Métro Montréal n°2021-03-26 vendredi
Métro Montréal n°2021-03-26 vendredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2021-03-26 de vendredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 18,3 Mo

  • Dans ce numéro : l'ultime défi.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
métr journalmetro.com Week-end 26-28 mars 2021 OPINIONS La grande roue des saisons Qui n’a jamais vu cette immense structure sur le boulevard Pie-IX au croisement d’Henri-Bourassa ? « Un trajet en autobus m’a fait découvrir cette beauté de ma ville, a écrit une lectrice. […] Depuis ce temps, je suis à la recherche de coins, sculptures, et de vues différentes de ma ville et ses environs. »/GRACIEUSETÉ/LO GUILBAULT métr TRIBUNE LIBRE Faites-nous découvrir votre Montréal ! Photographes, à vos appareils ! Courez la chance de voir votre cliché publié dans les pages Opinions de votre journal favori... Faites-nous parvenir vos photos de la ville à opinions@journalmetro.com. MÉTRO ENTRE ADMIRATION, HAINE ET INDIFFÉRENCE CHRONIQUE DALILA AWADA Maintes fois, j’ai lu et entendu  : « Pourquoi vous [les musulmans ou les Arabes] ne faites pas comme les Asiatiques ? Eux autres ne causent pas de trouble ! » Les gens qui entretiennent cette opposition entre bonnes et mauvaises minorités (comme si elles étaient de la marchandise) pensent probablement qu’ils font une fleur aux personnes asiatiques et que celles-ci se réjouissent de telles comparaisons. La réalité est tout autre. Dimanche dernier, lors d’un rassemblement au centre-ville de Montréal, plusieurs personnes ont pris la parole pour dénoncer le racisme anti-asiatiques et les stéréotypes, dont le fameux mythe de la minorité modèle qui leur colle à la peau. Même message catégorique sur des pancartes  : « Je ne suis pas votre minorité modèle ». Ce mythe relève bel et bien du racisme ; il est infantilisant, homogénéisant, et agit comme une injonction à la docilité. C’est une manière de dire que les membres d’un groupe ethnoculturel minoritaire se doivent d’être effacés et passifs s’ils veulent être tolérés. Puis, idéalement, travailler avec acharnement, sourire et partager des recettes exotiques. La manifestation faisait voler en éclat cette représentation réductrice des communautés asiatiques. Le ras-le-bol était palpable. Ici et ailleurs en Amérique du Nord, les difficultés auxquelles elles Combien de femmes doivent être sacrifiées pour qu’on réagisse ? Il y a un an, l’AREQ sortait publiquement pour demander qu’on enraye les féminicides une fois pour toutes, dans une lettre ouverte parue dans plusieurs médias  : Prenons enfin le féminicide au sérieux ! Depuis ? On voit croître les féminicides, des femmes de tous âges et origines pour qui des hommes se sont donné le droit de leur enlever la vie. Si le meurtre des femmes était une pandémie, le Québec serait en zone rouge. Pourtant non, rien. Le gouvernement réfléchi. Encore dans les derniers jours, une femme aînée a été assassinée avec sa fille. Ce n’est plus le temps de « Les personnes asiatiques sont tantôt admirées, tantôt méprisées, tantôt ignorées. » sont confrontées, allant du racisme à la précarité socioéconomique, ne peuvent plus être minimisées à travers un récit unidimensionnel de succès. Comme d’autres groupes, elles vivent de la discrimination, de l’exclusion et des épreuves diverses. À titre d’exemple, les données du dernier recensement montrent que les Montréalais d’origine chinoise (qui constituent l’une des principales minorités asiatiques à Montréal) ont un revenu médian inférieur de 21% à celui des Montréalais blancs. Ce sont, en outre, des réfléchir, agissons ! Comment agir ? Ça tombe bien, le gouvernement regorge de rapports et de recommandations pour faire face concrètement au problème. Il suffit d’un peu de volonté et de moyens. En décembre dernier, le Comité d’experts sur l’accompagnement des personnes victimes d’agressions sexuelles et de violence conjugale a déposé un rapport qui comprenait 15 chapitres et 190 recommandations. Qu’arrivet-il de ces recommandations ? Espérons que nous n’avons pas, encore une fois, dépensé de précieux deniers publics pour un rapport qui sera tabletté. L’heure est grave. Les besoins sont criants et visiblement encore plus grands depuis le début de la crise de la pandémie. Le budget provincial sera déposé le 25 mars et il faudra y trouver, au minimum, un rehaussement du financement des maisons d’hébergement pour victimes de violence. Ce budget sera une occasion pour ce gouvernement de démontrer qu’il passe à l’action pour lutter contre ce fléau et d’appliquer les recommandations des experts. personnes qui subissent souvent de la déshumanisation qui se manifeste par de l’indifférence, par de l’hostilité ou par une objectification sordide dans le cas des femmes. Les personnes asiatiques sont tantôt admirées, tantôt méprisées, tantôt ignorées. Le regard porté sur elles est teinté d’ambivalence et ça montre qu’elles ne sont pas seulement considérées à travers le prisme de la minorité modèle. Elles sont également confrontées à ce que l’anthropologue libano-australien, Ghassan Hage, nomme le racisme numéraire. Il se produit lorsque, par exemple, des résidents sont heureux d’accueillir une famille vietnamienne dans leur quartier, mais dénonceront une « invasion » quand quelques Prenons le temps d’en énumérer quelques-unes  : – Permettre aux victimes d’accéder à des conseils juridiques gratuits dès la dénonciation – Assurer un soutien et une information continue aux victimes à toutes les étapes du processus judiciaire – Accompagner et soutenir les victimes à l’étape de l’exécution de la peine – Assurer la cohérence des décisions de justice criminelles, familiales ou en protection de la jeunesse entre elles, notamment en créant un poste de coordonnateur judiciaire – Instaurer un tribunal spécialisé en matière d’agressions sexuelles et de violence conjugale – Développer des formations familles supplémentaires s’y installeront à leur tour. Le contexte de pandémie, dans lequel la violence atteint un niveau effrayant depuis plus d’un an, met en évidence à quel point un groupe peut rapidement basculer dans la catégorie des indésirables. Disons que cette exacerbation ouvre les yeux de beaucoup de gens. Pendant le rassemblement du 21 mars, une manifestante rappelait que les petits gestes symboliques et ponctuels sont, comme toujours, nettement insuffisants. Les autorités devraient déployer des ressources et des actions d’envergure pour contrer la vague de haine qui a déferlé dans la dernière année et qui, sans ça, pourrait avoir des répercussions encore longtemps. spécialisées pour les intervenants médicaux et psychosociaux/judiciaires, les policiers, les avocats, les procureurs et les juges en matière d’agressions sexuelles et de violence conjugale – Offrir un accompagnement continu aux victimes par un intervenant stable, qu’elles choisissent ou non de dénoncer le crime ou de judiciariser leur situation, comprenant une rencontre avant toute dénonciation formelle à la police. – Intégrer les services offerts aux victimes Nous n’avons pas lutté au Québec pendant des décennies pour l’égalité de droit et de fait entre les femmes et les hommes pour nous lever chaque matin en voyant un nouveau féminicide dans le journal. Les femmes et notre société valent mieux que ça ! LISE LAPOINTE ET CHRISTIANE POTVIN-LAPALME, ASSOCIATION DES RETRAITÉES ET RETRAITÉS DE L’ÉDUCATION ET DES AUTRES SERVICES PUBLICS DU QUÉBEC (AREQ) Écrivez-nous ! opinions@journalmetro.com Volume  : 21 Numéro  : 8 À Montréal, Métro est publié par Métro Média, 101, boul. Marcel-Laurin, Montréal H4N 2M3 Tél.  : 514 286-1066 Imprimé par  : Transcontinental Transmag, 10807, rue Mirabeau, Anjou, Québec, H1J 1T7 Distribué par Metropolitan Media Services/Directrice de la distribution  : Danielle Tessier Directeur principal des ventes  : Patrick Marsan Contrôleur  : François Dallaire Directeur de l’information  : Olivier Robichaud Chef de pupitre  : Carole Côté Vous avez une opinion à nous faire parvenir ? opinions @journalmetro.com Vous voulez annoncer dans nos pages ? publicite@journalmetro.com Vous avez une nouvelle à nous faire parvenir ? info@journalmetro.com. ISSN 1716-9895/GRACIEUSETÉ 6
ri D D D Facebook Twitter Linkedin Instagram stm.info QUALITÉ DE VOS DÉPLACEMENTS ET SENTIMENT DE SÉCURITÉ Nos inspecteurs participeront plus activement à l’amélioration de votre expérience client CE VIRAGE CLIENT SE DÉPLOIE GRÂCE À UNE NOUVELLE STRATÉ- GIE DE PROXIMITÉ ET UN NOUVEAU STATUT DE CONSTABLE SPÉCIAL. Avec cette nouvelle approche, les inspecteurs seront maintenant affectés à des secteurs spécifiques. Ils deviendront des visages familiers dans votre routine et pourront mieux vous accompagner. Une approche sociocommunautaire En travaillant de concert avec les partenaires et organismes de leur secteur, ils pourront aussi assu- De gauche à droite  : Pénélope Toupin, inspecteur, Anick Lavoie, inspecteur, Jocelyn Latulippe, directeur de Sûreté et contrôle, Philippe Schnobb, président du conseil d'administration et Francis Turmel, inspecteur. Photo  : Mission Old Brewery, Christian Blais rer une cohabitation harmonieuse des clientèles de leurs stations de métro. Des bus propulsés au jus d’ananas ? oui non Nous croyons en effet en l’approche sociocommunautaire, qui a été démontrée de plusieurs façons au CONSTRUCTION D’UNE NOUVELLE INFRASTRUCTURE DU MÉTRO Appel à participer à une consultation publique indépendante LE PUBLIC EST INVITÉ À DONNER SON AVIS À LA COMMISSION INDÉ- PENDANTE SUR LE PROJET DE CONSTRUCTION ET D’AMÉNAGEMENT DU POSTE DE VENTILATION MÉCANIQUE RICHELIEU, UNE NOUVELLE INFRASTRUCTURE NÉCESSAIRE À LA VENTILATION DU MÉTRO. Cette nouvelle infrastructure sera construite à l’angle des rues de Richelieu et Sainte-Marguerite, dans l’arrondissement du Sud-Ouest. Les personnes intéressées pourront assister à une séance d’information en ligne le mardi 30 mars à 18 h 30. Ce sera l’occasion d’en apprendre plus sur le projet et de poser vos questions. Vous aurez ensuite jusqu’au 15 avril 2021 pour nous cours des dernières années. Par exemple, nous avons instauré une patrouille mixte STM-SPVM-Société de développement social (SDS). Nous avons aussi mis le Solidaribus à la disposition de la Mission Old Brewery (MOB). Des constables spéciaux À compter du mois de juillet, le nouveau statut de constables spéciaux permettra à nos inspecteurs de poursuivre concrètement leurs efforts pour améliorer votre sentiment de sécurité et la fluidité de vos déplacements. Par exemple, ils pourront maintenant intervenir partager votre avis sur le projet. Le jeudi 15 avril, une séance publique d’expression des opinions permettra aux personnes inscrites de donner verbalement leur avis en ligne aux membres de la commission indépendante. info Votre opinion, c’est sérieux. Répondez à nos vrais sondages. mavoixmastm.info pour faire libérer des voies réservées ou des terminus encombrés par des véhicules illégalement stationnés, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. Autre exemple  : ce statut leur permettra aussi d’améliorer les interventions auprès de personnes en situation de vulnérabilité nécessitant une prise en charge. Comme pour d’autres sociétés de transport au Canada, ce nouveau statut de constable spécial permettra donc à nos inspecteurs d’être reconnus comme des professionnels de la sûreté des transports collectifs. Rendez-vous à www.stm.info/consultation-richelieu pour participer et obtenir plus d’informations. Si vous n’avez pas accès à Internet, composez le 514 STM-INFO pour plus d’informations. Q ma voix ma stm



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :