Métro Montréal n°2021-05-26 mercredi
Métro Montréal n°2021-05-26 mercredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2021-05-26 de mercredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 12

  • Taille du fichier PDF : 12,7 Mo

  • Dans ce numéro : sous surveillance jusqu'au 1er juin.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
métr 1171 CULT1ID journa[metro.com Mercredi 26 mai 2021 8 Robert Robert, le sourire dans la voix Musique. Robert Robert prend le virage du verbe francophone avec Silicone Villeray, son dernier disque disponible dès vendredi. Toujours dansante, sa musique reflète ainsi le monde dans lequel l'artiste évolue. Rencontre. AMÉLIE REVERT urevert@jeurnalmetr ».com Alors que les premiers extraits de l'album comptent déjà plusieurs dizaines de milliers drécoutes et de vues sur les plateformes, Métro a pu prendre connaissance des 11 titres. Éclairées, naïves, drôles, festives, intimes ou sensibles, les chansons de Robert Robert sentent bon le printemps montréalais. Quel a été votre processus créatif pour Silicone Villeray ? Quand j'ai commencé l'album il y a un peu plus de deux ans, j'ai eu envie d'explorer la musique en français. Je pense que parler dans sa langue maternelle rend plus proche de ses émotions. Silicone Villeray évoque ce que j'ai pu observer autour de moi dans ce temps-là, du sentiment de désenchantement chez les gens. Personne ne voulait regarder dans le passé, mais en même temps tout le monde trouvait que le futur semblait boring ou apocalyptique. Cette vision était difficile pour moi, parce que tout avait l'air noir et déprimant. Et puis je me suis dit qu'il n'y avait pas de raisons pour que je m'abandonne à ces sentiments défaitistes. Puisque j'écris des chansons, je contrôle la narrative de ces histoires. J'ai Robert Robert prend le vira'edu verbe francophone avec Silicone Villera. i lOSIE DESMARAIS/METRO « J'espère que Silicone Villeray va apporter de la joie à ceux qui broient du noir. Mon album est fait pour être partagé avec les personnes qu'on aime. » donc pris le temps de revisiter cette négativité pour la twister dans une la perspective que j'aimerais avoir, de transformer les problèmes en beau. La musique est bon moyen de faire de l'introspection. Et du côté de la musique ? Je travaille tout le temps sur mon laptop, même pour m'enregistrer. Mes maquettes, c'est moi avec mes écouteurs et rien d'autre. C'est très personnel, j'étais vraiment dans ma bulle. Le résultat fait que ma voix est délicate, presque chuchotée. Ce contexte a créé l'ambiance de l'album. Je me suis aussi entouré de producers - Benoit Parent, Félix Petit, CRi - et je me suis rendu compte que ça permettait à mes chansons d'atteindre leur 100%. Même ma musique est positive, Leif Vollebekk en performance au talk-show de James Corden L'auteur-compositeur-interprète montréalais Leif Vollebekk sera en prestation ce soir au talk-show de fin de soirée américain Lote Lote Show with James Corden. L'animateur James Corden, mélomane connu notamment pour ses célèbres capsules Carpool Karaoke, a personnellement invité le chanteur à son émission. MARIE-LISE ROUSSEAU Robert Robert c'est important que ceux qui écoutent comprennent mon intention. Collaborer avec eux m'a amené vers d'autres horizons. C'est d'ailleurs comme ça que j'ai rencontré Hubert Lenoir. Il m'a proposé son aide pour la production et j'ai trouvé ça très intéressant, car je ne le connaissais que comme auteur-compositeur -interprète. Justement, vous avez un duo avec Hubert Lenoir, La nuit se plaindre, sur Silicone Villeray. Quelle est l'histoire de ce morceau ? Je lui ai montré cette chanson, car c'était celle de tout l'album à laquelle j'arrivais le moins à donner une place. Peut-être que je pensais qu'elle était moins bonne. Mais Hubert est venu en studio avec plein d'idées, et de fil en aiguille il en a aussi eu beaucoup pour tout le reste. On s'est très bien complémentés, et on partage beaucoup d'affinités musicales. On a notamment la même vision. C'était vraiment Min. Sa copine, Noémie D. Leclerc, a d'ailleurs réalisé plusieurs vidéoclips pour La nuit se plaindre, et L'été je m'ennuie également. Quel est votre rapport à Villeray ? Le titre Silicone Villeray est né d'une joke. Je cherchais des lieux sur Instragram, et je suis tombé là-dessus. C'était un peu fantomatique et j'ai trouvé ça fou ! Je me suis mis à penser que Villeray, mon ancien quartier dans lequel j'ai eu mon premier appartement et où j'ai vécu début vingtaine quand je me posais beaucoup (trop) de questions, avait quelque chose de futuriste. Ça m'a beaucoup parlé, et on en revient au twist positif. J'ai senti que je pouvais m'approprier ce quartier si je décidais de le voir autrement. THÉÂTRE Nancy Tobin remporte le prix Jovette- Marchessault La conceptrice sonore Nancy Tobin est la deuxième lauréate du prix Jovette-Marchessault. Créée l'an dernier, cette récompense est destinée aux femmes évoluant dans le milieu du théâtre au Québec. Ce prix vient avec une bourse de 20000$, décernée par le Conseil des arts de Montréal. « Recevoir le prix Jovette-Marchessault, c'est pour moi une grande responsabilité, a déclaré Nancy Tobin. Parce qu'il y a plein de conceptrices qui travaillent aussi très fort et font de très belles choses. [...] Merci infiniment pour NETFLIX Événement gratuit pour en savoir plus sur vos séries préférées Du 7 au 11 juin, la plateforme de streaming lancera Geeked Week, une semaine consacrée aux exclusivités, à la découverte de nouvelles bandes-annonces et même des interventions de stars. À vos agendas ! BELL MÉDIA Fin abrupte pour la docu-série animée par Maripier Morin La décision de mettre fin à Mais pourquoi ? résulte d'un commun accord entre les deux parties. Pourtant, cela faisait quelques mois que la production de nouveaux épisodes de cette série originale, diffusée à Z, avait repris. « Après discussions avec la maison de production, cette reconnaissance. J'ai l'impression que vous me donnez une voix à porter, c'est ça la responsabilité que je ressens. » Spécialiste en design et en conception sonore, Nancy Tobin travaille depuis 30 ans en coulisse des théâtres montréalais. Elle est notamment une pionnière dans le domaine de la spatialisation sonore. MARIE-LISE ROUSSEAU Mais que nous réserve Netflix ? Le géant américain a décidé de gâter ses millions d'abonnés en organisant un événement en ligne ressemblant à un mini Comic-Con virtuel. C'est sur les réseaux sociaux et sur son site que Netflix a dévoilé les dates de l'événement Geeked Week qui se déroulera du 7 au 11 juin prochain en ligne pour une toute première édition. RÉDACTION AFP RELAXNEWS ainsi qu'avec Maripier Morin, nous avons décidé de ne pas inclure de nouveaux épisodes de Mais pourquoi ? dans notre programmation et, par conséquent, de mettre un terme à la production en cours », a expliqué Bell Média dans un communiqué. « Aucun autre commentaire ne sera formulé, tant par Bell Média que par la maison de production ou Maripier Morin », termine le communiqué. PASCAL GAXET
métr journa[metro.com Mercredi 26 mai 2021 9 Serl[ÉT 41, Guide de survie à l'usage des parents Si vous cherchez la recette miracle pour élever un enfant prodige, passez votre chemin. Ce nouvel ouvrage livre plutôt des informations, anecdotes et conseils pour faciliter le quotidien des parents, dans la joie et la bonne humeur ! Survivre à la parentalité, et plus encore... par Julie Champagne et Bach, aux éditions Parfum d'encre, 27,95$ Nouveau monde, nouvelle vue Qu'arrive-t-il aux jeunes écoliers demandeurs d'asile lorsque leur vision fait défaut ? Pour des raisons financières, la visite chez l'opticien n'est souvent pas envisageable. Sensible à cette situation, l'opticienne Émilie Gagné a décidé d'offrir la vue en cadeau à 21 élèves de l'École Sainte-Colette, à Montréal-Nord. Les enfants se sont re rourés dans la cour d'école s our officialiser la remise des r récieuses lunettes. IOSIE DESMARAISIIMÉTRO De statut précaire et sans carte d'assurance maladie, les examens de la vue et l'achat de lunettes représentent une dépense importante pour les familles de demandeurs d'asile. Et dans un contexte où les écrans sont au coeur des apprentissages, la F P o L P pEcr EDF cz FELoPz 1 3 direction de l'école nord-montréalaise s'inquiétait du nombre grandissant d'enfants ayant besoin de lunettes. « En temps normal, on réfère les élèves, mais là ce n'était pas possible. On a demandé à une mère si elle connaissait des optométristes qui pourraient les prendre. C'est ce qui a ouvert ce projet », explique Nadine Lalancette, directrice adjointe responsable des élèves de maternelle. Opticienne de formation, Mme Gagnée est partie en mission. Elle a pris ses vacances, travaillé les soirs et les fins de semaine pour arriver à ses fins. Deux optométristes bénévoles l'ont rejoint dans des locaux de la Place Bourassa pour des examens de la vue. Pendant trois jours, les familles se sont rendues à la lunetterie Greich & Scaff où des traducteurs étaient à leur disposition. Grâce à un généreux donateur déniché par Émilie Gagnée, les 21 élèves ont finalement reçu leurs lunettes (anti-reflets et anti-lumière bleue en plus !) il y a quelques jours. Journée importante Lorsque tout est prêt, les enfants sont regroupés dans la cour d'école pour officialiser la remise XAVIER BOURASSA xbourassa@ metromedia.ca des précieuses lunettes. Debout devant des sacscadeaux miniatures portant leurs noms, plusieurs piaffaient d'impatience. Au signal, la joie s'est emparée des petits qui découvraient un tout nouveau monde. « Je vais pouvoir pratiquer mes lettres », s'est écrié Bethsaleel alors qu'une camarade ouvrait son petit étui rose, bouche bée. Pour sa part, Denersley était peu intéressé à répondre aux questions de Métro, trop occupé à exécuter ses pas de danse. Autour, le personnel scolaire et les bénévoles se réjouissaient de voir l'émerveillement des enfants. « Juste de les voir, j'ai eu ma paie. On a fait une réelle « On croyait qu'un enfant était turbulent parce qu'il fonçait dans tout, mais on s'est rendu compte qu'il ne voyait pas à 3o cm devant lui. Un autre connaiswsait bien ses lettres, mais il n'était pas capable de les distinguer. » Émilie Gagné, opticienne différence, et pas juste pour aujourd'hui, mais pour toute leur vie. J'ai un gros sourire derrière mon masque », a confié Mme Gagnée, visiblement émue.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :