Métro Montréal n°2021-02-24 mercredi
Métro Montréal n°2021-02-24 mercredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2021-02-24 de mercredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 10,4 Mo

  • Dans ce numéro : tous dehors !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
journalmetro.com Mercredi 24 février 2021 M t é r"1 ‘17/CULTURE Cinéma. Six films à voir au grand écran Divertissement. La plupart des cinémas montréalais rouvriront leurs portes ce vendredi. Parce que rien ne remplace l’expérience de visionner un film sur écran géant, plongé dans la noirceur, voici quelques films qui méritent d’être vus en salles. MARIE-LISE ROUSSEAU mlrousseau@journalmetro.com La déesse des mouches à feu Intense, émouvant et déchirant, ce drame d’Anaïs Barbeau-Lavalette basé sur le roman de Geneviève Pettersen doit être vu sur grand écran, ne serait-ce que pour ressentir toute la fureur de sa protagoniste, Catherine, incarnée avec brio par la jeune Kelly Dépeault. Félix et le trésor de Morgäa Ce film d’animation québécois arrive juste à temps pour la relâche scolaire. Réalisé par Nicola Lemay avec les voix de Karine Vanasse, Marc Labrèche et Guy Nadon, il raconte l’histoire de Félix, 12 ans, qui part à la recherche de son père disparu en mer depuis deux ans. Errance sans retour Alors que les répercussions du coup d’État au Myanmar défraient les manchettes, Olivier Higgins et Mélanie Carrier sortent ce documentaire tourné dans le camp Le port du masque sera obligatoire en tout temps pour les personnes de 10 ans et plus, même pendant les représentations. de réfugiés le plus peuplé au monde, Kutupalong. C’est là que vivent quelque 700 000 personnes de la minorité rohingya, victime de génocide. Promising Young Woman Bien que disponible en VSD, cet époustouflant premier long métrage d’Emerald Fennell mérite d’être vu en salles pour vivre une immersion totale dans ce récit imprévisible et superbement rythmé. On y suit Cassie (extraordinaire Carry Mulligan), une jeune femme qui entreprend une revanche tordue sur les hommes. Judas and the Black Messiah Basé sur une histoire vraie, ce très bon et troublant film relate l’histoire d’un Afro-américain arrêté par la police qui a dû infiltrer le mouvement des Black Panthers dans les années 1960 en échange de sa liberté. Dans le rôle de cette taupe, Lakeith Stanfield crève l’écran, comme toujours. La nuit venue Sans papiers à Paris, Jin est sous l’emprise de la mafia chinoise. Pour solder sa dette, cet ancien DJ est chauffeur de taxi. Un soir, il reconduit une jeune femme avec qui il développera une liaison. Ce film de Frédéric Farrucci devrait plaire aux noctambules en sevrage de sorties. Consignes sanitaires Rappelons que les salles accueilleront un nombre limité de spectateurs afin de respecter les consignes de la Santé publique. Les cinéphiles devront donc acheter leurs billets à l’avance en ligne. Ceux-ci sont en vente depuis mardi pour les cinémas Beaubien, du Parc et du Musée. La billetterie des cinémas Cineplex (Banque Scotia, Quartier Latin, Starcité et Forum) ouvrira ce mercredi. À noter que les cinémas Guzzo demeurent fermés jusqu’à nouvel ordre. Le Cinéma Moderne prévoit de son côté rouvrir au printemps. "Ih= Souterrain ouvrira les Rendez-vous Québec Cinéma Réalisé par Sophie Dupuis, le film a été retenu pour ouvrir les 39 e Rendez-vous Québec Cinéma. L’évènement aura lieu du 28 avril au 8 mai. Souterrain raconte l’histoire de Maxime, un mineur de Val-d’Or, confronté à la culpabilité et à la remise en question de sa masculinité. MÉTRO Patrick Senécal présente ses petites histoires angoissantes Série. Place au suspense avec Patrick Senécal présente, la nouvelle série originale de Club Illico. La diffusion des cinq premiers épisodes – dérangeants chacun à leur manière – aura lieu sur demande à partir du jeudi 25 février. En voici un avant-goût. AMÉLIE REVERT arevert@journalmetro.com « Il faut que le public soit content que le protagoniste vive la pire journée de sa vie. » Telle était l’intention du maître de l’horreur québécois lorsqu’il a écrit Patrick Senécal présente. Avec différentes histoires toujours très sombres et propres à son univers, l’écrivain a su trouver une grande liberté dans cette nouvelle forme d’expression à l’écran. Alors qu’il signe ici sa « première vraie série pour la télévision », il compare même l’expérience à « l’écriture de nouvelles » en littérature. Pour lui, l’idée d’une série d’anthologie, où tous les épisodes sont indépendants les uns des autres, est donc une occasion pour les spectateurs de redécouvrir le genre, encore peu répandu dans la province. « Black Mirror est sûrement celle qui m’a le plus frappé récemment », lance Patrick Senécal en conférence de presse. Parmi les autres influences du duo qu’il forme avec le réalisateur Stéphane Lapointe, on retrouve notamment, les films d’horreur des années 1970, Twlight Zone, Bizarre, bizarre, et bien sûr, Alfred Hitchcock présente. L’étrange toujours À propos de cette dernière, « nous avons dû réinventer la formule car tout a un peu Anne-Marie Cadieux dans un épisode de Patrick Senécal présente./GRACIEUSETÉ KARINE DUFOUR changé depuis les années 1950. Nous sommes donc restés sur quelque chose de simple. Ça allait de soi de voir Patrick présenter ses épisodes, comme si nous entrions dans l’antre de l’auteur. Nous voulions en faire une icône à la Stephen King », s’enthousiasme le cinéaste. Celui-ci raconte avoir toujours été attiré par l’étrange, le bizarre, la peur. Fil conducteur de la série, Patrick Senécal introduit ainsi chaque épisode derrière sa machine à écrire sur un ton... peu réconfortant qui réjouira toutefois les amateurs d’épouvante. À y regarder de plus près, les cinéphiles reconnaîtront aussi en Patrick Senécal présente de multiples références cinématographiques. Dans le remarquable Audition, on retrouve d’ailleurs un clin d’œil assumé à David Lynch et à l’atmosphère cauchemardesque qui règne dans « Les astres étaient alignés pour que nous fassions cette série. » Patrick Senécal Twin Peaks et Mulholland Drive. Mais il ne faut pas s’y tromper, pour le reste il s’agit bien souvent d’inspirations inconscientes ancrées dans l’esprit collectif, assure la paire. Peu de sang, beaucoup de frissons Toujours dans cet épisode, le personnage de Théodore Pellerin perd le contact avec la réalité lors d’un casting à huis clos devant l’invraisemblable trio joué par Anne-Marie Cadieux, Sébastien René et Sébastien Dodge. Une séquence qui doit son malaise davantage à la torture mentale qu’à l’hémoglobine. « Quand j’ai écrit [la série], je savais qu’il ne fallait pas que j’aille sur le trash de mes romans. Je me suis dirigé vers l’ambiance, l’émotion. Évidemment, s’il y a un meurtre il faut le montrer... mais pas plus, pour rien. L’équilibre est là et c’était intéressant d’explorer ça », explique Patrick Senécal. De son côté, Stéphane Lapointe a tenté du mieux qu’il pouvait « de nourrir les histoires de Patrick, pour qu’on ressente l’étrangeté et le malaise ». « Nous ne voulions pas être graphiques, mais plutôt créer des tensions psychologiques. Le résultat devait être élégant et classe », poursuit-il. Chaque épisode est donc construit comme une mauvais rêve. « Le public devient complice de ça, un peu comme une ride dans une maison hantée », ajoute Stéphane Lapointe. Une « unité d’ensemble dans la sobriété de la réalisation », précise Denis Dubois, vice-président, contenus originaux, de Québecor Contenu. Enfin, Stéphane Lapointe rappelle que Patrick Senécal présente est à prendre au premier degré. « Nous avons souhaité raconter de belles histoires fermées avec une vraie émotion, celle de voir l’univers des personnages basculer ! » mentionne-t-il. Les cinq derniers épisodes de la série seront prêts cet automne. 8
Omar Sy  : « Lupin est le personnage parfait » Télévision. Arsène Lupin, le héros des romans de Maurice Leblanc, est de retour dans une série sur Netflix. Le plus célèbre des cambrioleurs de la littérature française, qui fut idolâtré dans 17 romans et nouvelles, renait dans une version moderne grâce à l’acteur français Omar Sy. MARÍA ESTÉVEZ Metro World News Omar Sy joue Assane Diop, un homme qui prétend être Lupin, dans une série télé créée par George Kay et François Uzan, qui aborde aussi les thèmes de la diversité, de l’immigration et de la lutte des classes. « Je suis arrivé dans ce projet en ayant reçu l’offre de jouer le personnage que je voulais. C’est une situation rare. Ça ne m’a pas pris longtemps pour trouver Arsène Lupin. Il est le personnage parfait pour tout acteur  : il est séducteur et intelligent, joue plusieurs rôles dans chaque épisode et vous fait vivre toutes sortes d’aventures », soutient-il. Netflix présente une version sophistiquée et bourrée d’action de ce personnage incontournable. « On se demandait comment adapter le personnage au monde d’aujourd’hui. On ne pouvait pas réutiliser le même effet de masque que dans Mission  : Impossible, alors on a opté pour un choix très simple  : Assane se définit par sa soif de justice, par le fait qu’il est ignoré sur le plan social, explique l’acteur. Son invisibilité est son traumatisme et son pouvoir. Plus il change de costume et de métier, plus il se fond dans la foule. » Une idée qu’a embrassée Omar Sy. « Je m’identifie totalement. Dans mon expérience de comédien, je sais que tout Omar Sy dans « Lupin »/GRACIEUSETÉ NETFLIX « Il est comme James Bond pour les gens du Royaume-Uni. En France, nous avons Lupin ! Quand on grandit ici, on lit des histoires à propos de lui, on s’imagine de quoi il a l’air et on sait ce dont il est capable. Il est un de nos héros. » Omar Sy ce que ça prend pour changer d’identité, c’est un chapeau et une paire de lunettes. Assane n’a pas besoin de grand-chose pour évoluer dans la société parce que les gens ont tendance à se concentrer plus sur ce que les gens font que ce qu’ils sont. » Et même si le rôle a eu un grand impact, l’acteur découvert dans Intouchables a utilisé une approche minimaliste. « En tant qu’acteur, j’ai tendance à exagérer. Mais ma performance dans Lupin est modérée. Dans ce sens, j’ai l’impression de m’aventurer dans un nouveau territoire ». « Un brillant voleur » Lupin est une création purement fictive avec des références littéraires et historiques. « Quand on parle de Lupin, on parle d’un brillant voleur, un homme qui a toujours une longueur d’avance sur tout le monde, l’action d’un tel personnage est exaltante », commente son interprète. Lupin est le premier projet de télévision d›Omar Sy. « Le public répond très bien, je suis très heureux. C’est ma première série télé et je dois admettre que ça a été une expérience totalement différente. C’était comme tourner un film de 10 heures. Ma façon de jouer était différente parce que le récit se déroule sur une période de temps vraiment plus longue. » Un peu d’info Les cinq premiers épisodes de la première saison sont devenus un des plus grands succès de Netflix. Les cinq prochains sont attendus au courant de l’été. Dénonciations. YannPerreau fait le point Inconduite sexuelle. Sept mois après avoir été visé par des allégations, le chanteur YannPerreau a publié une lettre hier faisant le point sur son cheminement personnel. « Encore une fois aujourd’hui, aux personnes que j’ai choquées et déçues, mes sincères excuses », écrit-il d’emblée, sans préciser la nature des « comportements déplacés » dont il s’excuse. « Mon travail d’introspection m’a définitivement fait prendre conscience des conséquences négatives que mes actes et propos irréfléchis ont pu causer  : d’abord sur la vie des personnes qui ont senti le besoin de les dénoncer, puis sur la vie des gens autour de moi. » FRAUDE WEB À un clic de la catastrophe Télétravail Vol d'identité Webcam Mot de passe Facebook Fraude Web Virus Applicati Ordi Textos Courriels VPN FCFrancoisCharron.com YannPerreau/ARCHIVES MÉTRO « Je comprends qu’il puisse y avoir certains malaises à mon égard, mais j’ai espoir qu’on perçoive ma franchise et mon intégrité. » YannPerreau Ces sorties publiques d’artistes dénoncés sont souvent perçues comme des opérations de relations publiques en vue d’une relance de leur carrière. YannPerreau affirme avoir rédigé sa lettre seul, sans agence de relations publiques. MARIE-LISE ROUSSEAU 60 MINUTES POUR PRÉVENIR A voir en ligne CULTURE 9 PLAINTE Gérard Depardieu mis en examen pour viols Gérard Depardieu, 72 ans, a été mis en examen le 16 décembre 2020 pour « viols » et « agressions sexuelles » selon l’Agence France-Presse. Les faits reprochés à l’acteur français remontent à août 2018. La plaignante, une jeune comédienne, l’accuse de l’avoir violée à deux reprises dans son domicile parisien. Elle aurait porté plainte peu de temps après les faits. Selon une source citée par l’AFP, Gérard Depardieu serait un ami de la famille. Selon l’avocat de M. Depardieu, qui déplore que l’information ait coulé dans les médias, l’acteur conteste ces faits. MARTIN NOLIBÉ v CONFÉRENCE GRATUITE p fraudeweb.com/conference iFIkAUDE WEB



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :