Métro Montréal n°2021-01-13 mercredi
Métro Montréal n°2021-01-13 mercredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2021-01-13 de mercredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 13,4 Mo

  • Dans ce numéro : douloureux couvre-feu pour les itinérants.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
à tous nos INFIRMIÈRES et I FIR IERS métr
métr te.% OPINIONS 41 ! Du poisson frais au souper ? Deux pêcheurs s'adonnaient à leur passion il y a quelques jours au Parc-nature de l'île-de-la-Visitation. Ils ont été croqués en action par un habitué de ce parc qui borde la rivière des Prairies./COLL. SPÉCIALE/SYLVIO LE BLANC journalmetro.com Mercredi 13 janvier 2021 9 ULTRACRÉPIDARIANISML CHRONIQUE IN LI BRO VERITAS FRÉDÉRIC BÉRARD docteur en droit et politologue Un beau mot, hein ? J'ignore combien de points au Scrabble, mais sûrement dans le rayon payant. En gros  : comportement consistant à donner son avis sur des sujets pour lesquels nous n'avons aucune connaissance crédible. Évidemment improbable, mais il s'agit du mot incrusté à mon esprit depuis la récente mascarade du Capitole, remake cheap, loufoque et raté, de la Bastille. Parce qu'au-delà des uniformes comiques dignes des Pierreafeu (allô, Grand Boubou), le spectacle métr 117° se révélait, sur le fond, d'une solide tristesse. — Mais qu'est-ce que vous foutez-là, les olibrius ? — La révolution ! de clamer Elizabeth de Knoxville Tennessee, pleurant du même coup sa vie. La raison ? Il nous ont aspergés de gaz ! ! Bouhouhou... Vivement la révolution de salon, pis en pantoufles. Moins de trouble*. La vraie question, cela dit  : de quelle révolution parlezvous ? De qui, de quoi, pourquoi ? La réponse (aux allures de lexique de Star Wars)  : — RAWRGWAWGGR !!! — Quoi ? ? — RWGWGWARA- HHHHWWRGGWRWRW ! ! — Ok ok, Chewbacca. Hasta la victoria siempre. Reste que si les motifs des apôtres demeurent trop souvent inintelligibles, ceux de leurs gourous sont, pour leur part, limpides  : conserver ou optimiser leur notoriété et pouvoir en manipulant les faits, la vérité et, par conséquent, les ouailles. I won the election by a lot ! !, hurle encore le facho-en-chef. Peu importe que l'ensemble de ses procédures judiciaires entamées se soient soldées en échec cuisant, incluant devant des juges nommés par lui, rien à faire. Les crédules répondent à l'appel, grimpent le mur (grosse efficacité) les séparant de la maison législative, sous l'oeil satisfait du tyran-psychopathe. Mentez, mentez, il en restera toujours TRIBUNE LIBRE Reculs indécents dans le secteur industriel Très attendue, la réforme du régime de santé et sécurité du travail s'avère une amère déception. Le projet de loi no 59, à l'étude en commission parlementaire la semaine prochaine, amènerait un glissement vers une prévention de façade dans le secteur industriel. On affaiblit la capacité de contraindre les employeurs à rendre les milieux de travail sécuritaires. Les mines et plusieurs usines du secteur industriel lourd étaient de vraies tue-monde avant que les travailleurs et les employeurs réfléchissent et agissent ensemble en prévention. Ça a fonctionné  : le nombre de décès [encore trop élevé] a diminué, les accidents graves aussi. La dé du succès ? La participation des travailleurs eux-mêmes aux solutions et leur capacité à amener les Faites-nous découvrir votre Montréal ! Photographes, à vos appareils ! Courez la chance de voir votre cliché publié dans les pages Opinions de votre journal favori... Faites-nous parvenir vos photos de la ville à opinions@journalmetro.com. MÉTRO Reste que si les motifs des apotres demeurent trop souvent inintelligibles, ceux de leurs gourous sont, pour leur part, limpides  : conserver ou optimiser leur notoriété et pouvoir en manipulant les faits, la vérité et, par conséquent, les ouailles. quelque chose, écrivait Voltaire. On m'accusera ici d'étirer considérablement le concept même d'ultracrépidarianisme, le tout avec raison. Sauf que les racines, identiques, laissent plutôt croire à une simple variation sur un même thème  : comment peut-on risquer sa liberté, sinon sa vie, au nom d'un non-événement, aka une prétendue fraude électorale ? Qu'est-ce qui poussent ces bonnes gens à agir de la sorte malgré les trucks de preuves à l'effet inverse ? Le manque d'éducation ? Entendu. Les études témoignant que le quotient intellectuel général soit en chute libre depuis quelques décennies ? Entendu aussi, ceci expliquant d'ailleurs peut-être cela. Mais de là à croire en un lien entre une pandémie et la 5G ? Les chemtrails issus d'un complot gouvernemental afin de nous empoisonner ? Trudeau en tant que pédo-lézard ? Voyons donc, bout de diable... Il s'est passé un truc pendant que je dormais ? Le boulon de notre intelligence collective a sauté en pleine nuit ? Pas intelligence au sens d'Einstein, s'entend, mais au sens d'être minimalement pas trop cave, mettons ? J'exclus ici, vous l'avez saisi, l'enjeu des maladies mentales, tristes mais au moins « excu- employeurs à apporter des correctifs. Plutôt que d'étendre à tous les milieux de travail des mécanismes de prévention qui ont fait leur preuve pour 11,6% des travailleurs, Québec les affaiblit. [...] De l'autre côté, cela n'améliore guère le sort des travailleuses et travailleurs qui n'étaient pas assujettis aux mécanismes de prévention. Quel cynisme que de considérer le milieu de la santé comme étant à « faible risque », en cette période de pandémie, ce qui dispense l'État employeur d'un vrai travail de fond en prévention. Des incohérences ! Dans le projet de loi, les exigences en matière de prévention sont établies en fonction du coût des lésions professionnelles pour les employeurs et non des dangers réels. Voilà qui nourrit l'industrie de la contestation des accidents de travail et maladies professionnelles ou encore, qui incite à contourner le régime public en référant aux assurances privées. Des milieux de travail à haut risque, comme des mines ou des usines où on manipule des explosifs, sont donc considérés à risque « moyen » ou « faible », réduisant sables ». Je réfère plutôt à cette indicible bêtise rendue virale, affectant l'ensemble de nos rapports sociaux. Renan disait que « la démocratie est un plébiscite de tous les jours ». J'ajouterais qu'elle est également l'art de persuader. Or, si aucune discussion rationnelle n'est encore possible, si la croyance prédomine en tout point la réflexion, pas besoin de la tête à Papineau, justement, pour comprendre qu'on est sur la point de se la planter (la tête) droit dans le mur. Ultracrépidarianisme, donc. Ou même pire, à vrai dire. Parce la preuve est faite, et disponible, quant à leur bêtise. Et ils persistent. Faudrait ainsi inventer un nouveau mot. Payant ou pas, au Scrabble. Rendu-là, m'en crisse. *Au moment de mettre sous presse, Che, Lénine et Trotsky se bidonnaient encore. d'autant les exigences en matière de prévention ! Partout où s'appliquaient déjà des mécanismes de prévention dans l'ancienne mouture de la loi, le temps alloué à la prévention sera systématiquement réduit. Pour ajouter l'insulte à l'injure, une entreprise pourra unilatéralement créer un seul comité de santé et sécurité, avec un seul représentant en prévention, pour toutes ses installations au Québec. La logique même de la prévention, c'est pourtant de s'appuyer sur des représentants des travailleurs issus du plancher, qui connaissent le terrain. [...] La réforme sonne le glas du paritarisme en milieu de travail. L'employeur pourra décider seul du nombre de rencontres du comité de santé et sécurité, du choix du médecin, établir le programme de prévention selon son bon vouloir... Québec doit retourner à la table à dessin. DOMINE LESUEUR, DIRECTEUR QUÉBÉCOIS DU SYNDICAT DES MÉTALLOS (FTQ) Écrivez-nous ! opinions@ journalmetro.com Volume  : 2 Numéro  : 4 À Montréal, Métro est publié par Métro Média, 101, boul. Marcel-taurin, Montréal H4N 2M3  : 514 286-1066 Imprimé par  : Transcontinental Transmag, 10807, rue Mirabeau, Anjou, Québec, Hile ? Distribué par Metropolitan Media Services/Directrice de la distribution  : Danielle Tessier Directeur principal des ventes  : Patrick Marsan Contrôleur  : François Dallaire Directeur de l'information  : Olivier Robichaud Chef de pupitre  : Carole Côté Vous avez une opinion à nous faire parvenir ? opinions@journalmetro.com Vous voulez annoncer dans nos pages ? publicite@journalmetro.com Vous avez une nouvelle à nous faire parvenir ? info@journalmetro.com. ISSN 1716-9895



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :