Métro Montréal n°2020-12-02 mercredi
Métro Montréal n°2020-12-02 mercredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2020-12-02 de mercredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 14,9 Mo

  • Dans ce numéro : élèves à risque.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
métra journatmetro.com Mercredi 2 décembre 2020 12 wrr Le Dragon et entrepreneur Nicolas Duvernois signe un ouvrage sur le télétravail/COLLABORATION SPÉCIALE ETRAVAIL1 « Il s'agit d'une hyper grosse et bonne leçon pour moi. En matière de gestion de l'être humain, notamment. J'ai réalisé que je ne savais pas quoi faire, j'étais mal équipé. Mais cette expérience a fait de moi un meilleur gestionnaire. » Nicolas Duvernois, entrepreneur et auteur du livre Réussir son télétravail Le plus beau cadeau de Noël à offrir à sa famille cette année, c'est de ne pas lui transmettre le coronavirus./MÉTRO Les jeunes. rejetés du marché du travail Les 15-24 ans ont subi plus de la moitié (53,6%) des pertes d'emplois survenues au Québec entre octobre 2019 et octobre 2020. C'est ce que révèle le rapport Marché du travail au Québec  : Les jeunes durement affectés par la crise, réalisé par l'Institut du Québec. MÉTRO Traumatisé par le télétravail, Nicolas Duvernois y consacre un livre Gestion La première expérience de télétravail du Dragon Nicolas Duvernois a pris des allures de cauchemar. Dans son livre Réussir son télétravail, l'entrepreneur compare même son bureau à une cellule de prison. Aujourd'hui, « c'est le jour et la nuit », dit-il, mieux outillé pour le travail à la maison. Mais comment a-t-il fait ? 0 CELINE GOBERT cgobert@metromedia.ca Tout au long des huit chapitres de Réussir son telétravail, publié chez TC Média, l'entrepreneur Nicolas Duvemois a recueilli les trucs de plusieurs professionnels. Conseils en ergonomie, santé mentale, exercices d'étirements, astuces comptables  : tout y passe ! Il faut dire que son premier grand saut dans l'univers du télétravail, passage obligé pour bien des gens en ces temps de pandémie, s'est révélé catastrophique. Voyage au bout de l'enfer D'abord, le Dragon Duvemois n'arrivait pas à s'arrêter de travailler ; lui qui a toujours carburé au boulot Fatigue, stress, itritabilité deviennent bien vite ses compagnons quotidiens. « Sans moment tampon entre le bureau et la maison, ma vie entière était devenue le travail, raconte-t-il à Métro. Je n'ai pas réussi à me mettre de limites. Je mangeais devant mon ordinateur, j'entendais constamment le ding ding de mes messages ». Une fois, il se lève même en pleine nuit pour consulter son téléphone, après avoir aperçu l'écran lumineux. « Non, mais vous vous rendez compte ? Ça va pas ! C'était la nuit ! » Le fondateur de Duvernois, producteur indépendant de spiritueux au Canada, commence alors à perdre de la motivation, à « dépérir » devant son ordinateur, se souvient-il. « Je me sentais comme un lion en cage, et je n'arrivais pas à en sortit Ensuite, je pouvais passer 15 heures de- vant mon ordi, et trouver que je n'étais pas productif. Je fonçais dans un mur », raconte-t-il. Pire, l'homme d'affaires commence à se sentir coupable. À se deman- der s'il est un bon père, un bon patron, s'il est encore capable de sonder la motivation de ses employés. « Mon obsession quasi maladive que le télétravail soit la dé du succès, de vouloir être productif, heureux et présent pour ma famille, tout en voulant être un patron parfait, a failli me faire tout perdre. » Comprendre son échec pour mieux se relever C'est donc pour comprendre les raisons de cet échec que Nicolas Duvemois a décidé d'élaborer un guide « humain ». Dans un langage clair, avec des conseils pratiques et concrets. « J'ai été chercher des experts dans leur domaine. Chacun s'adresse à un problème que j'ai pu rencontrer en télétravail et offre ses trucs », explique le Dragon de l'émission Dans l'ail du Dragon. Ainsi, le livre revient sur l'importance de la bonne posture, de la bonne chaise de travail, de l'éclairage. Il contient des exemples de programme de pauses, d'étirements, d'exercices physiques. On y parle fiscalité, lois en matière de travail. On y discute d'autodiscipline, de maîtrise de soi, d'empathie. Pour Nicolas Duvernois, une chose est désormais certaine  : le télétravail revêt de nombreux avantages, à condition d'être sainement pratiqué. Notons qu'un récent sondage de l'Institut national de santé publique du Québec indique que près de la moitié des gens en emploi font du télétravail, et que 60% d'entre eux souhaitent continuer ainsi. Psycnuiugle. Donnez la santé à Noël et annoncez-le dès maintenant CHRONIQUE Andleal AU BOULOT ! ALAIN SAMSON Auteur et conférencier Pour bon nombre de personnes, les traditions des Fêtes doivent être respectées. Il faut passer la veillée de Noël dans la famille de l'un, puis regarder le Bye-Bye chez la famille de l'autre. Penser autrement, ça ne se fait pas ! Tout le monde va remarquer notre absence et va se poser des questions sur notre allégeance familiale. Mais ce n'est pas une année normale. Un virus rôde et la multiplication des contacts peut avoir des effets énormes sur la santé des gens. Voici ce que vous pouvez faire  : restez chez vous ! Abstenez-vous de devenir un vecteur de propagation. Vous pouvez commencer dès aujourd'hui en prévenant les gens de votre absence. Que diriez-vous de  : « Cette année, je me prive du plaisir de célébrer avec toi. Il y a trop de dangers. Je vais donc te donner la santé à Noël. C'est un des plus beaux cadeaux. Qu'en penses-tu ? » Quel plus beau cadeau que d'offrir la santé ? Imaginez comment vous vous sentiriez si votre rassemblement se transformait en nid d'infection. Solution Ça ne vous empêche pas de prendre le temps d'expédier à chacun une carte. Ça ne vous empêche pas de tenir une rencontre Zoom le soir de Noël. Encore moins de faire expédier aux êtres chers des cadeaux. Et l'an prochain, si le coeur vous en dit, vous pourrez vous retrouver physiquement et raconter comment s'est passé votre année. Ce sera une rencontre encore plus appréciée parce que tous auront le sentiment d'avoir traversé cette crise avec le moins de dégâts possible. Soyez responsable ! Lancez le bal ! Plusieurs n'osent pas le faire. Vous les aiderez à vous emboîter le pas. C'est comme lorsqu'arrive le temps de quitter une rencontre. Tous attendent qu'une première personne annonce son départ pour quitter à leur tour.
girl et métr V5 journaLmetro.com Mercredi 2 décembre 2020 13 L'ÉTS remnorte le nrix de la transition écoloaiatio Lors de rassemblée annuelle des membres de Concertation Montréal, le 12 novembre dernier, l'École de technologie supérieure a reçu le prix de la transition écologique. Ce prix lui fut décerné pour son engagement en environnement, que ce soit par la vitalité de ses centres de recherche ou la création de programmes d'études axés sur l'environnement. MÉTRO Les élèves souffrent de la pandémie Détresse des enseignants, ostracisation d'élèves atteints de la COVID-19, agressivité, baisse de la motivation  : le bilan de la rentrée scolaire en pleine pandémie au Québec est très préoccupant. 0 CÉLINE GOBERT cgobert@metromedia.ca « On a observé beaucoup de détresse chez les professeurs qui enseignent à distance », explique à Métro Jasmin Roy, président de la Fondation Jasmin Roy Sophie Desmarais. Peu se sentent habilités à le faire. De plus, ils constatent des difficultés de concentration chez les jeunes et des comportements inadéquats. » Il s'agit de l'un des nombreux constats inquiétants présentés mardi à l'occasion d'un colloque de sa Fondation. Au total, les résultats préliminaires de six recherches québécoises ont été présentés. On le sait  : la rentrée 2020- 2021 s'est déroulée dans un contexte inédit. Des classes, voire des écoles, ont été fermées. On a donné des cours à des jeunes du secondaire un jour sur deux par visioconférence. Et les conséquences négatives sont nombreuses. Plus heureux en présentiel Non seulement professeurs et élèves se disent plus heureux dans les écoles qu'à distance, mais les élèves du Québec qui se trouvaient en difficulté hier le sont encore plus en temps de pandémie. Selon Anne Lessard, enseignante aux Études en adaptation scolaire et sociale à l'Université de Sherbrooke, les élèves sont même si heureux à l'école qu'ils s'assurent de bien respecter les consignes de lutte contre la pandémie pour y passer plus de temps. « Les professeurs disent que l'engagement actif des élèves leur a paru plus passif au retour du confinement, constate pour sa part Jasmin Roy. Est-ce que l'absence d'évaluation pourrait expliquer ce désengagement ? La question se pose. » Des problématiques propres à la pandémie La pandémie a engendré des phénomènes nouveaux, constatent les chercheurs. Ainsi, certains élèves qui se trouvaient en situation d'échec ont été promus pour respecter les bulles-classes. Ils se retrouvent maintenant avec un écart encore plus grand par rapport aux autres. Ajoutons que plusieurs parents ont déploré ne pas avoir eu de suivis en orthopédagogie ni de soutien pendant le confinement et à la rentrée. Autre nouveauté  : de nombreux enfants sont mis à l'écart pour avoir eu la COVID-19. Ou parce qu'un membre de leur famille l'a eue. Finalement, sur le terrain, on constate davantage de comportements agressifs (surtout chez les garçons) et de démotivation. Pour Anne Lessard, cette agressivité s'explique par le fait que les élèves du Québec confinés dans leur classe à cause de la pandémie ne peuvent pas évacuer leur énergie. « De plus, l'usage accru des appareils mobiles et le temps passé sur les réseaux sociaux lors du confinement ont contribué à développer un nouveau phénomène  : celui des disputes qui commencent sur les réseaux pour se poursuivre en classe », ajoute-t-elle. Enfin, du côté des enseignants, on a dû changer les façons de communiquer. Les profs se sont mis aux textos, aux visites sans contacts à domicile, aux courriels et appels vocaux. Une nouvelle réalité qui a affecté et leur temps de travail et leur vie privée. Le gouvernement doit agir de toute urgence « C'est quoi la réussite scolaire en contexte de pandémie ? Ça, c'est LA grande question de cette rentrée ! Le gouvernement va devoir être plus clair et plus directif sur ce point. » Jasmin Roy, président de la Fondation Jasmin Roy Sophie Desmarais Selon Jasmin Roy, Québec va devoir rapidement définir les priorités éducatives dans le contexte actuel, ainsi que les matières qu'il est impossible « d'échapper », dit-il. De plus, M. Roy estime qu'il faut réévaluer les élèves à risque. Selon lui, la liste dressée avant la pandémie ne correspond plus aux besoins d'aujourd'hui. « Des prises de mesures doivent être faites dans chaque école, dit-il, idéalement au retour des Fêtes. On a peut-être des parents qui rencontrent en ce moment des problématiques avec des enfants qui n'ont pas été évalués adéquatement par un professionnel. Il y a un manque à ce niveau-là. » Pour Julie Beaulieu, présidente du Comité québécois pour les jeunes en difficulté de comportement (CQJDC) qui a activement collaboré au colloque, il est également nécessaire d'appuyer concrètement le personnel enseignant, les intervenants et les parents. « Cette période particulière et inhabituelle qui perdure depuis plusieurs mois nécessite que nous nous attardions aux problématiques qui s'avèrent désormais de véritables enjeux majeurs de notre société », estime-t-elle. Tous s'accordent pour dire une chose  : il faut garder les écoles ouvertes. Et ce, quitte à suivre, si la pandémie empirait, les recommandations de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) en ouvrant les écoles des demi-journées en alternance à des groupes réduits de moitié. Les professeurs du Québec disent que rengagement actif des élèves leur a paru plus passif au retour du confinement. i MÉTRO PE QUI MÈNENT m ourte durée our parfaire VOS ompe es professionnelle et suivre l'évou ion e vo re en ent de travail. Bureautique AF Excel 2016 2 soirs/semaine 5 semaines Avancé IM 60$ Débutant 60$ Centre de formation professionnelle Léonard-De Vinci 3200, bd de la Côte-Vertu, Saint-Laurent El Côte-Vertu El 121 514 765-7650 formationcontinue.servicescsmb.com ES COURS D Admission en ligne  : formationcontinue.servicescsmb.com/cours-a-temps-partiel/NNEMENT OIN DÉBUT  : 11 janvier DÉBUT  : 26 janvier Nos formations respectent les consignes sanitaires de santé publique. Cours de perfectionnement offerts sur l'Île de Montréal Priorité donnée aux personnes en emploi Consultez l'offre complète au www.montezdeniveau.ca Avec la participation financière de  : El Québec ri AF  : Attestation de formation Centre de formation professionnelle Léonard-De Vinci



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :