Métro Montréal n°2020-10-16 vendredi
Métro Montréal n°2020-10-16 vendredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2020-10-16 de vendredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 14,6 Mo

  • Dans ce numéro : essayiste sans fard.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
Si Daphné B devait amener un seul objet sur une île déserte, ce serait un crayon khôl. « Pour écrire sur mon visage et sur du papier », dit-elle. Dans son fascinant essai Maquillée, l'autrice jette un éclairage nuancé sur les nombreuses ramifications socioéconomiques du maquillage. Le tout avec lucidité, vulnérabilité et poésie. la poète et essayiste Daphné B manie le stylo et l'eye-liner avec la même habileté. Elle considère d'ailleurs le maquillage comme une forme d'écriture de soi. Et elle ne pourrait se passer ni de l'un ni de l'autre. « En me maquillant, je me redis. Je m'estompe à l'éponge, je me balaie au pinceau. Je suis l'autrice et le texte et je m'écris », écrit-elle dans son essai. La jeune écrivaine se maquille tous les matins, même en temps de pandémie. Même lorsqu'elle ne met pas le nez dehors de la journée. Le rituel du maquillage lui apporte les mêmes bienfaits qu'une séance de méditation, assure-telle. Lors de sa maîtrise en traduction à Concordia, elle a passé des heures en ligne à lire les commentaires de consommateurs de produits de beauté. « J'ai toujours des stratégies de procrastination », explique-telle en riant En procrastinant ainsi sur le web, elle a découvert un univers parallèle fascinant, la sous-culture des influenceurs qu'on surnomme les makeup gurus (les gourous du maquillage), dont font partie Shane Dawson et Jeffree Star, qu'elle présente dans Maquillée. Ayant l'esprit critique aussi bien aiguisé que ses crayons pour les yeux, Daphné B a aussi cherché à lire des articles fouillés afin de mieux comprendre les zones d'ombres du maquillage. En vain. « On ne l'aborde pas avec sérieux à cause des stigmates qui pèsent sur le maquillage, et aussi parce que c'est un bien de consommation. C'est toujours ainsi qu'on l'aborde ; en essayant d'en vendre », affirme-telle. Devant ce constat, elle a pris les choses en main. Elle a d'abord lancé l'infolettre Choses sérieuses, dans laquelle elle aborde diverses facettes du maquillage, sans jamais en faire la promotion. Puis, elle a écrit ce printemps Maquillée, essai dans lequel elle aborde autant sa relation personnelle avec ses pinceaux que les nombreux enjeux socioéconomiques que soulève l'industrie des cosmétiques. 1111%. 1%. A Les courts chapitres écrits au « je » s'enchaînent avec une aisance désarmante. « C'est un peu comme regarder des vidéos sur YouTube  : dès que tu en finis une, une autre commence ! » remarque-telle, amusée. Elle-même, dans ses nuits d'insomnie, enfile les uns après les autres les tutoriels de maquillage en ligne comme si elle « calai[t] des shooters d'alcool rose. » Grimes et le « schmoney » Maquillée s'ouvre sur le mot « schmoneyi. En anglais, on emploie ce terme pour parler d'argent acquis de façon malhonnête par besoin de survie. C'est aussi le nom d'une couleur de fard à paupières que Daphné B décrit comme un « vert putride de marécage » dans son ouvrage. cIl y a une poésie derrière les noms de couleurs », dit-elle en mentionnant que son premier recueil de poésie, Blietiful (Éditions De L'Écrou), portait le nom d'une nuance de vernis à ongles. « Pour moi, c'était une image forte, dit-elle à propos de "schmoney". C'est une métaphore qui est à l'image du paradoxe du maquillage. » Le maquillage, bien qu'il soit étiqueté comme étant superficiel, peut être un puissant outil d'émancipation pour celles et ceux qui en portent. C'est le cas des détenues, qui peuvent retrouver une forme de dignité et d'humanité en se fardant Idem pour les femmes issues de milieux défavorisés, celles qui survivent justement grâce au « schmoney ». « Se mettre du rouge à lèvres peut s'avérer un acte de résistance phénoménal », écrit Daphné B. MARIE-LISE ROUSSEAU mErousseau@journahetro.com « CE QU'ON FAIT AVEC NOS CORPS EST ÉMINEM- MENT POLITIQUE. L'HÉTÉRONORMATIVITÉ, LE RACISME, LE PATRIARCAT... TOUT ÇA EST EN JEU QUAND JE ME MAQUILLE. » DAPHNÉ B Mais le maquillage encourage aussi la surconsommation, le patriarcat et les inégalités sociales et raciales en plus de contribuer à la dégradation de l'environnement, souligne-telle dans son essai. Ou comme elle l'écrit avec poésie  : « La nature de mes fards est plurielle, paradoxale et fuyante. Ils oppriment et délivrent, ils accablent et ils ruinent, tout à la fois. Ils émancipent, aussi. » Bref, le maquillage incarne un immense paradoxe. Tout comme la pop star Grimes, à qui elle fait référence tout au long de son livre. Rappelons que la jeune musicienne antiimpérialiste dont la carrière est née à Montréal a récemment eu un enfant avec Elon Musk, « un dude qui veut coloniser Mars ! » rappelle avec étonnement Daphné B. « Cette badass, je l'aime et je la déteste », écrit l'autrice à son sujet dans Maquillée. « Je vois à travers cette personne et son aveuglement mon propre aveuglement et ma position de privilégiée », détaille-telle en entrevue. Une palette de contradictions Privilégiée, car sans être millionnaire comme Grimes, Daphné B a les moyens de s'acheter beaucoup de maquillage. Dans son livre, l'autrice assume avec une lucidité stupéfiante sa relation complexe et inconciliable avec les produits de beauté. « Je peux me maquiller autant pour me sentir belle, en pouvoir de moi-même, et pour explorer mon identité que pour répondre à des critères hétéronormatifs et des dictats », mentionne-telle. Est-ce que l'écriture d'un essai à la fois personnel et hyper documenté sur le sujet l'a réconciliée avec ses paradoxes ? « Habituellement, j'écris des livres avec le goût d'arriver à une conclusion qui viendrait tout résoudre. Cette fois-ci, j'ai voulu assumer que je suis un paquet de contradictions. Ce serait une erreur de vouloir les résoudre. C'est peut être plus important de les exposer », dit-elle. Ainsi, elle soutient que le maquillage n'est ni bien ni mal, mais qu'il en dit long sur le monde dans lequel on vit. Tout comme les influenceurs qui vendent des cosmétiques sur les réseaux sociaux en disent long sur eux-mêmes, dans l'intention de nous vendre leurs produits. Bien qu'elle pose un regard très critique sur cette mise en scène de leur vulnérabilité, Daphné B ne leur en tient pas rigueur. Après tout, elle aussi se montre vulnérable dans son ouvrage, malgré des intentions bien différentes. « Même si elle est commercialisable, je pense que la vulnérabilité des influenceurs est réelle, estime-telle. Et quand je suis vulnérable dans un livre, je décide moi aussi ce que je montre et ce que je ne montre pas. » C'est pourquoi elle n'hésite pas à partager au fil des pages des pans de sa vie personnelle, de la relation compliquée qu'elle entretient avec sa mère à son inscription sur un site de sugar daddies. « Je pense que la vulnérabilité est essentielle pour entrer en contact avec l'autre. Il y en a dans mon livre, parce qu'il faut connecter. » On connecte complètement à la lecture de Maquillée et, surtout, on s'émerveille de voir le monde dans le prisme de sa palette scintillante aux multiples nuances. UN PEU D'INFO Maquillée Aux éditions Marchand de feuilles maquillée o
Caméra Café de retour à la télé Humour. TVA a dévoilé hier la distribution des rôles principaux de la toute nouvelle saison de Caméra Café. Après près de 10 ans d'interruption, la série populaire reviendra cet hiver avec Anne-Élisabeth Bossé et Didier Lucien notamment./1 ! AMÉLIE REVERT arevert@journalmetro com Caméra Café raconte l'histoire d'une vie de bureau sous la forme de sketches. Les épisodes seront ainsi alimentés par les changements de la société et du marché du travail. « Les sketches vont faire réaliser à quel point la société a changé en une décennie à peine, avec l'explosion des médias sociaux, la conscience environnementale, le mouvement #MeToo, la justice sociale, sans oublier une pandémie mondiale. Les gens ont besoin de rire et Caméra Café est l'antidote parfait à ce qu'on vit en ce moment », promet Denis Dubois, vice-pré- Anne- lisabeth Bossé fait partie du casting de Caméra Café./A. Jon-Es/cern IMAGES sident, contenus originaux, de Québecor Contenu. Des visages connus et des nouveaux venus Mettant en vedette Anne-Élisabeth Bossé, Didier Lucien, Marie-Ève Trudel ou José Gaudet, « le public va retrouver des artistes qu'il apprécie beaucoup et des visages moins connus qui vont vite se démarquer », explique Nathalie Fabien, directrice principale, chaînes et programmation, au Groupe TVA. Les comédiens Sylvie Léonard, Marie-Soleil Dion, Louis-Olivier Mauffette, Pour tous vos besoins en annonces classées 41 tà « Nous sommes convaincus que l'émission rejoindra toujours autant les téléspectateurs et gagnera de nouveaux adeptes. » Nathalie Fabien, directrice principale, chaînes et programmation, Groupe TVA Étienne Lou, Jocelyn Blanchard et Simon Pigeon seront également de la partie. Le début du tournage est prévu pour la fin octobre. René-Richard Cyr et Mathieu Handfield, quant à eux, en assureront la réalisation. Isabelle Moineau Conse'llère spécialisée Perte ; annonces 514 286-1066 poste  : 348 imoineau@journalmetro.com) >4025672.1 MBAN. Un nouveau directeur général au musée Le Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM) a annoncé hier la nomination de Stéphane Aquin au poste de directeur général. Il succède à Nathalie Bone, écartée en juillet dernier. « J'ai très hâte de collaborer à nouveau avec les fantastiques équipes du Musée qui n'ont cessé de contribuer à sa réputation d'excellence depuis de nombreuses années. », a réagi M. Aquin dans un communiqué. De 1990 à 1992, il a collaboré à l'ouverture du Pavillon Jean-Noël-Desmarais au MBAM. Puis en 1998, il y a travaillé en tant que conservateur de l'art contemporain, jusqu'en février 2015. « Son impressionnante feuille de route combinée à sa connaissance du MBAM ont fait de lui un candidat incontournable au moment de pourvoir le poste de directeur général », s'est réjoui Pierre Bougie, président du conseil d'administration. Stéphane Aquin prendra ses nouvelles fonctions en no- Amr. - 1-.11 1 Guide Vacances.ca (711111. j1 Stéphane Aquin/COLLABORATION SPÉCIALE, MBAM « Nous sommes heureux que Stéphane ait choisi de revenir à Montréal pour prendre la direction du Musée et ainsi le propulser vers une autre étape de son histoire. » Pierre Bourgie, président du conseil d'administration du MBAM vembre.ll est actuellement le conservateur en chef au Hirshhom Museum and Sculpture Garden de Washington, considéré comme le musée national d'art moderne et contemporain des États-Unis. AMÉLIE « VERT PR, - FOND-, DE VOT OMM ! AU QUÉBEC GuideVacances.ca VISITER DÉCOUVRIR. ROUGER SAVOURER WEEK-END 9 7'ART Les cinémas rouvrent en Inde De vieux films souvent, le masque obligatoire etplus grand chose à déguster dans son fauteuil  : malgré tout, les cinémas qui ont muverthienlnde espèrent attirer la clientèle après quasiment sept mois de fermeture. La pandémie a frappé les salles obscures dans le monde entier. Mais en Inde, où le cinéma s'apparente à une religion, c'est tout une culture qu'elle a bouleversée. Bollywood, endeuillé par la perte de stars emportées par le coronavirus, le cancer ou le suicide et frappé d'accusations de consommation de drogue, a besoin de bonnes nouvelles. Mais l'industrie du cinéma la plus prolifique du monde devra peut-être encore patienter, car le public n'est pas au rendez-vous, selon des responsables du secteur. AIT RELAXrrEws



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :