Métro Montréal n°2021-02-05 vendredi
Métro Montréal n°2021-02-05 vendredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2021-02-05 de vendredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 11,4 Mo

  • Dans ce numéro : se libérer grâce aux vers.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
métr métr journalmetro.com Week-end 5-7 février 2021 6 OPINIONS TRIBUNE LIBRE La souillure du profilage racial Ce mois de février 2021, le Québec célèbre le Mois de l’histoire des Noirs (MHN). À l’unisson, nous entonnons le refrain de la contribution des personnes noires et de leur participation à la société québécoise. Le profilage de M e Kwadwo Manoa Yeboah, à la veille du lancement du MHN, vient rappeler une autre réalité  : la surveillance et la mise sous tutelle des personnes noires, considérées comme criminelles. Le 28 janvier 2021, M. Yeboah a été interpellé par un patrouilleur du Service de police de la Ville de Montréal qui l’a accusé d’avoir utilisé son cellulaire au volant. Le patrouilleur lui aurait demandé d’emblée sa destination et si le véhicule lui appartenait. Il ne s’arrêta pas là. Il aurait fouillé également le portefeuille et le téléphone de travail de M. Yeboah, sans aucun mandat. Pour en avoir été victimes, l’argument d’« usage de cellulaire au volant » invoqué par certains policiers est parfois un prétexte pour profiler les personnes noires. Il y a une logique raciale au sein de la police, qui tolère Vu dans Hochelaga et protège les policiers et policières racistes. Le problème est institutionnel ! Scénario connu Cette pratique est du profilage racial ; c’est à dire la pratique par la police d’utiliser la race, la couleur, l’ethnie ou l’origine nationale d’une personne pour déterminer s’il faut l’arrêter, la fouiller ou enquêter sur elle pour des activités criminelles présumées. Le scénario est connu. Un policier interpelle, souvent avec morgue et mépris, une personne noire au volant au motif qu’elle téléphonait en conduisant. Au mieux, le policier lui colle une contravention. Au pire, si la personne ose protester, cette dernière se retrouve les menottes aux poignets, cernée par deux ou plusieurs patrouilles de police. Elle se verra sans doute accuser d’entrave au travail du policier, voire même de voie de fait contre celui-ci. Au cours des années, le profilage racial s’est institutionnalisé dans les services policiers. Dans son rapport « Le racisme au Québec  : Tolérance zéro » publié le 14 décembre 2020, le gouvernement québécois préconise l’interdiction du contrôle policier aléatoire. Cependant, selon les chartes fédérale et provinciale des droits et libertés, et les tribunaux, le profilage racial n’est pas seulement illégal depuis des décennies, mais il est aussi immoral ! [...] Photo prise par un lecteur il y a quelques semaines dans l’est de la ville. Avouez que les couleurs font un beau contraste de cette scène urbaine brute…/GRACIEUSETÉ/PIERRE SIG Une question de dignité Certaines personnes de bonne volonté conseillent aux Noirs de protester calmement, sans colère. Or, face au profilage racial, la colère est un acte de résistance, d’affirmation de la légitimité de circuler librement dans l’espace public, de défense de la dignité souillée car, pour reprendre le philosophe Norman Ajari, le profilage racial est une « souillure de la dignité ». James Baldwin nous rappelle que les humains ne peuvent pas vivre sans dignité, et ils feront absolument n’importe quoi pour la retrouver. La souillure et l’humiliation sont des cicatrices indélébiles que laisse le spectacle des interpellations raciales, car tout se passe comme s’il s’agissait d’un spectacle, d’une mise en scène  : des voitures de police avec les gyrophares allumés, la circulation TRIBUNE LIBRE Traducteurs de l’État  : la soustraitance fait boule de neige, mais les effectifs fondent Le Syndicat de professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ) s’inquiète de la forte baisse du nombre de traductrices et traducteurs de l’État alors que la sous-traitance gouvernementale en traduction, elle, enregistre une hausse vertigineuse. Tandis que les effectifs professionnels du gouvernement Faites-nous découvrir votre Montréal ! Photographes, à vos appareils ! Courez la chance de voir votre cliché publié dans les pages Opinions de votre journal favori... Faites-nous parvenir vos photos de la ville à opinions@journalmetro.com. MÉTRO en traduction ont fondu de 20% depuis 10 ans, la sous-traitance gouvernementale en traduction a connu, de 2010 à 2020, une croissance disproportionnée de 40%, selon des données recueillies dans le système électronique d’appel d’offres du gouvernement. Cela démontre deux choses  : le gouvernement favorise de plus en plus la sous-traitance et il en fait de moins en moins pour accroître sa capacité de traitement à l’interne, laquelle s’avère nettement insuffisante au regard de besoins sans cesse croissants. Le SPGQ observe aussi que dans certains ministères et organismes publics le rôle du personnel professionnel en traduction tend à s’orienter davantage vers la supervision de travaux réalisés par des sous-traitants. Cette pratique occasionne des coûts excessifs et la qualité des traductions réalisées au privé laisse souvent à désirer, certains travaux devant routière interrompue, des badauds qui observent alors que certains filment, etc. Ce spectacle est courant pour toute intervention policière, diriez-vous. Certes, mais quand on se sait innocent, il est particulièrement humiliant. Le Noir ainsi profilé est « marqué », comme l’esclave d’hier était physiquement marqué au fer rouge de façon indélébile. Dans ce contexte, l’intention du législateur d’encourager la pleine participation des personnes noires dans la société québécoise, comme il est écrit dans le préambule de la loi proclamant le MHN, a du plombdans l’aile. D’ailleurs, la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse reconnaît que le profilage racial est « l’une des formes que prend la discrimination qui freine la pleine participation à la société québécoise des minorités même être entièrement refaits par les traducteurs de l’État qui bénéficient de connaissances spécifiques à leurs domaines de pratique et à leurs organisations. D’autres ministères et organismes publics n’ont aucune ressource interne pour corriger et superviser la traduction faite en sous-traitance. Perte d’expertise Cette situation est aberrante, car la seule équipe – Les Publications du Québec – dont le mandat était d’offrir des services à l’ensemble des ministères et organismes publics du racisées ». Ce mois de février est l’occasion de rappeler que l’intention du législateur ne sera réalisée que lors que tous les obstacles seront levés. D’après Ted Rutland, le profilage racial au Québec est suffisamment étudié, et les solutions pour l’éradiquer sont connues. Il manque la volonté politique de les appliquer. Il faut en effet adopter les solutions durables et efficaces, à savoir des mécanismes indépendants de surveillance citoyenne de la police et la réduction des pouvoirs discrétionnaires des policiers. En ce MHN et durant cette Décennie des personnes d’ascendance africaine proclamée par les Nations Unies, existe-t-il vraiment une justice pour les personnes noires du Québec ? Comme James Baldwin nous le rappelle, c’est à nous « les Blancs relativement conscients et les Noirs relativement conscients » de mettre fin au « cauchemar racial » qu’est devenu le rêve de Martin Luther King. Les années 2021 et 2022 sont celles des élections. Nous devons faire de l’élimination du profilage racial un enjeu politique incontournable aux scrutins municipal et provincial. ALAIN BABINEAU, CONSEILLER SUR LE PROFILAGE RACIAL ET RETRAITÉ DE LA GRC, ET MBAÏ-HADJI MBAÏREWAYE, POLITOLOGUE ET EX-CHEF PAR INTÉRIM DU PARTI MUNICIPAL DÉMOCRATIE QUÉBEC Québec, a été anéantie. Le gouvernement a préféré attribuer des contrats en sous-traitance plutôt que de former une relève qui aurait l’expertise requise. Les gains en efficacité et la recherche d’économies promis pointent donc au rayon de l’absentéisme. […] Le SPGQ veillera comme jamais en 2021 à dénoncer rigoureusement tous les actes et accrocs à l’éthique de ce gouvernement qui se soucie si peu du bien public et de son personnel. LINE LAMARRE, PRÉSIDENTE DU SPGQ L’actualité vous fait réagir ? Écrivez-nous ! opinions@ journalmetro.com Volume  : 20 Numéro  : 11 À Montréal, Métro est publié par Métro Média, 101, boul. Marcel-Laurin, Montréal H4N 2M3 Tél.  : 514 286-1066 Imprimé par  : Transcontinental Transmag, 10807, rue Mirabeau, Anjou, Québec, H1J 1T7 Distribué par Metropolitan Media Services/Directrice de la distribution  : Danielle Tessier Directeur principal des ventes  : Patrick Marsan Contrôleur  : François Dallaire Directeur de l’information  : Olivier Robichaud Chef de pupitre  : Carole Côté Vous avez une opinion à nous faire parvenir ? opinions @journalmetro.com Vous voulez annoncer dans nos pages ? publicite@journalmetro.com Vous avez une nouvelle à nous faire parvenir ? info@journalmetro.com. ISSN 1716-9895/LE DO/123RF Ce gouvernement affairiste semble ignorer que ses propres traductrices et traducteurs effectuent un travail essentiel et hautement spécialisé.
Facebook Twitter Linkedin Instagram stm.info STRATÉGIE D’ACCUEIL DE 300 BUS SUPPLÉMENTAIRES L‘agrandissement d’un de nos centres de transport est complété NOTRE CENTRE DE TRANSPORT LEGENDRE EST PRÊT À ACCUEILLIR 56 BUS SUPPLÉMENTAIRES. CES AMÉLIORATIONS COMPRENNENT AUSSI DES ESPACES PRÉVOYANT LES FUTURS ÉQUIPEMENTS NÉCESSAIRES POUR L’ENTRETIEN ET LA RECHARGE DES BUS ÉLECTRIQUES. Le centre de transport Legendre est sur la rue du même nom, dans l’arrondissement Ahuntsic – Cartierville. Son nouveau bâtiment intègre plusieurs principes de développement durable, comme le choix des matériaux, la place laissée à la lumière naturelle et la réduction de la consommation d’eau. De plus, ce projet contribue à réduire les îlots de chaleur en faisant passer le taux de verdissement du site de 9% à 15% grâce, notamment, à la plantation d’une cinquantaine d’arbres additionnels et à l’aménagement d’un toit vert. STRATÉGIE 300 BUS Parmi les différentes initiatives de cette stratégie, on compte l’agrandissement de trois autres de nos centres de transport existants et la réfection d’un autre. Un nouveau centre de transport est présentement en construction sur la rue Bellechasse. Il sera mis en service en 2023. Nous prévoyons aussi le début des études pour la construction d’un centre de transport dans l’Est de Montréal, dont la mise en service visée est 2025, 01 L’agrandissement du stationnement intérieur du centre de transport Legendre pourra accueillir 56 bus supplémentaires. Les bandes verticales orangées indiquent des places de stationnement de bus.. 02 Le centre de transport Legendre, sur la rue du même nom. Quel est le taux d'occupation dans le métro ? 01 02 Un outil de plus pour évaluer vos options de déplacement. info SEMAINE DE LA PRÉVEN- TION DU SUICIDE NOUS SOMMES PARTENAIRES DE SUICIDE ACTION MONTRÉAL À l’occasion de la Semaine de la prévention du suicide, nous croyons important de rappeler la poursuite de notre partenariat avec Suicide action Montréal (SAM). Cette entente donne une visibilité aux messages de Suicide action Montréal dans le réseau du métro. Les messages de Suicide Action Montréal contiennent le numéro pour les rejoindre 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. 1-866-APPELLE (1-866-277-3553) Si vous êtes témoin d’une situation pouvant potentiellement mettre en danger la vie d’une personne, vous pouvez en faire le signalement le plus rapidement possible, soit à l’aide des téléphones rouges situés dans les niches d’assistance sur les quais du métro, soit auprès d’un membre du personnel travaillant dans le métro, qu’il s’agisse par exemple d’un inspecteur, d’un agent de station ou d’un employé d’entretien. stm.info/tauxoccupation



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :