Métro Montréal n°2021-06-29 mardi
Métro Montréal n°2021-06-29 mardi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2021-06-29 de mardi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 12

  • Taille du fichier PDF : 9,6 Mo

  • Dans ce numéro : plus chaud qu'ailleurs au pays.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
SANS 0,0% ALCOOL DÉCOUVREZ D’EXCELLENTES BOISSONS sans alcool Rendez-vous sur journalmetro.com/explorez
métr journalmetro.com Mardi 29 juin 2021 OPINIONS TRIBUNE LIBRE Et si on allongeait le congé de paternité ? À la suite de la Semaine québécoise de la paternité, nous avons de nombreuses raisons de célébrer. Les « nouveaux pères » du Québec sont plus investis dans leur vie familiale qu’aucune génération ne l’a été avant eux. L’époque du père pourvoyeur – simple figure d’autorité incapable de changer une couche – semble révolue. Les papas d’aujourd’hui sont impliqués dans toutes les étapes du développement de leurs enfants, de la pouponnière à la collation des grades, et sont des joueurs de premier trio au sein de leur équipe parentale. Cette petite révolution s’est opérée sur plusieurs décennies, en même temps qu’évoluait notre société. Les politiques familiales adoptées à la fin des années 1990, plus particulièrement l’entrée en vigueur du Régime québécois d’assurance parentale (RQAP), en 2006, ont cependant été un point tournant. Elles ont accéléré le changement. Il y a 15 ans, seulement 20% des pères québécois osaient prendre un congé de paternité. Nous sommes métr maintenant plus de 90% à le faire, un sommet au pays, et de loin. De nombreuses études ont depuis démontré que cette présence accrue des pères québécois à la naissance a un impact durable quant à leur implication familiale. Et la prochaine étape ? Nous avons fait des pas de géants, donc, à un tel point que les papas québécois sont maintenant parmi les plus investis dans leur famille non seulement au Canada, mais à Magnifique ciel vu du Mont Royal Une de nos lecteurs a croqué ce ciel enflammé il y a quelques semaines alors qu’il visitait ce lieu chouchou des Montréalais./GRACIEUSETÉ SILIMI MOHAMED travers le monde. Tout le monde en profite  : papa, maman, les enfants. Mais…pourquoi s’arrêter en si bon chemin ? La grande marche vers l’égalité est effectivement loin d’être terminée. Un déséquilibre tenace persiste entre les responsabilités familiales assumées par les mères et les pères. La pandémie a eu pour effet d’accroître cet écart, en accentuant souvent la charge mentale assumée par les femmes. Bien qu’avant-gardistes, nos TRIBUNE LIBRE La bulle des chauffeurs d’autobus De plus en plus ridicule la fameuse barre hachurée jaune dans les autobus de la STM. Les chauffeurs sont derrière un plexiglass depuis un bon moment, et ils peuvent maintenant conduire sans masque. Tant mieux pour eux d’ailleurs. Mais les passagers qui doivent rester debout, alors qu’un ou des bancs demeurent inutilisables, on justifie ça comment à la STM ? Ce matin, un chauffeur m’a demandé de me déplacer vers l’arrière, dans un autobus plein de gens debout. « Pour respecter les deux Faites-nous découvrir votre Montréal ! Photographes, à vos appareils ! Courez la chance de voir votre cliché publié dans les pages Opinions de votre journal favori... Faites-nous parvenir vos photos de la ville à opinions@journalmetro.com. MÉTRO L’actualité vous fait réagir ? Écrivez-nous ! opinions@journalmetro.com Volume  : 21 Numéro  : 48 À Montréal, Métro est publié par Métro Média, 101, boul. Marcel-Laurin, Montréal H4N 2M3 Tél.  : 514 286-1066 Imprimé par  : Transcontinental Transmag, 10807, rue Mirabeau, Anjou, Québec, H1J 1T7 Distribué par Metropolitan Media Services/Directrice de la distribution  : Danielle Tessier Directeur principal des ventes  : Patrick Marsan Contrôleur  : François Dallaire Directeur de l’information  : Olivier Robichaud Chef de pupitre  : Carole Côté Vous avez une opinion à nous faire parvenir ? opinions @journalmetro.com Vous voulez annoncer dans nos pages ? publicite@journalmetro.com Vous avez une nouvelle à nous faire parvenir ? info@journalmetro.com. ISSN 1716-9895/123RF politiques familiales tendent encore à perpétuer ce déséquilibre. Au-delà des cinq semaines qui leur sont réservées, les pères sont toujours hésitants à s’absenter du travail pour prendre soin de leurs enfants. Selon les données officielles du RQAP, les mères québécoises prennent en moyenne 45 semaines de congé à la naissance, contre sept semaines pour les pères. Et dans 70% des couples, les semaines de congé parental dites « partageables » sont prises en totalité par la mère. Certains pères « ne se sentent pas légitimes de négocier la division des semaines parentales. L’étiquette « congé de maternité » qui colle à ces semaines et l’idée que la mère est la mieux disposée pour en faire usage les mènent à abandonner ce désir d’être davantage présents, non sans frustration », écrit la sociologue Valérie Harvey. Ce déséquilibre a des conséquences multiples. Il freine la progression professionnelle des femmes, qui doivent mettre leur carrière en veilleuse pour se concentrer à temps plein à leur rôle de mère pendant un, deux ou trois ans, voire plus. À l’inverse, il freine l’élan paternel de plusieurs hommes, qui n’auront probablement jamais pareille occasion de s’occuper seuls de leurs bébés à la maison. Afin d’encourager un plus grand partage du congé parental, le gouvernement a récemment bonifié le RQAP. On s’est toutefois contenté mètres », a-t-il ajouté. Ah oui, ok, sauf qu’il faisait allusion aux siens, pas à ceux des passagers, impossible d’ailleurs d’appliquer la distanciation dans un bus à pleine capacité. C’est moi, ou le service à la clientèle est toujours subordonné à des diktats syndicaux à la STM ? MICHAEL SÉVIGNY, MONTRÉAL d’offrir des semaines additionnelles de prestations « partageables » aux parents, sans toucher à la durée du congé de paternité. Le Québec aurait pu faire preuve de davantage d’audace et suivre la voie tracée par l’Islande, où on a progressivement allongé le congé de paternité, jusqu’à atteindre une période de quatre mois réservés aux pères. Accélérer le changement Tous les partis politiques proposent diverses mesures visant à favoriser une plus grande égalité des sexes, et ce, dans toutes les sphères de notre société. Il s’agit d’une valeur qui fait consensus au Québec. Ironiquement, l’allongement du congé de paternité fait rarement partie des mesures évoquées, même si cela contribuerait à atteindre une plus grande égalité là où les hommes et les femmes passent la majeure partie de leur temps  : à la maison, avec leur famille. Au sortir d’une pandémie qui a bouleversé passablement le quotidien des familles, l’occasion serait belle de commencer à y penser. Les nouveaux pères n’attendent certainement pas un tel changement pour continuer de prendre leur place. Dans tous les scénarios, notre petite révolution se poursuivra, lentement mais sûrement. Or, il est encore permis d’oser accélérer le changement. MAXIME PEARSON ET SAMUEL TREMBLAY, 7 COFONDATEURS, NOUVEAUX PÈRES/ARCHIVES MÉTRO



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :