Métro Montréal n°2021-02-05 vendredi
Métro Montréal n°2021-02-05 vendredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2021-02-05 de vendredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 11,4 Mo

  • Dans ce numéro : se libérer grâce aux vers.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
journalmetro.com métr Week-end 5-7 février 2021 4 PERSPECTIVE Volonté mondiale pour arrêter les changements climatiques Environnement. Le plus grand sondage effectué sur le réchauffement climatique a révélé des faits intéressants, mais comment les transformer en actions concrètes ? MIGUEL VELASQUEZ Metro World News Le plus grand sondage d’opinion publique sur le réchauffement climatique jamais effectué a révélé qu’au moins deux tiers de la population mondiale croit à l’urgence climatique. On a demandé aux participants de cette recherche si les changements climatiques constituent une urgence mondiale et s’ils sont en faveur de 18 politiques climatiques clés dans six secteurs d’activité  : l’énergie, l’économie, les transports, l’agriculture et la Que faire pour s’engager ? Gouvernements « Les gouvernements peuvent prendre des engagements plus importants à la rencontre de novembre et ensuite modifier des politiques comme par exemple, arrêter de brûler du charbon, stopper la déforestation, retirer les subventions à l’exploitation des énergies fossiles, encourager l’utilisation des énergies renouvelables et Le sondage a aussi révélé un lien direct entre le niveau d’éducation d’une personne et son désir de voir des actions être prises pour le climat. nourriture, la nature et la protection des populations. Les résultats ont démontré que les jeunes (moins de 18 ans) sont plus susceptibles de croire que les changements climatiques représentent une urgence que ceux qui ont 18 ans et plus. Toutefois, d’autres groupes ne sont pas loin derrière. Quelque 65% des 18 à 35 ans, 66% des 36-59 ans et 58% des personnes âgées de plus de 60 ans perçoivent aussi qu’il y a une crise. « Souvent, les citoyens veulent des politiques climatiques mondiales qui vont au-delà du cadre actuel de mesures. Par exemple, la majorité de la population de 8 des 10 pays qui ont les plus grandes émissions dans le secteur électrique soutient les énergies renouvelables. Dans quatre des cinq pays ayant les plus grandes modifier la réglementation en matière d›urbanisme et de construction », dit Rachel Warren, de l’Université d’East Anglia, au Royaume-Uni. Entreprises Les entreprises peuvent mettre en place des politiques pour décarboniser. Elles peuvent augmenter l’efficacité énergétique de leurs usines et émissions en raison du changement d’affectation des sols, il y avait un soutien majoritaire pour la conservation de la forêt et des terres. Neuf pays sur 10 qui ont une population plus urbanisée favorisent l’utilisation de voitures, d’autobus et de bicyclettes fonctionnant à l’électricité », a indiqué l’administrateur du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), Achim Steiner. La reconnaissance de l’état d’urgence climatique est très élevée parmi les répondants ayant fréquenté l’université dans tous les pays, que ce soit les moins développés comme le Bhoutan et la République démocratique du Congo (82% dans chacun de ces pays) ou encore les pays riches comme la France (87%) et le Japon (82%). « Des résultats détaillés du bâtiments. Elles peuvent aussi utiliser les technologies de communication à distance au lieu d’exiger de leurs employés qu’ils se déplacent continuellement autour du monde. Société La société peut continuer d’accroître la sensibilisation à l’urgence du problème et faire pression sur les employeurs 50 Nombre de pays qui ont été consultés dans le cadre du sondage The Peoples’Climate Vote ce qui inclut plus de la moitié de la population dont plus d’un demi-million de personnes ayant moins de 14 ans, un groupe clé qui n’est normalement pas en mesure de participer aux processus électoraux. sondage répartis par âge, sexe et niveau d›éducation seront partagés avec les gouvernements partout dans le monde par le PNUD » affirme l’organisation. « Dans plusieurs des pays participants, c’est la première fois qu’un sondage d’opinion à grande échelle sur les changements climatiques a été mené. Alors qu’une ronde de négociations décisive est prévue pour le sommet sur le climat qui doit se tenir en novembre à Glasgow, au Royaume-Uni, 2021 devrait être une année charnière pour les engagements des pays quant aux actions à prendre pour le climat. » et les caisses de retraite pour décarboniser. Les entreprises et les investisseurs doivent travailler ensemble pour ce faire. La société peut également réduire sa consommation de viande, ses déplacements en avion et en voiture et considérer l’installation de systèmes géothermiques dans les maisons par exemple, particulièrement si elles sont chauffées au charbon ou au mazout. Deux questions à... Rachel Warren, Professeure en changements mondiaux et biologie environnementale au Centre Tyndall pour la recherche sur les changements climatiques à l’Université d’East Anglia, au Royaume-Uni. o 1 Un sondage récent a révélé que la majorité de la population mondiale cherche à s’engager dans des actions à grande échelle pour le climat. Comment faire en sorte que ces actions aient véritablement lieu ? Pour que des actions mondiales sur les changements climatiques se produisent, il doit y avoir une volonté politique dans la vaste majorité des pays, pour que des politiques puissent être mises en place afin d’aider les entreprises et institutions à réduire leur empreinte carbone. La volonté politique a été plus lente à se développer que la compréhension du public qu’il y a urgence d’agir sur le climat. Cette compréhension populaire s’est heureusement développée malgré des campagnes organisées dans le passé par des intérêts particuliers pour tenter de semer la confusion à propos des changements climatiques. La volonté politique est forte au Royaume-Uni au sein des deux principaux partis politiques, mais dans d’autres pays, ce n’est pas encore le cas. o 2 Pourquoi 2021 est considérée comme une année décisive pour les engagements en action climatique des pays ? Elle est importante parce qu’en novembre, les pays se rencontreront pour décider à quel point ils s’engageront à réduire davantage leurs émissions en vertu de l’Accord de Paris sur le climat au sein des Nations Unies. Les promesses existantes ne sont pas assez substantielles parce qu’elles laissent le monde se réchauffer de 30 Celsius, alors plus de promesses sont nécessaires pour limiter le réchauffement à 1,5 ou 20 Celsius, ce qui est requis par l’Accord. Cette rencontre aura un grand impact pour savoir combien d’argent sera dépensé par chaque pays pour changer la façon dont on génère l’énergie et utilise le territoire pour réduire les émissions qui causent les changements climatiques.
r Ne vous retenez pas cet hiver, 414 soyez le meilleur que vous puissiez être i i sportmedicineclinic cliniquemédecinedusport PERSPECTIVE 5 Le féminisme transphobe, une position légitime au Québec ? Société. Peut-on accepter un féminisme transphobe au Québec ? La question se pose alors qu’un organisme subventionné par le gouvernement a signé la « Déclaration des droits des femmes fondés sur le sexe biologique » il y a un an. NAOMIE GELPERngelper@metromedia.ca La déclaration, signée à ce jour par 300 organisations et plus de 14 400 signataires individuels de 127 pays à travers le monde, nie l’identité de genre et s’oppose à plusieurs droits acquis des personnes trans. « Les États devraient veiller à maintenir le sexe biologique, et non l’identité de genre, comme catégorie fondamentale pour ce qui a trait au droit des femmes et des filles à ne pas subir de discrimination », peut-on y lire notamment. En effet, les signataires estiment que l’inclusion des femmes trans dans la catégorie femme dans la loi, les politiques gouvernementales et les pratiques constitue une discrimination à l’égard des femmes en nuisant à la reconnaissance des droits des femmes fondés sur le sexe biologique. Cette position est souvent défendue par des féministes radicales trans-exclusion, un terme inventé en 2008 par des militantes trans. PDF Québec signataire L’organisme Pour les droits des femmes, mieux connu sous le nom PDF Québec, est un des signataires de la déclaration. Ses positions sont souvent mises en opposition avec celles d’un autre organisme féministe, la Fédération des femmes du Québec (FFQ). L’analyste politique et ancienne mairesse de Selon le directeur général de l’organisme Aide aux trans du Québec, Julien Leroux-Richardson, les personnes ayant écrit la déclaration mélangaient trois définitions  : le sexe assigné à la naissance, l’identité de genre et l’orientation sexuelle. Longueuil, Caroline St-Hilaire, a d’ailleurs « renié » la FFQ en partie parce qu’elle s’oppose au discours voulant que « les femmes ne sont plus juste un genre ». À l’époque, la FFQ était présidée par une femme trans. PDF Québec estime, par exemple, que les femmes trans ne devraient pas pouvoir utiliser les mêmes toilettes que les femmes cisgenres ou compétitionner contre elles dans un sport. Mais selon l’organisme, la déclaration n’a rien de transphobe. « On peut protéger les droits des personnes transgenres sans pour autant mettre en péril le droit des femmes à l’équité et à leur sécurité dans le sport, dans les prisons et dans les espaces protégés pour leur intimité, et dans les programmes qui leur sont destinés », indique une porte-parole. Une déclaration transphobe, selon certains Cette vision n’est pas partagée par la militante et doctorante en droit et en bioéthique à l’Université de Toronto, Florence Ashley, qui explique que nier l’identité de genre est un aspect très caractéristique de la transphobie. Les droits auxquels s’opposent la déclaration sont des droits acquis, mais surtout « nécessaires au bien-être et à la saine participation en société civile des personnes trans », pense-t-ille. Selon le directeur général de l’organisme Aide aux trans du Québec, Julien Leroux-Richardson, les personnes ayant écrit la déclaration mélangeaient trois définitions  : le sexe assigné à la naissance, l’identité de genre et l’orientation sexuelle. « Ces trois définitions sont complètement différentes et elles n›influent pas l’une envers l’autre », explique-t-il en soulignant que la déclaration n’est basée sur aucune étude scientifique ni données médicales reconnues. Aucune preuve du danger Toutefois, Florence Ashley et Julien Leroux- Richardson soutiennent qu’il n’y a aucune preuve du danger des femmes trans pour les femmes cis. « Concernant la protection des femmes cisgenres dans des espaces tels que les salles de bain ou vestiaires si des femmes trans utilisent ces espaces, il n’y a rien qui démontre que les personnes trans ont agressé les personnes cis dans ces endroits », explique M. Leroux-Richardson. En fait, il fait remarquer que si on inscrit dans le moteur de recherche Google les termes « agression transgenre », les 10 premières pages générées sont des articles portant sur les agressions dont ont été victimes des personnes trans et non-binaires par des personnes cisgenres. Concernant les activités sportives, Julien Leroux-Richardson indique que la prise d’hormones amène une perte de la force ainsi que de la masse musculaires pour les femmes trans. « Ce qui les rend au même niveau que les femmes cisgenres », émet-il. La FFQ condamne aussi le contenu de la déclaration dont les propos « sont non seulement discriminatoires et violents mais également oppressifs envers les femmes trans », indique une porte-parole, Emmanuelle Botton. « Cette proposition invisibilise totalement les réalités de la diversité des genres, des enjeux portés par les communautés LGBTQ+ et par les femmes trans depuis des années », fait-elle savoir. La déclaration nie l’identité de genre et s’oppose à plusieurs droits acquis des personnes trans./DREW ANGERER/GETTY IMAGES physiothérapie ostéopathie médecine du sport massothérapie réadaptation pour problèmes vestibulaire et post-commotion cérébrale Réservez aujourd'hui - (514) 398-7007 mcgillathletics.ca/sportmed>4034579.1



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :