Métro Montréal n°2021-06-16 mercredi
Métro Montréal n°2021-06-16 mercredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2021-06-16 de mercredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 12

  • Taille du fichier PDF : 13 Mo

  • Dans ce numéro : des lacunes à corriger.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
métr rhIlt 1171 journa1metro.com Mercredi 16 juin 2021 4 PERSPEer 11E Vers des vaccins et des médicaments « made in Québec » Pharmaceutique. Alors que la campagne de vaccination contre la COVID-19 bat son plein au Québec, s'appuyant sur des vaccins importés, américains comme Moderna, Pfizer (codéveloppé avec une firme allemande) ou britannique avec AstraZeneca, la quête pour des vaccins et des traitements contre la COVID-1.9 s'accélère dans la province. ROSANNA TIRANTIrtiranti@metromedia.ca Si la capacité de production canadienne de vaccins et de médicaments est en souffrance, le Québec pourrait bientôt se placer en tête des provinces pour ses avancées prometteuses sur la COVID-19, avec 425 M$ investis et près de 10 projets de vaccins, médicaments et traitements en cours. Petit tour d'horizon des principales avancées qui pourraient mener la province sur la voie de l'indépendance. Plusieurs entreprises québécoises s'activent à mettre au point des médicaments et des vaccins pour combattre le coronavirus. 1235F Vers une production montréalaise Montréal se trouvera au coeur des ambitions d'une production canadienne de vaccins avec le Centre de production de produits biologiques du Conseil national de recherches du Canada (CNRC), actuellement en construction sur l'avenue Royalmount à Montréal. La construction du centre devrait s'achever en juillet 2021 et prévoit de fournir environ 2 M de doses de vaccins par mois dès 2022. Le projet RESTAU ReANFARs fédéral de 126 M$ soutiendra la production de vaccins à l'échelle du pays, et mettra à contribution le travail de laboratoires comme Novavax. Novavax vient justement de dévoiler les résultats encourageants de son essai clinique, efficace à plus de 90% sur les variants de la COVID-19. L'étude a porté sur près de 30 000 participants aux Etats-Unis et au Mexique. Le vaccin de Medicago, de Québec, présente une autre avenue prometteuse. R é " " unploiemploiemploi am ploiem ploiemploi ploiem ploiemploi Il II h:demi:dal VI « Une période vaccinale ne viendra pas à bout du virus, c'est pour ça que ces traitements-là deviennent des éléments importants, devant toutes les interventions qu'on peut faire face au virus de la COVID-19. » SteveBourgeault, professeur au Département de chimie de l'UQAM Les résultats de la phase II révèlent une réponse immunitaire positive des patients qui ont reçu deux doses du candidat-vaccin combinées à une substance (appelée GSK) qui stimule le système immunitaire et augmente la réponse au vaccin. En raison du succès de la campagne de vaccination québécoise, Medicago devra déplacer la phase clinique III en dehors du Québec, faute de candidats. L'essai sera mené dans 10 pays et rassemblera 30 000 patients de 18 à 65 ans, d'origine ethnique différente. L'objectif de Medicago  : respecter l'échéancier serré de livrer 76 M de doses, commandées par le gouvernement d'ici la fin de l'été. Medicago a reçu 173 M$ par l'entremise du Fonds stratégique pour l'innovation (FSI) pour faire avancer la recherche. Médicament complémentaire aux vaccins Vaccinés, mais protégés pendant combien de temps ? C'est la question que pose SteveBourgeault, chimiste et professeur au Département de chimie de l'UQAM et qui l'a mené à se lancer dans la recherche d'un médicament contre la COVID-19. Devant la possibilité que le « virus devienne cyclique comme l'influenza et parvienne à déjouer la réponse immunitaire des personnes vaccinées », un médicament, un traitement qui traiterait les symptômes sévères et renforcerait l'immunité constitue une avenue non négligeable. Dans cette voie, plusieurs traitements sont encore en phase de test dans la province. JN Nova, de Montréal, veut mettre au point un médicament qui traitera les symptômes de détresse respiratoire aiguë. L'entreprise collabore avec le gouvernement du Canada et doit entamer ses essais cliniques dans le courant de l'année. D'autres sociétés comme KABS Laboratoires, de Saint-Hubert, et Immune Biosolutions, de Sherbrooke, s'intéressent à l'immunothérapie pour combattre la COVID-19. L'objectif  : fournir au corps des armes pour limiter l'invasion du virus. Le traitement est en41'. métr Il le/vous accompagne dans la réouverture de votre restaurant ET VOUS OFFRE GRATUITEMENT une publication d'offre d'emploi sur journalmetro.com metro@metromedia.ca Offre valide jusqu'au 30 juin 2021 phase pré-clinique et devrait entamer la première phase sur des patients à la fin de l'été ou au début de l'automne. Les deux laboratoires, partenaires, ont reçu un financement de 67,4 M$ du gouvernement fédéral. Laurent Pharamceuticals, un laboratoire établi à Montréal, veut développer un traitement antiviral contre l'inflammation « La prise de son médicament (LAU7b) pendant 14 jours, une fois par jour, ralentirait la progression de la maladie, empêcherait le risque de complications respiratoires et réduirait la mortalité », explique l'entreprise. Vieux médicaments, nouveaux usages Parce que les « nouveaux médicaments » ne sont pas les seuls à pouvoir traiter le COVID-19, le repositionnement, c'est-à-dire identifier parmi les médicaments existants ce qui fonctionne, s'ajoute aux outils pour combattre le virus. Dans cette voie, l'utilisation de la colchicine (un médicament anti-inflammatoire) avec l'étude COLCORONA de l'institut de cardiologie de Montréal publiée début juin dans The Lancet, représente une avancée majeure. R- métr Emplois
D’importants changements à la tête de Devimco Immobilier C DEVIMCO IMMOBILIEF DEVIMCO.COM Devimco Immobilier annonce des changements significatifs à la tête de l’entreprise. Le président et cofondateur de Devimco, Serge Goulet, dévoile qu’une évolution du partenariat liant les associés ainsi que des modulations dans les responsabilités de certains membres de la haute direction sont en cours. Ainsi, Mathieu Jobin, directeur général associé, deviendra progressivement associé majoritaire. Également, James Goulet, vice-président, Acquisitions et Développement, devient également associé de l’entreprise. De son côté, le chef de la direction et associé, Laurent Messier, continue sa progression dans l’actionnariat. « L’ascension de Mathieu et de Laurent ainsi que la nomination de James représentent le début d’une transition graduelle dans les opérations de l’entreprise visant à me permettre de me consacrer au développement des affaires et à la diversification de Devimco Immobilier », explique Serge Goulet. « Mathieu et moi ajoutons du sang neuf à notre partenariat afin de poursuivre l’expansion et la pérennité de notre entreprise. Laurent et James ont démontré leur qualité de leader et ont contribué étroitement aux succès de Devimco au cours des dernières années. Leur ascension au rang d’associés s’imposait comme un élément clé de notre croissance, alors que nous développons toujours plus de projets complexes et innovants », ajoute-t-il. MATHIEU JOBIN Co-fondateur de Devimco Immobilier, Mathieu Jobin occupe, depuis son association avec Serge Goulet, le poste de directeur général associé de l’entreprise. Attitré principalement au montage des partenariats et des financements, il a notamment été l’un des acteurs de premier plan dans la naissance de plusieurs projets, comme MAA Condominiums & Penthouses, Solar Uniquartier et le Square Children’s. Diplômé de la Faculté de droit de l’Université Laval et assermenté au Barreau du Québec en 1997, il a débuté sa pratique en cabinet privé à Québec en droit commercial et immobilier. JAMES GOULET S’étant joint à l’équipe de Devimco en 2013, James Goulet a participé à l’élaboration de nombreux projets à travers l’ensemble des départements de l’entreprise. Cela lui a permis de développer une excellente vision d’ensemble de Devimco. Depuis 2019, il évalue les sites potentiels pour les nouveaux projets. Reconnu pour son leadership, il dirige avec brio diverses équipes multidisciplinaires dans l’élaboration de ceux-ci. Titulaire d’un baccalauréat en administration des affaires de l’Université de Sherbrooke, il assure la représentation des intérêts de l’entreprise auprès des municipalités. SERGE GOULET Serge Goulet, président de Devimco depuis 1997, demeure bien impliqué dans l’entreprise malgré les changements annoncés. Il se consacrera au démarrage de projets visant à continuer la diversification de Devimco. Il travaillera aussi au développement d’une offre permettant la détention à très long terme afin de répondre à la demande d’investisseurs désirant acquérir des actifs pour les générations qui les suivent. Il poursuivra également le démarchage permettant l’acquisition de nouveaux terrains dans le but de mettre sur pied de nouveaux développements. D’ailleurs, Devimco Immobilier dévoilera davantage d’information au sujet de futurs développements ultérieurement. PUBLIREPORTAGE LAURENT MESSIER Laurent Messier a été nommé chef de la direction de Devimco Immobilier en 2019, puis associé en 2020. Depuis son arrivée dans l’entreprise en 2014, il a joué un rôle déterminant dans la direction de l’équipe des finances, puis a su démontrer son leadership dans son rôle de chef de la direction en supervisant les différentes équipes de l’entreprise dans la réalisation de projets complexes et diversifiés. Avant de joindre l’équipe de Devimco Immobilier, il a cumulé plus de 15 ans d’expérience en service-conseil, notamment en acquisition, évaluation et restructuration d’entreprises. Détenteur de deux diplômes universitaires décernés par HEC Montréal, il possède le titre de comptable agréé ainsi que celui d’expert en évaluation d’entreprise délivré par l’Université York I



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :