Métro Montréal n°2021-12-01 mercredi
Métro Montréal n°2021-12-01 mercredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2021-12-01 de mercredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 17,0 Mo

  • Dans ce numéro : variant omicron, est-il temps de penser aux autres ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
1 3 5 Contenu partenaire EXPLOREZ 2 4 6 Offrir les artisans d’ici pour les fêtes La période des fêtes approche à grands pas et vous vous creusez encore la tête pour trouver quoi offrir à vos proches ? Démontrezleur toute l’affection que vous leur portez en leur offrant des pièces uniques créées par des artisans d’ici. Question de vous inspirer dans votre magasinage, voici quelques idées de cadeaux faits à la main par des créateurs locaux. Psst ! Notez que plusieurs des artisans suivants seront présents au Salon des métiers d’art du Québec, qui se tiendra du 9 au 19 décembre au Palais des congrès de Montréal. Pour en savoir plus et pour les découvrir, visitez le matieres.ca ! 1 TDN Créations. Joaillière depuis 2009, Trang Dai crée directement à partir de la matière première, soit l’or et l’argent, recyclée ou de provenance équitable. Ses bijoux, entièrement faits à la main dans son atelier à Montréal, sont à la fois minimalistes et raffinés. 2 Chantal Parisien Céramiques. Des pièces aux formes généreuses qui accompagneront, avec distinction, vos moments privilégiés, petits et grands. Voilà ce que propose Chantal Parisien. 3 Miraky Design. Artiste dans l’âme depuis sa naissance, Marie-Josée Francoeur a travaillé une quinzaine d’années comme designer de mode pour finalement bifurquer vers l’ébénisterie et fonder Miraky Design en 2008. 4 Rütrafe Joailliers Musiciens. Couple de créateurs unis dans la vie comme dans la musique et l’atelier, Sandra Ulloa et Claudio Rojas, deux joailliers montréalais, ont fondé l’atelier Rütrafe afin de réaliser leur passion  : la création et la conception de bijoux. 5 La Bête. Créatrice des plus inspirées, Johanne Champigny propose des pièces uniques. Osez être vous-même en portant un de ses accessoires exclusifs entièrement fabriqués à la main à partir de cuir recyclé ! 6 Roxane Charest Atelier. Créée en 2019 à Montréal, Roxane Charest Atelier propose des objets en céramique pensés pour la vie de tous les jours. Dessinés dans des formes sinueuses et fluides, ils inspirent la lenteur et invitent à savourer le moment présent. Peu importe l’occasion, offrir une pièce unique faite à la main ne fait pas uniquement plaisir à la personne qui la reçoit. Par ce geste, vous encouragez aussi les artisans d’ici qui ont eu à traverser – et traversent toujours pour certains – une crise sans précédent, contre vents et marées. Pour découvrir l’article complet, rendez-vous à journalmetro.com/explorez
Photo : Gracieuseté 11 Journal Métro Mercredi 1" décembre 2021 Inspiration Gabrielle Marion, youtubeuse Henri-June Pilote, créateur de contenu Être trans et influenceureuse une double responsabilité S'ils donnent une voix à la transidentité, la position des créateurtrices trans sur les réseaux sociaux - entre pression d'être parfaite et manque de représentation - n'est pas toujours facile à tenir. C'est en grande partie grâce à la youtubeuse canadienne Gigi Gorgeous que Gabrielle Marion a pu faire son coming out public. Sa vidéo chargée en émotions intitulée « Je suis trans » arrivait en 2016. Celle qui est active sur YouTube depuis 2011 se considère même comme l'une des pionnières québécoises en matière de contenu relatif à la transidentité sur internet. « Sans un modèle comme Gigi, je ne pense pas que j'aurais pu mettre des mots sur comment je me sentais, confie-t-elle. C'est notamment pour cette raison qu'elle décide de partager tous les détails de sa transition, étape par étape. Le défi de la représentation Si de nouvelles figures publiques trans ont émergé ces dernières années, les influenceur.euse.s trans francophones sont encore peu nombreux.euses au Québec. Pas facile donc, pour les jeunes trans francophones de se sentir représenté.e.s. Henri-June Pilote, Gabrielle Morin-Lefebvre gmorin-lefebvre@journalmetro.com créateur de contenu trans et ex-vendeur dans un sex shop a d'ailleurs fait ses débuts en anglais sur Instagram, avec ses critiques de jouets sexuels. Aujourd'hui, il donne des conseils en français sur le plaisir trans, vulgarisant l'utilisation des jouets sexuels pour les personnes en pleine transition sexuelle. Avec son podcast intitulé C'est quoi mon genre ? il aborde en plus diverses thématiques en lien avec l'identité de genre, de la santé mentale au coming out en passant par les relations sociales et sexuelles. « Je suis un des seuls créateurs de contenu trans masculin au Québec qui parle de ma transition, souligne Henri-June. C'est une statistique un peu inquiétante. » Si les retours de ses abonné.e.s et auditeur.trice.s le motivent, le poids d'être le seul homme trans francophone est parfois lourd à porter. « On m'envoie beaucoup de messages positifs du genre "J'ai envoyé ton podcast à ma mère pour lui expliquer mon coming out", raconte-t-il. Mais, je reçois aussi beaucoup de messages de gens qui ne vont pas bien. » Des messages de détresse que la youtubeuse Gabrielle Marion reçoit elle aussi à l'occasion. Bien qu'elle adore échanger avec ses fans et comprenne leurs difficultés, elle n'a pas toujours de réponses à leur apporter. Image et stéréotypes Exposé.e.s au public et donc aux critiques, les influenceur.euse.s doivent aussi faire face à la pression d'être parfait.e.s, autant dans leur apparence physique que dans leur attitude. Une injonction à la perfection qui peut être encore plus difficile à gérer pour une personne trans dont l'apparence physique n'a pas toujours correspondu au genre qui est le sien. À cause de cette dysphorie de genre qu'elle a pu vivre, une personne trans peut avoir tendance à reproduire certains stéréotypes pour être mieux acceptée, selon Henri-June. « Par exemple, en tant qu'homme trans, tu peux avoir tendance à OUVRIR UN MAGAZINE, C'EST OUVRIR SES HORIZONS VOTRE OUTIL OF FORMATION CONTINUE EN MANAGEMENT MAGAZINE SITE WEB INFOLETTRE ABONNEZ-VOUS ! revuegestion.ca imesTion reproduire certains comportements masculins - parfois toxiques - ou à adopter une certaine apparence, non pas parce que c'est ce que tu es, mais parce que tu veux paraître "comme un homme" », confie-t-il. Une fois sa transition entamée, Gabrielle Marion a aussi dû composer avec les standards de beauté féminins pour « passer comme une femme dans la société ». « Être une personne transgenre, ça vient avec la dysphorie de genre, mais aussi une dysphorie physique [le fait de ne jamais être satisfait.e de son apparence], explique-t-elle. Même si je peux avoir mis 100000$ sur mon corps, il y a toujours quelque chose dans le miroir qui va faire que je ne suis pas 100% satisfaite. » Enfin, même si les questions liées à leur transidentité est souvent au coeur de leur travail, les influenceur.euse.s et les personnalités trans aimeraient aussi être reconnu.e.s pour leur talent. « Maintenant, j'essaie d'aller vers d'autres sujets le fun. Je ne suis pas juste une personnalité trans, je suis aussi une personne à part entière », souligne Gabrielle Marion. M



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :