Métro Montréal n°2021-03-03 mercredi
Métro Montréal n°2021-03-03 mercredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2021-03-03 de mercredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 9,6 Mo

  • Dans ce numéro : accélérer la cadence de la vaccination.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
t"'journalmetro.com'n, métr 6 Mercredi 3 mars 2021 OPINIONS Faites-nous découvrir votre Montréal ! Photographes, à vos appareils ! Courez la chance de voir votre cliché publié dans les pages Opinions de votre journal favori... Faites-nous parvenir vos photos de la ville à opinions@journalmetro.com. MÉTRO UNE VIE EN CHSLD, LA SUITE CHRONIQUE IN LIBRO VERITAS FRÉDÉRIC BÉRARD docteur en droit et politologue Au lendemain d’un débat chez Denis Lévesque, l’ami André m’écrit, sans avertissement ni même p’tit bonjour  : - Man, j’espère que Gilles Proulx finira en CHSLD à son tour… - Hein ? - Sérieux, c’est vraiment de la marde qu’on vous demande de vous prononcer sur le fonctionnement des CHSLD, sur la chaîne de commandement, sans que ni lui ni toi sache comment ça fonctionne… Il n’a pas tort, évidemment. Mais bon, c’est quand Ski de fond et neige fraîche Profitant d’une journée ensoleillée, ce skieur a arpenté le Mont-Royal sur les pistes de ski de fond couvertes d’une belle neige./COLL. SPÉCIALE/MARTIN DUBÉ métr même irréaliste de penser, voire souhaiter, qu’un affrontement hebdomadaire puisse mettre aux prises deux spécialistes, au sens fort du terme, d’une panoplie de sujets autant variés. Cela étant, le propos d’André m’ébranle. Parce que lui, au contraire de Proulx et moi, connaît et comprend les rudiments de ces nids à décès cause-COVID. J’avais d’ailleurs discuté en ces pages, l’été dernier, de son enrôlement dans cette mission à haut risque. Sept mois plus tard, sa formation complétée et une tonne d’illustrations en tête, difficile de trouver meilleur témoin oculaire de la situation. - Est-ce que j’ai dit une connerie ? - Non. T’as même bien fait de répliquer à Proulx [qui s’attaquait au prétendu laxisme provoqué par le syndicalisme de la boîte] que tu préférais avoir 12 gars sur le terrain que dans des bureaux administratifs. - Me souviens plus, mais ok, tant mieux alors. - Qu’est-ce que tu veux dire ? - Je veux dire du temps où nous, les préposés, on peut sortir de la chaîne de montage. - C’est quoi, la chaîne de montage ? - Le moment où on lave les personnes âgées, les nourris ou changent leurs couches. Les trucs routiniers, si t’aimes mieux. - Ok. - Donc c’est ça, faut sortir de cette même chaîne pour TRIBUNE LIBRE Le désinvestissement de l’État dans les institutions muséales La fermeture du musée Stewart, annoncée la semaine dernière, a causé une onde de choc. Il y a un adage qui dit « Quand une librairie ferme, c’est un fanal de la culture qui s’éteint ». Imaginez lorsqu’il s’agit d’un musée ! On comprend mal comment un tel musée peut fermer ainsi, sans avertissement. Au fil des derniers jours, nous avons entendu de nombreux témoignages illustrant l’attachement des Montréalais envers cette institution. […] Parmi tous ces témoignages, il y a une grande absente  : la ministre de la Culture et des Communications. C’est étonnant qu’une si lourde perte pour la mise en valeur du patrimoine, de la culture et de l’histoire québécoise soit passée sous silence par la ministre Nathalie Roy. « Parce que pour comprendre un vieux qui n’a plus sa tête mais qui est encore digne, ça prend des temps morts. » prendre le temps de s’assoir avec eux, jaser un peu, tenter de les comprendre. Parce que même si certains sont parfois un peu solidement confus, imagine donc qu’ils demeurent humains… - Je comprends. - Et nos boss nous surveillent, histoire que tout se passe bien. Ce sont des infirmières, évidemment qualifiées, qui nous expliquent comment prendre soins de nos résidents, en fonction bien sûr de leur condition médicale respective. - Oui ok. - Et ces infirmières comptent sur nous afin de les tenir au courant de leur moral, de leur situation sur le plan physique. - Je vois. - Mais le gros problème, c’est ceci  : quand un résident va moins bien, les moyens des infirmières pour arranger les choses sont minimes. Faut attendre le médecin. - Et ? - Et bien parfois, il ne passe pas avant 4-5 jours. - Ouch. - Donc mélange ça avec la COVID, avec le manque de personnel provoqué par celle-ci… -J’imagine. - Quand le médecin arrive, il est parfois trop tard. Un résident qui ne mange plus et ne boit plus, ça nous est arrivé, il y a deux semaines. Il refusait toute nourriture, toute eau, recrachait tout. Le temps que le médecin passe, le résident est mort. Déshydraté. - Wow. - Une infirmière ne peut pas décider de gaver par intraveineuses In résidents. Et comme L’absence de réaction de la ministre reflète malheureusement le désinvestissement de l’État envers les institutions muséales, trop souvent considérées comme des attraits touristiques. La mission des musées va au-delà des vitrines et des salles d’expositions. […] Pour faire face à un sous-financement récurrent, les musées doivent se tourner tant bien que mal vers des sources de revenus autogénérés (billetterie, boutique, location de salle, etc.) pour combler l’écart qui se creuse chaque année. Tous les musées ne sont pas égaux quant à leur capacité à attirer des visiteurs ou à produire de tels revenus. De plus, dans le contexte sanitaire actuel, la location de salle ne sera certainement pas une bouée de sauvetage pour les musées. Ajoutez à cette fragilité financière une pandémie mondiale et nous avons tous les ingrédients pour une catastrophe anticipée. Bien que les ravages engendrés par la pandémie de COVID-19 aient été dévastateurs, cette excuse a le dos large. En plus de sous-financer les musées depuis plus de 20 ans, le gouvernement du Québec n’a rien fait pour leur donner de lors de la pandémie. un CHSLD constitue un « milieu de vie » et non un milieu hospitalier, si un résident refuse un traitement ou soin, on ne peut pas le forcer. - Re-wow. - Ce qui fait que clairement à Herron et ailleurs, il y a eu de la grossière négligence. Mais pour le reste, ça demeure complexe en christ, comme situation. - Je l’ignorais, tu fais bien de me dire. - Les CHSLD c’est la dump du système de santé au Québec. Le problème, c’est ça. J’ai une formation très très très généraliste sur les soins, et je deal avec des traumatisé crâniens, des Alzheimer, des bipolaires, des gens souffrant de sclérose en plaque, des amputés graves. C’est gens-là sont dans la même câlisse d’unité, même s’ils n’ont rien à voir ensemble d’un point de vue médical. Bon j’arrête. Ton clip avec Proulx m’a mis le feu au cul… - Je te comprends. Ma yeule. Pis pardon. En consultant les recommandations de la Santé publique, publiées la semaine dernière, nous avons appris que celle-ci a recommandé à plusieurs reprises la réouverture des musées dès le mois d’octobre, puisqu’ils représentent un risque faible de transmission. Malgré le feu vert de la santé publique, le gouvernement du Québec a pris la décision politique de les maintenir fermés jusqu’au 8 février 2021, sans mettre en place des mesures compensatoires suffisantes. […] L’État doit intervenir avant qu’il ne soit trop tard. Sans intervention gouvernementale, la fermeture du Musée Stewart ne sera que le début d’une sombre série. La survie de nos musées, notre culture, notre histoire et notre patrimoine en dépend. LUC VACHON, PRÉSIDENT DE LA CENTRALE DES SYNDICATS DÉMOCRATIQUES L’actualité vous fait réagir ? Écrivez-nous ! opinions@journalmetro.com Volume  : 21 Numéro  : 1 À Montréal, Métro est publié par Métro Média, 101, boul. Marcel-Laurin, Montréal H4N 2M3 Tél.  : 514 286-1066 Imprimé par  : Transcontinental Transmag, 10807, rue Mirabeau, Anjou, Québec, H1J 1T7 Distribué par Metropolitan Media Services/Directrice de la distribution  : Danielle Tessier Directeur principal des ventes  : Patrick Marsan Contrôleur  : François Dallaire Directeur de l’information  : Olivier Robichaud Chef de pupitre  : Carole Côté Vous avez une opinion à nous faire parvenir ? opinions @journalmetro.com Vous voulez annoncer dans nos pages ? publicite@journalmetro.com Vous avez une nouvelle à nous faire parvenir ? info@journalmetro.com. ISSN 1716-9895
Facebook Twitter Linkedin Instagram stm.info INSTALLÉS À PROXIMITÉ DES LOGES DES AGENTS DE STATIONS Des défibrillateurs externes automatisés dans les stations de métro CES ÉQUIPEMENTS SERONT DÉPLOYÉS AU COURS DES PROCHAINES SEMAINES. Dans une première phase de déploiement réalisée cet hiver, les véhicules des chefs d’intervention ainsi que ceux des agents de Sûreté et contrôle ont été dotés de tels équipements, tout comme nos lieux de travail. UTILISATION AISÉE Même en situation d’urgence, l’usage de défibrillateurs externes automatisés (DEA) est facile et une personne sans formation médicale ou de premiers soins pourra s’en servir si c’est nécessaire. Le modèle retenu, le « Life- Pak CR2 » de Physiocontrol, est automatisé et les instructions sont données en temps réel. Le défibrillateur analyse le rythme cardiaque de la victime, détermine s'il faut lui administrer une décharge ou non et donne des l _J Illir Illir Illir Illir 4% I directives sonores ou visuelles pour guider l'utilisateur tout au long du processus. FAIRE UNE DIFFÉRENCE LORSQUE LES MINUTES COMPTENT Selon la Fondation Jacques-de- Champlain, dédiée à l’amélioration des soins de réanimation et à l’avancement de la recherche médicale dans le domaine cardiovasculaire au Québec, « l'utilisation L’installation d’un défibrillateur externe automatisé à proximité de la loge d’une station de métro. précoce de DEA triple les chances de survie ». Bien qu’un accident cardio-vasculaire soit un événement imprévisible, nous espérons contribuer à en minimiser les conséquences, en visant à ce que des défibrillateurs soient maintenant plus accessibles pour ses employés et clients et ce, à l’échelle de notre réseau et de nos lieux de travail. 209 C’est le nombre total de défibrillateurs externes automatisés que nous avons récemment acquis, pour les déployer dans le réseau du métro et nos lieux de travail. Avec nos équipes dévouées... embarquez en toute sécurité. info AVANCEMENT DU PROJET SRB PIE-IX EN 2021 Des séances d’information virtuelles sur les travaux majeurs prévus en 2021 LES RÉSIDENTS, TRAVAILLEURS ET UTILISATEURS DU TRANS- PORT COLLECTIF DE CE SECTEUR SONT INVITÉS À S’INSCRIRE POUR CONNAÎTRE LES PROCHAINES ÉTAPES DU PROJET SRB PIE-IX ET LEURS IMPACTS DANS LES ARRONDISSEMENTS CONCER- NÉS. Après votre inscription, vous recevrez un lien pour vous connecter à la plateforme Zoom pour la séance d’information virtuelle de votre choix. Vous pourrez poser vos questions à l’avance lors de l’inscription ou en direct lors de la séance. SÉANCES D’INFORMATION VIRTUELLES HORAIRE Arrondissement Montréal-Nord  : Le mardi 9 mars à 19 h Si vous n’avez pas accès à Internet, composez le 514 287-8919 pour plus d’informations. Les sujets qui seront abordés  : La fermeture de quatre voies de circulation sur le boulevard Pie-IX. Le service bus en détour en direction nord et sud. La fermeture de l’intersection du boulevard Pie-IX et de la rue Jean-Talon au printemps 2021. Les travaux de configuration du terre-plein central. Arrondissements Rosemont—La Petite-Patrie, Saint-Léonard et Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension Le mercredi 10 mars à 19 h Prenons soin de nous stm.info/coronavirus STM_201002_Jrnl_Metro_Bandeau_Prepose.indd 1 dossier  : STM-201002 client  : STM date/modif. rédaction relecture 2020-08-28 15:35 D.A. épreuve à description  : Pub Bandeau Août 100% titre  : Humain-Préposé



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :