Métro Montréal n°2021-01-06 mercredi
Métro Montréal n°2021-01-06 mercredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2021-01-06 de mercredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 17,4 Mo

  • Dans ce numéro : l'année de tous les espoirs.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
VOTRE COMMERCE EN LIGNE A BONDI ? BESOIN D'UN SERVICE DE LIVRAISON ? TransMet est un pionnier de l'industrie du transport dans le grand Montréal depuis plus de 30 ans. Des années d'expertise et d'amélioration continue  : de quoi rendre nos services ultraperformants. LIVRER À TEMPS. SANS BRIS. SANS PERTES. DEMANDEZ UNE SOUMISSION MAINTENANT TransMet 514 447-4100 ext. 227 jseymour@transmet.ca Solutions de livraison
journalmetro.com sr, métr Mercredi 6 janvier 2021 OPINIONS UNE BEN BONNE ANNÉE CHRONIQUE IN LIBRO VERITAS FRÉDÉRIC BÉRARD docteur en droit et politologue Tergiversations entre jovialisme et réalisme cassecouille. Comment accueillir 2021, ce bébé-miracle ? Ok, enfin, 2020 est parti. Mais au profit de quoi ? Quelle nouvelle ère ? Parce au-delà de la symbolique, l'Humain se vautre actuellement dans un fumier similaire, sinon identique, à celui de la page précédente du calendrier. Quand on y pense, ces incantations à la sauce Harry Potter relèvent TRIBUNE LIBRE Consommer moins en 2021 [...1 En 2021, pourquoi pas réduire sa consommer afin de devenir plus heureux et en même temps améliorer le fonctionnement de toute la société ? La première chose à faire est d'élaborer ou de revoir son budget afin de dégager des économies. En effet, il suffit d'adopter un comportement plus critique par rapport à la consommation afin de la réduire à ce qui correspond à nos réels besoins. « Vivre selon nos besoins plutôt que selon nos moyens » est un adage qui peut nous guider en cette nouvelle année. Il faut apprendre à résister avec succès aux diktats de la publicité, de la mode, du paraître, de la comparaison, etc. Pour y arriver, un bon truc est d'attendre sept jours avant d'acheter un objet dont on ale goût. Souvent notre désir va s'estomper pour en venir à disparaître avant la fin de la période d'une semaine de carence. Il se peut aussi qu'on trouve satisfaction métr `17, d'un fantastique enfantin  : dewore 2020 ! Année de cul ! On repart à neuf ! Euh... ok. Mais genre ? Casse-couille, donc. Vous avais prévenus. Peut-être devrais-je aussi, à des fins d'hygiène mentale, gober le placebo. La vie est plus heureuse niaiseuse, non ? Échec. Reste toujours l'anesthésiant calvados. Sauf que le con, c'est-à-dire moi, est au régime sec. La raison ? Une épaisse  : une commotion en empruntant l'objet à un proche ou en le louant Après sept jours, si le désir demeure et devient besoin, vous pouvez tenter de le satisfaire dans le domaine de l'usagé (ressourceries, marchés aux puces, plateformes électroniques telles Marketplace, etc.). Ainsi vous paierez moins cher et vous ferez un geste positif pour l'environnement, sans vous priver. La réduction de la consommation diminue la quantité d'argent nécessaire pour vivre, ce qui peut souvent annuler le recours au crédit Un tel comportement peut même vous transférer dans le monde inverse, soit celui des placements. Celui-ci vous apportera des revenus plutôt que le contraire. Toutefois, pour la plupart, la première résolution pour la nouvelle cérébrale provoquée par une chute l'étant encore plus (épaisse). Comme chantait Renaud  : « J'arrête de boire promis, au moins toute une semaine, ce sera dur, mais tant pis ». Bon, il charrie, le Mister Renard. Déjà 10 jours, et suis parfaitement parlable. Du moins selon Che et Lénine, mes deux meilleurs potes. Que disais-je, déjà ? Pardon, la faute à la commotion. Ah oui. Que je vois mal ce qui vous fait conclure à la gestation d'une meilleure année en cours. Le vaccin ? Ouais, bof. Vous y tenez tant que ça, vous, à « reprendre une vie normale » ? Genre de vous crisser à 7 du mat dans les dédales de la course à obstacles de Cones-Orangeville ? Les mots justes, encore une fois, Que si la tendance se maintient, la fonte des glaces dans l'hémisphère nord [...], constitue une bombe à retardement. de Bukowski  : « Comment diable un homme peut-il se réjouir d'être réveillé à 6h30 du matin par une alarme, bondir hors de son lit, avaler sans plaisir une tartine, chier, pisser, se brosser les dents et les cheveux, se débattre dans le trafic pour trouver une place, où essentiellement il produit du fric pour quelqu'un d'autre, qui en plus lui demande d'être reconnaissant pour cette opportunité ? » La question est lancée. Pensée parti- année pourrait être de diminuer son endettement, ce qui réduira le stress lié aux échéances de remboursements et les fréquents conflits familiaux reliés à l'argent En plus de réduire le recours au crédit, la diminution de la consommation peut aussi permettre de limiter le temps de travail, puisqu'on a moins besoin d'argent Grâce à ce temps libéré toutes sortes d'activités gratifiantes deviennent possibles. [...] Aussi surprenant que ça puisse paraître, la résolution de moins consommer et ses nombreuses conséquences indirectes, en plus d'accroître les chances de bonheur personnel, peuvent améliorer la vie de la communauté et celle finalement de toute la société. La pandémie nous a appris qu'il est possible Faites-nous découvrir votre Montréal ! Photographes, à vos appareils ! Courez la chance de voir votre cliché publié dans les pages Opinions de votre journal favori... Faites-nous parvenir vos photos de la ville à opinions@journalmetro.com. lent') culière, cela dit, aux gens souffrant de solitude. Les aînés, au premier chef. Mais sincèrement, alliez-vous les voir pour la peine, pré-pandémie ? Pas le temps ? Ce que je disais. Back Vo Bukowski. Sinon, le principal responsable de nos déboires actuels serait, si l'on a bien saisi, le virus. Okidou. Mais on fait quoi, côté réchauffement climatique ? Le rapport ? Que si la tendance se maintient, la fonte des glaces dans l'hémisphère nord, soit notamment en Russie, au Canada et en Alaska, constitue une bombe à retardement  : selon des découvertes récentes, une quantité incalculable de micro-organismes ainsi « libérés » poserait, à divers niveaux, les jalons potentiels d'une nouvelle pandémie, de vivre en consommant moins. À nous maintenant de poursuivre dans cette direction. Il en résultera, comme bénéfices secondaires, une diminution de notre empreinte écologique et de la production de gaz à effet de serre, ce dont la planète a désespérément besoin en 2021. À ceux qu'une diminution de la consommation pourrait faire souffrir, je suggère de profiter de la pandémie pour amorcer un changement de carrière. Actuellement de belles occasions s'offrent à vous dans les domaines de la santé, de l'éducation et de l'agriculture. PASCAL GRENIER, QUÉBEC Assumer ses actes Bonsoir M Trudeau, Je viens de regarder le bulletin d'information au petit écran ; et je suis scandalisé ! Les personnes qui ont délibérément passé outre aux directives gouvernementales de ne pas voyager durant les vacances de Noël, et par conséquent, ont pris le risque de devenir des transmetteurs de la COVID pathogènes inconnus bientôt en vedette. La joie. Pantagruéliques à la base, ces défis le sont encore davantage en raison de la diminution continue de notre quotient intellectuel collectif Je déconne ? Aucunement. Si depuis la Seconde Guerre mondiale jusqu'au début des années 1990, une augmentation de celui-ci, intitulé effet Flynn, se faisait valoir, cette tendance est depuis inversée dans la majorité des pays occidentaux. Suffit, pour s'en convaincre, de passer quelques minutes sur une quelconque page Facebook d'anti-masques ou vaccins, de pro-Terre plate ou Trump. Souvent les mêmes pages, d'ailleurs. Faque c'est ça. Bonne année grand nez. seraient admissibles à une aide de 1000$ du gouvernement fédéral pour les aider à payer les dépenses supplémentaires reliées à la quarantaine !!! La liberté, c'est d'assumer les conséquences, bonnes ou mauvaises, de ses décisions. Ils ont choisi d'aller dans les Sud pour un tout-inclus. S'il y a des dépenses supplémentaires parce qu'ils ont pris une mauvaise décision, c'est à eux et à eux seuls d'en assumer les conséquences !!! D'un point de vue pédagogique, on ne doit jamais encourager les comportements délinquants ! Donc, il ne faut jamais aider ceux qui ont déli bérément mis la santé des Canadien. nes et des Québécois.es en péril Notre système de santé craque de toutes parts à cause du virus. Il faut supprimer cette aide immédiatement Dans le Bye Bye 2020 que nous avons regardé le 31 déc., une caricature avec les personnages des Bougon leur a fait dire  : « On n'a plus besoin de fourrer le gouvernement il se fourre lui-même ! » Dans ces conditions, donner de l'argent à ceux qui ont mis la santé des autres en péril, c'est donner de l'argent aux « Bougon ». C'est inadmissible ! Volume  : 1 Numéro  : 3 À Montréal, Métro est publié par Métro Média, loi, boul. Marcel-taurin, Montréal H4N 2M3 Tél.  : 514 286-1066 Imprimé par  : Transcontinental Transmag, 10807, rue Mirabeau, Anjou, Québec, Hi/1T7 Distribué par Metropolitan Media Services/Directrice de la distribution  : Danielle Tessier Directeur principal des ventes  : Patrick Marsan Contrôleur  : François Dallaire Directeur de l'information  : Olivier Robichaud Chef de pupitre  : Carole Côté Vous avez une opinion à nous faire parvenir ? opinions@journalmetro.com Vous voulez annoncer dans nos pages ? publicite@journalmetro.com Vous avez une nouvelle à nous faire parvenir ? info@journalmetro.com. ISSN 1716-9895 9 GÉRARD MONTPETIT LA PRÉSENTATION, QC



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :