Métro Montréal n°2020-11-25 mercredi
Métro Montréal n°2020-11-25 mercredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2020-11-25 de mercredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 14,6 Mo

  • Dans ce numéro : des fans indéfectibles

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
journalmetro.com métr Mercredi 25 novembre 2020 OPINIONS SACRIFICE ÉTUDIANT CHRONIQUE IN LI BRO VERITAS FRÉDÉRIC BÉRARD docteur en droit et politologue Mars dernier, devant une classe de brillants futurs juristes. Le genre engagés socialement, qui nous brassera le cul avant longtemps, évidemment pour le mieux. Après une convo la veille avec une amie médecin, je leur communique la probable nouvelle  : oubliez ça, la session est manifestement terminée, au moins côté présentiel. La pandémie forcera, avant longtemps, le gouvernement à tirer la plug. Le silence de l'angoisse est palpable. — Vous êtes sérieux, monsieur ? — De ce que qu'on me dit, oui. Ce qui s'en vient sera pénible, et pour une mèche. Re-silence. Re-angoisse. Pendant la pause, le gouvernement confirme l'info reçue  : finito, les classes bondées. Finit°, les échanges, les réflexions, les jokes, les propositions littéraires, le socratisme. En bref, finit°, le bonheur. Je devais les quitter avec un semi-mot d'adieu, sachant l'improbabilité de les revoir dans un proche avenir ou mi-lointain. Le mottent, je dois dire. Parce que le seul antitode valable au scepticisme ambiant sur notre avenir sociétal, c'est justement celui-là  : des jeunes bourrés d'enthousiasme, d'idéaux Petit matin au centre-ville Voilà une photo toute montréalaise... Des tours à bureaux, l'éternelle circulation matinale et des passants, trop peu nombreux en raison de la pandémie. Il ne faudrait surtout pas oublier les fameux cônes orange./MARC MAJOR/COLLABORATION SPÉCIALE métr `17° humanistes non encore contaminées par les aléas d'une existence kidnappée par quelconque impératifs matérialistes. Triste niais résigné, l'espoir de voir dévier l'inéluctable trajectoire pourrait, ô oxymore, assourdir les hurlements intérieurs. Mais en vain. Le sablier estival vidé de son contenu, le retour en classe, planifié sous le signe d'une improvisation mixte mettant en vedette un comédien raté et des « stratégies » l'étant tout autant, suscite une anxiété d'ampleur  : semi-présentieltemps-partiel-ça-dépend-onverra-stressez-pas-nous-autresnon-plus-on-sait-pas-où-on-vapis-si-ça-change-on-avisera. Ou pas. Qu'on me comprenne bien  : je suis de ceux qui souhaitent une lutte musclée à la pandémie, allant jusqu'à accepter que certaines libertés, capricieuses ou non, cèdent place aux restrictions Faites-nous découvrir votre Montréal ! Photographes, à vos appareils ! Courez la chance de voir votre cliché publié dans les pages Opinions de votre journal favori... Faites-nous parvenir vos photos de la ville à opinions@journalmetro.com. enta « On parle — ou plutôt devrait parler — d'une génération estudiantine autrement appelée « avenir », sacrifiée à l'hôtel des priorités gouvernementales. » d'envergure. Histoire qu'on finisse par en finir. Mais il y a un mais. Et il frappe. Collectivement Et fort. Parce qu'on parle — ou plutôt devrait parler — d'une génération estudiantine autrement appelée « avenir », sacrifiée à l'hôtel des priorités gouvernementales. Celles qui souhaitent conserver le libre-accès aux Wal-Mart et Costco de ce monde, bondés temps plein, mais refusent la possibilité qu'une poignée d'étudiantes s'éparpillent dans une salle aux allures de semi-gymnase. Celles qui, à l'enjeu de l'absence des ventilateurs d'air dans lesdites salles, répondent que les profs « n'ont qu'à ouvrir les fenêtres ». Celles qui balancent des milliards à tout crin pour une troisième voie et autre bêtise amputant le futur climatique, mais peinent à offrir une poignée de change (10 millions sur un budget annuel de 137 milliards) aux jeunes de 17 à 34 ans (après 34, sèche, buddy...) pour les questions de santé mentale. Celles qui permettront quelques rencontres dans le temps des Fêtes, lesquelles, de l'aveu même des décideurs, rendront inévitables une contamination prononcée auprès de ces mêmes étudiantes, justifiant un retour des classes légèrement décalé. Celles qui exigent des standards académiques similaires aux années antérieures, sans égard au fait que l'apprentissage s'exécute essentiellement à distance, par l'entremise d'enregistrements désincarnés, impersonnels et pédagogiquement nuls Pour ouvrir un bar au Québec, vous TRIBUNE LIBRE devez avoir les liquidités, réhypothéquer votre maison ou emprunter l'argent au privé ou à un parent proche Lettre àFrancoisLegault par exemple. Pourtant, beaucoup de jeunes entrepreneurs comme moi « Les bars au prennent ce risque. Pour vous créer des lieux d'échanges, des endroits de Québec, c'est vital » divertissement, pour vous sortir de votre salon, vous faire danser, vous per- M. Legault, lors de votre dernière mettre peut-être de rencontrer l'âme campagne, en 2018, vous nous avez soeur, un ami [...]. convaincus, les Québécois et Qué- Présentement, depuis le début de bécoises, de faire confiance à votre la pandémie, nous avons été fermés gouvernement Vous nous avez sept mois, sept mois sans revenus, martelé « qu'ensemble » nous allions et pour la plupart d'entre nous, sans faire du Québec un Québec plus fort. aides. M. Fitzgibbon nous a promis L'utilisation du mot ensemble était au un remboursement de 80% des frais coeur de votre idéologie de campagne fixes mensuels  : loyer, électricité, assu- électorale. C'est avec le coeur gros rances. Mais ce qu'il n'a pas dit, c'est aujourd'hui que je vous demande de qu'une infime partie de nous pourrait tenir promesse. y avoir droit J'ai pris possession de Ce n'est pas facile d'ouvrir un mon local pour le Bar Minéral en jan- bar au Québec, premièrement, vier 2020. A ce moment-là, je ne savais aucune aide n'est possible du côté pas que nous serions frappés par une des institutions financières. Aucune pandémie mondiale. [...] aide non plus du côté de la Banque Je vous le demande humblement, de développement du Canada ou respectez votre engagement, c'est des organismes comme PME MTL maintenant à vous de prouver qu'EN- (les miens, du moins). —Allô papa ! — Comment ça va ? Pas trop raide, cette semaine, tes cours ? — Disons que pour une première session à l'université, pas connaître ni voir personne, seule dans ma chambre avec des tonnes de trucs à lire, la pression des examens, des travaux, ce n'est vraiment pas évident — Ton seul défi est de ne pas te mettre trop de pression, tu sais ça, hein ? — Je sais, merci, t'es fin. L'angoisse est masquée par la semi-confiance de sa réponse. Pour la première fois de ma vie, je m'inquiète pour elle. Non pas de ses capacités de performance ou d'organisation, bien sûr. Plutôt du fait que Loto-Priorités lui répète, à l'instar de sa bande estudiantine, hebdomadairement la fatale nouvelle  : vous avez (encore) tiré le mauvais numéro. SEMBLE veut réellement dire quelque chose pour vous. Parce que nous, nous avons besoin de votre aide. Nous sommes le 5% que vous avez mentionné en conférence de presse, un 5% qui demande une aide réelle. Pas une aide avec des contraintes. Aidez-nous, sauvez-nous et prouvez à l'ensemble des Québécois et Québécoises que vous êtes un entrepreneur, un leadeur qui aidera ses jeunes bâtisseurs de demain à éviter une faillite et à croire encore que tout risquer n'est pas pure folie, mais bien de la passion calculée. MATHIEU rattrunn, BAR menu Écrivez-nous ! opinions@journalmetro.com Volume  : 160 Numéro  : 2 À Montréal, Métro est publié par Métro Média. loi, boul. Marcel-taurin, Montréal H4N 2M3 Tél.  : 514 286-1066 Imprimé par  : Transcontinental Transmag, 1o8o7, rue Mirabeau, Anjou, Québec, H1J 1T7 Distribué par Metropolitan Media Services/Directrice de la distribution  : Danielle Tessier Directeur principal des ventes  : Patrick Marsan Contrôleur  : François Dallaire Directeur de l'information  : Olivier Robichaud Chef de pupitre  : Carole Côté Actualité  : Elena Broch Vous avez une opinion à nous faire parvenir ? opinions@journalmetro.com Vous voulez annoncer dans nos pages ? publicite@journalmetro.com Vous avez une nouvelle à nous faire parvenir ? info@journalmetro.com. ISSN 1716-9895
Tu aimes ton bac ? Donne-lui des cartons d'oeufs, des assiettes d'aluminium qui vont revivre... recyclés. RECYC-QUÉBEC Le placement publicitaire de la présente campagne s'inscrit dans le cadre de la Loi sur la qualité de l'environnement (chapitre Q-2 (et de la réglementation relative. Les journaux assujettis sont tenus de contribuer en espaces publicitaires à leur juste part.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :