Métro Montréal n°2020-10-21 mercredi
Métro Montréal n°2020-10-21 mercredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2020-10-21 de mercredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 14,6 Mo

  • Dans ce numéro : CHSLD sous pression avec l'augmentation des cas covid-19.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
métre journalmetro.com Mercredi 21 octobre 2020 Quelle est la responsabilité du médecin en matière de chirurgie esthétique ? Le Conseil des médecins a publié en mai 2018 un Guide d'exercice portant sur la médecine esthétique. Il importe de rappeler que tout médecin est régi par le Code de déontologie des médecins, lequel prévoit des devoirs généraux et particulièrement ceux qu'il a à l'égard de ses patients. NIQUE TOUT DROIT M'MAXIME ALPIN info@journahetro.com Qu'entendons-nous par « chirurgie esthétique » ? Le Collège des médecins du Québec définit la chirurgie esthétique comme étant  : « tout acte chirurgical, incluant la liposuccion, la liposculpture, les injections de gras, la greffe de cheveux et l'utilisation des techniques ablatives, incluant le laser, visant principalement à modifier l'apparence corporelle d'un patient à des fins esthétiques, à l'exclusion de tout but thérapeutique ou reconstructeur ». Selon le droit en vigueur au Québec, il est obligatoire d'obtenir le consentement libre et éclairé du patient ou d'un tiers habilité avant toute intervention médicale. Le Code civil du Québec établit des règles générales concernant le consentement aux soins, qui s'appliquent, quels que soient le lieu et la nature des soins dispensés. Une distinction importante est apportée selon que les soins sont requis ou non par l'état de santé du patient. Soins non curatifs Lorsque les soins ne sont pas requis par l'état de santé du patient, ce qui est le cas en matière de chirurgie esthétique, le patient doit être informé de tous les risques possibles, même les plus rares, et donner un consentement par écrit Pour que le consentement du patient soit libre et éclairé, le médecin doit lui fournir, notamment, les renseignements suivants  : - le diagnostic ; - la nature du traitement proposé ; - les interventions à effectuer ; - les bénéfices et les risques associés aux interventions. Faute médicale En matière de responsabilité du médecin en chirurgie esthétique, l'appréciation de la faute Bien que le médecin n'ait pas une obligation de résultats, il doit mettre au service du patient toutes ses ressources et compétences afin de procéder à l'intervention et d'assurer les soins postopératoires. médicale est plus stricte, et ceci s'explique par le fait que la chirurgie esthétique n'a pas un objet curatif par opposition à la chirurgie réparatrice ou reconstructrice à la suite d'une maladie ou d'un accident Le médecin est tenu à une obligation de moyens c'està-dire qu'il doit mettre en oeuvre les moyens répondant aux règles de l'art et donner des soins consciencieux et diligents. Sa faute sera appréciée en tenant compte des actes posés avant, pendant et après l'intervention. Avant, pendant, après Avant l'intervention, le médecin doit donc donner une information complète au patient. Il doit décrire l'intervention, les risques, même les plus exceptionnels. Pendant l'intervention, le médecin doit s'assurer que son intervention respecte les règles Du thé Gratuit Gour les travailleurs de la sant Teangle, une entreprise d'ici spécialisée dans le thé matcha, a lancé lundi une campagne visant à honorer les travailleurs de la santé. Elle offrira un don en produits d'une valeur totale de wo axe. Les professionnels de la santé peuvent s'inscrire en ligne jusqu'au 2 novembre pour recevoir un ensemble de thé matcha. Permde l'art notamment l'emploi et le respect d'une technique reconnue par le milieu médical. Après l'intervention, le médecin doit s'assurer du suivi postopératoire. Dans certains cas, les patients ont des attentes irréalistes et peuvent être déçus du résultat obtenu à la suite de l'intervention. Dans la mesure où le médecin a rempli ses devoirs déontologiques et a fourni toute la documentation disponible au patient afin que ce dernier puisse être en mesure de connaître les risques de l'intervention et par conséquent, de donner un consentement libre et éclairé, il ne devrait pas y avoir de responsabilité professionnelle. Cet article a été écrit par M'Maxime Alepin avec la collaboration de IV ? Chantal Paquet, d'Alepin GauthierAvocats. "ortrait Pharmacien depuis 53 ans Le pharmacien Michel Lapalme pratique depuis 53 ans. Il sait que la retraite arrivera un jour, mais il compte continuer à travailler aussi longtemps que ses capacités intellectuelles et physiques le lui permettront. En temps de crise, les pharmaciens ont surtout donné de l'information aux gens sur la COVID-19, relate le professionnel de la santé en entrevue. « Les médecins étaient presque inatteignables. Alors moi et mon équipe on était capables de rendre service à beaucoup de gens et de les renseigner », indique M. Lapalme. Il souligne que beaucoup de gens avaient peur de se rendre à l'hôpital au début Bien connue de sa communauté, la pharmacie devenait donc un lieu de confiance. Michel Lapalme, âgé de 76 ans, a dû cesser de travailler pendant quatre mois. « Tout le monde me disait  : "Michel ne va pas travailler, c'est trop risqué". Mais je me sentais retiré de la situation alors que tout le monde avait besoin d'aide », raconte-t-il. Sa profession lui manquait. La bannière pour laquelle il travaille, Pharmaprix, a mis en place des mesures sanitaires rapidement « C'est ça qui, après discussion avec mon patron, m'a mis en sécurité pour retourner travailler », dit-il. Le pharmacien travaille des heures réduites, ce qui lui convient. Il peut ainsi parler aux clients avec lesquels il a bâti une relation au fil des ans. Même après plus de 50 ans, son travail le passionne toujours autant et il peut faire profiter à d'autres de son expérience. Parcours en ligne droite Dans sa jeunesse, il voulait d'abord devenir vétérinaire. Le cousin de sa mère, un mentor pour lui, était propriétaire de la pharmacie pour laquelle il a travaillé toute sa vie. Il lui avait suggéré de faire des études pour devenir pharmacien et prendre la relève. Il a rapidement été attiré par la profession. « J'ai commencé à travailler à Verdun le 12 février 1962 en tant qu'étudiant », se 12 Michel Lapalme est pharmacien à Verdun./MÉTRO « Mon hobby préféré, c'est de faire des cours de formation continue. C'est plus difficile pour les gens de mon âge, mais c'est nécessaire de continuer à apprendre sur mon métier. C'est mon énergie. » Michel Lapalme, pharmacien rappelle-t-il. Durant cinq ans, M. Lapalme a fait ses études à l'Université de Montréal tout en travaillant à la pharmacie. En 1967, il obtient son diplôme, puis commence à travailler comme pharmacien. En 1978, il devient propriétaire de la pharmacie. En 2005, il vend l'établissement « Être propriétaire, c'était plus de charges de travail et j'étais quand même rendu à 63 ans », raconte-t-il. Jusqu'à aujourd'hui, les propriétaires actuels lui ont permis de rester comme employé puisqu'il n'était pas prêt à prendre sa retraite. Durant sa carrière, M. Lapalme s'est beaucoup dévoué pour la communauté en s'engageant dans de nombreuses campagnes de financement De plus, il souligne avoir fait crédit pour aider les clients moins bien nantis. Il se dit choyé d'avoir travaillé dans une belle ambiance à laquelle les patients et ses équipes de travail ont participé. KATRINE DESAUTELS
Votre Je gouvernement Le papier d'aluminium, je donne ça à mon bac. Avec du papier de bureau pour dessert. Il adore ! Le placement publicitaire de la présente campagne s'inscrit dans le cadre de la Loi sur la qualité tif, 4'RECYC-QUÉBEC Québec Pl t de la réglementation relative. Les journaux assujettis sont tenus de contribuer en espaces publicitaires à leur juste part.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :