Métro Montréal n°2021-11-24 mercredi
Métro Montréal n°2021-11-24 mercredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2021-11-24 de mercredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 12

  • Taille du fichier PDF : 90,3 Mo

  • Dans ce numéro : au tour des enfants pour la vaccination.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
6 Journal Métro Mercredi 24 novembre 2021 M Local Dominique Côté, audiologiste Plaza St-Hubert LES MÉTRO-POLITAINSe, 11111/4 « J’attends une amie, nous sommes de jeunes mères et on se promène. Je suis audiologiste et en congé maternité. […] J’aimerai dormir plus et prendre plus soin de moi-même. Mon hobbie est de prendre soin de ma fille. Dans une ancienne vie, je faisais du théâtre, peut-être que je reprendrai. Là, je profite du moment. » JOURNÉE D’EMBAUCHE Magasin d’épicerie en ligne 10655 boul. Henri-Bourassa Ouest, Ville Saint-Laurent, QC H4S 1A1 MERCREDI 24 NOVEMBRE de 15h à 20h SAMEDI 27 NOVEMBRE de 9h à 14h LE SAVIEZ-VOUS ? La Ville de Montréal arbore un drapeau avec cinq symboles. La croix représente les principes chrétiens, les communautés autochtones sont représentées par le pin blanc, la fleur de lys symbolise les francophones, le trèfle est un clin d’œil aux Irlandais, le chardon violet représente les Écossais et la rose rouge de Lancaster symbolise les Anglais et les Gallois. Ce drapeau a été arboré pour la première fois en 1939. Le pin a été ajouté en 2017. Ou pose ta candidature maintenant au metro.ca/emploisECOM - ecom.emplois@metro.ca Aujourd’hui à Mtl I Aujourd’hui c’est une journée ensoleillée qui est prévue avec une température de 2°C. Votre rendez-vous théâtre ce soir c’est au Théâtre Jean-Duceppe à 19 h 30 pour aller voir Rose et la Machine de Édith Patenaude, un récit documentaire.e. Le 24 novembre 1972, Ginette Reno, déjà connue au Québec, remporte le premier prix du festival de la chanson de Tokyo avec I can’t let you walk out of my life. Un peu de musique québécoise ça vous dit ? Rendez vous à la Salle Wilfrid-Pelletier à 19 h pour assiter au spectacle Quand on aime on a toujours 20 ans. Participez à l’édition du festival international de courts métrages du Sud-Ouest à la Maison de la culture Marie-Uguay à partir du 24 novembre jusqu’au 28 novembre. Les personnes présentes ont déposé des fleurs devant le chantier dans lequel Elisapie Pootoogook a été retrouvée morte. SUD-OUEST L’hommage à Elisapie Pootoogook souligne le manque d’aide La cérémonie pour la mort d’une itinérante inuite issue de Salluit au Nunavik, Elisapie Pootoogook, qui a réuni une centaine de personnes lundi 22 novembre en après-midi au square Cabot, a soulevé de nombreux enjeux sur l’itinérance autochtone à Montréal. Des représentants d’organismes pour les itinérants, des membres de communautés autochtones du Québec ainsi que des connaissances de M me Pootoogook ont pris la parole pour témoigner du besoin de venir en aide aux itinérants autochtones. « J’ai le cœur brisé », pouvait-on entendre dans la foule réunie pour rendre un dernier hommage à Elisapie Pootoogook. Cette itinérante inuite a été retrouvée morte dans un chantier de construction sur l’ancien site de l’Hôpital de Montréal pour enfants, près du square Cabot, le 13 novembre dernier. — Lila Maitre MONTRÉAL-NORD Des organismes déçus de la visite de Geneviève Guilbault La ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, était de passage à Montréal-Nord lundi pour prendre le pouls du terrain et parler de la violence armée avec des intervenants communautaires. Or, des organismes de l’arrondissement déplorent ne pas avoir été invités à la rencontre. Sur Twitter, la ministre s’est targuée d’avoir rencontré « les femmes et les hommes de terrain, qui font la différence dans la vie de nos jeunes ». Elle était accompagnée de la ministre responsable de la Métropole, Chantal Rouleau. Or, aucun des organismes jeunesse de l’arrondissement n’était présent. Le directeur d’Un itinéraire pour tous, Ousseynou Ndiaye, déplore ne pas avoir été invité. « Quand il y a un problème et des rencontres pour avoir l’heure juste, on nous met toujours en quarantaine », laisse-t-il tomber, cynique. — Anouk Lebel Photos  : Métro-politains  : Josie Desmarais, Métro ; Hommage  : Métro Média
FRÉDÉRIC BÉRARD Spins caquistes À charge de redite, absolument fou comment certains classiques du 20e, sinon d’avant, peuvent éclairer nos présentes lanternes. Hannah Arendt trône, comme peu d’autres, au sommet de la hiérarchie des éveilleurs.euses de conscience. Entre plusieurs autres, ses écrits sur la frime politicienne sont jouissifs par leur lucidité et leur pérennité simultanées  : « [L]e menteur possède le grand avantage de savoir à l’avance ce que le public souhaite entendre ou s’attend à entendre. Sa version a été préparée à l’intention du public, en s’attachant tout particulièrement à la crédibilité, tandis que la réalité a cette habitude déconcertante de nous mettre en présence de l’inattendu, auquel nous n’étions nullement préparés. » D’aucuns nieront les compétences TOUS TYPES DE PAIEMENTS ACCEPTÉS communicationnelles du gouvernement Legault, au cœur de ses appuis quasi staliniens. Or, si tous reconnaîtront une vertu certaine au dialogue exécutif-population, reste que la propension et le talent des leaders caquistes à caricaturer adversaires et enjeux névralgiques, inquiète. Manichéisme, mensonges abrutissants et sophismes détectables par un morveux de 3 e année, aucune vergogne n’appert ralentir l’électoralisme suintant de ces mêmes qui, à en juger par leur défection-éclair d’un Parti québécois et les idéaux souverainistes en perte de vitesse, semblent s’exciter du pouvoir pour un motif discutable, voire méprisable  : l’orgasme de l’occuper. Sans tomber dans la nomenclature absolue, un bref survol des meilleurs coups de gueule caquistes, d’ailleurs souvent récents, suffit à justifier ce dur constat. Au plus fort de la catastrophe pandémique, alors que les morts en CHSLD se comptaient par milliers et que leur directeur de la Santé publique, avide de spotlight à tout crin, se livre à une succulente danse du pogo, l’un des spineux principaux se porte à la défense de Doctor-Rapper  : « Les Talibans non plus n’aiment pas la danse. » En nomination, il va sans dire, pour le sophisme de l’année. Quelques mois avant, je devais perso goûter à la médecine du Leader-Maximo- du-Spin, soit le chef de cabinet de Legault. Face à l’une de mes critiques de la loi 21, sa riposte est sans merci  : « On sait bien, pour vous, le peuple est dangereux. » Euh… Il conclut  : « À part ça, vous avez juste à vous faire élire, si vous n’êtes pas content. » Comme si, évidemment, la démocratie ne VENTE D’ENTREPÔT VENDREDI FOU JUSQU’À * Sans tomber dans la nomenclature absolue, un bref survol des meilleurs coups de gueule caquistes, d’ailleurs souvent récents, suffit à justifier ce dur constat. pouvait que se dérouler entre deux fougères de l’Assemblée nationale. Comme si lui-même, chef de cabinet, était… élu. D’autres bijoux, peut-être plus révélateurs  : Un Legault manifestement pas trop honteux d’être comparé au boss de la Grande Noirceur, Maurice Duplessis, et profitant de l’occasion afin de qualifier Nadeau-Dubois, sans définition à l’appui, de « woke ». Merci à MBC et son dernier opus, lequel fait apparemment office d’évangile de chevet pour Legault, le terme est dorénavant bien implanté dans le cerveau électoral, au point où quiconque s’opposant aux postures caquistes, troisième lien inclus, se voit aujourd’hui affublé de l’insulte suprême ; Un Jolin-Barette qui, visiblement agacé d’une question pourtant légitime de Marc Tanguay sur le renouvellement mécanique de l’urgence sanitaire, accuse le porte-parole libéral de faire siennes les thèses complotistes ; Un Legault (dépourvu de GPS) qui se targue d’être de « gauche efficace » ; 1007 - B-2 RUE DU MARCHÉ CENTRAL, MONTRÉAL, QC H4N 1J8 514-889-1717 Un troisième lien qui, selon maints ministres, serait apparemment porteur pour l’environnement et autre développement durable ; Un PM qui clame d’abord l’inexistence du simple racisme au Québec, niant maintenant aujourd’hui, malgré l’ensemble des rapports pertinents aux conclusions contraires, le concept de racisme systémique ; Un chef de cabinet et ses spineux-adjoints qui s’attaquent à l’idée de QS de réduire considérablement les émissions québécoises de GES d’ici 2030, sous-entendant une intention fallacieuse de retirer des voitures en catimini ; Un directeur des communications qui, irrité des interrogations libérales sur diverses données disparues avant l’enquête sur le cataclysme des CHSLD, accuse Dominique Anglade de bassesse. Allô l’ironie, particulièrement lorsque l’on réalise la manœuvre de diversion provoquée sciemment, et simultanément, par un show de boucane afférent au retour des Nordiques. De retour à Arendt  : « Quand tout le monde vous ment en permanence, le résultat n’est pas que vous croyez ces mensonges mais que plus personne ne croit plus rien. Un peuple qui ne peut plus rien croire ne peut se faire une opinion. Il est privé non seulement de sa capacité d’agir mais aussi de sa capacité de penser et de juger. Et avec un tel peuple, vous pouvez faire ce que vous voulez. » Probablement ça, l’idée. M —— Frédéric Bérard est docteur en droit. Débats 23 29 AU NOVEMBRE LUNDI AU MERCREDI 10AM - 6PM JEUDI-VENDREDI 10AM - 9PM SAMEDI-DIMANCHE 10AM - 5PM *En magasin seulement.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :