Métro Montréal n°2020-10-14 mercredi
Métro Montréal n°2020-10-14 mercredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2020-10-14 de mercredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 17,6 Mo

  • Dans ce numéro : pandémie environnementale.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
Phu70/2 millions dqg personnes conult n chaque mois Pour rester branché à l'actualit ou pour vous diyçrtir, journalmetro.com est accessible Partoutiii « ààdidiBit » JaaààÀâàâààààÀ 1 II I II III II II II II I II I os Toujours disponible en version imprimée,retrouvez-le tous les mercredis et vendredis dans plus de 1000 points de dépôt, 41 métr "J, métr Cinéma. Millie Bobby Brown joue la soeur de Sherlock Holmes dans Enola Holmes, sorti récemment sur Netflix. Deux fois récompensé aux Emmy, le réalisateur Harry Bradbeer, a donné à Métro plus de détails sur le tournage de ce film familial. CECILIA GUTIERREZ A. Metro World News journalmetro.com Mercredi 14 octobre 2020 Sherlock Hohnes est une figure littéraire mystérieuse. C'est pour cela que de nombreuses adaptations de l'oeuvre de Sir Arthur Conan Doyle ont été créées. Depuis le 23 septembre, un nouveau film, tout aussi mystérieux, baptisé Enola Holmes, basé sur la série de livres du même nom de Nancy Springer, est disponible sur Netflix. Il met en scène Millie Bobby Brown (Stranger Things) dans le rôle de la très intelligente Enola, Helena Bonham Carter dans celui de la mère peu orthodoxe, Henry Cavill dans le costume du célèbre détective et Sam Clafin dans le rôle de Mycroft, le frère aîné. La jeune Enola vit avec sa mère qui l'a élevée d'une manière particulière, autour de livres et de nombreuses activités physiques. Sa vie change lorsque sa mère disparaît et se retrouve face à ses frères qu'elle connaît à peine. Harry Bradbeer, dont le nom est associé à l'acclamée série britannique Fleabag, a réalisé le film. « Je n'avais jamais été intéressé à faire un film familial, mais celui-là avait l'air subversif, téméraire et particulier. J'ai aimé l'excentricité d'Enola. Je pense que c'est ce que l'on retrouve dans mon travail, outre le côté féministe. C'était l'occasion de retrouver un petit côté Flea- 11116. Millie Bobby Brown dans le rôle d'Elena Holmes/COLLABORATION SPÉCIALE « le n'avais jamais été intéressé à faire un film familial, mais celui-là avait l'air subversif, téméraire et particulier. » Harry Bradbeer, réalisateur baga, explique-t-il à Métro. « Ce qui est nouveau c'est que l'action se déroule en 1884 et non au) (Xe siècle. Les choses étaient vraiment die férentes, et à cette époque, vous pouviez avoir de sérieux problèmes si vous ne portiez pas de corset. Et Enola tient aussi tête à ses frères aînés », poursuit Harry Bradbeer. Briser le quatrième mur Pour attirer les plus jeunes spectateurs, le réalisateur a choisi de « briser le quatrième mur » pour plus d'immersion. « J'aime l'idée de regarder et de s'adresser à la caméra dans certains moments du Enola emmène les spectateurs avec elle dans l'aven- CULTURE Une force de la nature extraordinaire ture. C'est comme si elle leur disait  : "J'y vais, vous venez ? " » Au sujet de Millie Bobby Brown qui, à 16 ans, est également productrice du film avec sa soeur, Harry Bradbeer ne tarit pas d'éloges. « Millie est une force de la nature extraordinaire. J'ai adoré travailler avec elle. Elle est immédiatement venue avec des idées sur ce qu'elle ressentait à propos de la nouvelle. Elle est énergique est confiante et elle n'a pas peur de prendre des risques et d'improviser. Elle a été très courageuse, au-delà des scènes d'actions, elle devait aussi montrer ses sentiments. » Tout au long du film, on 14 peut voir Millie Bobby Brown et Helena Bonham Carter, ainsi que d'autres femmes, dans des scènes demandant beaucoup de force physique. « On a aimé le fait qu'elle [la mère d'Enola Holmes] soit forte. Elle est comme une maman lion, mais n'a aucune compassion pour sa fille. Helena a beaucoup aimé les répétitions, elle était très fière. Elle a même envoyé quelques vidéos à son ex, Tim Burton, pour qu'il voit ce qu'elle faisait », raconte Harry Bradbeer. « Je pense que Millie Bobby Brown se débrouillera incroyablement bien dans les prochaines années. Elle sait ce qu'elle veut faire et est très terre-à-terre. Elle est très intelligente et a des bonnes personnes autour d'elle. » Enola Holmes a également reçu des critiques positives. « Nous parlons de faire des suites, mais je ne peux pas en dire plus », dit-il.
s Ain métra journaimetro.com Mercredi 14 octobre 2020 15 Suivre un régime amaigrissant consiste à exercer un contrôle d'ordre cognitif sur son comportement alimentaire en vue de maigrir./MÉTRO Les dons d'oraanes en baisse La crise de la COVID-19 n'a pas fini de faire des dommages collatéraux ; le Québec a enregistré son plus bas taux de références et de donneurs des cinq dernières années. Dans le cadre de la Journée mondiale du don d'organes et de la greffe, Chaîne de vie invite la population à soutenir son programme en milieu scolaire, qui a le but d'éduquer les jeunes au don d'organes, par le biais du Défi Chaîne de vie qui se déroulera le 17 octobre. mémo Les régimes amaigrissants, déclencheurs de troubles alimentaires ? Atimentang Il existerait une corrélation entre les régimes amaigrissants et les troubles alimentaires selon certains professionnels de la nutrition. Dans les pays occidentaux, les modèles corporels sont fortement appuyés par d'importantes industries comme celle de la minceur. FANNY NONVIGNON info@journaimetro.com Les troubles alimentaires sont des problèmes sérieux et complexes, ils s'inscrivent dans le DSM-V (Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, de l'Association américaine de psychiatrie (AAP). En 2002, l'enquête Mental Health and Well-being menée par Statistique Canada montrait que 0,5% des Canadiens âgés de 15 ans et plus présentaient un trouble alimentaire. L'enquête révélait aussi que les femmes étaient plus susceptibles de souffrir d'un trouble alimentaire. Parmi les jeunes femmes âgées de 15 à 24 ans, 1,5% signalait avoir un trouble alimentaire. Les troubles les plus connus Les troubles du comportement alimentaire sont nombreux, les plus connus sont l'anorexie, la boulimie, l'orthorexie et l'hyperphagie boulimique. Ils ont une place prépondérante dans la vie des personnes qui en souffrent. « Ce sont des conditions qui affectent beaucoup la santé mentale, explique Isabelle Huot, docteure en nutrition. Comme la rela- « On ne peut pas nier que la présence des réseaux sociaux a un impact. Cela crée des problématiques au niveau de l'image corporelle. » Jérôme Tremblay, sexologue et coordonnateur clinique chez ANEB lion avec la nourriture est perturbée, la personne qui souffre d'hyperphagie va culpabiliser dès qu'elle mange un aliment qui, pour elle, n'entre pas dans le cadre d'un aliment santé. » Partie prenante des troubles alimentaires À l'heure où les réseaux sociaux sont monnaie courante dans la vie de tout le monde et particulièrement des jeunes, l'image du corps parfait et des régimes amaigrissants est partout. D'Instagram à Facebook, les réseaux sociaux glorifient la perfection du corps en donnant beaucoup de visibilité aux corps très minces et aux différents régimes amaigrissants. Très tôt, on constate que les adolescentes ont une réelle préoccupation à l'égard de leur apparence et penseraient déjà à entreprendre un régime. Bien qu'il n'existe pas de statistiques sur la proportion de personnes ayant commencé un régime et étant tombées malades par la suite, plusieurs études se sont penchées sur la question. Pour les spécialistes de la nutrition, il est évident qu'il y a une concordance entre les régimes restrictifs et les troubles alimentaires. Pour Isabelle Huot, les déclencheurs sont nombreux et le fait de suivre un régime restrictif ; d'avoir des règles alimentaires en fait partie. « Toute restriction, qu'elle soit calorique ou cognitive (je ne peux manger certains aliments), peut conduire à une relation perturbée avec les aliments. Quelle que soit sa nature, elle peut amener une obsession », affirme la nutritionniste. Plusieurs facteurs mis en cause De nombreux autres facteurs peuvent être à l'origine d'un trouble alimentaire. Les personnes qui en souffrent présentent, en général, des facteurs prédisposants. Selon Jérôme Tremblay, sexologue et coordonnateur clinique chez ANEB, il faut séparer ces facteurs en quatre catégories. « Il y a les facteurs individuels, familiaux, environnementaux et les facteurs socioculturels. » En plus des facteurs, on note aussi que pour chaque trouble il y a des personnes à risque. Selon des statistiques obtenues auprès d'ANEB, on constate qu'au Canada, de 5 à 10% des cas d'anorexie nerveuse et de 10 à 15% des cas de boulimie sont observés chez les hommes. Aussi, 1 à 3% des jeunes femmes souffriront de boulimie au cours de leur vie. Quant à l'hyperphagie, elle toucherait jusqu'à 3,5% des femmes et 2% des hommes. Les troubles alimentaires sont un problème récurrent dans notre société. Selon Isabelle Huot, les nutritionnistes préconisent l'alimentation intuitive pour aider ces personnes à « manger en pleine conscience », et ce, sans compter les calories, en consommant de petites quantités et en prenant le temps de savourer. ""ien-êtrr Changement de saison, confinement et santé mentale Les prochains mois deviendront plus sombres en raison du changement de saison. Pendant ce temps, de nouvelles mesures sanitaires forcent la population à limiter ses activités sociales. Difficile de dire si elles seront un fardeau supplémentaire pour la santé mentale. Alors que la pandémie continuait de distraire le regard du public, l'automne a discrètement fait son arrivée le 22 septembre à 9h31. Jusqu'à l'arrivée de l'hiver, le temps d'ensoleillement diminuera progressivement. À Montréal, il passera d'environ 13h11 minutes à 9h50 minutes d'ici la fin décembre, selon les calculs du Centre national de recherches Canada. « Je ne vois pas de rapport direct entre le fait que les journées raccourcissent et si ça va miner la santé émotionnelle des gens », croit Dr Pierre Bleau, directeur national des services en santé mentale et psychiatrie légale au ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS). L'automne et l'hiver imposent par ailleurs des habitudes de vie comparables au confinement. « Il y a une restriction des activités et une diminution de certains modes d'activités qui sont en lien avec ça », indique Dr Bleau. La psychologue Colette St- Laurent, qui cumule 25 ans de pratique, offre un son de cloche semblable. « Ce que j'ai observé chez la clientèle qui est sensible [au changement de saison], c'est que quand les journées commencent à raccourcir et à faire plus froid, les gens commencent à se confiner euxmêmes, en allant moins dehors, moins aller à la lumière du jour quand il y en a », explique-telle. Métro, boulot, dodo La durée d'ensoleillement d'une journée et le stress causé par la pandémie ont un impact sur le sommeil, indique Dr Thanh Dang Vu, directeur au Laboratoire de recherche en sommeil, cognition et neuroimagerie. « La lumière est un impor- Au printemps, le MSSS a mis sur pied un programme pour soutenir la population plus fragile au confinement. Près de go M$ ont été investis pour ajouter 30o emplois a temps plein. tant synchronisateur de notre rythme biologique, de notre rythme jour-nuit Elle nous permet d'activer notre système de vigilance », souligne Dr Dang Vu. Un déséquilibre de cette routine peut amener son lot de fatigue supplémentaire. Affluence Les effets des changements de saison ne se feraient pas sentir dans l'achalandage aux urgences ou encore dans le nombre d'hospitalisations, ajoute Dr Bleau. Or, certains psychologues sont pourtant fortement occupés. En lâchant un coup de fil à la Clinique d'anxiété de Montréal, le répondeur nous accueille  : « Puisque la liste d'attente est trop élevée, elle est ouverte seulement pour les clients âgés de 17 à 25 ans disponibles de jour, soit avant 15h », entend-on. Colette St-Laurent a vu une recrudescence des appels pour une consultation depuis le début de l'automne. « Ça peut aller jusqu'à deux ou trois demandes par jour », dit-elle. Cela serait supérieur aux années précédentes. LAunErirravou



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :