Métro Montréal n°2021-09-14 mardi
Métro Montréal n°2021-09-14 mardi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2021-09-14 de mardi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 18,9 Mo

  • Dans ce numéro : quels seront les impacts sur l'île de Montréal ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
26 Journal Metro Mardi 14 septembre 2021 Inspiration Q Florence-Léa Siry Dans le cadre de la série Métro X 30, on vous présente 30 personnalités montréalaises férues de nouvelles locales et du journal Métro. Aujourd'hui, Florence-Léa Siry, experte de la lutte au gaspillage alimentaire. Mission Je ne prône pas le zéro déchet, je milite pour le zéro gaspillage. Je suis contre la privation, mais pour la créativité. Je n'ai pas envie de dire aux gens comment agir ; je souhaite les amener à réfléchir autrement. Mon blogue (Chic Frigo Sans Fric), c'est une façon, pour moi, d'inciter les gens à cuisiner de façon créative, en apprenant à redéfinir ce que peut être un surplus ou un déchet alimentaire. Moteur de motivation Depuis que j'apprends à moins gaspiller, ma créativité n'a jamais été aussi stimulée. Avec tous les problèmes climatiques actuels et tous les signes que la planète n'est plus capable de supporter le rythme de vie des humains, c'est de notre responsabilité de réfléchir aux petits gestes qu'on peut poser. Un projet qui vous tient à coeur Je vais bientôt publier un 5e livre, dont je donnerai des nouvelles sous peu. En 2022, il y aura un autre Défi vide frigo. L'objectif sera de rassembler les Québécois. J'espère que ce projet, qui s'échelonnera sur toute l'année 2022, incitera les citoyens à vider sans jeter, à mieux manger et à réduire leur empreinte, un repas à la fois. Le défi ne se limitera pas seulement à la cuisine : il touchera aussi le textile et les articles de maison, notamment. Le but ? Améliorer les habitudes de consommation. Inspiration Ce qui m'apaise le plus, c'est aller regarder le coucher du soleil au campus MIL. Étant très sensible à la lumière, je suis toujours à la recherche des beaux couchers de soleil. Endroit préféré à Montréal Je n'ai pas d'endroit préféré ; j'aime découvrir. Mon travail m'amène un peu partout. Je suis une curieuse et une amoureuse de Montréal. Je me plais à m'imprégner de toutes les cultures et de toutes les influences qu'offre la ville. Votre quartier La Petite Italie. C'est un quartier bien situé. J'habite en face du marché Jean-Talon et juste à côté de la rue Saint-Laurent, alors j'ai plein de commerces et restos à proximité. Un endroit à découvrir dans la Petite Italie Les grandes tables de la rue Shamrock pour jaser avec les copains, même très tard le soir. — Propos recueillis par Catherine Perron Les pelures, ça se mange ! Jeter ses retailles et épluchures au compost c'est bien. Les hacher, les rôtir, les poêler, les assaisonner... bref, les cuisiner, c'est encore mieux ! Voici cinq fruits et légumes qui se mangent au grand complet. Zoé Magalhaès zmagalhaes@metromedia.ca La betterave Surtout appréciée pour son tubercule rond et pourpre, la betterave est comestible de la racine jusqu'au bout des feuilles. « Elle est en fait issue de la même famille que la bette à carde », nous apprend Catherine Roy, bénévole pour le projet Sauve ta bouffe des AmiEs de la Terre de Québec qui lutte contre le gaspillage alimentaire. « Les feuilles de betterave, on peut les manger crues dans une salade, les faire sauter ou les ajouter dans une garniture de quiche. Et elles remplacent aussi très bien les épinards dans un jus vert ou un smoothie. » Envie de chips savoureuses et colorées ? Il suffit de faire griller les pelures de betterave au four avec un peu de sel, de poivre et un filet d'huile d'olive. Les radis Quand on les achète en bottes, frais du marché, les radis viennent souvent avec leurs feuilles. Plutôt que de les laisser flétrir au frigo, on les ajoute simplement à nos salades, à nos soupes ou à nos plats de pâtes pour une touche de verdure. « C'est aussi très bon dans un pesto », suggère Catherine Roy:, qui apprécie leur parfum herbacé. La carotte On dit que la carotte rend aimable, mais est-ce qu'elle rend écoresponsable ? Tout ce qu'on sait avec certitude, c'est qu'elle se mange à 100%. Pelures, tiges et fanes de carottes sont par exemple excellentes pour mitonner une base à bouillon de légumes. Il suffit de les mélanger à des restes d'oignon ou des verts de poireau, et de les laisser mijoter dans l'eau pour obtenir un très bon bouillon. Le chou-fleur « Le chou-fleur est vraiment sous-estimé et sous-exploité », affirme d'emblée notre experte. Finement hachés, ses feuilles et son pied, qu'on a pour réflexe de jeter, peuvent se manger sautés à la poêle ou en salade. Envie de faire plus original ? Catherine Roy propose carrément de mélanger le chou-fleur au complet et d'y ajouter un oeuf et du fromage. On obtient alors une pâte à pizza sans gluten sur laquelle ajouter les garnitures de son choix. La banane Déchet par excellence — il faut bien que les personnages des dessins animés glissent sur quelque chose —, la peau de banane semble destinée à finir sa vie à la poubelle. Si elle se retrouve rarement dans nos assiettes, elle est pourtant comestible et goûteuse. « Le plus facile, c'est de mixer la pelure de banane avec du lait et de l'incorporer ensuite dans votre pâte à muffin, ou d'en faire un gâteau », explique notre experte de l'antigaspi. Attention toutefois à ne pas choisir un fruit vert dont la peau serait trop dure pour être broyée. Pour cette recette, on préfère aussi des fruits biologiques, histoire de ne pas trop s'intoxiquer aux pesticides. Iw Photo pelures : Ju lia Kuzenkov/Unsplash ; Photo Florence-Léa Siry : Gracieuseté/Josiane de la Sa blonnière
Contenu partenaire EXPLOREZ 1 3 5 7 2 4 6 8 La mode québécoise à l’état brut Toujours aussi foisonnante, la scène de la mode et du design québécois se la joue éclectique et accessible cette année ! 1/Lakuachimoto. Fondée en 2019 à Montréal par Vincent La Kuach, Lakuachimoto est une ligne non genrée qui se veut inclusive et progressiste. Intitulée That B*tch, sa nouvelle collection est une célébration de la force de soi, celle qui allonge l’échine et qui ouvre les épaules. 2/Jennifer Glasgow Design. Fervente partisane du mouvement slow fashion, Jennifer a commencé son parcours en tant que designer montréalaise en 2003. Son objectif principal  : proposer des créations classiques et de belle qualité aux influences artistiques. 3/Rien ne se perd, tout se crée… Depuis 18 ans, cette entreprise originaire de Saint-Sévère propose des vêtements et accessoires pour femmes entièrement fabriqués de manière artisanale en Mauricie. Parfait pour se gâter ou gâter un être cher avec des trouvailles 100% locales ! 4/Vêtements IFRI. Après la pandémie, Nadia Mechichi a relancé le projet qu’elle avait mis de côté pendant plus de 20 ans. C’est ainsi, imprégnée des parfums, des couleurs, des épices, ainsi que des écritures dansantes de la calligraphie arabesque, qu’IFRI est née. 5/Clothes & Roads. Après avoir vécu avec l’ensemble de ses possessions dans un sac à dos, Marie-Ève Bournival-Paré s’est mise à se questionner sur ses nécessités. Dans un élan d’inspiration, elle lance sa propre compagnie de vêtements. Son dada  : des designs minimalistes et des pièces versatiles essentiels à son quotidien. 6/Eliza Faulkner. S’étant construit un statut culte en tant que designer préférée de l’industrie pendant des années, elle fait maintenant son entrée dans la mode grand public. Quiconque a déjà porté une de ses pièces considère certainement celle-ci comme étant son vêtement préféré ! 7/Moov Activewear. Fondée par les sœurs Geneviève et Stéphanie Tremblay, Moov Activewear produit des vêtements sport haut de gamme fonctionnels qui permettront à chaque femme de bouger à sa façon, sans compromis. La marque développe et produit au Québec des vêtements athlétiques responsables. 8/Oscar Mendoza. Ce créateur d’origine mexicaine présente des pièces influencées par la fantaisie, l’imaginaire mexicain, les habits des 18 e et 19 e siècles et la culture pop. Il doit son inspiration à des icônes légendaires de la mode qui incarnent la force et la féminité. Véritable incontournable de la scène de la mode et du design, notre belle province recèle de designers tous plus créatifs et uniques les uns que les autres. Faites-vous plaisir et allez vite les découvrir ! Pour découvrir l’article complet, rendez-vous à journalmetro.com/explorez



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :