Métro Montréal n°2020-10-16 vendredi
Métro Montréal n°2020-10-16 vendredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2020-10-16 de vendredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 14,6 Mo

  • Dans ce numéro : essayiste sans fard.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
métr journatmetro.com Week-end 16-18 octobre 2020 4 PERSPECTIVE Le 16 octobre 1970, Ottawa adoptait la Loi sur les mesures de guerre Crise d'octobre. Après plusieurs jours de tensions marqués par deux enlèvements successifs, Ottawa déclenche la Loi sur les mesures de guerre le 16 octobre 1970 afin de faire face à la menace posée par le Front de libération du Québec (FLQ). Retour sur cet épisode marquant de l'histoire de la province et de la métropole. eZACHARIE GOUDREAULT zgoudreauh@journahetro.com Le FLQ, un mouvement révolutionnaire qui prône la création d'un Québec indépendant et socialiste, enlève le 5 octobre 1970 le délégué commercial James Richard Cross, qui sera séquestré à Montréal-Nord. Le groupe radical tente alors de négocier sa libération avec le gouvernement provincial, en réclamant notamment la libération de plusieurs PODCAST 11, En haut à gauche  : le ministre Pierre Laporte a été enlevé le soir du io octobre. À droite  : près de 8 000 soldats de l'armée canadienne et des policiers sont déployés dans les rues de Montréal dès le 16 octobre. En bas à gauche  : Pierre Elliott Trudeau invoque la Loi sur les mesures de uerre le 16 octobre./CAPTURES D'ÉCRAN/ONF prisonniers dits « politiques » de même qu'un demi-million dollars. Des conditions rejetées par Québec, qui se montre ouvert à négocier. Le mouvement radical procède ensuite à l'enlèvement du ministre du Travail et de l'Immigration, Pierre Laporte, le soir du 10 octobre. Six jours plus tard, alors que l'ancien journaliste est toujours dans les griffes du FLQ, le cabinet du premier ministre Pierre Elliott Trudeau, à Ottawa, invoque la Loi sur les mesures de guerre, avec l'appui de Montréal et de Québec. « Il y a une responsabilité qui est partagée. Et par conséquent, ça fait en sorte que cet événement continue d'être présent dans la mémoire collective [...] », évoque en entrevue avec Métro le politologue de l'Université de l'Alberta Frédéric Boily, spécialisé dans le nationalisme québécois. Le Mouvement des Jeunes Souverainistes a d'ailleurs tenu hier soir une manifestation, dans le parc du Mont- Royal, en souvenir de ce jour. Libertés civiles suspendues Le 16 octobre 1970, il s'agit alors de la première et seule fois dans l'histoire du Canada que la Loi sur les mesures de « Quand on parlait d'insurrection appréhendée, on voit bien maintenant qu'avec le FLQ, on était dans l'exagération. » Frédéric Boily, politologue guerre est invoquée en temps de paix Auparavant, Ottawa en avait usé pendant la Première et la Seconde guerre mondiale. Cette décision suspend les libertés civiles, permettant ainsi aux forces de l'ordre de procéder à des arrestations sans mandats. Dans les heures qui suivent, près de 8 000 soldats de l'armée canadienne sont déployés dans les rues de Montréal. Une mesure qui visait tant à « tuer toute érosion du système démocratique par des groupes radicaux et moins radicaux » qu'à nuire à « la montée de l'idée d'indépendance du Québec », estime le professeur à la retraite à l'Université de Montréal spécialisé dans l'histoire du travail et du syndicalisme au Québec, Jacques Rouillard. En tout, la police procédera à plus de 3 000 recherches et mettra en détention près de 500 personnes en l'espace de quelques jours. Selon M. Rouillard, Ottawa a fait appel à une force de frappe démesurée pour faire face à la menace que représentait alors le FLQ, Au lendemain du déclenchement de cette loi, qui rend le FLQ illégal, Pierre Laporte est retrouvé mort dans le coffre d'une voiture. Le groupe radical voit alors ses appuis s'effondrer dans la population, qui amorce un deuil collectif. Les Québécois revoient alors leur façon de « concevoir » le nationalisme, relate M. Boily. « Il faut rester aux aguets » En 1988, le gouvernement fédéral remplace la Loi sur les mesures de guerre par une pièce législative aux pouvoirs plus limités, la Loi sur les mesures d'urgence. Celle-ci prévoit que les ordonnances du cabinet du premier ministre doivent recevoir l'aval du Parlement Ottawa doit aussi prendre des décisions respectant la Charte canadienne des droits et libertés. « Mais la loi existe toujours, et elle est tout aussi permissive en ce qui concerne la possibilité d'agir d'urgence et de ne pas respecter le partage des compétences », prévient le professeur titulaire de la Faculté de droit de l'Université Laval, Patrick Taillon. Il faut donc eester assez vigilants », estime l'expert « Si on donne plus de pouvoirs à la police, il faut avoir un certain encadrement », croit M. Taillon. Un nouveau balado à écouter et regarder DÈS MAINTENANT francoischarron.com/Iavieestbelle
n Facebook Q Twltter Llnkedln 0 Instagram stm.lnfo CONSULTATION PUBLIQUE SUR LE PROJET CANO Une première soirée d'information Le 2 novembre AVANT DE VENIR NOUS INSTALLER DANS LE SECTEUR DE LA STATION SNOWDON, NOUS SOUHAITONS CRÉER UN DIALOGUE AVEC LA COMMU- NAUTÉ LOCALE AU SUJET DE LA COHABITATION DU FUTUR CENTRE D'ATTACHEMENT NORD-OUEST (CANO) AVEC SES RIVERAINS, DURANT SA CONSTRUCTION ET SON EXPLOITATION. Pour ce faire, nous vous proposons une démarche de consultation publique qui se déroulera exceptionnellement en ligne seulement, et ce en raison du contexte sanitaire. IL EST ENCORE TEMPS DE VOUS INSCRIRE ! La soirée d'information virtuelle se déroulera en webdiffusion le lundi 2 novembre à compter de 19h. Une présentation formelle du projet vous sera offerte. Ce sera donc l'occasion d'en apprendre plus sur le projet et son échéancier. Une seconde soirée d'information suivra le mardi 10 novembre à 19 h où on répondra alors aux questions des citoyens. En dernier lieu, une séance d'expression des opinions se tiendra sur rendez-vous le 24 novembre. Cette tribune permettra d'émettre une opinion ou de formuler des souhaits et suggestions à l'égard du projet. POUR PLUS D'INFORMATION COMMENT PARTICIPER Rendez-vous à www.stm.info/cano MAINTENANT DANS 45 STATIONS Achetez vos titres de transport avec une carte de crédit ou de débit NOTRE PROJET D'IMPLANTATION DU PAIEMENT SANS CONTACT PAR CARTE DE CRÉDIT OU DE DÉBITA FRANCHI UNE PREMIÈRE ÉTAPE. Il est maintenant possible de payer ses titres avec une carte de débit ou de crédit dans 29 stations supplémentaires. Cette option sera offerte dans toutes les stations au cours de l'hiver 2021. LES ESPACES CLIENTS AUSSI Cette option est également offerte dans les 16 Espaces clients. Rap- PAIEMENT SANS CONTACT PAR CARTE DE CRÉDIT OU DE DÉBIT STATIONS OÙ LE SERVICE EST OFFERT Assomption, Atwater, Cadillac, Cartier, Charlevoix, Crémazie, De la Concorde, De l'Église, Frontenac, Jarry, Joliette, Langelier, Lasalle, Longueuil — Université-de-Sherbrooke, Monk, Montmorency, Mont-Royal, Papineau, Parc, Peel, Place-d'Armes, Place-des-Arts, Préfontaine, Radisson, Sauvé, Saint-Laurent, Vendôme, Verdun, Viau Et les Espaces clients Côte-Vertu, Snowdon, Lionel-Groulx, Bonaventure, Berri-UQAM, Jean- Talon, Henri-Bourassa, Angrignon, Guy-Concordia, McGill, Pie-IX, Honoré- Beaugrand, Côte-des-Neiges, Université-de-Montréal, Saint-Michel ID Terminus Fairview — Pointe-Claire Avec nos équipes dévouées... embarquez en toute sécurité. pelons qu'ils sont aussi la destination tout indiquée pour obtenir une gamme de services après-vente. Avec eux, on compte donc 45 stations où ils possible d'acheter un titre de transport avec une carte de crédit ou de débit. DANS LES BUS MERCI DE SORTIR PAR LA PORTE ARRIÈRE Avec la nouvelle réalité, nous avons repensé l'intérieur des bus où nous vous demandons maintenant de sortir par la porte arrière. Une seule exception marque cette nouvelle façon de faire  : les clients ayant une limitation fonctionnelle. Ce sont les seuls pour qui la sortie par la porte avant peut être permise par le chauffeur. COVID-19 ATTEINT OU SYMPTOMATIQUE C'est important ! Si vous êtes atteint de COVID-19 ou si vous en ressentez des symptômes, évitez de vous déplacer en transport collectif pendant cette période. PROPRETÉ ET SÉCURITÉ DISPOSITION DE MASQUES JETABLES Si vous portez un masque jetable et que vous souhaitez en disposer après votre déplacement, rappelez-vous que chaque station de métro contient un ilot sanitaire. Vous pouvez déposer votre masque jetable dans le bac à déchets. Si vous devez en disposer à l'extérieur, merci de faire preuve de civisme en le déposant dans une poubelle. O Prenons soin de nous stm.info/coronavlrus



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :