Métro Montréal n°2021-12-08 mercredi
Métro Montréal n°2021-12-08 mercredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2021-12-08 de mercredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 18 Mo

  • Dans ce numéro : oui faux fêtes d'au plus 20 personnes.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
8 Journal Métro Mercredi 8 décembre 2021 Débats FRÉDÉRIC BÉRARD Les convictions Depuis mon arrivée à Hochelag, je traîne, ici et là, au Canard Café, petite bombe sympa. J’y croise dernièrement un ami engagé au Parti libéral, comme staff. Brillant, cultivé, progressiste. Le genre qu’on souhaite voir sur la patinoire. AGIR ICI, AVEC CŒUR POUR LE GRAND MONTRÉAL Centraide soutient des organismes et projets communautaires locaux pour briser le cycle de la pauvreté et de l'exclusion sociale. Faites un don à centraide-mtl.org — Hey, bravo pour votre virage vert. Une excellente idée, le truc des hydrocarbures et du 100 milliards. — Ouais, on est content. — Il était temps que vous parliez d’environnement pour la peine ! Il est là, l’enjeu. — Je sais bien. Mais tsé, faut aussi faire du realpolitik, être réalistes. On ne peut être dans les seuls principes ; on n’est pas chroniqueur, nous. Sans malice ou méchanceté, sa boutade m’a néanmoins fait réfléchir  : la politique 2021 consiste, au mieux, en un jeu d’équilibre convictions-calculs. Peu après, au micro de Nic Payne, ce dernier me lance  : — Que pensez-vous du PLQ et de sa proposition de nationalisation des hydrocarbures ? Vous ne trouvez pas que c’est commun et pratique, pour les partis politiques, d’envoyer l’attention ailleurs ? Que c’est bon chic, bon genre, côté vertu ? Que ça permet d’occulter le fait que les libéraux sont actuellement à 10% des intentions de vote chez les francophones ? Et quels seront les gains potentiels, électoralement, pour le PLQ, à votre avis ? — Hmmmm… Et si je vous répondais, Nic, que la survie de l’humanité devrait transcender les seuls calculs politiques ? Que celle-ci ne devrait pas constituer un simple jeu de calculette électorale, mais surtout de principes ? Et comme principes, justement, me semble que la survie de l’humanité devrait trôner au sommet de la hiérarchie des préoccupations politiciennes, non ? — Je vous l’accorde. Mais côté répercussions ? — M’en tape. *** Lors du congrès du PQ du week-end dernier, je ne pus m’empêcher de relayer, sur Twitter, cette petite pièce jouissive  : une publication de Paul St-Pierre Plamondon, datant de 2017, s’apprêtant, selon ses propres termes, à aller « porter un message d’ouverture » aux péquistes, en tentant de les convaincre d’une évidence maintenant reniée par le néo-chef  : celle du racisme systémique. Un de ses militants m’apostrophe dès lors  : — C’est le propre de la politique, l’art du possible. L’art du possible ? Ah bon. J’y voyais plutôt un processus pandémique chez le politicien moyen  : celui de laisser en pan toutes convictions dès lors que l’obstacle électoraliste s’avère trop considérable. Dire à la foule visée ce qu’elle souhaite entendre, à charge de retour d’ascenseur  : son appui. Reste que dans ce cadre précis, et sous réserve des volte-face maintenant classiques de Plamondon, je ne peux qu’éprouver un respect certain pour le militant péquiste actuel. Alors que nombre d’entre eux auront troqué, sans justification morale, leurs convictions souverainistes pour un job au gouvernement Legault, disons que ceux restant méritent chapeau bas, députées incluses. Parlant de guidouneries caquistes, admettons, ici encore, l’évidence  : les « Et comme principes, justement, me semble que la survie de l’humanité devrait trôner au sommet de la hiérarchie des préoccupations politiciennes, non ? » valeurs du parti sont définies au gré du dernier sondage Léger. Rien de mal à gouverner en quête d’un assentiment populaire constant, bien entendu. Sauf que les montants engloutis, d’une absurdité stratosphérique, suggèrent plutôt l’absence de tout autre gouvernail. Idem quant aux publicités gouvernementales, permettant à la roue de rouler  : comme l’indiquait MichelC. Auger, entre mars 2020 et février 2021, le cabinet Legault aura dépensé davantage que le gouvernement fédéral et les autres provinces réunies, soit 135 millions de spin visant à astiquer sa propre statue. D’ordinaire un parti de convictions, Québec solidaire se livre lui aussi, dernièrement, aux chants des sirènes électoralistes  : il faudra attendre l’après-élection afin de connaître ses nouvelles propositions, sinon postures, sur l’enjeu de la laïcité, loi 21 au premier chef. D’ici là ? Mutisme complet. Morale de l’histoire ? Des principes si nécessaires, mais pas nécessairement des principes. Attendons plutôt voir si ceux-ci paient, ou en coûtent, électoralement parlant. P**** que je m’ennuie, et solidement, des politiciens d’antan qui nous faisaient rêver, convictions à l’appui. Tirant le peuple vers le haut, refusant de s’adresser au plus bas dénominateur commun. Mourir pour des idées, mais de mort lente, chantait Brassens. Précisément ce qui s’en vient, les idées en moins. Confortable agonie. M — Frédéric Bérard est docteur en droit.
Au-delà du bac  : Certaines matières au centre de tri peuvent arrêter complètement les opérations. Triez mieux ! Consultez l’application Le placement publicitaire de la présente campagne s’inscrit dans le cadre de la Loi sur la qualité de l’environnement (chapitre Q-2) et de la réglementation relative. Les journaux assujettis sont tenus de contribuer en espaces publicitaires à leur juste part.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :