Métro Montréal n°2020-10-14 mercredi
Métro Montréal n°2020-10-14 mercredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2020-10-14 de mercredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 17,6 Mo

  • Dans ce numéro : pandémie environnementale.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
.>z 28 JOURS D'APPUI À NOS RESTAURATEURS Ensemble passons à t'action IL-wal&L Passons prendre notre commande. - « t‘a Vignmid Rendez-vous sur journalmetro.com métres ioutnalmet(o_rem LA DISTILLERIE CHEZ TOI Le PoKé STATION La graine brûlée 1SLISHISAMA CAFÉ VASCO Et ! GAMA 1 I La Maison Eke ; R.off Restaurant Pho Bac No 1eikv, Seou D. pALco ir teeil SPOON Rouleau Plus Rouleaux M niaaSi M SIMPLE MALT firle4 - SUSHI AMI pizruirwE noir chop E Ri e se » ea a/SE 1:Ky. 91:9 Découvrez encore plus de restaurants en ligne ! BENELUX ANDY's SUSHI BONSR"'SACRE s ! O ! Fion Are g—
métr journalmetro.com Mercredi 14 octobre 2020 13 CULTIRRE Someone New est le premier album studio d'Helena Deland. i TESS ROBY Début du procès pour viol de Gilbert Rozon Le procès de Gilbert Rozon s'est ouvert mardi matin au palais de justice de Montréal. Il est accusé de viol et d'attentat à la pudeur et a plaidé non coupable. ber » Helena Deland introspective avec Someone New Musique. Helena Deland sort vendredi un premier album studio, le très intimiste Someone New. Notre journaliste a rencontré l'artiste montréalaise, et ensemble elles ont parlé paranoïa, relations humaines, horoscopes et musique, évidemment. AMÉLIE REVERT arevert@journa[metro.com Le rendez-vous est donné au parc Jeanne-Mance, un aprèsmidi frais et lumineux. La rencontre avec Helena Deland s'engage au son des oiseaux de passage. « J'adore toutes les saisons à Montréal », s'enthousiasme-t-elle. La ville, grâce à ses hivers difficiles, serait propice à l'introspection, paraît-il... Huit années passées ici et autant de longs temps de réflexion auront bénéficié, pour le meilleur, au processus de création de Fautricecompositrice-interprète originaire de la ville de Québec. Le résultat, Someone New, éblouit par sa lucidité et sa finesse. « À quel point est-ce qu'on doit compromettre ce qu'on veut dire pour pouvoir en vivre ? Est-ce que ça vaut la peine ? » se demandait Helena Deland à l'époque où elle commençait l'écriture de l'album. « Je suis sûre qu'il y a des gens qui ont juste besoin de se lancer, et ça se passe. Mais pour moi ça a été un peu plus compliqué. » Se poser beaucoup de questions peu parfois s'avérer laborieux... Cela aura permis à Helena Deland d'interroger de manière critique son rapport à la recherche constante de validation et l'inconfort entre la manière dont on fait l'expérience de soi-même et la perception qu'ont les autres. Ces thèmes qui s'imposent à l'écoute de son album évoquent « quelque chose de paranoïaque », dit-elle. « J'attendais le moment où un événement allait arriver et qui ferait en sorte que je puisse être moi-même. Ma vie pourrait ensuite commencer. Mais pendant ce temps-là, il y a toutes nos journées qui passent », confie Helena Deland qui parle sans retenue de ses insécurités. Mais tout cela ne seraitil pas qu'un fantasme, finalement ? « Je voulais savoir pourquoi je n'étais pas plus confortable avec moi-même ». La réponse, la musicienne l'a trouvée dans la façon dont elle s'était définie par rapport au regard masculin, à la séduction, au désir. « Je me disais qu'il y avait peutêtre trop de compromis à ce niveau-là et je me sentais véritablement effacée dans les rapports amoureux », confesse Helena Deland. Maintenant — sûrement parce que le disque lui a aussi servi à devenir quelqu'un de nouveau — cette angoisse s'est estompée. Helena Deland pense néanmoins que nous sommes « dans une crise de la féminité et de la masculinité ». « On nous a appris que pour nous socialiser, on devait rechercher une famille nucléaire. La grande histoire d'amour qui nous a toujours été présentée dans les films pour enfants et pour adultes cause beaucoup de pression et de déceptions », souffie-t-elle. Réseaux sociaux et horoscopes Pour l'artiste, le lieu qui catalyse le plus la paranoïa est la sphère des réseaux sociaux. « On en parle beaucoup mais tous ceux qui sont sur les médias sociaux se créent une persona et pour moi c'est dur d'appréhender ce drôle de monde régi sur la performance et les chiffres. Vouloir à tout prix se faire aimer, c'est devenu trop normal. » « Je suis plutôt self-conscious, mais j'avais un espèce de pattern d'attachement un peu problématique », poursuit Helena Deland. « On peut être paranoïaque de sa performance sociale sur les réseaux sociaux et même au-delà. » Ne pas dépendre de l'autre et de son regard, et surtout ne pas être tenue pour acquise, la Montréalaise en parle très bien dans l'excellente chanson Dog, « qui reprend la métaphore du chien populaire dans la musique », et que Métro a pu écouter en exclusivité. « Tout ça, c'est vraiment inscrit dans mon horoscope ! », plaisante-t-elle. Même si les sujets qu'elle aborde dans Someone New reflètent une certaine gravité dans laquelle toute une génération peut se reconnaître, Helena Deland n'en perd pas son sens de l'humour. Amusée, elle raconte : « Ma lune est en cancer, donc il paraît que j'ai souvent l'impression qu'on profite de moi ou de me faire arnaquer. Ça rentre dans la paranoïa générale de l'album. » Selon elle, l'astrologie est une façon « agréable et poétique » de parler de soi et de percevoir les relations interpersonnelles. « C'est bien pour demander aux autres ce qu'ils sentent ce qui les représente le mieux. Veux, veux pas, il y a toujours quelque chose qui ressort de l'horoscope. Et puis, ça nous excuse de certains traits de personnalité », explique-t-elle en riant. Un autre moyen aussi de cadrer l'épreuve humaine, « qui est sinon tellement multiple et difficile », mentionne Helena Deland. FRANCE Début de l'adaptation de Fugueuse La série Fugueuse, mettant en vedette Ludivine Reding et Jean François Ruel (Yes Mccan), est adaptée en Fiance pour le réseau TF1. Le tournage a commencé lundi. La comédienne Romane Jolly reprend le rôle principal détenu par Ludivine Reding dans la série originale. Son personnage s'appellera Léa au lieu de Fanny. MARIE-USE ROUSSEAU FESTIVAL COUP DE CŒUR Luc De Larochellière, Florence K et Le Couleur Luc De Larochellière, Florence K, Le Couleur et Clay and Friends seront de la 24e édition du festival de musique Coup de coeur francophone, qui se tiendra du 5 au 15 novembre prochain dans un format qui reste à confirmer. MARIE-LISE ROUSSEAU HOMMAGE Dany Laferrière honoré Une sculpture en hommage à Dany Laferrière a été installée ce mercredi dans le jardin d'art de la Grande Bibliothèque. L'oeuvre de Roger Langevin le représente en position assise sur la plus haute marche d'un escalier. Un extrait de L'exil vaut le voyage est transcrit sur les parois. La sculpture est réalisée dans un matériau composite nommé résilice. MARIE-LISE ROUSSEAU



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :