airs de déjà-vu, non ? Dixit Einstein  : la définition de la folie est de répéter le même geste et de s’attendre, candidement, à des résultats distincts. Cette dernière illustration réfère, je crois bien, au fond du problème  : l’obsession maladive du gouvernement Legault pour l’électoralisme. Au détriment, trop souvent, de la science. Quelle portion, en fait, de décisions directement issues du bureau d’Arruda ? Pourquoi cette mascarade de conférences de presse conjointes, style larrons en foire, alors que l’ensemble des autres provinces canadiennes, fédéral inclus, y vont plutôt de présentations imperméables ? Quelle indépendance, à vrai dire, de la part d’un directeur combinant simultanément les jobs antinomiques de sous-ministre adjoint et de directeur national de santé publique ? Qui, à vrai dire, est le réel fautif ? Arruda le scientifique ou Horacio le politicien, avalisant l’indéfendable ? Reste à voir si, une fois affranchi des chaînes gênantes de la servitude partisane, le docteur acceptera de livrer sa version des faits. Le cas échéant, de bien mauvais augure pour ceux l’ayant instrumentalisé, fallacieusement d’ailleurs, à titre de paravent scientifique et paratonnerre seyant. M — Frédéric Bérard est docteur en droit. Débats ou grand. Jeune ou moins jeune. Il est impensable de s’en départir ainsi si facilement. Et si vous voulez ajouter votre grain de sel à tout ça dans un élan solidaire, il y a une pétition à signer, scannez le code QR. — Vanessa Laflamme est résidente du quartier et employée sur le boulevard Monk. L’actualité vous fait réagir ? Écrivez-nous ! opinions@journalmetro.com
c Facebook Twitter Linkedin Instagram stm.info D D À COMPTER DU 7 FÉVRIER, AUX LOGES DES AGENTS DE STATION DU MÉTRO Seul le paiement par débit-crédit sera accepté À COMPTER DE CETTE DATE, IL SERA SEULEMENT POSSIBLE DE PAYER PAR CARTE DE DÉBIT- CRÉDIT AUX LOGES DES AGENTS DE STATION. CEPENDANT, L’ARGENT COMPTANT SERA TOUJOURS ACCEPTÉ DANS LES DISTRIBUTRI- CES DE TITRES DANS LES STATIONS, LES BUS (MONNAIE EXACTE SEU- LEMENT), DANS LES VÉHICULES DU TRANSPORT ADAPTÉ ET CHEZ LES 350 DÉTAILLANTS QUI VENDENT LES TITRES DE LA STM Cette décision est en phase avec les besoins de la clientèle. En effet, le paiement avec carte de débit et de crédit gagne en popularité. De plus, cette modification aux modes de paiement nous permettra de réaliser des économies récurrentes de plus de 1M$ puisque plusieurs processus opérationnels seront simplifiés. NOS EMPLOYÉS VOUS ACCOMPAGNENT Soyez rassuré, nos employés seront présents en station pour vous aider Prochain arrêt  : si vous êtes moins familier avec le fonctionnement de la distributrice automatique de titres. Ils pourront aussi vous renseigner sur les options qui s’offrent à vous si vous souhaitez toujours payer avec de l’argent comptant. D’AUTRES OPTIONS Vous pouvez aussi profiter de vos courses pour faire vos achats de LE VACCIN titres. En effet, les titres de la STM sont en vente dans environ 350 commerces comme des épiceries ou des pharmacies. Vous en trouverez certainement un près de chez vous. Si vous souhaitez connaître toutes les options qui s’offrent à vous, consultez stm.info. Allez-y en bus et en métro. C’est plus simple. r info La station Côte-Sainte-Catherine peu après son ouverture en 1982. (Archives de la STM) OUVERTE EN JANVIER 1982 La station Côte-Sainte-Catherine vous accueille depuis 40 ans ELLE A ÉTÉ OUVERTE SANS LA MOINDRE CÉRÉMONIE. À L’IMAGE DE CETTE STATION SIMPLE, MAIS EFFICACE. La station est située à la rencontre de l’avenue Victoria et du chemin de la Côte-Sainte-Catherine. Cette voie très ancienne traversait autrefois la localité appelée Côte-Sainte- Catherine, nom changé en celui d’Outremont en 1875. Cela dit, la station est bel et bien située dans l’arrondissement de Côte-des-Neiges– Notre-Dame-de-Grâce. Elle dessert un quartier à caractère résidentiel. L’édicule s’harmonise avec le voisinage par son revêtement de brique et s’ouvre visuellement sur le coin de la rue par des surfaces de verre amenant un effet de transparence. À l’origine, l’édicule devait former un cube, mais l’architecte a décidé d’en trancher un bout pour limiter sa présence sur la rue. LE SAVIEZ-VOUS ? La construction de la station n’a pas eu trop d’impact sur le quartier, outre la démolition d’une conciergerie identique aux bâtiments voisins. Un pont temporaire a été aménagé sur l’avenue Victoria afin de faciliter la circulation automobile durant les travaux. C’est la première station du réseau où tous les luminaires des quais ont été placés à un angle de 45 degrés. Lorsqu’on est assis dans le train en mouvement et qu’on les observe, on a droit à un bel effet stroboscopique. Prenons soin de nous



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :