Métro Montréal n°2021-05-19 mercredi
Métro Montréal n°2021-05-19 mercredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2021-05-19 de mercredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 12

  • Taille du fichier PDF : 16,5 Mo

  • Dans ce numéro : le jour J sera le 28 mai.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
rhilt métr 1171 journa1m etro.com Mercredi 19 mai 2021 T.T11" La douceur d'Étienne Coppée, gagnant des 25e Francouvertes Musique. L'auteurcompositeur-interprète Étienne Coppée a conquis le coeur du jury et du public des Francouvertes lundi soir. Sa performance riche en émotions lui a ainsi permis de gravir la plus haute marche du podium, devant Calamine et Ambre ciel. Rencontre. AMÉLIE REVERT urevertttioum a hetro.com Quel regard portez-vous sur cette aventure ? Je commence doucement à réaliser ce qui s'est passé lundi soir. Ça pourrait être un rêve... Les Francouvertes se sont très bien passées pour moi. C'est plutôt pour le moral que ça a été compliqué. Je suis très perfectionniste, donc j'avais un stress constant dans la tête. Avant les préliminaires, je ne savais pas à quoi m'attendre. Quand les demi-finales sont arrivées, j'ai commencé à trouver ça intense. J'avais mes hauts et mes bas, car je suis comme ça dans la vie. En même temps, j'ai tellement appris grâce à l'aventure, car je n'avais pas de band. Avec mes amis, je trouve qu'on a bien réussi à transmettre notre amitié sans que ça soit théâtral. J'ai aussi découvert qui était Étienne Coppée sur scène, en me surprenant. Je n'ai jamais autant senti le métier rentrer. C'est un bel apprentissage, mais je suis content que ce chapitre se termine pour arrêter d'être en constante réflexion. Comment l'après s'annonce-t-il pour vous ? Je travaille sur plein de projets avec mes amis, mais je trouve important d'en parler le moins possible. Depuis la finale, j'ai l'impression d'être entré dans la grande famille des artistes de la relève du Québec. J'ai « La naïveté est quelque chose de très précieux en art, en tout cas pour moi », assure Étienne Coppée, qui vient d'être couronné gagnant des Francouvertes. i GRACIEUSETÉ donc tout à prouver. Le défi va maintenant être d'essayer de composer des meilleures chansons, de sortir de la musique, d'être intéressant en tant qu'artiste. Qui était le Étienne Coppée d'avant les Francouvertes ? C'était un Étienne complètement libre, naïf, qui arrivait à composer des tounes sans se poser de questions. Je suis déjà nostalgique de ça, de quand je faisais des shows chez des amis devant 20 personnes. C'était très organique, on vivait un vrai moment. Je vais essayer de garder ce sentiment le plus possible sans bouder les grandes salles. La naïveté est quelque chose de très précieux en art, en tout cas pour moi. Justement, vos amis vous sont essentiels. Ils sont aussi à vos côtés sur scène. Qu'estce que cela dit de vous ? Ce que je trouve de beau de l'amitié, c'est qu'un ami ce n'est pas juste quelqu'un avec qui tu ne couches pas et qui n'est pas dans ta famille. Il y a quelque chose de plus grand que ça. On s'est choisis, et on est contents de ces relations stables qui ne sont pas nécessairement fusionnelles. Ça me touche. Ce sont les amis qui nous font sortir des peines d'amour, des moments plus difficiles, qui nous permettent de sortir de notre vie. Il y aurait quelque chose d'un peu absurde de travailler avec des gens que je ne connais pas, car je n'aurais pas de plaisir. Faire vivre mon projet à plusieurs lui donne un sens. Travailler avec les gens que j'aime, c'est aussi une manière de garder un équilibre avec moi-même. Jeparle d'ailleurs souvent d'Étienne Coppée au « on ». Quel est votre rapport avec les autres finalistes, Calamine et Ambre ciel ? Je tenais à ce que la finale soit pour chacun de nous notre meilleur concert. Il y avait tellement de regards braqués sur Les Ballets Jazz s'inspirent de la musique de Patrick Watson Le ballet contemporain Vanishing Mélodies, prochaine création des Ballets Jazz de Montréal, sera dédié à la musique de Patrick Watson. Eric Jean en assurera la mise en scène. Les représentations auront lieu du 2 au 6 novembre au Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts. MÉTRO « Quand j'ai regardé la précédente édition des Francouvertes, avec mes amis Ariane Roy et Valence, ça m'a donné une claque dans la face. Je me suis dit que c'était à mon tour. » Étienne Coppée, gagnant des Francouvertes nous. Et leurs performances étaient magiques. J'avais une frustration de voir leur prestation sur un écran depuis la loge, j'aurais voulu être dans le public pour les soutenir. J'ai l'impression qu'Ambre ciel a ce côté grandiose, sans être dans la complexité, de la musique classique. Je suis sûre qu'elle pave un chemin pour beaucoup. Et Calamine aussi, d'une toute autre façon ! D'un point de vue musical, les deux ouvrent des portes. Je suis fier d'elles et déjà grand admirateur. Elles peuvent faire du bien à la scène québécoise, car elles sont authentiques et c'est ce dont on a besoin. Notre finale n'était pas dans la compétition, on est une gang de gentils ! Demain il fera beau a été choisi pour l'épisode final de la série M'entends-tu. Qu'en pensez-vous ? Quand l'art inspire l'art, je trouve ça magnifique. Comme quand Xavier Dolan collabore avec Jean-Michel Blais pour Matthias et Maxime. C'est un beau mélange. Je n'ai pas écrit ma chanson en me disant qu'elle allait se retrouver à la télévision. Ça respecte ma vision d'un art authentique en lien avec mes émotions. Que les autrices de la série M'entends-tu soient tombées là-dessus et ont pensé que mon morceau porte leur message, c'est incroyable. Dans un monde où on ne se permet pas d'être émotif, je suis content que ma musique touche. Art public. Le REM s'ornera de 7M$ d'art -4 » Seules les stations Brossard et Panama sont déjà choisies comme futurs lieux d'installation d'ceuvres./GRACIEUSETÉ Programme UniR. Le programme d'art public, UniR du Réseau express métropolitain (REM) représentera un investissement de plus de 7 M$, a dévoilé la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) lors d'un point de presse, hier. PASCAL GAXETnnaxpt(amptromPrlia.ra Trois volets composeront le programme d'art public. Un volet d'oeuvres permanentes d'un montant de 4 326 171 $ qui découle de la politique d'intégration des arts à l'architecture et à l'environnement des bâtiments et des sites gouvernementaux et publics comprendra 12 oeuvres réparties sur les 26 stations que comprend le réseau. La première devrait voir le jour en 2023. Seules les stations Brossard et Panama sont déjà choisies comme futurs lieux d'installation d'oeuvres. À cet investissement de 4 M$ s'ajoute un legs additionnel de la CDPQ Infra d'un montant de 3 M$. Cette contribution est « un support du domaine des arts au Québec qui a grandement souffert de la présente pandémie », explique le président et chef de la direction CDPQInfra, Jean-Marc Arbaud. Volet étudiant Un volet étudiant est intégré au programme dans le cadre d'une entente avec les universités Concordia, McGill, de Montréal et l'UQAM. Chaque université aura une enveloppe de 500 000 $ pour un projet temporaire qui s'implantera dans la zone post-industrielle de Griffintown. La conservatrice de la collection d'oeuvres d'art de la CDPQ, Marie-Justine Snider, qui chapeaute le projet depuis 2017, considère le REM comme un « écrin formidable pour l'art ». « Un cours spécifique au programme d'art sera créé avec les universités et on espère qu'il voit le jour à l'automne 2022 et que l'oeuvre qui en découle s'implante en mai 2023 », explique Mme Snider. Une prolongation du partenariat universitaire n'est pas exclue, de même que d'autres emplacements que celui de Griffintown. 8
métr journalmetro.com Mercredi 19 mai 2021 CARRIERES Technologie. La réalité virtuelle n’est plus seulement une forme de divertissement. Cette technologie est de plus en plus utilisée dans les activités liées au travail. Métro s’est penché sur ce phénomène. Les mesures de confinement imposées durant la pandémie de COVID-19 ont généré un intérêt accru pour les technologies de réalité virtuelle parmi les entreprises souhaitant accroître la communication avec leurs employés à distance. Selon des données récentes de Statista, le marché mondial de la réalité virtuelle et de la réalité augmentée devrait atteindre 18,8 G$US (23,6 G$CA) cette année, soit une augmentation de 78% par rapport à 2019. Pour ce qui est des lieux de travail, ARtillery Intelligence prévoit que les technologies de réalité virtuelle vont passer de 829 M$ en 2018 à 4,26 G$ en 2023. « De plus en plus de gens se lassent de Zoom et veulent se ri, sentir immergés dans leurs projets et collaborer avec les autres plus facilement, d’une façon qui semble physique », indique Clay Walsh, directeur du marketing et des communications à The Wild, une société qui offre des logiciels pour implanter la réalité virtuelle ou augmentée dans les lieux de travail. Formation à distance et mises en situation La réalité virtuelle est également utilisée dans les entreprises pour former les employés et simuler certaines actions et activités qui pourraient se produire dans le monde réel. Cela permet de gagner du temps et les employés peuvent ainsi rester chez eux au lieu d’avoir à voyager. Par exemple, en 2019, Walmart a amélioré les compétences de plus d’un million d’employés grâce à la réalité virtuelle, alors que la société de télécommunications Verizon a utilisé cette technologie pour former ses employés en magasin sur comment réagir lors d’un vol à main armée, un crime courant dans l’industrie du sans fil. En raison de ses nombreux avantages, l’utilisation de la réalité virtuelle dans les lieux d’affaires devrait poursuivre leur croissance. Un rapport de PwC datant de 2019 prévoit que près 23,5 millions d’employés dans le monde utiliseront la réalité virtuelle et augmentée d’ici 2030 pour se former, interagir avec leurs collègues ou offrir un meilleur service à la clientèle. « La réalité virtuelle pour le secteur des affaires est en train d’exploser et devrait croître de façon substantielle au cours des deux prochaines années », résume M. Walsh. Trouver de la main d’œuvre en TI Soutenue par le ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, l’entreprise TECHNOCompétences vient de lancer Maillon Techno. Ce programme montréalais gratuit a pour but de faciliter le contact entre les professionnels des technologies de l’information et les entreprises de ce secteur en manque de main d’œuvre. MÉTRO L’utilisation de la réalité virtuelle sur les lieux de travail est en hausse DANIEL CASILLAS MWN Le recrutement La réalité virtuelle offre aux recruteurs un environnement dans lequel ils peuvent évaluer plus efficacement les recrues potentielles et donner aux recruteurs et candidats une meilleure idée à savoir si leurs valeurs sont partagées et vraiment compatibles. Programmes de formation Plusieurs firmes ont commencé à utiliser 23 500 000 Nombre d’emplois qui pourraient utiliser la réalité virtuelle et augmentée dans le monde d’ici 2030. Utiliser la réalité virtuelle au travail cette technologie dans les sessions de formation pour leur personnel. La réalité virtuelle a permis de réduire le temps d’adaptation des employés, tout en aidant les nouveaux employés à avoir des attentes plus réalistes à propos du travail à effectuer. Entrevues et négociations La réalité virtuelle est aussi utilisée pour donner un sentiment d’interactions/123RF « L’avenir de la technologie de réalité virtuelle et augmentée pour les entreprises est énorme. » Clay Walsh, directeur du marketing et des communications à The Wild interpersonnelles très proches en simulant l’environnement réel. Télétravail L’utilisation de la réalité virtuelle au travail aide à grandement réduire le gaspillage de temps. Ça permet aussi aux équipes en télétravail de favoriser le sentiment de communauté qui était auparavant réservé aux environnements de bureau traditionnels. Quels sont les avantages d’utiliser la réalité virtuelle au travail ? Pouvoir se mettre au diapason de ses collègues, prendre des décisions plus rapides et éclairées, sauver du temps sur des projets, éviter de voyager. Dites-nous en plus sur The Wild. The Wild est une plateforme de collaboration immersive pour les architectes, les designers et les innovateurs en entreprises pour pouvoir faire l’expérience de leur travail ensemble grâce à la réalité virtuelle et augmentée. CYBERCAP 4 questions à… Clay Walsh, directeur du marketing et des communications à The Wild 9 Est-ce que l’utilisation de la réalité virtuelle a augmenté lors de la pandémie ? Oui. De plus en plus de gens se lassent de Zoom et veulent se sentir immergés dans leurs projets et collaborer avec les autres plus facilement, d’une façon qui semble physique. Quel avenir faut-il prévoir pour cette technologie ? Le futur de la réalité virtuelle et augmentée dans le domaine des affaires est énorme. Avec les progrès réalisés pour ce qui est des casques de réalité virtuelle plus légers et plus accessibles comme l’Oculus Quest, ainsi que l’essor du travail à distance, ce n’est que le début. PROGRAMME GRATUIT pour les 18-35 ans Résident de l’île de Montréal Sans emploi Secondaire non terminé INFOGRAPHIE, WEB, 3D, VFX et VIDÉO INSCRIS-TOI ! cybercap.qc.ca 514 861-7700 poste 0 Avec la participation financière de Services Québec de l’Île de Montréal



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :