Métro Montréal n°2021-06-18 vendredi
Métro Montréal n°2021-06-18 vendredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2021-06-18 de vendredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 15,5 Mo

  • Dans ce numéro : un été à célébrer.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
ri r L D Facebook Twitter Linkedin Instagram stm.info MOIS NATIONAL DE L’HISTOIRE AUTOCHTONE L’histoire des noms de lignes d’origine autochtone DANS LE CADRE DU MOIS NATIONAL DE L’HISTOIRE AUTOCHTONE, NOUS AVONS EU ENVIE DE VOUS FAIRE DÉCOUVRIR LES LIGNES DE BUS QUI PORTENT UN NOM ISSU D’UNE LANGUE AUTOCHTONE. 41, 14, 85. 125 41 AHUNTSIC Ce nom rappelle l’histoire presque légendaire du jeune Ahuntsic qui périt dans les eaux de la rivière des Prairies avec le père Nicolas Viel en 1625, à l’endroit nommé du « Sault-au-Récollet ». La légende a été infirmée en 1942 par le père Archange Godbout, qui a démontré qu’Ahuntsic est la transformation du surnom « Auhaitsique » (« petit et frétillant ») que les Hurons avaient donné à un Français qui accompagnait le récollet en Huronie. Prochain arrêt  : La ligne 14 - Atateken a vu son nomentériné en 2019 par le comité de toponymie autochtone de la Ville de Montréal. Il venait remplacer celui de la rue Amherst. 14 ATATEKEN Ce nom est en langue kanien’keha (mohawk). Il signifie « hommes et femmes » ou « frères et sœurs » et porte en lui la notion de relations et d’égalité entre les personnes. o LE VACCIN 85 HOCHELAGA Ce nom était celui du village iroquoien dont Jacques Cartier découvrit la présence en 1535 au flanc du mont Royal. Peut-être le nom autochtone le plus connu de Montréal, il est aussi celui qui porte le plus à discussion. D’abord, personne ne sait où était situé ce village, qui n’existait plus lors du voyage de Champlain en 1603. Ensuite, les causes de la disparition de ce village restent floues  : était-ce une épidémie provoquée par la venue des Européens ? Une attaque ? Un abandon ? Le doute subsiste également quant à la signification du nom Hochelaga. Certains croient qu’il vient du mot iroquoien « osheaga », qui signifie « gros rapides » ; ou alors qu’il viendrait du mot iroquois « oseraka », qui peut signifier trois choses  : « barrage de castors », « où l’on fait les haches », ou encore « là où l’on passe l’hiver ». 125 ONTARIO Ce nom fait référence au lac Ontario, l’un des Grands Lacs du Canada. Ce terme est dérivé du mot « Ontariio », venant de la langue huronne et signifiant « grand lac » ou bien « belle eau scintillante ». Pour leur part, les Iroquois ont appelé ce lac « Skanadario », pour « eaux étincelantes ». La ligne 125- Ontario. On a longtemps cru, à tort, que cette dénomination rappelait la province voisine du Québec, mais la rue Ontario était dénommée depuis plus de 25 ans lorsque cette province choisit ce nom en 1867. Allez-y en bus et en métro. C’est plus simple. 1±1 info 7 JOURS SUR 7 C’EST LE RETOUR DES LIGNES ESTIVALES 419, 711, 767, 769 Redécouvrez Montréal en empruntant nos navettes estivales disponibles 7 jours sur 7 cet été ! Dès samedi, les lignes 767 La Ronde/La Plage et 769 La Ronde seront de retour tous les jours de la semaine. La ligne 419 Express John Abbott continuera son trajet jusqu’au terminus MacDonald, 7 jours sur 7, passant tout près du zoo Écomuseum. La ligne 711 Parc-du- Mont-Royal vous proposera quant à elle un parcours typiquement montréalais sur la montagne via l’oratoire Saint-Joseph. Rien de mieux pour célébrer Montréal ! Pensez à avoir en main votre titre de transport pour l’aller et le retour. Le titre unitaire est vendu 3,50$ mais vous économiserez en achetant le titre 2 passages à 6,50$, en entrant dans le métro. Ainsi, plus besoin de chercher de la monnaie lorsque vous reviendrez de la plage ! o Prenons soin de nous
métr journa[metro.com 1171 Week-end 18-20 juin 2021 3 ACTUALITÉ Un commerce sauvé in extremis Affaires. La Boucherie Provisions, située sur la rue Gilford dans l'arrondissement du Plateau-Mont-Royal, a bien craint devoir fermer ses portes à cause de travaux mal planifiés par la Ville de Montréal. Elle a été sauvée in extremis par le report des travaux d'aqueduc que la Ville comptait entreprendre cet été. f PASCAL GAXET À la suite d'un cri du coeur lancé sur Facebook par le propriétaire, les travaux menaçaient la pérennité du commerce, qui n'a pu tourner à pleine capacité ces deux derniers étés. « Nous sommes à bout de ressources, et à bout de souffle. Si rien ne se passe, nous devrons fermer », affirmait la Boucherie Provisions dans sa publication du 15 juin. La Ville de Montréal a entendu ce cri du coeur. « Nous sommes heureux d'avoir informé le propriétaire de Provisions que nous avons modifié la séquence des travaux de réhabilitation d'aqueduc et qu'ils seront par conséquent reportés à l'an ÉRIC MARTEL PITIAUPWarrIP171,1114, ça Pour accroître l'autonomie du Québec en matière de découverte, de développement et de production d'ingrédients nécessaires à la composition de médicaments, le gouvernement du Québec investit 13 M$ dans un projet de l'Université de Montréal, Médicament Québec. La Boucherie Provisions pense que ce dernier épisode aurait mené à sa mort. JOSIE DESMARAIS/METRO « Au début du mois de mai, nous avons reçu un mot sur la porte du Provisions Gilford  : travaux d'aqueduc sur la rue du 11 juin au 27 août. Notre terrasse et les placotoires qui sont sur la rue devront être déconstruits et enlevés pour l'été. » Extrait tiré de la publication sur Facebook prochain », a indiqué à Métro l'attachée de presse du comité exécutif. La Ville pense que cela permettra au commerçant d'exploiter sa terrasse cet été. « Nous sommes conscients que les commerçants ont besoin de prévisibilité [...]. Comme dans toute planification de chantier, nous nous assurerons de limiter au maximum Le ministre de l'Économie et de l'Innovation, Eric Girard/ARCHIVES MÉTRO l'impact des travaux auprès des citoyens et des commerçants montréalais », poursuit-elle. « Notre cri à l'aide a été entendu. Merci à toute notre communauté d'avoir amplifié notre voix. C'est seulement après tout ce bruit que les choses ont changé. Merci, merci, merci », a publié le commerçant sur sa page Facebook. L'initiative soutiendra les entreprises, notamment en matière de formation. Son objectif sera aussi d'améliorer leurs capacités de production afin de limiter les pénuries et la dépendance aux entreprises étrangères. « La priorité est d'assurer en tout temps l'accès à des médicaments essentiels pour la population », a précisé le ministre de la Santé, Christian Dubé, hier. Pfizer  : 60000o doses en moins dans la province Le rythme de la campagne de vaccination du Québec risque de ralentir en raison d'une baisse des livraisons de Pfizer au cours des prochaines semaines. Cette baisse inattendue se chiffre à près de 600000 doses et concerne les livraisons prévues pour les semaines du 5 et du 1.2 juillet. MÉTRO Manque de coordination Provisions Gilford dénonçait un « manque de coordination » qui était sur le point d'avoir raison du commerce. « Nous ne croyions jamais que ce serait la Ville de Montréal et non pas la COVID qui nous achèverait », dit la direction. Le commerce mentionne qu'en 2019, la rue fut fermée pour la construction des placottoirs et de terrasses. Puis est venu l'été pandémique où l'achalandage fut minime. Si les travaux d'aqueduc avaient eu lieu cette année, cela aurait fait trois étés consécutifs que le commerce ne pouvait fonctionner à pleine capacité. UdeM. Investissement de 13 M$ dans la filière des médicaments Filière québécoise « Les problèmes d'approvisionnement pendant la crise sanitaire ont mis en évidence le besoin d'augmenter la fiabilité et les sources des chaînes d'approvisionnement. Médicament Québec permettra de consolider ces dernières, tout en soutenant la filière du médicament au Québec », a indiqué le ministre de l'Économie et de l'Innovation, Éric Girard. EN 2020 AU QUÉBEC 5 400 décès supplémentaires attribuables à la pandémie Comparativement à une année normale, 5400 décès supplémentaires ont été enregistrés au Québec en 2020. Cette surmortalité serait attribuable à la pandémie, estime l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) dans une étude publiée hier. « Malgré toutes les mesures mises en place pour éviter les décès, la pandémie a entraîné une mortalité beaucoup plus importante par rapport à une année moyenne », constate l'auteure principale de l'étude, Marie-Hélène Guertin. Quelque 58000 décès par an La surmortalité, c'est la mesure du nombre de décès au-delà de ce qui serait attendu lors d'une « période normale ». Au Québec, on a recensé 64 025 décès de toutes causes entre le 23 février 2020 et le 2 janvier 2021. Si l'on se base sur les huit années précédentes, le nombre de morts attendues est de 58 625, selon l'INSPQ Durant la période étudiée, 8 489 personnes sont décédés de la COVID-19, ce qui surpasse la surmortalité estimée. Cela s'explique par la diminution des autres causes de décès, comme la grippe. ÉRIC MARTEL Iprenez une nouvelle longue ! CLASSES VIRTUELLES (en DIRECT avec professeurs) Français Portugais Anglais Mandarin Espagnol Allemand Italien Japonais Arabe École internationale de langues YMCA Tests de classement gratuits et obligatoires pour tous les ouveaux étudiants. Les anciens étudiants n'ayant pas suivirs depuis plus six (6) mois doivent aussi passer le test. info@ymcalangues.ca https://chezvous.ymcaquebec.orgiecole-de-langues/



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :