Métro Montréal n°2021-08-03 mardi
Métro Montréal n°2021-08-03 mardi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2021-08-03 de mardi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 12

  • Taille du fichier PDF : 11,4 Mo

  • Dans ce numéro : douloureuse éviction à Verdun.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
C Facebook Twitter Linkedin Instagram stm.info D ID D PROXIMITÉ, ACCOMPAGNEMENT ET SÉCURITÉ Des constables spéciaux dans notre réseau Cette année, le rôle des inspecteurs a pris un virage client axé sur la proximité, l’accompagnement et le sentiment de sécurité de nos clients. LE PREMIER CONTINGENT DE CONSTABLES SPÉCIAUX A ÉTÉ RÉCEMMENT ASSERMENTÉ POUR AUSSITÔT ENTRER EN POSTE. JOURNAL MÉTRO - BANDEAU Avec ce changement de rôle, nous Montage emboîtons le pas à plusieurs sociétés de transport au Canada en fai- 10 po x 2,25 po Échelle sant de nos inspecteurs de travail des pro- 100% fessionnels reconnus de la sûreté des transports collectifs. Cette assermentation s’inscrit dans le cadre d’une stratégie de proximité qui permettra de favoriser la cohabitation harmonieuse de l’ensemble de la clientèle fréquentant nos réseaux. Nos constables contribuent à assurer un climat convivial et sécuritaire pour renforcer le sentiment de sécurité dans nos installations et améliorer la fluidité de vos déplacements. PARTICIPEZ À NOTRE CONCOURS DES MARCHÉS PUBLICS DE MONTRÉAL POUR GAGNER UNE CARTE-CADEAU D’UNE VALEUR DE 200 $ ÉCHANGEABLE DANS LES MARCHÉS PUBLICS DE MONTRÉAL, ET DEUX TITRES DE TRANSPORT MENSUELS. Où que vous habitiez, les marchés publics de Montréal sont d’incroyables sources de saveurs, de textures, d’odeurs, et surtout de fraîcheur. Cet été, visitez-les et courrez la chance de gagner des prix ! Pour participer à ce concours  : A A A Rendez-vous dans un des 12 marchés publics de Montréal ; prenez une photo de votre expérience ; partagez-la sur Instagram en identifiant @marchespublicsmtl et @stminfo. Pour plus de détails, rendez-vous sur stm.info/marches-publics Carte des marchés publics accessibles depuis le transport collectif. info UN CONCOURS TELLEMENT FRAIS Courrez la chance de gagner une carte-cadeau et des titres de transport gratuits Jean-Talon Marché Jean-Talon Côte-des-Neiges Marché de quartier Jean-Brillant Marché solidaire Ahunstic-Cartierville Mont-Royal Marché de quartier Mont-Royal Papineau Marché de quartier Papineau Cadillac Marché solidaire Cadillac Marché de quartier Place Jacques-Cartier Marché de quartier Square Victoria Tellement Tellement frais. Montréal. Lionel-Groulx Sauvé Sherbrooke Marché de quartier Carré Saint-Louis Lionel-Groulx Marché Atwater Pie-IX Marché Maisonneuve Frontenac Marché solidaire Frontenac Champ-de-Mars Square Victoria-OACI
journa[metro.com métr 1171 Mardi 3 août 2021 3 Des logements de Verdun repris sous de faux prétextes Logement. Une résidente de Verdun dénonce son éviction faite sous de faux prétextes. Après près de 10 ans à habiter dans son six pièces et demie, Mélanie G.* a été forcée de quitter son logement abordable parce que le nouveau propriétaire de l'immeuble y emménagerait. Celuici ne s'y est toutefois jamais installé. En fait, il a plutôt revendu le bâtiment à peine six mois plus tard. NAOMIE GELPER naeber(ametromedia.ca C'est en juin 2019 que Mélanie G. a eu la visite de Maximilian Cukier, qui venait d'acquérir l'immeuble de la rue Hickson à Verdun. Il était accompagné de son partenaire, Evan Paperman, directeur de la même compagnie à numéro. Après cette première rencontre « menaçante », la mère de famille reçoit un appel de M. Cukier. Celui-ci lui ordonne de partir avant la fin de son bail qui se termine en juillet 2020, ce à quoi elle s'oppose. « Il me dit qu'il a besoin de l'appartement, qu'il va y demeurer, lui et sa femme », se rappelle Mm° G. Prête à se battre Dans un premier temps, Mélanie G. a refusé de quitter son logement, où elle habitait avec ses deux fils et sa mère au coût de 1000$ par mois. C'est finalement au mois de novembre que la femme, épuisée, « commence à baisser les bras et à trouver ça dur ». Mélanie G. a été évincée de son logement de Verdun. t IOSIE DESMARAIS/MÉTRO En janvier 2020, elle entame sa recherche de logement. La locataire apprendra plus tard que l'homme n'a jamais emménagé dans l'appartement, toujours vide à ce jour. Des banques alimentaires et un coloc Depuis plus d'un an, Mélanie G. considère que sa vie a basculé. Si elle a réussi à retrouver un logement dans son quartier, elle paie dorénavant presque le double du loyer qu'elle payait sur la rue Hickson. La mère de famille recoure aux banques alimentaires et a un colocataire pour arriver à boucler son budget. Des « videurs d'immeubles » Mélanie G. n'est pas la seule à être victime des mêmes spéculateurs immobiliers à Verdun. En effet, l'organisatrice communautaire du Comité d'action des citoyens et citoyennes de Verdun (CACV), Margot Sylvestro, affirme que l'organisme a quatre dossiers actifs avec les locateurs Maximilian Cukier et Evan Paperman. « La logique économique de ces deux personnes-là, la même que pour d'autres spéculateurs immobiliers, c'est de cibler des immeubles qui sont sous la valeur du marché et de les remettre à la valeur du marché, explique Margot Sylvestro. Pour des économistes ou des financiers, c'est quelque chose de bien vu, sauf que, au bout de ça, il y a des humains. » Les résistants de Verdun André Savard et Daniel D.* ont eux aussi subi les pressions des mêmes spéculateurs immobiliers. Aujourd'hui, chacun est le dernier habitant de leurs immeubles respectifs. Plus de 500 cas la fin de semaine dernière, surtout des jeunes - Le Québec enregistre 501 infections depuis le dernier bilan. Les 20-39 ans, part de la population où le taux de vaccination est le plus bas, continuent d'enregistrer la part la plus importante des nouvelles infections, avec près de 53% des cas. MÉTRO Ce qui attriste le plus Mélanie G. est le fait qu'on lui ait menti. L'immeuble a été revendu en décembre 2020, dit-elle, information confirmée par le registre foncier que Métro a pu consulter. Personne ne semble y habiter encore aujourd'hui. En effet, le bâtiment où réside Daniel D. depuis 20 ans a été vendu au duo Cukier-Paperman en janvier 2020. Ces derniers lui demandaient de quitter son appartement pour y faire des rénovations. « Ils m'ont dit  : il faut que vous partiez d'ici. Dans le fond, j'ai compris que c'est parce que je paie 405 $ », souligne Daniel D. Pour ce qui est de André Savard, il est le seul des six locataires à ne pas avoir signé une résiliation de bail sous la pression des mêmes spéculateurs immobiliers. À présent, il affirme être l'unique occupant de l'immeuble à six étages. Récemment, M. Savard a écrit au premier ministre du Québec François Legault pour dénoncer ce dont lui et d'autres voisins sont victimes. « Les cas de gens qui vivent une situation comme la mienne se multiplient. Certes, il y a la question du logement social, mais il y aussi celle de ces prédateurs immobiliers qui sont devenus des videurs d'immeubles, des videurs brouillant la ligne de partage entre propriété et gangstérisme », écrit-il dans sa lettre adressée à M. Legault. Métro a tenté de contacter Maximilian Cukier et Evan Paperman, mais ils n'ont jamais rappelé.'Les noms de famille des personnes n'ont pas été publiés afin de préserver leur identité. PORT DU MASQUE Assouplissement des règles pour l'extérieur Alors que le port du masque est synonyme d'inconfort quand le thermomètre grimpe, le Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale et la CNESST ont annoncé aujourd'hui des assouplissements dans les milieux de travail. Lorsqu'un avertissement de chaleur sera émis par Environnement Canada, les employés ne seront plus obligés de porter un masque de qualité à l'extérieur. Cela même si la distanciation physique d'un mètre ne peut être respectée. Plus de 30°C Un avertissement de chaleur est émis par Environnement Canada lorsqu'on prévoit une température de 30°C ou plus et un indice humidex de 40 ou plus pendant au PANDÉMIE Une des animations/rosie DESMARAIS/METRO Célébrer la résilience des étudiants À l'aube de la rentrée, la vidéoprojection Hymne au quotidien s'anime sur la façade du pavillon Président- Kennedy de l'Université du Québec à Montréal (UQAM). Elle rend hommage à la communauté étudiante et à sa résilience pendant la pandémie, tous les soirs de la tombée de la nuit jusqu'à 23h et jusqu'au 29 août..r. Le masque à l'extérieur ne sera plus obligatoire quand il fera très chaud./JOSIE DESMARAIS/METRO moins une heure ou une température de plus de 40°C. Le retrait du masque en extérieur se terminera quand le mercure redescendra sous la barre des 300C. Pour concilier respect des règles sanitaires et confort en période de forte chaleur, la CNESST recommande également des pauses plus fréquentes et de prévoir des lieux et des moyens de rafraîchissement des personnes. ROSANNA TIRANTI La vie étudiante a été mise à rude épreuve, entre présentiel, enseignement à distance et examens virtuels. « Notre quotidien s'est transformé en véritable jour de la marmotte. Nos pantoufles, nos chats et notre espace intime ont pris une place prépondérante dans nos journées. » C'est le studio montréalais HUB Studio qui s'est occupé d'animer et de mettre en scène les photographies et illustrations. PASCAL GAXET



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :