Métro Montréal n°2021-11-23 mardi
Métro Montréal n°2021-11-23 mardi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2021-11-23 de mardi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 12

  • Taille du fichier PDF : 11,6 Mo

  • Dans ce numéro : les Montréalais prêts à payer pour la forêt urbaine.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
8 Journal Métro Mardi 23 novembre 2021 Culture La peintre Rita Letendre décède à 93 ans L’artiste peintre Rita Letendre est décédée hier, à l’âge de 93 ans, après avoir lutté contre une maladie dégénérative. Née en 1928 à Drummondville, Rita Letendre a connu une carrière internationale. Elle a séjourné en France, en Italie, en Israël et aux États-Unis, avant de s’installer définitivement à Toronto. À Montréal, l’artiste est représentée par la Galerie Simon Blais. C’est le galeriste et le fils de l’artiste qui ont confirmé son décès. Après un passage à l’École des beaux-arts à la fin des années 1940, M me Letendre se joint au mouvement des Automatistes, un groupe d’artistes québécois fondé par le célèbre peintre Paul-Émile Borduas. C’est d’ailleurs sa participation à l’exposition des Automatistes « La matière chante », en 1954, qui la fera connaître. — Fanny Forest Le Théâtre Saint-Denis se transforme en Espace Saint-Denis Le Théâtre Saint-Denis fait désormais partie de l’Espace Saint-Denis situé au croisement de la rue du même nos et du boulevard de Maisonneuve. Deux nouvelles salles de ce complexe culturel du Quartier Latin ouvriront ainsi leurs portes en 2022. Le Théâtre Saint-Denis 2 a été rebaptisé Studio-Cabaret et se veut polyvalent avec une capacité d’accueil de 450 à 700 spectateurs. Équipé d’un dispositif d’écrans DEL à 180 degrés et d’équipements de projection 4K, celui-ci permettra la tenue d’expériences immersives tout comme des captations télévisuelles ou web. La Brasserie française sera notamment aux commandes des soupers-spectacles. — Amélie Revert Aline de Valérie Lemercier, un conte de fées pas assez moderne ? Ça y est. Après plusieurs reports, Aline, le film librement inspiré de la vie de Céline Dion, arrive enfin sur nos écrans. Sa coscénariste, réalisatrice et interprète principale, Valérie Lemercier, s’est entretenue avec Métro. Marie-Lise Rousseau mlrousseau@journalmetro.com Dire qu’Aline est attendu relève de l’euphémisme. Dès la sortie de sa bande-annonce, la machine médiatique s’est emballée. Plusieurs, dont l’autrice de ces lignes, craignaient le pire. Heureusement, loin de la parodie, ce film est d’abord et avant tout un hommage senti à la diva de Charlemagne. Le choix de dépeindre la relation amoureuse entre Aline Dieu et Guy-Claude Kamar (les noms des personnages directement inspirés de Céline Dion et René Angélil) comme un conte de fées risque toutefois de déplaire à une certaine frange du public. Le film montre en effet une femme qui n’existe qu’à travers le regard de son amoureux. « Faire un film, c’est faire des choix. Moi, j’ai choisi de parler de l’histoire d’amour », se défend l’humoriste, actrice, scénariste et réalisatrice française notamment connue pour son rôle de Béatrice de Montmirail dans le film culte Les Visiteurs. Le film raconte la vie d’Aline, de sa rencontre avec Guy-Claude à l’âge de 12 ans jusqu’à son retour sur scène, quelques semaines à peine après les funérailles de celui-ci. La « nouvelle Céline » des cinq dernières années, qui semble plus affranchie et décomplexée que jamais, y est absente. Valérie Lemercier se montre admirative de la relation entre la chanteuse et son gérant. « Je pense que beaucoup d’artistes aimeraient avoir un René à leurs côtés. J’en fais partie. Ça ne peut plus m’arriver parce qu’il est trop tard, mais avoir un seul amour dans sa vie, c’est quand même aujourd’hui un exploit. » Un film drôle et émouvant, à l’image de sa muse Au-delà de la représentation de cette relation, Aline réussit à être à la fois drôle et émouvant. Ce qui démarre dans « En France, tout le monde me demande pourquoi on ne voit pas Jean-Jacques Goldman dans le film. Ici, on voudrait voir Céline habillée par Pepe Muñoz… Moi, c’est l’histoire d’amour que je voulais raconter. » VALÉRIE LEMERCIER un registre comique devient peu à peu plus dramatique. Au début, on rit des noms donnés aux frères et sœurs de la chanteuse  : Jean-Babin, Jean-Claudin, Jean-Colin, Jean-Sylvain, Jeannette, Pierrette, Josette, Bernadette… Mais plus Aline connaît la gloire, plus on ressent son isolement, sa fatigue et sa vulnérabilité. Pour Valérie Lemercier, icône de la comédie, il était primordial de trouver le bon équilibre entre le rire et les larmes. « Je n’aime pas la mièvrerie, dit-elle. Quand c’est trop tendre, ça me gêne. Dans ces moments, il faut vite faire une connerie, et Céline aussi est comme ça, je crois. » En effet, le ton du film est à l’image de ce que dégage la chanteuse dans l’espace public  : elle se montre capable de déconner avec les Jimmy Fallon et James Corden de ce monde, mais aussi d’exprimer ses émotions avec une sincérité désarmante. M Aline En salle dès vendredi
Illustration  : iStock 9 Journal Métro Mardi 23 novembre 2021 Inspiration Quand le leadership devient destructeur Le leadership a habituellement une connotation positive. Pourtant, il peut aussi s'avérer destructeur, avec toutes les conséquences néfastes que cela implique, tant pour les employés que pour l'organisation. De l'avis de Luc Brunet, professeur associé au Département de psychologie de l'Université de Montréal, les milliers d'articles consacrés au leadership démontrent que les recherches entourant ce sujet s'apparentent à une véritable quête du Saint-Graal ou de la pierre philosophale. « Les théories dans ce domaine abondent et on peut se demander si, au bout du compte, tous les styles de leadership ne se valent pas, variant au gré des besoins des subordonnés et du type d'organisation », analyse-t-il. Plusieurs types de leaders destructeurs Loin d'être anecdoti que, le leadership destructeur serait à l'origine d'une augmentation des coûts de santé et d'une baisse de productivité avoisinant 23,8 G$ chaque année aux États-Unis, et entre 15 et 17% des organisations seraient touchées par ce type de leadership. Cela a bien évidemment des retombées dévastatrices sur le rendement au travail, la mobilisation, Emmanuelle Gril, revue Gestion HEC Montréal www.revuegestion.ca le bien-être psychologique, en plus d'en inciter plusieurs à quitter leur unité, leur organisation ou même leur profession. « Concrètement, le leadership destructeur prend la forme de comportements visant à porter préjudice, à faire du mal, à nuire et à affecter émotionnellement les employés », explique Luc Brunet. On en dénombre six variantes, selon les stratégies utilisées. Ainsi, le leadership tyrannique repose sur le favoritisme, le désir d'obtenir des gains personnels et le plaisir de diminuer ses subordonnés. Le leadership narcissique se caractérise par l'arrogance, la recherche du pouvoir, de la domination et de l'admiration. Le leadership machiavélique se fonde sur la manipulation et vise le contrôle interpersonnel. Le leadership toxique, quant à lui, est caractérisé par l'abus de pouvoir et le contrôle excessif afin de satisfaire des besoins personnels. Ce type de leader peut également transgresser les règles à des fins personnelles. Pour sa part, le « Le leadership destructeur prend la forme de comportements visant à faire du mal. » LUC BRUNET professeur associé au Département de psychologie de l'Université de Montréal leader psychopathe est incapable d'accepter la critique, et se montre imprévisible, impulsif et manipulateur. « Alors qu'on compte seulement 1% de psychopathes dans la population en général, en entreprise, 4% des gestionnaires seraient de type psychopathe en moyenne », indique Luc Brunet. Enfin, le leadership laisser-faire est le comportement de l'individu en position d'autorité qui a abdiqué ses responsabilités et ses devoirs, et ne donne aucune indication ou instruction à ses subordonnés. Prévenir et guérir Comment les organisations peuvent-elles détecter ce type de comportements nuisibles et se prémunir contre leurs effets délétères ? En matière de prévention, le professeur prône une meilleure sélection des cadres. « Le leadership destructeur prend naissance dans la personnalité du gestionnaire, et ses traits négatifs sont généralement camouflés dans un profil positif. Des tests psychométriques valides pourraient aider à les repérer », précise-t-il. Autre indice  : ce type de leader a souvent un rendement moyen, mais il a développé l'art de donner l'impression d'être le meilleur en s'appropriant le succès et les réussites de ses subordonnés. « Si l'on ne peut pas changer la personnalité des individus, il est en revanche possible de modifier certains comportements », affirme Luc Brunet. Une lueur d'espoir pour les employés aux prises avec des supérieurs destructeurs. M Viehr faire L'ÉQUIPE ! JOURNÉES D'EMBAUCHE Magasin d'épicerie en ligne 10655 boul. Henri-Bourassa Ouest, Ville Saint-Laurent, QC H4S 1A1 MERCREDI 24 NOVEMBRE de 15h à 20h SAMEDI 27 NOVEMBRE de 9h à 14h Ou pose ta candidature maintenant au metro.catemploisECOM - ecom.emplois@metro.ca metro c'est nous



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :