Métro Montréal n°2021-02-26 vendredi
Métro Montréal n°2021-02-26 vendredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2021-02-26 de vendredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 22,5 Mo

  • Dans ce numéro : Métro Montréal a 20 ans !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
i On a tous de bonnes questions sur le vaccin Pourquoi continuer de se protéger après avoir reçu le vaccin contre la COVID-19 ? La vaccination ne signifie pas la fin des mesures sanitaires. Plusieurs mois seront nécessaires pour protéger une part suffisamment importante de la population. Il faut donc continuer de  : respecter la distanciation physique de deux mètres porter le masque se laver les mains Obtenez toutes les réponses à vos questions sur le vaccin à Québec.ca/vaccinCOVID Le vaccin, un moyen sûr de nous protéger. Votre JA gouvernement Québec g Pl'>4033966.1
métr r1 journalmetro.com Week-end 26-28 février 2021 ACTUALITE OMO Logement. Le gouvernement du Québec augmente de quelques centaines de dollars le prix des loyers des ressources à assistance continue (RAC) où vivent des personnes vulnérables, dépendantes de l’aide sociale, et à risque de se retrouver à la rue. Dans une lettre envoyée à moins de trois semaines de préavis, dont Métro a obtenu copie, les usagers des RAC ont appris que leur loyer mensuel augmenterait le 1er mars. Par exemple, certains usagers qui pouvaient payer de 550 $ à 650 $ par mois devront débourser entre 850 $ et 1025 $ mensuellement, indique Cynthia*, employée dans une de ces ressources. Il s’agit donc d’une augmentation mensuelle de 200 $ à 300 $. Risque de se retrouver à la rue Chaque ressource accueille entre quatre et huit résidents qui ont besoin d’avoir une supervision 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. « Souvent, quand ils se retrouvent dans nos services, c’est qu’ils ont été mis dehors de tous les autres services du réseau. On est comme leur dernière option », souligne Cynthia. À la suite de l’annonce de la hausse de loyer, certains usagers des RAC ont déjà essayé de visiter des appartements. « On sait très bien que s’ils décident de partir, ils risquent de se retrouver dans la rue », craint l’employée.'2,19 nele Hausse soudaine des loyers dans des ressources NAOMIE GELPERngelper@metromedia.ca Les RAC hébergent des personnes qui ont des troubles graves de comportements avec un diagnostic de déficience intellectuelle, d’autisme ou de déficience physique./123RF « lls n’ont déjà pas grand chose » Appelé à réagir, le cabinet du ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant, indique « il n’y aura pas d’impact sur la capacité de payer de l’usager étant donné que la contribution est établie en fonction de son revenu. De ce fait, la contribution sera ajustée de façon à ce que chaque mois, un montant fixe minimal d’environ 256 $ lui reste pour les dépenses personnelles de l’usager. » Avec moins d’argent dans leurs poches, les usagers des RAC risquent de s’isoler davantage, craint Cynthia. En effet, l’augmentation de loyer « leur coupe assez drastiquement la moitié de l’argent qui est disponible pour faire leurs activités ». L’attachée de Lionel Carmant, Sarah Bigras, ajoute que les montants qui sont pris en compte dans le calcul de la contribution des usagers sont indexés annuellement selon l’indice des rentes établi en conformité de l’article 117 de la Loi sur le régime de rentes du Québec. « Depuis janvier 2021, avec l‘indexation, le maximum de contribution est de 1025 $ par mois de contribution », écrit-elle. *Le prénom de notre source a été changé pour conserver son anonymat. VARIANTS Pour tous vos besoins publicitaires, contactez-nous ! 438 989-6325 ydaigneault@metromedia.ca Yvon Daigneault Chef d’équipe Annie Venne Directrice de compte Déjà plus de 100 000 rendez-vous Les centres de vaccination devront se préparer à recevoir un grand nombre de Québécois dans les prochaines semaines. Plus de 100 000 personnes ont déjà pris rendez-vous pour se faire vacciner, a confirmé le ministre de la Santé, Christian Dubé, hier. MÉTRO Certains ont une dépendance aux drogues. « En coupant de moitié le budget, ça peut être un gros choc pour certains de diminuer drastiquement leur consommation », mentionne une employée. Immobilier. De nombreux milléniaux achètent sur l’île Les milléniaux montréalais ont été nombreux à s’acheter une première propriété depuis le début de la pandémie, créant une pression à la hausse sur les prix, en particulier dans les secteurs situés aux extrémités de la métropole. Après une forte baisse des transactions un peu partout au pays pendant le confinement de la première vague, le marché immobilier a repris de plus belle dans la deuxième partie de l’année 2020. Il a même dépassé des niveaux « pré-pandémiques », constate la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL), dans un rapport publié hier. Pouvoir d’achat accru En raison de la pandémie, le pouvoir d’achat de nombreux ménages a augmenté, malgré les répercussions économiques Cas à Antoinede-Saint-Exupéry Plusieurs cas ont été détectés dans cette école secondaire, l’une des populeuses de Montréal. L’établissement demeure ouvert. « La présence de variants ne génère pas automatiquement la fermeture d’une école. Ça dépend de Valérie Gilbert Directrice de compte ZACHARIE GOUDREAULT zgoudreault@journalmetro.com L’est de Montréal/ARCHIVES MÉTRO de la pandémie. Une situation qui s’explique en partie par les différents programmes d’aide gouvernementaux mis en place de même que par « la forte baisse des dépenses des ménages ». Ceux-ci ont notamment réduit les dépenses qu’ils attribuaient aux voyages à l’étranger, aux restaurants et aux sorties dans les bars. « Il y a une frénésie dans le marché immobilier », dit l’économiste Joanie Fontaine, de JLR Solutions foncières. « Les taux d’épargne ont bondi », constate-t-elle. 3 la situation, explique Jean Nicolas Aubé, de la Santé publique. Au Centre de services scolaire de la Pointe-de-l’île, on dit suivre la situation. Cela ne suffit pas, selon Benoît Barbeau, professeur de l’UQAM et expert en virologie, qui préconise la fermeture des écoles où des cas de variants sont identifiés. FÉLIX LACERTE-GAUTHIER Isabelle Moineau Petites annonces classées 514 286-1066 poste  : 348 imoineau@journalmetro.com



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :