Métro Montréal n°2021-05-05 mercredi
Métro Montréal n°2021-05-05 mercredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2021-05-05 de mercredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 12

  • Taille du fichier PDF : 8,8 Mo

  • Dans ce numéro : vaccins au volant.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
Dévoilement des finalistes des Prix littéraires du GG 2020 Littérature. Les écrivaines Naomi Fontaine, Jennifer Bélanger, Sophie Létourneau, Marie-Ève Lacasse et Marie-Pier Lafontaine sont finalistes aux Prix littéraires du Gouverneur général de 2020 pour leurs romans respectifs Shuni, Menthol, Chasse à l’homme, Autobiographie de l’étranger et Chienne. MARIE-LISE ROUSSEAU mlrousseau@journalmetro.com En tout, 70 livres canadiens – écrits en français et en anglais – se retrouvent en nomination dans 7 catégories. Les gagnants seront annoncés le 1er juin prochain. Parmi les autres auteurs québécois en nomination se trouvent notamment les poètes Paul Bélanger, Hugues Corriveau, Symon Henry, Martine Audet, et Louis- KarlPicard-Sioui, ainsi que les essayistes Stanley Péan, Frédérique Bernier, Thomas Dommange, Guylaine Massoutre et Michaël La Chance. Quelques finalistes québécois Romans et nouvelles  : Autobiographie de l’étranger – Marie-Ève Lacasse (Paris, France) – Flammarion Québec Chasse à l’homme – Sophie Létourneau (Québec, Québec) – La Peuplade Chienne – Marie-Pier Lafontaine (Montréal, Québec), Héliotrope Menthol – Jennifer Bélanger (Montréal, Québec), Héliotrope Shuni – Naomi Fontaine (Québec, Québec), Mémoire d’encrier Poésie  : Déblais – Paul Bélanger (Montréal, Québec), Éditions du Noroît Et là, mon père suivi de Et là, ma mère – Hugues Corriveau (Montréal, Québec), Éditions du passage L’amour des oiseaux moches – Symon Henry (Montréal, Québec), Éditions Omri La société des cendres suivi de Des lames entières – Martine Audet (Montréal, Québec), Éditions du Noroît Les visages de la terre – Louis-KarlPicard-Sioui (Wendake, Québec), Éditions Hannenorak Théâtre  : Aalaapi  : faire silence pour entendre quelque chose de beau – Collectif Aalaapi, Atelier 10 AmericanDream.ca  : L’intégrale – Claude Guilmain (Toronto, Ontario), Les Éditions L’Interligne Cœur minéral – Martin Bellemare (Montréal, Québec), Dramaturges Éditeurs Sucré Seize [Huit filles] – Suzie Bastien (Montréal, Québec), Lansman Editeur Zoé – Olivier Choinière (Montréal, Québec), Atelier 10. Essais  : De préférence la nuit – Stanley Péan (Montréal, Québec), Les Éditions du Boréal Hantises. Carnet de Frida Burns sur quelques morceaux de vie et de littérature –Frédérique Bernier (Montréal, Québec), Nota bene, Groupe Nota bene Le rapt ontologique. Penser l’être des singularités – Thomas Dommange (Longueuil, Québec), Nota bene, Groupe Nota bene Nous sommes le soleil. Femmes sous la dictature (Argentine 1976-1983) – Guylaine Massoutre (Montréal, Québec), Varia, Groupe Nota bene Une épine empourprée – Michaël La Chance (Chicoutimi, Québec), Triptyque, Groupe Nota bene CULTURE 8 GAGNE TON TRUCK DE CASH ! ÉCOUTE À 8 H 24 GAGNE DÈS 9 H/GRACIEUSETÉ LES BALLETS JAZZ DE MONTRÉAL I BALLETS JAZZ DE MONTRÉAL Une nouvelle directrice artistique Alexandra Damiani devient la nouvelle directrice artistique des Ballets Jazz de Montréal. Dès juin, celle-ci succédera à Louis Robitaille, qui part après plus de 20 ans de service. « Je suis honorée de prendre [son] relais […] et d’assurer que la compagnie soit un miroir de notre société d’aujourd’hui, avec toutes ses complexités, ses défis et ses différences », a déclaré M me Damiani dans un communiqué. La compagnie pourra ainsi compter sur son « vaste réseau de relations internationales » et sa « réputation de générosité et d’excellence artistique ». AMÉLIE REVERT
métr journalmetro.com Mercredi 5 mai 2021 EDUCATION Exposition au Campus MIL Le Campus MIL de l’Université de Montréal accueillera l’exposition des finissants de la Faculté de l’aménagement dès le 13 mai. Le thème de cette année, « ESC – ESCAPE », réfère à cette touche du clavier d’ordinateur à une époque où les cours en ligne font partie de la vie quotidienne des étudiants. MÉTRO Les Jardins de Skawanoti, terre d’inspiration Écologie. Bien plus qu’un simple jardin collectif, les Jardins de Skawanoti sont un véritable terrain d’étude et d’exploration pour les élèves du Cégep Marie-Victorin, à Rivière-des-Prairies. Inspirés par l’environnement, les étudiants y expriment toute leur créativité. YOHANN GOYAT ygoyat@metromedia.ca Depuis la création des Jardins de Skawanoti en 2012, l’intérêt des jeunes du Cégep Marie-Victorin pour l’écologie et l’environnement ne cesse de grandir. Renée Lemieux, conseillère à la vie étudiante, environnement et développement durable, l’a constaté au cours des dernières années. Et davantage encore depuis le début de la pandémie. Les jardins, dont elle a la responsabilité, ont « trouvé toute leur utilité durant cette période ». « Cet intérêt pour la transition écologique est flagrant et ces jeunes fourmillent d’idées. Leur créativité est sans limites », s’étonne-t-elle. À en croire Alexandra, une étudiante de cette institution, ce jardin collectif permettrait aussi aux élèves d’élargir leurs horizons. C’est « un projet de jardin commun qui fait naître de nouvelles passions et qui peut faire réfléchir à de futurs emplois », témoigne-t-elle. Étudier à l’extérieur Plusieurs jeunes de l’établissement profitent de ce lieu pour développer des projets audacieux. Éric, originaire des Laurentides, veut par exemple recréer à Montréal une forêt laurentienne. L’initiative aurait également pour but d’accueillir des cours à l’extérieur. L’aménagement sylvicole en forme de cercle couperait le vent et faciliterait l’enseignement. « La régie pédagogie du cégep est très ouverte aux nouveaux projets. Nous avons quatre lieux potentiels pour ce genre de classes en plein/ANOUK LEBEL/ARCHIVES MÉTRO MÉDIA air, explique M me Lemieux. Si tout va bien, cela devrait voir le jour d’ici l’automne. » Transmission « Ces jardins sont aussi l’occasion pour les étudiants de se changer les idées à l’aube des fins de session, souligne Alexandra. C’est un espace propice aux échanges et à une transmission du savoir. » Les membres de l’Éco de la Pointe-aux-Prairies, qui porte le projet, viennent souvent mettre les mains à la terre. L’occasion de conseiller les jeunes et de partager leur expertise. « C’est du temps de qualité passé à leurs côté », témoigne Alexandra. Le comité environnement étudiant du Cégep Marie-Victorin comptait deux membres à sa création en 2011, aujourd’hui ils sont près de 30. CONSEIL STRATÉGIQUE EN ENVIRONNEMENT Microprogramme de 3 e cycle Pour professionnels en exercice Formation à temps partiel et à distance Petits groupes favorisant les échanges USherbrooke.ca/environnement/3e-cycle DE UNIVERSITÉ DE SHERBROOKE 9 « L’intérêt pour la transition écologique est flagrant et ces jeunes fourmillent d’idées. » Renée Lemieux, conseillère à la vie étudiante, environnement et développement durable, au Cégep Marie-Victorin Campus de Longueuil



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :