Métro Montréal n°2021-05-21 vendredi
Métro Montréal n°2021-05-21 vendredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2021-05-21 de vendredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 15 Mo

  • Dans ce numéro : être jeunes en 2021.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
métra T 21-23 MAI 202 wprddlIM « Préparez-vous à rusher les gars, la fin de votre règne vient de commencer », met en garde une justicière anonyme aux deux garçons les plus populaires de son école secondaire. Dans un parfait mélange de drame, de suspense et d'humour, la série Les petits rois déconstruit les stéréotypes sur les adolescents tout en offrant un portait crédible et actuel de leur réalité. Adam Roy et Jules Pascal Comeau - Adaboy et Julep pour les intimes - sont les rois de la polyvalente. Arrogants, manipulateurs et charismatiques, les deux jeunes hommes incarnés par Alex Godbout et Pier-Gabriel Lajoie y font cruellement la loi, n'hésitant pas à blesser quiconque menace leur statut au sommet de la pyramide sociale, même un pauvre prof endeuillé. Les deux inséparables amis sont les meilleurs espoirs sportifs de leur école. Adaboy en patin artistique, Julep en hockey. Le premier rêve de devenir designer et se démarque par ses cheveux bleus et son look flamboyant. Grand, musclé, sa veste à l'effigie de l'équipe sportive en permanence sur le dos, le deuxième a tout du cliché du sports jock. Autour d'eux gravite une galerie de personnages aux surnoms tout aussi colorés. Il y a Basta (Chanel Mings), aspirante influenceuse qui s'exclame  : « Yo, t'as même pas mis de filtre, j'ai l'air d'une folle qui vient de brailler ! » lorsqu'Adaboy publie un selfie avec elle sur Instagram, prononcé 1G à l'anglaise. Pom (Karl-Antoine Suprice), petit ami de Julep, est le candidat pressenti pour remporter les élections scolaires. Mac (Myriam Gaboury), sa rivale, est l'archétype de la jeune première de classe ambitieuse, mais un peu prude. « La religion, c'est comme la masturbation, ça ne se fait pas à l'école », lance-t-elle à Liz (Audrey Roger), étudiante musulmane reconnue pour son engagement social. Les univers de tout ce plus ou moins beau monde basculent dès le premier épisode, alors qu'une victime collatérale de leur insouciance, dont l'identité sera révélée à mi-parcours de la série, entreprend le plan diabolique de faire tomber ces petits rois de leur piédestal. C'est d'ailleurs elle, en voix hors champ, qui ouvre la série en paraphrasant une citation célèbre d'Albert Einstein  : « C'est pas ceux qui font le mal qui vont détruire le monde, mais ceux qui les regardent sans rien faire. J'ai longtemps fait partie de ceux qui les regardent. » Le ton est donné. Les cool kids et nous L'idéateur et producteur au contenu de la série, Jeffrey Wraight, rêvait depuis longtemps de s'attaquer aux stéréotypes associés aux étudiants de la fin du secondaire. Quiconque n'ayant pas fait partie jadis de la fameuse gang la plus populaire de son école se reconnaîtra de près ou de loin dans le désir de vengeance de la narratrice anonyme, qui tente de se faire justice en employant des méthodes non seulement douteuses, mais souvent illégales. « Il y a une fine ligne entre la vengeance et la justice, soutient André Béraud, premier directeur des émissions dramatiques et longs métrages à Radio-Canada. Tout ça donne une tension dramatique et un sens à la série pour explorer les stéréotypes et les privilèges souvent inconscients. » La tournure des événements fait tranquillement prendre conscience aux protagonistes populaires des conséquences de leurs actions. En ce sens, la série est un coming of age, car les personnages en ressortent grandis. « Ça nous demande d'être empathique, poursuit-il. Même les cool kids vivent de l'insécurité. La justicière aura des questions à se poser. » La comédienne Chanel Mings, qui incarne l'influenceuse Basta, abonde dans le même sens. « Les personnages frappent fort et font des coups bas. Mais en s'attaquant à eux, on ne fait que s'abaisser à leur niveau. Ce n'est pas en se vengeant de la sorte qu'on MARIE-LISE ROUSSEAU m[rousseau@jeurridhrieLro.corn « CETTE SÉRIE DONNERA UNE BONNE IDÉE AUX GÉNÉRATIONS PLUS ÂGÉES DE CE QUI SE PASSE ENTRE LES MURS D'UNE ÉCOLE SECONDAIRE. C'EST IMPORTANT. » CHANEL MINGS, ACTRICE trouve justice dans un groupe ou même dans la société. » Le créateur des Petits rois Jeffrey Wraight reconnait en riant qu'il ne faisait lui-même « pas du tout » partie des cool kids à l'adolescence. « Mon secondaire était spécial. Je suis un homme gai, ce vécu était tough pour moi, j'étais différent », raconte-t-il. Partage-t-il un peu le désir de vengeance de la mystérieuse justicière ? « Oui, il y a un peu de cela, mais ce n'est pas la raison d'être de la série, répond-il. Je voulais plutôt parler des abus de pouvoir dans une école et jouer avec les stéréotypes avec lesquels on a grandi. » Être jeune en 2021 C'est mission accomplie, car au fil des épisodes, les jugements qu'on peut entretenir envers les personnages s'amenuisent. Si on trouve d'emblée détestables Adaboy et Julep, on s'attache à eux à mesure qu'on apprend à les connaître dans leur intimité. La scénariste Marie-Hélène Lapierre, épaulée par Justine Philie, et le réalisateur Julien Hurteau ont réussi à représenter les fameux « jeunes de nos jours » avec justesse et crédibilité, et ce, sans jamais porter de jugement sur leurs comportements, ce qui est rare dans le paysage télévisuel québécois. Très actuelle, la série met en scène des personnages aux origines ethniques et aux orientations sexuelles diverses, sans que leurs identités ne définissent le cours de leur cheminement. « Ça semblait rafraîchissant et essentiel de mettre de l'avant des personnages comme Julep et Adaboy », commente Jeffrey Wraight. Chanel Mings a d'emblée été séduite par l'esthétique et le propos de la série. « En lisant les scènes, j'ai trouvé que les auteurs ont tellement bien cerné c'est quoi être jeune en 2021. Je suis complètement tombée en amour avec ce projet dès le début ! » Un grand souci a été porté aux dialogues afin que les personnages s'expriment comme dans la vraie vie, avec les expressions qui leur sont propres, dont des anglicismes. Ce qui a agréablement surpris la comédienne. « C'est la première fois que je joue exactement ça ! Pour une rare fois, je n'ai pas eu à dire  : « Pour vrai, on ne dit pas ça ! » » Avec Les petits rois, le diffuseur souhaite ainsi rejoindre les 16-25 ans, une tranche d'âge qui a délaissé la télé québécoise depuis belle lurette et qui préfère consommer sur les plateformes comme Netflix des séries en anglais dans lesquelles elle se reconnait davantage. D'où l'esthétique inspirée de séries comme Riverdale. « Je pense qu'ils ont bien cerné ce public, qui est rarement un public cible, ajoute la jeune comédienne. C'est un beau portrait de la transition entre la fin de l'adolescence et la vie de jeune adulte. » Dès le 27 mai sur l'Extra d'Ici Tou.tv
métr17. journa1metro.com Week-end 21-23 mai 2021 WEEK-END 9 Le Miroir, drame intimiste flirtant avec le film d'enquête Cinema. Jean doit se rendre en Belgique pour récupérer les cendres de sa mère. Elle lui lègue un miroir ancien, mais ce dernier est introuvable et le conjoint de sa mère ne fait rien pour l'aider. Avec le long-métrage autofinancé Le Miroir, le cinéaste Marc Joly- Corcoran s'inspire du décès de sa mère en 2010 et propose un drame intimiste flirtant avec le film d'enquête. JASON PARÉ ipare@metromedian Marc Joly-Corcoran donne des cours de cinéma à l'Université *Pi l'instar du violon dans Le Violon rouge, le miroir dans le long-métrage de Marc Joly-Corcoran permet aux spectateurs d'être témoins de plusieurs époques, les flashbacks étant présentés du point de vue de l'antiquité familiale./MÉTRO MÉDIA « 11111111L\rlErv\f -'ENTREVUES ÉCLAIR U GRAND MONTRÉAL 2 et 3 juin 2021 de Montréal depuis 10 ans. C'est à la suite du suicide de sa mère, habitant à l'époque au Luxembourg avec un conjoint plus jeune, que le réalisateur a l'idée d'écrire le scénario du film, une démarche qu'il perçoit comme une forme de thérapie. e Michael Haneke, réalisateur de Ruban blanc, disait  : "Moi, je n'ai pas besoin de psychothérapie, je fais des films." », mentionne-t-il, sourire en coin. Après avoir réalisé des courts-métrages, Marc Joly-Corcoran souhaitait faire un long-métrage et, même si ce n'était pas nécessairement le premier film qu'il voulait faire, il a décidé de suivre le conseil qu'il donne à ses étudiants  : « Si vous voulez faire un premier film, faites quelque chose d'hyper personnel. Parlez de quelque chose que vous connaissez et que vous voulez creuser. » Le Miroir parlait au départ du pardon, mais après plusieurs années d'écriture, M. Joly-Corcoran s'est rendu Vous êtes immigrant ayant le droit de travailler au Québec (résident, réfugié, étudiant, travailleur temporaire et autres) et cherchant un emploi dans le milieu industriel et manufacturier ? La Maisonnée et Manufacturiers et Exportateurs du Québec vous offrent l'opportunité de passer une entrevue virtuelle pour une multitude de postes dans plusieurs entreprises du Québec. Vous serez assisté tout au long du processus de recrutement — à partir de la rédaction de votre CV et lettre de présentation jusqu'aux démarches post-embauche. INSCRIVEZ-VOUS MAINTENANT Nos entreprises participantes  : Sapide *SOFAS r enplast1 Retendoirs CR Slitters Novatech SOCIÉTÉ OUADRA PLAST Seehelans EMBALLAGES HOOD" Intéressé ? Envoyez votre CV au  : (2) emploipamaisonnee.org OBJET  : INSCRIPTION ÉVÉNEMENT GRAND MONTRÉAL Une initiative du Projet de recrutement et d'intégration des immigrants dans le secteur manufacturier compte que le vrai thème était la libération et l'émancipation. Tout le reste a déboulé par la suite, d'un point de vue esthétique et narratif. Tourné avec un microbudget Avec sa copine Sandra Munger, Marc Joly-Corcoran a autoproduit LAMAISONNE Le Miroir avec un budget minuscule de 50000$, puisqu'aucune institution publique ne lui a accordé de subvention. Tous les acteurs ont accepté d'être payés en différé. Entièrement tourné au Québec, bien que la majeure partie du film se passe en Belgique, Marc Joly-Corcoran a porté une -4 ; IrînVIZ= Québec EQ MANUFACTURIERS & EXPORTATEURS DU QUÉBEC Le thème de l'amour prend une grande importance dans Le Miroir, un amour dont certains personnages doivent se libérer, car il est parfois contrôlant ou malsain. attention particulière aux lieux « parce que je ne voulais pas que ç'a l'air d'un film tourné avec 50 000 $. » Treize jours de tournage ont été nécessaires pour produire ce film, dont la vedette principale est Normand Daneau, que le public a pu voir récemment dans la série Les Mecs avec Alexis Martin et Christian Bégin. « Il est dans le projet depuis le début et il est très content du résultat », affirme le réalisateur. Normand Daneau raconte que la vision unique et audacieuse de Marc Joly-Corcoran l'a touché dès leur première rencontre. Un film qu'il qualifie de « bouleversant », à l'instar de Cascades Avec la participation financière de  : Commission des partenaires du marché du travail 121 Québec El El BAI N MAGIQUE Bénédicte Décary qui interprète la mère de Jean lorsque ce dernier est encore un enfant. Celle-ci se nomme Diane, un choix qui n'est pas anodin, puisque cela fait référence au personnage de la chasseresse dans la mythologie romaine. « Le complexe de Diane en psychologie, ce sont les femmes qui ne sont jamais satisfaites. Qui recherchent toujours chez d'autres hommes, ce qui leur manque. » « Mais, ce n'est tellement pas moi dans vie ! Je suis avec la même fille depuis 25 ans. Je cherche la stabilité et ça va bien. C'est comme si j'avais besoin de foutre le bordel dans la vie d'autres personnes », avoue-t-il en rigolant. En salles Le Miroir sort en salles aujourd'hui dans seulement deux cinémas pour le moment  : le Quartier Latin à Montréal et Le Clap à Québec. max,M7M1 ta, 514 271-3533 ext. 248 Il @Iamaisonneeorg www.lamaisonnee.org



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :