Métro Montréal n°2021-05-05 mercredi
Métro Montréal n°2021-05-05 mercredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2021-05-05 de mercredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 12

  • Taille du fichier PDF : 8,8 Mo

  • Dans ce numéro : vaccins au volant.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
métr journalmetro.com Mercredi 5 mai 2021 OPINIONS LETTRE À UN AMI MANIFESTANT CHRONIQUE IN LIBRO VERITAS FRÉDÉRIC BÉRARD docteur en droit et politologue Cher Luc, Notre échange de samedi, même si non sollicité de ma part, m’a ébranlé. Solidement, à part ça. En voici les principaux extraits  : – J’espère que tu seras assez humble pour nous dire à la radio qu’on parle de plus de 100 000 personnes présentes. De ton ami Pogo  : ) Et qu’est-ce que ça a à voir avec l’humilité ? Pourquoi lancer de faux chiffres ? Pourquoi être fier d’être épais ? Je ne te lance aucune insulte. C’est qui l’épais ? – Si ce n’est pas de la TRIBUNE LIBRE Le projet de loi 59, une grave injustice Je m’appelle Gérald Paiement. En 1998 je me suis fracturé la cheville gauche lors d’un accident du travail. La blessure n’a jamais guéri complètement. J’ai dû changer de métier. Vingt après cet accident, j’en garde encore des séquelles permanentes. Je continue de voir mon médecin régulièrement pour ce problème. En 2017, il m’a prescrit des chaussures orthopédiques. En théorie, mon accident étant reconnu par la CNÉSST, les frais médicaux demeurent à la charge de la Commission, incluant les coûts des orthèses dont je peux avoir métr vaccination, ça va se régler comment, tu penses ? Ça va vous prendre quoi pour allumer ? Sûrement rien. Continuez votre délire, vous êtes spectaculaires. – Moi je respecte tous les gens. Ceux qui veulent se faire vacciner qui le font… – Faux. Vous avez bloqué la vaccination, aujourd’hui. – Arrête ça ! – Ce n’est plus ici une question d’opinion, mais bien de science. – Bien sûr, la science pharmaceutique… – Anyway, on a fait le tour. Continue d’encourager le mouvement si ça te besoin. Mais la CNÉSST n’a pas voulu payer les chaussures orthopédiques que me prescrivait mon médecin. Comme j’avais réellement besoin de ces chaussures pour ma cheville, j’ai contesté le refus et je suis allé au Tribunal administratif du travail. Après avoir entendu ma cause, le juge a confirmé que j’avais besoin des chaussures orthopédiques à cause de ma blessure et que la CNÉSST devait les payer. Le juge a bien dit que la loi prévoit qu’un travailleur accidenté a droit à l’assistance médicale, incluant les orthèses et prothèses. Après le jugement, j’ai pu avoir mes chaussures orthopédiques. Ça m’a fait énormément de bien, ça améliore beaucoup ma qualité de vie. Le projet de loi 59 du ministre Jean Boulet, actuellement à l’étude à l’Assemblée nationale, va tout changer. Désormais, la CNÉSST va pouvoir limiter comme elle veut le droit à l’assistance médicale, en adoptant les règlements qu’elle souhaite. La chante. On va se sortir du trou. Malgré vous. – Je ne veux pas de débat avec toi. Par contre, si tu veux faire des prédictions au moins annonce-le comme une prédiction. Pas mal plus de gens sont Pogos, en fait. – Fier de l’être, en plus. Solidement ébranlé, donc. Tu n’es pas sans savoir – on en a souvent parlé – que le propre d’un commentateur comme moi est de recevoir, avec la régularité d’un train suisse, son lot de bêtises et d’insultes. À ta décharge, t’évites d’ordinaire ce piège, et je t’en remercie. Sauf que cette fois-ci, je suis, moi-même, tombé dedans à pieds joints. Parce que j’en peux plus, mon Luc. Pu capab. Pu capab que vous refusiez de saisir, après 15 mois et 3 millions de morts  : qu’il ne s’agit pas d’un « petit rhume » ; que les pays aux mesures sanitaires sévères ont justement évité la catastrophe, ou Méchants face au personnel soignant, qui se tue (au propre et au figuré), depuis maintenant plus d’un an. s’en sont remis, au contraire des pays-bozos ; que Cossette-Trudel est un arnaqueur, à l’instar des Blais, Tadros, Grenier et autres persifleurs à l’affût du prochain vulnérable ; que Trudeau n’est pas un pédo-reptilien ; que Lady Gaga ne mange pas de cadavres ; que Bill Gates en a absolument rien à crisser de vous autres (ni de moi, d’ailleurs) ; que Trump a bel et bien perdu l’élection, net fret sec, et sans fraude ; que la 5G, les chemtrails ou autres illuminations des Lucie Laurier de ce monde demeurent, justement, des illuminations ; Commission pourra ainsi restreindre les droits aux médicaments, aux traitements et aux orthèses et prothèses des victimes d’accidents et de maladies du travail. Si ce projet de loi passe, c’est clair que je n’aurai plus droit aux chaussures orthopédiques prescrites par mon médecin. Faites-nous découvrir votre Montréal ! Photographes, à vos appareils ! Courez la chance de voir votre cliché publié dans les pages Opinions de votre journal favori... Faites-nous parvenir vos photos de la ville à opinions@journalmetro.com. MÉTRO que les vaccins ne donnent pas l’autisme ; qu’il y a une tonne de risques de plus de mourir de la COVID (idem pour les attaques de perroquets mauves) que d’un vaccin ; que la revue The Lancet, qui confirme l’efficacité des masques et du couvre-feu, est peut-être davantage crédible que Ti-Joe- La-Banane, en direct du sous-sol de sa tante (roulotte) ; qu’à chaque fois que les mesures sont relâchées, les taux de contamination et les hospitalisations grimpent dans le tapis, et vice versa. Bref, je suis sur le cul. Parce que je te sais suffisamment brillant pour saisir, d’ordinaire, la mathématique de l’affaire. La logique. Les jeux de base. Le b.a.-ba d’une rationnelle névralgique à la vie démocratique. Reste toutefois ceci  : si comme d’autres je peux pardonner vos présentes crampes neurologiques, m’est difficile, sinon Pourquoi restreindre ainsi les droits des travailleuses et travailleurs qui ont des séquelles permanentes d’un accident du travail ? Ces changements ne semblent pas avoir d’autre objectif que de permettre à la CNÉSST (et donc aux employeurs qui cotisent au régime) d’économiser des dizaines de millions par année. impossible, de passer l’éponge quant à la méchanceté dont vous faites actuellement preuve. Oui, méchanceté. Parce que toi et ta gang l’êtes, présentement. Méchants face au personnel soignant, qui se tue (au propre et au figuré), depuis maintenant plus d’un an. Méchants face aux victimes de la COVID et leurs proches, particulièrement celles devant composer avec le deuil. Méchants face, enfin, à ceux et celles qui n’ont pu se faire vacciner en raison de vos manifs à saveur de menace, lesquelles comparent l’opération à un « abattoir humain ». Une fois les câbles rebranchés, peut-être conviendras-tu avec moi, mon Luc, de l’inhumanisme de vos opérations, sabotages et révoltes. Ce serait – et je le dis sans amertume ou rancœur anticipées – la moindre des choses. Fred Ces coupures à l’assistance médicale n’en sont pas moins totalement injustes. Des milliers de travailleuses et de travailleurs, handicapés à la suite d’un accident ou une maladie du travail et qui ont besoin de prothèses ou d’orthèses, de médicaments ou de traitements pourraient désormais en être privés par la CNÉSST. C’est inacceptable. Ce projet de loi 59 ne doit pas être adopté. Le ministre Boulet et le gouvernement de la CAQ doivent se rappeler qu’un accident du travail peut arriver n’importe quand, à n’importe qui. Il faut garder le droit à l’assistance médicale dont on a besoin en cas d’accident. Cet injuste projet de loi 59 ne doit pas être adopté. Il doit plutôt être retiré au plus tôt ! GÉRALD PAIEMENT, ACCIDENTÉ DU TRAVAIL Écrivez-nous ! opinions@journalmetro.com Volume  : 21 Numéro  : 25 À Montréal, Métro est publié par Métro Média, 101, boul. Marcel-Laurin, Montréal H4N 2M3 Tél.  : 514 286-1066 Imprimé par  : Transcontinental Transmag, 10807, rue Mirabeau, Anjou, Québec, H1J 1T7 Distribué par Metropolitan Media Services/Directrice de la distribution  : Danielle Tessier Directeur principal des ventes  : Patrick Marsan Contrôleur  : François Dallaire Directeur de l’information  : Olivier Robichaud Chef de pupitre  : Carole Côté Vous avez une opinion à nous faire parvenir ? opinions @journalmetro.com Vous voulez annoncer dans nos pages ? publicite@journalmetro.com Vous avez une nouvelle à nous faire parvenir ? info@journalmetro.com. ISSN 1716-9895 6
métr journalmetro.com Mercredi 5 mai 2021 CULTURE FRAUDE WEB À un clic de la catastrophe Télétravail Vol d'identité Webcam Mot de passe Facebook Fraude Web Virus Applicati Ordi Textos Courriels VPN FCFrancolsCharron.com v CONFÉRENCE GRATUITE 60 MINUTES POUR PRÉVENIR A voir en ligne 0 fraudeweb.com/conference Les Red Hot Chili Peppers cèdent leur catalogue pour 140 M$ Le groupe américain de rock alternatif The Red Hot Chili Peppers a cédé son catalogue de chansons à l’un des géants de la gestion de droits musicaux, la britannique Hipgnosis, pour une somme évaluée entre 140 et 150 M$, selon le site du magazine Billboard. RÉDACTION AFP RELAXNEWS Elisabeth Moss  : « June Osborne vit jusque dans mes os » Télévision. La diffusion de la quatrième saison de La Servante écarlate (The Handmaid’s Tale) a débuté la semaine dernière. Pour l’occasion, Métro s’est entretenu Elisabeth Moss, interprète de June ainsi que productrice et réalisatrice de trois épisodes de la nouvelle saison. MARÍA ESTÉVEZ Metro World News Dans la nouvelle saison, la relation entre June et Tante Lydia est plus intense que jamais… Oui. Un des thèmes abordés dans cette saison est le pouvoir, ce que signifie le vrai pouvoir et qui le détient. Le pouvoir n’est pas toujours ce qu’il semble être. Il peut être dangereux et destructeur. Je pense que June et Lydia recherchent le pouvoir dans leur parcours, mais peut-être de façon et avec des objectifs très différents. En plus d’être productrice de la série, vous avez réalisé trois épisodes de cette saison. Pouvez-vous nous en dire plus à ce sujet ? En jouant June, j’ai été impliquée dans l’émission depuis le début, alors je la connais tellement bien. Ce n’était donc pas un grand changement d’assumer ce rôle. J’ai beaucoup appris en tant que réalisatrice particulièrement en dirigeant mes collègues acteurs. J’étais nerveuse et je ne savais pas quoi dire. On n’est pas censée donner de notes aux autres acteurs en tant qu’actrice. On m’a appris à ne pas faire ça ! Mais à la fin, ça a été ma partie préférée de toute cette expérience. Heureusement, nous avons une distribution incroyable, ce n’est pas comme si j’avais à corriger quoi que ce soit. La Servante écarlate a été renouvelée pour une cinquième saison. Combien de temps pourrait durer la série ? Je ne sais pas trop, mais aussi longtemps que l’histoire de June sera intéressante, nous serons là. Cette saison transmet l’idée que la vie est courte, et c’est particulièrement pertinent après ce que nous avons vécu avec la COVID-19. Justement, avez-vous tourné durant la pandémie ? Aussi longtemps que ça a été possible, oui. Nous l’avons fait au sein de cette bulle que nous avons créée avec des tests et une mise en quarantaine très rigoureuse. Nous avons été capables de procéder aux performances, et ce même si nous étions limités à un nombre maximal de deux personnes dans une pièce. Nous avons pu faire ce que nous devions faire et nous sommes très reconnaissants pour cela. À quoi doit-on s’attendre de cette saison ? Nous allons accompagner June dans son obsession pour le changement. C’est une saison très nomade. Je dirais que la première partie de cette saison est certainement importante. Du point de vue de la production, ça a été fait de façon très anticonformiste. Les trois premiers épisodes sont très impressionnants. Vous ne saurez jamais vraiment où s’en va la série. Elisabeth Moss dans La Servante écarlate/GRACIEUSETÉ HULU « J’ai été tellement impliquée dans la série que June Osborne vit jusque dans mes os. » L’émission met en scène une attaque sur le Capitole américain, ce qui sera vu dans un tout nouveau contexte étant donné les événements du 6 janvier dernier. Que répondez-vous à ceux qui pensent que la série est ainsi devenue un peu trop réelle ? Je retourne toujours au livre de Margaret Atwood, qui a été écrit en 1985, et qui semblait incroyablement pertinent et vrai à l’époque. Elle a dit qu’elle n’avait jamais rien mis dans ce livre qui ne se soit jamais produit ou qui ne se soit pas en train de se produire. Et nous voilà, tellement d’années après. On ressent et parle encore de cette pertinence. Les premières saisons de la série ont été diffusées sous l’administration Trump. Avez-vous eu le sentiment qu’à l’avenir, 7 Elisabeth Moss, actrice vous devrez montrer les problèmes systémiques de notre société ? Une partie de cette saison est à propos d’un retour à la normale. Et le nouveau paysage politique aux États-Unis à la suite de l’élection de Biden est quelque chose que les téléspectateurs vont ressentir de façon métaphorique dans la saison 4. Il y a beaucoup de rage et de colère. Je réalise seulement maintenant à quel point c’est pertinent. Une grande partie du parcours de June se résume à un sentiment de rage et de colère. J’ai vécu à l’intérieur de ce personnage et maintenant, à travers les questions, je peux voir à quel point ce qui se passe dans l’émission est pertinent. J’en suis choquée. La Servante écarlate Sur Crave et CTV Drama



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :