Métro Montréal n°2021-05-07 vendredi
Métro Montréal n°2021-05-07 vendredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2021-05-07 de vendredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 14,7 Mo

  • Dans ce numéro : retour aux sources.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
métr King Dave 1 Enfin ! Après plusieurs reports, cette nouvelle mouture de la mythique pièce d’Alexandre Goyette adaptée au cinéma par Podz en 2016 est présentée sur les planches. Chaque seconde d’attente en aura valu la peine  : Anglesh Major s’est superbement approprié ce monologue en lui apportant sa touche personnelle ainsi qu’une couche de profondeur supplémentaire. Dave a peur d’avoir peur. Cette peur le pousse à ne jamais réfléchir avant d’agir, donc à prendre de très mauvaises décisions. L’acteur est extraordinaire tout au long de ce solo rythmé et poignant. S’il nous fait éclater de rire à plusieurs reprises en incarnant le tempérament hyperactif de Dave avec une énergie du tonnerre – « Power nap ! Power nap ! » –, il nous émeut terriblement lorsqu’il se montre vulnérable, notamment lors du très émouvant monologue final. Un véritable tour de force. MARIE-LISE ROUSSEAU King Dave, mis en scène par Christian Fortin, est présenté chez Duceppe jusqu’au 23 mai et sera en tournée à l’automne./DANNY TAILLON/COURTOISIE 2 The Bad Batch journalmetro.com Week-end 7-9 mai 2021 WEEK-END Alors que les fans de la saga Star Wars fêtaient le #MayTheFourth il y a quelques jours, Disney n’a pas hésité à sortir l’artillerie lourde pour l’occasion. The Bad Batch, nouvelle série d’animation suit les aventures de cinq clones génétiquement modifiés aux prises avec un monde bouleversé par la fin de la guerre et la naissance de l’Empire. Un premier épisode rempli d’action qui promet une série explosive que certains voient déjà comme un digne successeur à Clone Wars. Disponible sur Disney+ MARTIN NOLIBÉ Nulle trace Cette semaine, on craque pour... Li/4 Creative Mood 3 C’est un film déroutant, inquiétant et puissant qu’a tourné Simon Lavoie (Laurentie, La petite fille qui aimait trop les allumettes). D’emblée, il nous hypnotise par ses images de chemin de fer en noir et blanc et sa trame sonore assourdissante. Le suspense et l’inconfort nous habitent alors qu’on suit deux femmes que tout oppose qui tentent de survivre dans un Québec post-apocalyptique. En très peu de mots et avec des images sublimes, Nulle trace en dit long sur la violence, la croyance et l’espoir. En salles dès aujourd’hui MARIE-LISE ROUSSEAU Sasha Omer, derrière le projet musical Moodboards, nous fait découvrir dans son podcast le processus créatif d’artistes locaux qu’il reçoit à chaque épisode. On y apprend au fil de discussions super intéressantes et sans filtre pas mal d’anecdotes sur Règle Deux de Marie-Gold, par exemple, ou encore son propre cheminement pour la récente sortie de Don’t Let me Go. On a aussi beaucoup aimé sa conversation avec Gayance dans laquelle elle évoque Gal Costa et Billie Holiday. Sur les plateformes d’écoute AMÉLIE REVERT 6 Sortez-moi de moi Après Portrait Robot, Sophie Lorain et Alexis Durand-Brault sont déjà de retour dans un thriller psychologique qui plonge le spectateur au cœur de la santé mentale. Que ce soit sur le terrain, à l’hôpital ou dans leurs vies intimes, les personnages de cette série naviguent tant bien que mal entre troubles mentaux et problèmes personnels. Emmené par un casting de haut vol et la prestation lunaire de Vincent Leclerc, Sortez-moide moi promet des moments durs, mais demeure une histoire terriblement addictive. Disponible dès aujourd’hui sur Crave MARTIN NOLIBÉ 5 bee4 -3 ! r Shirushi de TEKE :  : TEKE On l’attendait depuis longtemps, le voici, le voilà ! Le premier album du groupe de surf-psych-rock aux influences japonaises, TEKE :  : TEKE, nous comble de bonheur. Rien de moins ! On retrouve sur Shirushi, un « signe des grands changements à venir », la si belle et unique énergie à laquelle les Montréalais nous ont habitués depuis leurs débuts en 2018. On doit l’avouer, même si le disque est d’une harmonie chaotique remarquable, on a un faible pour Kala Kala et Dobugawa. Sur les plateformes d’écoute AMÉLIE REVERT 7 The Serpent La polémique concernant l’accent québécois très peu convaincant de Jenna Coleman passée, on est littéralement soufflé par la minisérie inspirée par l’enquête menée par Herman Knippenberg sur Charles Sobhraj. Ce tueur en série français qui a sévi dans les années 1970 en Thaïlande, en Inde et au Népal est magistralement interprété par un Tahar Rahim au sommet, à la fois manipulateur et glaçant. Il faut aussi saluer le montage qui rend cette fiction ultra addictive et sous haute tension. Difficile de ne pas y passer une nuit blanche ! Sur Netflix AMÉLIE REVERT La disparition de France Geoffroy 10 La pionnière de la danse intégrée au Québec nous a quittés en fin de semaine dernière à l’âge de 47 ans. France Geoffroy était la cofondatrice, codirectrice générale et artistique de la compagnie Corpuscule Danse qui met en valeur les interprètes handicapés. Depuis ses 17 ans, l’artiste dansait en fauteuil roulant à la suite d’un accident qui l’avait laissée quadriplégique. En 2018, elle avait notamment reçu le prix Envol de la Danse de Montréal, qui salue les pratiques inclusives. AMÉLIE REVERT
.P_'Q).4, E journalmetro.com Week-end 7-9 mai 2021 ART VIVRE de Même si elles ne vivent plus là, Virginie Trinel, Agathe Gouin et Caroline Trinel conservent un fort sentiment d’appartenance pour l’Île-des-Sœurs où elles ont grandi. Les baux commerciaux y sont souvent deux fois plus chers que sur la terre ferme, mais grâce à leur campagne de sociofinancement, les sœurs pensent pouvoir surmonter ce défi et lancer leur entreprise. Elles ont déjà amassé plus de 2 500 $ et leur objectif est d’atteindre 10 000 $. L’épicerie, qui se nommera Choix Sensés, devrait ouvrir à la fin du mois d’août. Avant de se lancer, les trois copropriétaires ont sondé l’intérêt des résidents de l’île. Un peu plus de la moitié des répondants se sont dits intéressés par l’achat d’articles en vrac, mais ont exprimé leur découragement face à l’absence d’offre près de chez eux. « On est très excitées d’ouvrir, mais on est présentement dans une zone d’ombre, mentionne Virginie. Pour avoir le financement, il faut signer le bail et pour avoir le bail il faut le financement… » Par ailleurs, les trois sœurs ne veulent pas créer une chaîne d’épiceries. Elles souhaitent plutôt mettre leur énergie dans une seule boutique et s’engager dans la communauté en collaborant, par exemple, avec des écoles ou en contribuant à la guignolée de Noël. Un projet familial Le projet a démarré il y deux ans, alors que Virginie, qui est gestionnaire de vente au détail de cosmétiques, était en congé maternité. Elle qui se déplaçait dans plusieurs magasins zéro déchet pour trouver tout ce dont elle avait besoin a finalement décidé de créer sa propre boutique zéro déchet en ligne. Le cidre québécois à l’honneur Jusqu’au 16 mai, la SAQ, les cidreries et plusieurs restaurants organisent des activités virtuelles dans le cadre de la Semaine du cidre du Québec. Un « 5 à cidre » avec des producteurs aura notamment lieu le 14 mai, à 17h, en direct sur la page Facebook de Cidre du Québec. L’occasion d’en apprendre plus sur cette boisson acidulée. MÉTRO Ouvrir une épicerie de vrac  : toute une aventure ! Trois sœurs ont lancé une campagne de sociofinancement en vue d’ouvrir leur épicerie de vrac sur l’Île-des-Sœurs d’ici à la fin de l’été. Un projet plein de défis, mais qui viendra enrichir cette zone montréalaise pauvre en commerces de proximité. KATRINE DESAUTELS @kdesautels@metromedia.ca L’emplacement exact de l’épicerie Choix Sensés reste pour le moment confidentiel./KATRINE DESAUTELS/MÉTRO MÉDIA C’est au mois d’octobre dernier que l’idée d’ouvrir également une épicerie physique est née. À cause de la pandémie, Agathe, qui est étudiante au baccalauréat en enseignement des mathématiques, a mis sur pause son projet de carrière d’enseignante pour se joindre à elle. Rapidement un trio s’est formé puisque Caroline, qui travaille dans le domaine du marketing et enseigne le yoga, a aussi souhaité embarquer dans l’aventure. Les trois femmes sont elles-mêmes consommatrices de produits en vrac. « Avec la pandémie, les gens réalisent que l’achat local est important, pour prendre soin de soi et de la planète », souligne Caroline./MARKUS SPISKE/UNSPLASH/123RF 11 « Pour chaque produit qui arrive en épicerie, on veut que les clients soient sûrs qu’on y a réfléchi et qu’on a choisi l’option qui produisait le moins de déchets. » Agathe Gouin Dans l’épicerie, on trouvera l’essentiel pour le garde-manger comme des contenants réutilisables. Il y aura aussi des sections pour les enfants, pour les animaux, pour la salle de bain et des produits ménagers. Le commerce offrira également des paniers de fruits et légumes sauvés du gaspillage, mais on n’y trouvera ni viande, ni poisson. « Le zéro déchet est un concept large. Personne n’a la même définition parce qu’il ne s’agit pas juste de ce que tu jettes dans ta cuisine, explique Agathe. C’est beau si tu ne mets pas de déchets dans ta poubelle, mais si ton produit en vrac a créé beaucoup de déchets avant d’arriver chez toi, ce n’est pas mieux. » Pour tous vos besoins publicitaires, contactez-nous ! 438 989-6325 ydaigneault@metromedia.ca Yvon Daigneault Chef d’équipe Annie Venne Directrice de compte Valérie Gilbert Directrice de compte Isabelle Moineau Petites annonces classées 514 286-1066 poste  : 348 imoineau@journalmetro.com



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :