Métro Montréal n°2021-06-23 mercredi
Métro Montréal n°2021-06-23 mercredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2021-06-23 de mercredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 12

  • Taille du fichier PDF : 14,1 Mo

  • Dans ce numéro : une autre étape, toute la province passera des petits aux moyens partys la semaine prochaine.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
métr thIlt 1171 OPINIONS SE SUICIDER CHRONIQUE IN LIBRO VERITAS FRÉDÉRIC BÉRARD docteur en droit et politologue « Le sens littéral de la vie est tout ce que vous faites qui vous empêche de vous suicider », disait Albert Camus. Cet enjeu du suicide, pour le prix Nobel de littérature 1957, constituait le seul problème philosophique réellement sérieux. C'est dire. Bien entendu, l'auteur de La Chute (oui, meilleur que L'Étranger ou La Peste, je vous dis), référait ici au suicide sur le plan individuel. Mais ses mots, relus dernièrement et conjugués à deux nouvelles récentes, m'ont balancé au visage l'épiphanie, malheureuse, suivante  : et si nous avions collectivement journalmetro.com Mercredi 23 juin 2021 6 TRIBUNE LIBRE Au Québec, on tue des femmes Il ne s'agit pas de meurtres, non. On les poignarde, on les bat à mort et au passage on fait des orphelins. Elles sont assassinées, sauvagement, parce qu'elles sont des femmes et des filles. Parce que dans la société dans laquelle on vit, il est encore acceptable de faire subir des violences aux femmes. Il est temps de cesser de considérer les féminicides et les violences sexistes comme des faits divers sporadiques que l'on oublie après avoir posté une photo de ruban blanc accompagnée d'un hashtag populaire. Tuer des femmes, à cause de leur métr VU'opté pour le suicide ? Je déconne ? Non. Xième tentative d'attirer l'attention sur l'obsessive lubie ? Peut-être, mais... non. Parce que pensez-y  : si votre oncologue vous prédisait qu'à moins de ne changer vos habitudes de vie, votre espérance quant à celle-ci, dans les prochains six moins, serait réduite à néant, vous feriez quoi ? Or, dans la mesure des limites d'une métaphore, c'est (très) précisément l'annonce reçue, la semaine dernière. Une autre. Qui s'ajoute à une liste infinie, laquelle revêt le sexe ou leur identité et expression de genre, n'est pas un événement anodin. C'est le résultat de violences systémiques, gracieuseté du patriarcat. C'est un symptôme d'une société malade qui gangrène dans l'indifférence générale. 13 féminicides depuis le début de l'année c'est assez, il faut agir, et vite ! Madame Guilbault, les services sont peut-être là mais ils sont loin d'être suffisants'. Vous ne le savez peut-être pas, mais le sous-financement chronique des organismes de première ligne, tels que les Centre de femmes et les maisons d'hébergement, ne permet pas d'assurer les services essentiels au moment où ça compte. L'offre de services et d'activités diminue alors que la demande ne cesse de croître et ce à une vitesse exponentielle depuis la pandémie. Le féminicide est l'issue macabre d'une série de violences répétées et systémiques qui peuvent être psychologiques, physiques, financières, dénominateur commun suivant  : ON. S'EN. TAPE. Pourtant, l'identité de l'auteur de ce nouvel opus, soit le gouvernement canadien, devrait intéresser les plus sceptiques. Pourquoi ? D'abord parce qu'il est, lui-même, l'un des principaux protagonistes de la débâcle mondiale. Ironiquement satisfaisant, donc, de le voir projeter, chiffres à l'appui, les conséquences de son médiocro-marasme. Ensuite et peut-être surtout, parce qu'il est question en l'espèce de fric, c'est-à-dire l'habituelle marotte des négationnistes des impacts du réchauffement climatique. Comme l'a déjà clamé (fièrement) la député caquiste de mon coin de pays  : c'est ben beau, l'environnement, mais on va quand même pas se mettre dans la rue pour ça ! Bien sûr que non, Madame Chose. Plutôt l'inverse qui se produira. Et bravo pour votre choix de Faites-nous découvrir votre Montréal ! Photographes, à vos appareils ! Courez la chance de voir votre cliché publié dans les pages Opinions de votre journal favori... Faites-nous parvenir vos photos de la ville à opinions@journalmetro.com. MÉTRO Et pour les obsédés du cash  : « les changements climatiques pourraient faire perdre 128 millions d'heures de travail par année d'ici la fin du siècle, soit l'équivalent de 62 000 emplois à temps plein et de près de 15 milliards de dollars ». parti. Z'êtes à bonne place. Ainsi donc, et selon le rapport (scientifique) commandé par Ottawa et initialement discuté par le (super) journaliste Shield, du Devoir  : « Les changements climatiques sont une urgence de santé publique qui ne fait que croître, et nous devons commencer à les traiter comme tels ». Pour une gang qui peine à sortir de pandémie, disons que le message devrait résonner aisément. Une autre petite couche  : « Si aucune mesure n'est prise, les coûts des soins liés à l'exposition à l'ozone pourraient atteindre le quart des sommes actuellement allouées aux soins des personnes atteintes de cancer. Les coûts reliés à la perte de vies et de qualité de vie sont encore plus élevés ; nous les estimons à 86 milliards de dollars par année d'ici 2050 et à 250 milliards par année d'ici 2100 ». Une autre  : « sur une période de 10 ans à la fin du siècle, les maladies respiratoires liées à l'ozone pourraient entraîner 270000 hospitalisations et décès prématurés, soit plus que la population de la ville de Gatineau ». La part du gâteau, aussi, pour la santé mentale, celle-ci pouvant constituer « l'une des conséquences sanitaires les plus coûteuses pour le Canada », provoquée par les « modifications permanentes aux paysages et aux sexuelles, verbales, coloniales et spirituelles. Il est possible d'amoindrir les effets de la normalisation de la violence à travers de la sensibilisation et de l'intervention. Néanmoins, lutter contre les violences faites aux femmes nécessite des actions concrètes de la part de notre gouvernement. Il est plus que temps de faire sortir notre société de cet état de nature dans lequel on s'est enlisé. En ce sens, nous exigeons la mise en place des 190 recommandations énoncées dans le rapport du comité d'experts sur l'accompagnement des victimes d'agressions sexuelles et de violences conjugales. Nous exigeons également l'instauration du principe de Joyce. Nous avons tous et toutes un rôle à jouer car quand on perd l'une des nôtres, il est déjà trop tard. A toutes ces femmes qui ont perdu la vie, on vous a dans la peau, on vous, 5,'=` porte dans notre coeur. On ne vous oubliera pas. écosystèmes », ainsi que par les catastrophes naturelles à répétition. Quant à ceux et celles qui pensent que le climat canadien frisquet et ses grands espaces rendront la chute moins pénible, petite nouvelle (réitérée)  : non. Tout le contraire, en fait, notre climat se réchauffant deux fois plus rapidement que la moyenne mondiale. Tough luck. Stressant ? Peut-être pas, au fond. Selon les conclusions rapportées par France-Presse de la plus grande expédition scientifique jamais menée au pôle Nord, il est possiblo-probable que nous ayons déjà franchi le point de bascule quant à la banquise arctique et, invariablement, pour ses petites et grandes soeurs. Point de bascule, oui. Comme dans l'expression « début de la fin ». Le suicide, par définition, constitue un acte conscient. C'est ça qui est ça. À toutes celles qui vivent une situation de violence, le Centre des femmes solidaires et engagées est là pour vous. Nous vous croyons, nous vous comprenons et nous vous soutenons. On vous accueille les bras ouverts. On vous accompagne selon vos besoins, dans le respect de votre rythme. Aujourd'hui plus que jamais, notre combat contre les violences faites aux femmes continue ! LES TRAVAILLEUSES DU CENTRE DES FEMMES SOLIDAIRES ET ENGAGÉES (1) En référence à la déclaration suivante  : Les services sont là, mais malheureusement, il semble qu'on ne pourra jamais pas tout empêcher.  : info@sfse.com L'actualité vous fait réagir ? Écrivez-nous ! oninionseiournalmetro.com Volume  : 21 Numéro  : 46 À Montréal, Métro est publié par Métro Média, loi, bout Marcel-Laurin, Montréal H4N 2M3 Tél.  : 514 286-1066 Imprimé par  : Transcontinenta Transmag, 10807, rue Mirabeau, Anjou, Québec, HU 1T7 Distribué par Metropolitan Media Services/Directrice de la distribution  : Danielle Tessier Directeur principal des ventes  : Patrick Marsa n Contrôleur  : François Dallaire Directeur de l'information  : Olivier Robichaud Chef de pupitre  : Carole Côté Vous avez une opinion à nous faire parvenir ? opinions@journairnetro.com Vous voulez annoncer dans nos pages ? niiheciterain0oulmetro rom Vous avez une nouvelle à nous faire parvenir ? info@journalmetro.com. ISSN 1716-9895 m-
E] D D D Facebook Twitter Linkedin Instagram stm.info ÉLECTRIFICATION DES BUS Un petit nouveau à l’essai au Transport adapté LE TOUT PREMIER MINIBUS ÉLEC- TRIQUE À GRANDE AUTONOMIE DESTINÉ AU TRANSPORT ADAPTÉ EST ARRIVÉ DANS NOS INSTALLA- TIONS EN AVRIL, ET NOUS AVIONS HÂTE DE VOUS EN DIRE PLUS À SON SUJET ! Fabriqué par le fournisseur québécois Girardin Blue Bird, le bus sera mis à l’essai dans le cadre d’un projet de démonstration afin JOURNAL MÉTRO - BANDEAU d’évaluer les impacts de l’électrification au transport adapté, Montage notamment sur votre expérience DES 10 ESSAIS po ROBUSTES x 2,25 po client, la planification des déplacements, les de infrastructures travail du 100 Échelle% centre de transport, les processus t opérationnels, la gestion du parc et les opérations de maintenance. Les essais seront d’abord menés sans clientèle au courant des prochaines semaines puis les premiers clients devraient pouvoir monter à bord à compter de cet automne. Ce sera d’ailleurs la première utilisation par une société de transport au Québec d’un véhicule tout-électrique pour assurer les déplacements des clients du transport adapté. AVANT LA MISE EN SERVICE Dans les prochaines semaines, le minibus sera mis à l’épreuve avec une panoplie de tests et d’essais dans différentes conditions d’exploitation. Grâce à des équipements de télémétrie installés sur le véhicule, nos spécialistes pourront suivre et valider divers indicateurs de performance, notamment en ce qui a trait à l’autonomie des batteries. Cette période de rodage permettra à nos équipes de collaborer avec celles de Girardin Blue Bird pour optimiser le fonctionnement du véhicule. Ce sera aussi une opportunité pour les équipes d’exploitation et d’entretien de se familiariser avec le véhicule et d’être formés avec ce dernier. Tellement royal. CARACTÉRISTIQUES DU VÉHICULE MÉCANO DANS L’ÂME ? Modèle G5e du fournisseur Girardin BlueBird Véhicule à grande autonomie doté d’un plancher haut Capacité d’accueil comparable aux minibus standard déjà utilisés Batteries Lithium Ion NMC de 118 kWh Autonomie prévue de 200 km DES AVANTAGES POUR NOS CLIENTS DU TRANSPORT ADAPTÉ Plus confortable Plus vert Plus silencieux VERS UN RÉSEAU 100% ÉLECTRIQUE On compte actuellement 86 minibus dans la flotte du transport adapté et nous poursuivons nos efforts pour qu’à compter de 2025, si la technologie le permet, nous puissions acquérir exclusivement des véhicules électriques. Tellement Montréal. info UNE IDÉE DE SORTIE LA PLAGE JEAN-DORÉ C’est maintenant ouvert ! Pour vous y rendre, prenez la navette 767 à partir de la station Jean-Drapeau. Profitez aussi d’un 2 pour 1 sur l’achat d’un billet adulte pour la plage Jean- Doré. Cette offre est valide du lundi au vendredi du 23 juin au 20 août grâce à notre partenariat avec le parc Jean-Drapeau. L’été, la plage Jean-Doré, c’est Tellement Montréal. N'oubliez pas d'avoir en main votre titre de transport pour l’aller et le retour ! JOURNÉE FÉRIÉE DEMAIN HORAIRE DES BUS MODIFIÉ La fréquence des bus pendant cette journée sera celle des horaires de fin de semaine. Consultez stm.info l’application Chrono ou Transit pour consulter les horaires du bus pendant la journée. Parc-du-Mont-Royal 711/Oratoire



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :