Métro Montréal n°2021-05-14 vendredi
Métro Montréal n°2021-05-14 vendredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2021-05-14 de vendredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 14,9 Mo

  • Dans ce numéro : quand la fiction rejoint la réalité.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
métr 1171 journa[metracom Week-end 14-16 mai 2021 4 PERSPECir Le Mile-End, nouveau noyau queer de Montréal ? Société. Alors que la jeunesse queer s'éloigne de plus en plus du Village, le quartier branché aux racines multiculturelles du Mile-End devient depuis quelques années le nouveau lieu d'accueil de la diversité sexuelle et de genre. NAOMIE GELPERngeiper@metromedia.ca Selon la professeure adjointe affiliée à la Faculté des arts et des sciences de l'Université Concordia, Julie Podmore, qui a étudié cet aspect il y a quelques années, de plus en plus de Montréalais s'identifiant comme queers s'installent hors du Village gai. M"" Podmore a recruté des personnes queers étudiant aux cycles supérieurs, qui ont interviewé des membres de leur communauté pour recueillir leurs impressions sur le quartier. Résultat  : plusieurs préfèrent s'établir dans le Mile-End, situé à trois kilomètres au nord du Village. Victor Junior Rober'eanime l'émission Fraîchement Jeudi à la Radio Centre-Ville./JOSE DESMAP211S/MÉTRO « Pour eux, il y avait un sentiment que le Mile-End est plus ouvert. Ce n'est pas nécessaire d'être identifié comme gai ou lesbienne. Ces identités-là sont plus associées avec des générations plus âgées », explique la professeure. Débuts du Mile-End queer L'arrivée de jeunes personnes queers dans le Mile-End a coïncidé avec l'émergence de ce quartier comme épicentre de la culture indépendante, explique Victor Junior Roberge. Âgé de 33 ans, l'homme gai a grandi dans le Mile-End et a été témoin de cette transformation alors qu'il se produisait Pour tous vos besoins publicitaires, contactez-nous ! 438 989-6325 I ydaigneault@metromedia.ca Yvon Daigneault Chef d'équipe comme Drag Queen au niveau de la scène underground du quartier. Attiré par l'effervescence des nuits festives, des personnes de la communauté LGBTQ+ ont commencé à s'intégrer au quartier du Mile-End. « Peuplez votre village et votre village se peuplera. Les gens se sont un peu rabattus vers nous », poursuit-il. Dans son désir de fournir une tribune à sa communauté, Victor Junior Roberge a eu l'intuition de fonder au sein de Radio Centre-Ville, située au coeur du Mile-End, l'émission de radio Fraîchement Jeudi en 2019. Il s'agit de la seule émission Annie Venne Directrice de compte de radio francophone exclusivement consacrée aux défis de la communauté LGBTQ+ du Québec. Le Mile-End, lieu d'accueil diversifié Par ailleurs, si la jeunesse queer trouve le Mile-End plus accueillant, c'est aussi parce que c'est un quartier très multiculturel. En effet, en 2016, la population immigrante représentait le quart des résidents. Membre de la communauté gaie, Jules Lessard s'est récemment installé dans le Mile-End après s'être fait évincer de son logement dans Rosemont—La Petite-Patrie. Son choix a été motivé par Et ailleurs ? Pour la chercheuse Julie Podmore, Hochelaga- Maisonneuve, Saint-Henri et Pointe-Saint-Charles sont des quartiers queers en devenir, et donc d'éventuels objets d'étude. Elle ajoute que les noyaux queers en milieu urbain représentent un nouvel archétype, propice à ['émergence de différentes cultures et orientations politiques. le fait que plusieurs autres personnes queers y habitent, mais aussi par la diversité du quartier. « Il y a beaucoup de communautés qui cohabitent, remarque-t-il. Il y a des juifs hassidiques, des communautés anglophones, des francophones, des immigrants d'un peu partout et beaucoup d'étudiants aussi. » Jules Lessard est d'avis qu'une communauté marginalisée comme une communauté éthnique a tendance à accepter davantage les autres communautés marginalisées comme la communauté queer. C'est une observation que fait aussi Julie Podmore. Toutefois, la chercheuse remarque que le Mile-End connaît un embourgeoisement. La hausse importante Valérie Gilbert Directrice de compte des loyers a forcé certains établissements dirigés par des personnes queers, comme le Café Cagibi et le Royal Phoenix Bar, à déménager ou à fermer leurs portes. Le Village en baisse En tant que bisexuelle, Mira Sophia a décidé de s'établir dans le Mile-End parce que plusieurs de ces amis y habitaient déjà. Elle trouve effectivement que les jeunes issus de la communauté LGBTQ+ préfèrent ce quartier au Village qui est plutôt « vieille école » et qui s'adresse davantage aux hommes homosexuels. « L'environnement n'est pas très convivial et invitant non plus. Je me souviens qu)il y a à peine quelques années,ctétait mitigé... Mais encore plus depuis barrivée de la COVID et le manque de culture du club, les gens préfèrent être dans un quartier plus accueillant », évoque-t-elle. Mme Podmore veut surtout mettre en lumière l'existence de quartiers qui comportent une densité croissante de personnes queers affirmées. « Nous devons prendre cela en compte en tant qu'urbaniste, gestionnaires municipaux et responsables des politiques au lieu de consacrer toute notre énergie aux villages gais », pense-t-elle. Isabelle Moineau Petites annonces classées 514 286-1066 poste  : 348 imoineau@journalmetro.com
es) L'Indice panier permet donc de constater à quel point une famille peut se permettre de dépenser pour ses besoins de base./ARCHIVES MÉTRO Rendez-vous sur journalmetro.com/inspirations PERSPECTIVE 5 L'écart de richesse avec le ROC surestimé par Legault, selon l'IRIS Économie. « On a un écart de richesse avec nos voisins ». Cette phrase, elle a été répétée à plusieurs reprises par le premier ministre du Québec, François Legault. Or, le problème est surestimé, selon l'Institut de recherche et d'informations socio-économiques. FRANÇOIS CARABIN fcarabinejoumahetro.com L'organisme de recherche indépendant a fait paraître mercredi une fiche dans le but de déconstruire l'argument du chef du gouvernement quant au fossé économique qui sépare le Québec du reste du Canada (ROC). Selon l'auteur de la fiche, l'économiste Simon Tremblay-Pepin, le premier ministre pense en vase clos en référant sans cesse au Produit intérieur brut (PIB) comme l'unique indice de cet écart. Ces dernières années, M. Legault a répété à l'envi son désir de réduire la différence avec les autres provinces du Canada, particulièrement l'Ontario. « Quand on compare la richesse du Québec avec l'Ontario, le PIB par habitant, on a 12 milliards d'écart », réitérait-il encore en mars dernier. Mais selon M. Tremblay-Pepin, « le PIB est contesté et critiqué depuis des années quand on veut mesurer la richesse d'une population. Nous, on en propose une autre », souligne-t-il en entrevue. L'IRIS lance un appel à davantage de redistribution. Selon l'institut, dont la philosophie est de gauche, aller chercher dans les revenus de ceux qui « couvrent cinq fois leurs besoins de base » engendrerait bien peu de sacrifices. Indice panier L'IRIS utilise son Indice panier. Cet outil permet de calculer combien de fois un ménage peut se permettre de se procurer la Mesure du panier de consommation (MPC). Utilisée par Statistique Canada, le MPC établit un coût de la vie « modeste au Canada ». L'Indice panier permet donc de constater à quel point une famille peut se permettre de dépenser pour ses besoins de base. « Selon le PIB par habitant, la différence entre le Québec et le reste du Canada est de 17,3% en 2017 alors que notre Indice panier, qui tient compte des revenus réels des gens et des différences régionales du coût de la vie, montre un écart de seulement 6,7% pour la même année », selon l'IRIS. D'après M. Tremblay-Pepin, François Legault montre ses vraies couleurs. « Il démontre qu'il se préoccupe beaucoup plus du déficit des plus riches que des inégalités qui affectent les plus pauvres », soutient-il.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :