Métro Montréal n°2021-01-29 vendredi
Métro Montréal n°2021-01-29 vendredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2021-01-29 de vendredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 11,4 Mo

  • Dans ce numéro : à la redécouverte de l'art public.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
métr 117 ! au'OPINIONS métr journalmetro.com Week-end 29-31 janvier 2021 6 TRIBUNE LIBRE Le mépris du milieu culturel n’aura qu’un temps... Malgré les changements titanesques apportés par l’année 2020, un fait de société demeure toujours pareil  : la culture demeure toujours au bas de la liste de nos priorités collectives. Au printemps 2020, alors que les gouvernements volaient au secours de l’immense majorité des autres secteurs économiques, alors que le fédéral allongeait des milliards pour sauver l’industrie pétrolière et que le provincial prévoyait investir massivement « dans le béton » grâce au projet de loi 61, à peine démocratique, la ministre québécoise de la Culture, Nathalie Roy, encourageait les artistes à « se réinventer » pour survivre à la crise. Patrimoine Canada et le ministère de la Culture du Québec ont tout de même consenti à des subventions faméliques – compte tenu des pertes liées au virus – permettant au secteur culturel, déjà affaibli par des années d’austérité, de continuer sur ses béquilles pour quelques mois. Au début de la deuxième vague, le gouvernement caquiste a également donné au secteur culturel nombre d’occasions de se réinventer, en fermant les musées, les salles de spectacles et les cinémas, alors que ces lieux respectaient à la lettre les consignes sanitaires et qu’il n’était aucunement démontré qu’ils représentaient des foyers d’éclosion. À vrai dire, l’attitude indolente des gouvernements face à la crise dans le milieu de la culture témoigne au mieux d’un mépris pour la culture – auquel les créateurs étaient habitués bien avant la crise – et au pire d’une volonté bassement électoraliste de montrer que les artistes n’auront droit à aucun privilège, pour satisfaire les sentiments anti-intellectuels encouragés par certains médias bien connus. Évidemment, personne n’affirme que le secteur culturel soit le seul à avoir à se plaindre de la gestion gouvernementale médiocre. Toutefois, tandis que nous apprenons qu’un quart des travailleurs de la culture ont perdu leur emploi en 2020, il est temps pour le Québec de réaliser que la précarité dans laquelle vivent ses artistes – rendue presque insoutenable par le virus – doit prendre fin, car, nous le réalisons, la culture est un service essentiel doublé d’un secteur économique majeur. Taxer les géants du web Les arts et la culture sont une part essentielle de l’identité québécoise, au même titre que la langue française. […] L’art québécois permet à notre peuple de rayonner à l’international, d’inscrire sa singularité dans l’éventail des cultures mondiales et de résister à l’américanisation rampante des sociétés occidentales. Plus pragmatiquement, des dizaines d’entreprises et des milliers de bons emplois du secteur culturel reposent en grande partie sur la créativité des artistes et artisans. Le succès des créateurs - notamment dans le domaine du cirque, du cinéma et de l’art numérique - des musées et des festivals québécois amène chaque année des centaines de millions de revenus en tourisme et en investissements étrangers. Le confinement est, par ailleurs, venu nous rappeler à quel point nous avons besoin de divertissements de qualité. […] Le temps est venu d’adopter une loi forçant tout gouvernement provincial à consacrer un certain pourcentage du PIB au financement la culture et, surtout, de créer un revenu universel de base pour les artistes et artisans. De telles mesures sont nécessaires pour que chaque créateur, au sens de la loi, ne pouvant vivre de son art ou de Faites-nous découvrir votre Montréal ! Photographes, à vos appareils ! Courez la chance de voir votre cliché publié dans les pages Opinions de votre journal favori... Faites-nous parvenir vos photos de la ville à opinions@journalmetro.com. MÉTRO l’enseignement puisse consacrer ses efforts à créer, plutôt qu’à survivre. Ce programme pourrait être financé au moyen d’une taxe sur les géants du web, qui font des milliards grâce au travail des artistes, sans redonner beaucoup plus que des miettes […]. ORIAN DORAIS, CRITIQUE DE CINÉMA ET ÉTUDIANT AU BACCALAURÉAT SPÉCIALISÉ EN CINÉMA DE L’UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL Lettre au premier ministre François Legault d’une étudiante Monsieur le premier ministre du Québec, Par le biais de ma lettre, moi-même ainsi que les autres élèves du Parlement de mon école voulons vous remercier pour l’investissement accordé pour la récupération des masques utilisés dans nos écoles. L’environnement nous tient vraiment à cœur, merci encore. Mais ce n’est pas tout. Je vous propose d’aller plus loin, d’un point de vue écologique, quant à la production de nos chers masques. Visite hivernale (et historique) au parc-nature de l’Île-de- la-Visitation Comme vous le savez, ceux-ci sont importés et viennent de loin. Les nombreux allers-retours génèrent évidemment beaucoup de pollution. Je vous demande alors de considérer d’acheter localement ces bouts de tissus qui sauvent des vies (par exemple, auprès de l’entreprise « Humask », à Louiseville). Une invitation à faire plus Ensuite, je vous invite à réfléchir à l’idée de répandre l’initiative mise en place dans les écoles secondaires à d’autres endroits où la récupération des masques peut être nécessaire à long terme. Vous me voyez venir, ce sont principalement les hôpitaux (mais avec les règles sanitaires, nous pouvons tout de même inclure toutes les places où le port du masque de procédure est obligatoire, si nous prévoyons que la COVID-19 durera longtemps). Dans les hôpitaux, nous avons toujours jeté le masque, et ça va continuer si nous ne faisons rien. Cela en fait beaucoup, je le sais. Les conditions nous poussent à agir, et pourquoi ne pas le faire « plus vert », avec une vision à plus long terme ? Les changements climatiques ne peuvent pas se mettre sur pause, comme nous. Les catastrophes écologiques suivront et frapperont de plein fouet. Vous avez actuellement le pouvoir de faire changer nos habitudes de vie pour notre futur. ÉMILIE-SARAH LANDRY, PARLEMENT ÉTUDIANT DE L’ÉCOLE SECONDAIRE JOSEPH-FRANÇOIS-PERRAULT, DE QUÉBEC Écrivez-nous ! opinions@journalmetro.com Le brouillard a enveloppé le parc-nature de l’Île-de- la-Visitation récemment et un de nos lecteurs a fixé ce moment en photos. La dernière prise montre les vestiges du site des Moulins, érigé pour les Sulpiciens par Simon Sicard à partir de 1726. Il y construit une digue et un moulin à scie, nous apprend le site d’Héritage Montréal. Au total, cinq moulins sont utilisés à des fins diverses, certains jusqu’en 1970. La CUM a acquis le site en 1981 et fait démolir la plupart des bâtiments, ne conservant que certains vestiges des anciens moulins./GRACIEUSETÉ/SYLVIO LE BLANC Volume  : 20 Numéro  : 9 À Montréal, Métro est publié par Métro Média, 101, boul. Marcel-Laurin, Montréal H4N 2M3 Tél.  : 514 286-1066 Imprimé par  : Transcontinental Transmag, 10807, rue Mirabeau, Anjou, Québec, H1J 1T7 Distribué par Metropolitan Media Services/Directrice de la distribution  : Danielle Tessier Directeur principal des ventes  : Patrick Marsan Contrôleur  : François Dallaire Directeur de l’information  : Olivier Robichaud Chef de pupitre  : Carole Côté Vous avez une opinion à nous faire parvenir ? opinions @journalmetro.com Vous voulez annoncer dans nos pages ? publicite@journalmetro.com Vous avez une nouvelle à nous faire parvenir ? info@journalmetro.com. ISSN 1716-9895/JOSIE DESMARAIS/ARCHIVES MÉTRO/JOSIE DESMARAIS/ARCHIVES MÉTRO
Saint-Michel Facebook Twitter Linkedin Instagram stm.info PROLONGEMENT DE LA LIGNE BLEUE Un comité proposera les noms des futures stations Saint-Michel PLAN DES NOUVELLES INFRASTRUCTURES 0 SAINT-MICHEL 0 PIE-IX 0 VIAU SAINT-MICHEL Nouvelles stations (noms provisoires) Structures auxiliaires Poste de district Arrière-gare 17'Avenue MICHEL-ANGE 17 e Avenue Everett Bélair LES CHOIX RETENUS S’INS- CRIRONT DANS L’HISTOIRE ET MARQUERONT L’IMAGINAIRE COLLECTIF DES MONTRÉALAIS. ILS DEVRAIENT ÊTRE CONNUS PLUS TARD CETTE ANNÉE. Riche des expertises variées et pertinentes de ses membres, issus de divers milieux et organismes, le comité aura pour tâche Pie-IX Pie-IX 24 e Avenue 23 e Avenue Provencher Daudet Nogent Daudet Nogent PROVENCHER Jean-Talon im Vittel Cannes Vittel Baunard Cannes Baunard Viau Viau Michelet Michelet principale de proposer des noms pour les futures stations du tronçon prolongé. COMPOSITION DU COMITÉ Ce groupe de travail est composé de représentants de la STM, d’une élue de la Ville de Montréal, de représentants des arrondissements traversés par le tracé du prolongement et d’experts en toponymie et en urbanisme. C1 C Jarry Autoroute 40 O O Des Angevins Bélanger Saint-Zotique Candiac DE LISIEUX Du Mans 0 LACORDAIRE 0 LANGELIER Hautbois Déplacements essentiels Nos services sont maintenus durant le couvre-feu. Lacordaire Lacordaire Fontenelle De Côme De Une Villanelle Villanelle DE LA VILLANELLE De plus, à la suggestion des commissaires qui ont mené une démarche de consultation publique sur le projet, les Montréalaises, les communautés culturelles et les groupes autochtones sont également représentés au sein du comité. Langelier Langelier 1 Jean-Milot Autoroute 40 Michel- Ange Ernest- Marceau JEAN-MILOT Pierre-Gadois Pierre-Gadois 0 ANJOU Galeries d‘Anjou Galeries d'Anjou St-Zotique D’ailleurs, celui-ci s’assurera d’accorder dans ses propositions une grande place à ces groupes traditionnellement sous-représentés dans la toponymie. INSPIRATION La Banque de toponymie municipale, alimentée en continu par les suggestions des citoyens, nourrira notamment les réflexions des membres du comité. L’amorce de cette démarche constitue un pas de plus dans la concrétisation du prolongement de la ligne bleue ! A Utorolite 25 bazar Autoroute 25 Boreau Châteauneuf BOREAU 0 info STATION CÔTE-DES-NEIGES FERMETURE TEMPORAIRE D’UN ÉDICULE Côte-des-Neiges Du 1er au 5 février, des travaux entraîneront la fermeture de l’édicule est de la station Côte-des- Neiges, situé au 5351, chemin de la Côte-des- Neiges. Pendant cette période, les clients seront redirigés vers l’édicule ouest, au 5316, chemin de la Côte-des-Neiges. NOMS DES FUTURES STATIONS DE NOMBREUX CRITÈRES En plus des bonnes pratiques en matière de toponymie municipale et du grand principe visant à permettre aux voyageurs de s’orienter aisément à travers le réseau et la ville, les contraintes techniques propres au métro ajoutent une touche de complexité à la recherche des nouveaux noms. En effet, tout nouveau nom de station doit compter au maximum 16 caractères pour une station terminale et 21 caractères pour une station intermédiaire. 0 0 0 Prenons soin de nous Toutes les mesures  : stm.info/coronavirus



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :