Métro Montréal n°2021-06-09 mercredi
Métro Montréal n°2021-06-09 mercredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2021-06-09 de mercredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 12

  • Taille du fichier PDF : 14,1 Mo

  • Dans ce numéro : des signaux avant-coureurs au CHSLD Yvon-Brunet.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
métr journalmetro.com Mercredi 9 juin 2021 CULTURE Quatre parcours d’art contemporain pour célébrer le Galeries Week-End Centre-ville L’ombre et son doute Marc Leduc Emmanuel Carrère et des nouveaux venus à la Quinzaine des réalisateurs Aux côtés d’Emmanuel Carrère ou du duo Miguel Gomes et Maureen Fazendeiro, la Quinzaine des réalisateurs, section parallèle cannoise, mettra en avant des cinéastes accomplissant leurs premiers pas à Cannes. Vingt-deux des 24 longs-métrages sélectionnés sont l’œuvre de nouveaux venus à Cannes, a souligné le délégué général de la Quinzaine, Paolo Moretti. RÉDACTION AFP RELAXNEWS Au tour des galeries d’art de se déconfiner. Du 10 au 13 juin, elles ouvriront leurs portes au grand public en présence des artistes et des galeristes qui donnent vie à leurs œuvres. Cette première édition de Galeries Week-End dans la métropole réunit le travail de plus d’une centaine de créateurs locaux et internationaux. Voici quatre itinéraires pour les découvrir dans autant de quartiers de Montréal. Au Quartier des Spectacles, l’Édifice Belgo abrite plus de 25 galeries réparties sur 4 étages. Parmi elles, la galerie Hughes Charbonneau présente un nouveau corpus de sculptures en bois réalisées par David Lafrance. Les œuvres sont inspirées des cycles de la nature qu’il a pu observer depuis son atelier de Saint-Mathias- sur-le-Richelieu. Toujours dans le même bâtiment, Roger Bellemare et Stéphane La Rue proposent une exposition plus minimale. « On travaille ici beaucoup plus dans la subtilité et la nuance, tandis que l’art de David Lafrance se révèle très foisonnant et verdoyant. On a des opposés très intéressants qui s’offrent dans le même environnement », observe Julie Lacroix, directrice de l’Association des galeries d’art contemporain (AGAC). Du côté de Laroche/Joncas, la relève est à l’honneur avec ABSTRUS, une exploration de l’art abstrait. « La plupart des artistes exposés n’ont pas encore reçu beaucoup de visibilité, donc c’est l’occasion de voir ce qui se fait de mieux en matière de pratiques émergentes », détaille-t-elle. Plus près du Golden Square Mile, sur la rue Sherbrooke, la Galerie Robertson Arès présente l’exposition solo La colère de la lumière du peintre français d’origine camerouno-hongroise, Grègór Belibi Minya. L’artiste combine dans sa peinture l’abstraction, la couleur et le mouvement. Il sème ainsi des formes et des couleurs qui visent à faire jaillir l’inconscient du canevas. Écritures Francine Simonin Rosemont – La Petite-Patrie La galerie Art Mûr célèbre ses 25 ans d’existence avec une expo-anniversaire déployée sur ses trois immenses étages. Une discussion sur les expositions aura lieu sous forme de 5 à 7, et il sera aussi possible d’admirer les œuvres en compagnie d’un médiateur. Rappelons que l’organisme est l’une des seules galeries d’art contemporain commerciales québécoises à compter dans ses rangs autant d’artistes d’ici que de noms provenant du reste du Canada, ainsi qu’autant d’hommes que de femmes artistes. Sur le boulevard Saint-Laurent, Robert Poulin expose Marc Leduc qui cumule près de 40 ans de carrière. Celui-ci invente à travers ses dessins et ses tableaux gravés sur bois un langage graphique original et une poésie toute personnelle. L’exposition L’ombre et son doute rassemble une vingtaine de ses créations. Quelques mètres plus loin, on se transporte dans l’univers de deux artistes émergentes, Ooloosie Saila et Josiane Lanthier, à la galerieC.O.A. L’artiste inuite canadienne et la peintre montréalaise expatriée à Baie-Saint-Paul dialoguent sur le territoire québécois, du Nunavut à Charlevoix, dans une exposition qui se veut un abandon aux sensations. CHARLOTTE MERCILLE cmercille@journalmetro.com Mouth Guard Miracle Stephanie Temma Hier Vieux-Montréal/Sud-Ouest À la galerie Blouin Division dans Griffintown, Simon Bertrand donne une visite guidée de son exposition Afterglow. L’ensemble des dessins et des œuvres imprimées créent des liens notamment entre les premières écritures antiques et les plus récentes publications scientifiques. Le tout forme une longue phrase qui évolue hors du temps. La voisine de palier du colossal centre d’expositions Arsenal abrite également la première exposition individuelle de YannPocreau. Traversées minérales regroupe un tout nouveau amalgame d’images et d’impressions sur soies faisant écho aux récentes recherches de l’artiste actuellement présentées au Musée des beaux-arts de Montréal. Chez Bradley Ertaskiran, c’est la dernière occasion de voir les créations de Janet Werner et Stéphanie Temma Hier. Les peintures-céramiques hybrides de celle-ci risquent d’ouvrir l’appétit. Que la nourriture soit au premier plan ou non, tout est appétissant et séduisant grâce au vernis et l’excès illustrés par l’artiste. Des associations surréelles évoquent les processus de consommation, ainsi que le plaisir sensoriel, avant, pendant et après l’acte. « En l’espace de 10 minutes de marche, on a ainsi l’occasion de voir quatre expositions de figures incontournables de l’art figuratif », s’enthousiasme Julie Lacroix. Plateau-Mont-Royal 8 Meet Me Halfway Chun Hua Catherine Dong Éric Devlin sera sur place dans un nouvel espace pour discuter des œuvres de Louis-Pierre Bougie, Francine Simonin et Kittie Bruneau tous trois décédés cette année. « C›est un hommage à ces monuments de la pratique que le galeriste a représentés pendant la majorité de leur carrière. Il est donc un véritable expert de leur travail », affirme Julie Lacroix. Sur la rue Rachel, chez Pierre-François Ouellette, les visiteurs pourront rencontrer samedi Leila Zelli, l’une des trois artistes irano-canadiennes exposées. Celles-ci font usage de la calligraphie, la poésie, le tissage et la vidéo pour créer des espaces méditatifs. « Leila Zelli a récemment reçu la prestigieuse Bourse Claudine et Stephen Bronfman en art contemporain cette année. Dans le milieu, c’est un gage que cet artiste va devenir une figure importante de la communauté », indique l’organisatrice de l’événement. Un nombre grandissant de villes dans le monde ont inauguré leur Gallery Week-End ces dernières années, dont Paris, Berlin et Mexico. 20 Nombre de galeries participant au Galeries Week-End. Plus de 25 expositions y sont présentées.
métr aet journa1metro.com 9re Mercredi 9 juin 2021 AlITITIVRE Christian Ventura/PHOTOS/GRACIEUSETÉ/=COMMUNICATIONS inspiré à ouvrir Sushi Momo », raconte-il. Gourmandises végétales Le restaurant de sushis végétaliens est le premier du genre au Canada à ouvrir en 2018 et le téléphone ne dérougit plus depuis. Un comptoir take out, Komomo, ouvre rapidement ses portes dans le but de combler la demande de plats pour emporter. L'année suivante, il s'allie avec le propriétaire du restaurant botanique LOV pour fonder Bloom Sushi. L'établissement du Vieux- Montréal offre une version plus haut de gamme de rouleaux 100% végétaux. En 2020, Christian Ventura retourne vers ses racines en ouvrant Casa Kaizen sur l'avenue des Pins. Composée de tacos et de quesadillas, la carte s'ancre dans les recettes de son Mexique natal. Juste à côté, il lance un petit frère, le Nopalito qui se spécialise BIENTÔT DANS VOTRE ASSIETTE dans les tortas, des sandwichs mexicains. À travers cette toile grandissante d'adresses, le chef a bon espoir d'élever la cuisine végane au rang de nourriture purement gourmande. « Je dirais que 60% de mes clients ne sont pas végétaliens. Les gens viennent d'abord pour la saveur et les combinaisons uniques des mets offerts. » Les bénéfices environnementaux et éthiques derrière le virage végétalien sont importants pour lui, mais c'est surtout la myriade de goûts et de textures avec laquelle expérimenter qui le fascine. « On croit encore, à tort, que c'est une diète santé, donc nécessairement fade, et je désire déconstruire ce mythe », ajoute-t-il. Le cordon bleu de 34 ans n'a pas terminé sa conquête de Montréal. Cet été, il aura un comptoir au Time Out Market avec un nouveau Des salades hautes en couleurs Fraîches, variées et colorées, ces recettes de salades combinent toutes les saveurs de l'été, avec des vinaigrettes pour bien les assaisonner ! À consommer sans modération. Bientôt dans votre assiette  : 3o salades et 3o vinaigrettes par Geneviàve Plante, aux éditions La Presse, 24,95 $ La conquête végane de Christian Ventura À la suite d'un coup de foudre avec la métropole, Christian Ventura trouve un emploi dans un restaurant japonais en périphérie de l'île. « Je n'avais aucune expérience professionnelle en cuisine et je concoctais des plats très simples à la maison », se rappelle-t-il. C'est là qu'il apprend l'ensemble des techniques derrière la confection de sushis. En l'espace de trois mois, il devient chef de l'établissement. En 2012, Christian Ventura découvre le yoga dans le quartier du Vieux-Port et devient un pratiquant assidu. En parallèle, il s'initie aux principes de la diète végétale suivie par plusieurs de ses professeurs. La philosophie indienne préconise en effet le principe de non-violence, qui englobe le respect des animaux. Fait surprenant, le chef a déjà été un grand carnivore. « Dans la tradition mexicaine, à chaque repas, il faut manger de la viande. S'il n'y en a pas, ce n'est pas considéré comme une assiette complète », explique-t-il. L'abondance de produits animaux dans un foyer est généralement un symbole de richesse, tandis que le végétarisme et le végétalisme sont associés à la pauvreté. Deux ans plus tard, il part en voyage à travers le monde afin d'approfondir sa pratique de yoga. Dans les ashrams qu'il visite, notamment à Bali, en Grèce et en Thaïlande, il explore toutes sortes de manières de mitonner les ingrédients issus des plantes. En escale à New York, il mange pour la première fois des sushis à base de végétaux. « Je me suis dit que c'était bon, mais que je pouvais faire mieux, et c'est ce qui m'a Après avoir butiné en ingénierie et en comptabilité, Christian Ventura achète un billet simple pour le Canada. Ce qui était prévu comme des vacances estivales a finalement mené à un changement de carrière couronné de succès. Le chef d'origine mexicaine est maintenant propriétaire d'un écosystème en pleine expansion de restaurants 100% végétaliens à Montréal. CHARLOTTE MERCILLE crnercine@journahetro.com "411P1 concept de burgers végétaux sous le nom de Bvrger. Le menu aux allures de Shake Shack, une chaîne de restauration américaine, sera également offert au Vieux-Port. Ses établissements végans Sushi Momo 3609, rue Saint-Denis www.sushimomo.ca Komomo 3603, rue Saint-Denis www.sushikomomo.ca Casa Kaizen 16, avenue des Pins Est casakaizen.ca Napolito 3723A, boulevard Saint-Laurent nopalito.ca 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :