Métro Montréal n°2021-04-02 vendredi
Métro Montréal n°2021-04-02 vendredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2021-04-02 de vendredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 10,8 Mo

  • Dans ce numéro : moment de grâce.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
JOSIE DESMARAIS/MÉTRO MÉDIA métr journalmetro.com Week-end 2-4 avril 2021 SOCIETE Des petits plats drôlement bons ! Des produits italiens préparés au Québec par un humoriste beauceron au nom écossais… Ça vaut le détour ! Après les avoir fait rire, Peter MacLeod s’est lancé le défi de régaler les québécois avec sa gamme de produits prêts-à-manger Pete Authentique, en vente dans la plupart des épiceries Métro. MÉTRO Giacomo  : un barbier indémodable depuis 60 ans Portrait. À l’époque d’Elvis Presley, les cabarets montréalais sont en pleine effervescence. Au Casa Loma et au Café Rodéo, des serveurs portent la Hollywood haircut, signature d’un jeune barbier prometteur de la rue Fleury à Montréal-Nord. Entre deux brandys, un client fait signe de la main au garçon et lui murmure quelque chose à l’oreille. Habitué qu’on remarque sa tignasse, le serveur répond  : « Pour ça, va voir Giacomo ». XAVIER BOURASSA xbourassa@metromedia.ca Six décennies plus tard, c’est comme si l’odeur de Brylcreem et de tonique Vitalis n’avait jamais quitté le salon de Giacomo Delle Donne. Depuis soixante ans, quatre générations sont passées sur les grosses chaises orange du barbier. Fats Domino, le cycliste Gino Bartali et le chanteur Luciano Tajoli, des clients notables du salon, sont tous partis vers d’autres cieux. Mais à 81 ans, Giacomo enfile encore son tablier chaque matin. « Adolescent, je cherchais un emploi dans le journal. On « On marchait aux numéros dans ce temps-là. Les gens prenaient une pastille et relaxaient en attendant leur tour. Ça jasait autour d’une grappa, ça riait, ça regardait les femmes des revues… ce n’était pas le stress d’aujourd’hui. » Giacomo Delle Donne, barbier demandait un boucher ou un barbier. Je ne voulais pas travailler dans les frigidaires alors j’ai demandé 250 $ à mon père pour suivre le cours. En 1961, cinq ans plus tard, j’étais en business », raconte-t-il. La visite chez le barbier était au cœur de la routine masculine lorsque Giacomo ouvrit son salon, au tournant des années 1960. Les clients venaient y passer un moment de détente, lire le Montréal-Matin avec un espresso à la main et une cigarette au bec. Quoi de plus naturel lorsque les chaises ont des cendriers de Chevrolet 1955 intégrés aux accoudoirs ! Des clients satisfaits C’était un autre quartier. Montréal-Nord demeurait très rural et l’immigration italienne battait son plein dans le secteur. Le salon est rapidement devenu un point de ralliement pour la communauté. « Ça ne parlait pas anglais ni français ; ils voyaient mon nom écrit dans la vitre et venaient instinctivement me voir. C’était merveilleux, j’ai pu en aider plusieurs à s’intégrer », relate Giacomo. Avec une clientèle fidèle et le sens de la conversation, le coiffeur a réussit à se créer un 12 réseau allant bien au-delà du quartier. Un jour c’était le chef de police qui passait sous ses ciseaux, le soir, un politicien et le lendemain, un acteur d’envergure. Bien vite, le salon roulait à 6 barbiers. « J’ai toujours aimé le public, et eux m’apprécient parce que je m’intéresse vraiment à ce qu’ils veulent. C’est de la passion, de l’amour pour ce métier et pour les clients », affirme M. Delle Donne. Résilience Giacomo Delle Donne a certes eu à naviguer à travers des périodes difficiles au cours de sa carrière, comme l’arrivée des « maudits » Beatles avec la mode des cheveux longs, mais la fermeture forcée de son commerce cette dernière année remporte probablement la palme. « Ça n’a jamais été aussi tranquille depuis notre réouverture, l’achalandage a baissé de moitié. Mais je peux vous garantir quelque chose  : s’ils ne sont pas morts, mes clients vont revenir. Personne n’offre un service comme moi », affirme-t-il. Et alors qu’il termine sa phrase, un bruit interrompt la conversation. Au bout de la pièce, la porte s’ouvre. Un homme masqué s’exclame  : « Hey Giacomo ! ». Célébrez avec Style Hungaria Grande Cuvée Brut Code SAQ  : 00106492 Prix  : 12.85 $
métr'1 journalmetro.com Week-end 2-4 avril 2021 V NS PLAISIRS ET CHRONIQUE MARIE-CLAUDE DI LILLO info@journalmetro.com Pasqua Ripasso Superiore 2018 Des vins pascaux et de l’agneau ! Un autre vin de Vénétie, région aussi reconnue pour ses valpolicella, amarone et ripasso. Voici justement un ripasso tout indiqué, puisque Pasqua veut dire Pâques en français. On utilise pour ce vin une technique particulière où on verse le vin qui a reposé en cuve inox sur des raisins séchés d’amarone afin de créer une seconde fermentation. Cela confère au vin caractère et corps. On le transfère ensuite dans des fûts de chêne (durant huit mois) et on termine le vieillissement en bouteilles. On obtient ainsi une cuvée aux notes intenses de griotte confite, de cassis et de pruneau auxquelles s’ajoute une touche de bois. Les tanins, eux, sont bien fondus. Vin parfait pour notre braisé d’agneau de Pâques de la semaine ! Vin rouge, 750 ml Italie, Vénétie Code SAQ  : 602342 Prix  : 22,75$ Déjà Pâques ! Et malgré les contraintes sanitaires, ne boudons pas notre plaisir. On célèbre donc ce long week-end comme il se doit, avec d’excellents vins et une recette d’agneau, incontournable de cette fête chrétienne ! Tsantali Rapsani Reserve 2016 Un vin grec qui ira à merveille avec notre agneau de Pâques ! Produit à partir de trois cépages locaux, plantés sur les pentes du mont Olympe, cette élégante cuvée plairait sûrement aux dieux de la mythologie ! Le vin a séjourné 12 mois en barriques de chêne français suivi d’une autre année en bouteilles avant d’être commercialisé. Il en résulte une texture ronde avec des tanins digestes. La palette aromatique de ce vin nous plaît aussi. En le dégustant, on découvre à la fois des notes de chocolat noir, de cuir, de tabac, de pruneau, de poivre, de bois et de cannelle. Généreux et gourmand, on appréciera son corps qui tiendra tête à des mets robustes, mais raffinés, comme des braisés. TSAWDAL1 Vin rouge, 750 ml Grèce, Thessalia Code SAQ  : 741579 Prix  : 19,30$ 1111.411111\111.11111i >4036440.1 « L’AGNEAU, ON EN FAIT TOUT UN PLAT ! » Château du Grand Bern Bordeaux Supérieur Un bordeaux d’appellation générique, qui offre un excellent rapport qualitéprix ! En plus, il se mariera à merveille avec nos raffinés jarrets d’agneau braisés. Le « Grand Bern » est une île constituée par un bras de la Garonne où se trouve le vignoble de ce château. Ce dernier est une propriété des Vignobles Gonfrier, maison familiale possédant 19 châteaux, tous certifiés HVE (Haute Valeur Environnementale). En plus d’être soucieux de la planète, le producteur l’est aussi pour la qualité de ses vins. On découvre ici une cuvée élégante, faite en majorité de merlot, qui se boit facilement et qui offre une belle fraîcheur. Des notes de cacao, de cerise et de cassis se dévoilent en bouche. Que du plaisir ! Vin rouge, 750 ml France, Bordeaux Prix  : 16,60$ MANGEONS LOCAL() www.agneauduquebec.com Jarrets d’agneau braisés 4 PORTIONS - 20 MINUTES INGRÉDIENTS Sel et poivre au goût 4 jarrets d’agneau du Québec 30 ml (2c. à soupe) de beurre 2 gousses d’ail Quelques tiges de thym frais 1 oignon haché 2 carottes coupées en dés 2 branches de céleri coupé en dés 125 ml (½ tasse) de vin rouge 500 ml (2 tasses) de fond de veau ou de fond de gibier 30 ml (2c. à soupe) de pâte de tomates PRÉPARATION 1. Saler et poivrer les jarrets d’agneau. 2. Dans une grande poêle, faire fondre le beurre à feu moyen. Cuire les jarrets d’agneau, les gousses d’ail et le thym de 4 à 5 minutes en arrosant la viande de beurre régulièrement, jusqu’à ce qu’elle soit dorée. 3. Transférer les jarrets d’agneau et l’ail dans la mijoteuse. Antiguas Reservas Cabernet Sauvignon 2018 212993 17 75$ e" r — 13 4. Ajouter le vin rouge dans la poêle et laisser mijoter jusqu’à ce que liquide ait réduit de moitié. 5. Ajouter le fond de veau et la pâte de tomates dans la poêle. Remuer. 6. Verser la préparation sur les jarrets. Couvrir et cuire de 7 à 8 heures à faible intensité, jusqu’à ce que la chair se détache facilement de l’os. 7. Verser la préparation sur les jarrets. Couvrir et cuire de 7 à 8 heures à faible intensité, jusqu’à ce que la chair se détache facilement de l’os. 8. Retirer les jarrets de la mijoteuse et réserver au chaud. 9. À l’aide d’une passoire fine, filtrer la sauce au-dessus d’une casserole. La porter à ébullition, puis la laisser mijoter de 15 à 20 minutes à feu doux jusqu’à ce qu’elle ait diminué de moitié. 10. Servir les jarrets avec la sauce. >4037246.1. JI



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :