Métro Montréal n°2020-10-14 mercredi
Métro Montréal n°2020-10-14 mercredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2020-10-14 de mercredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 17,6 Mo

  • Dans ce numéro : pandémie environnementale.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
journalmetro.com métr Mercredi 14 octobre 2020 OPINIONS PLEIN GA CHRONIQUE IN LI BRO VERITAS FRÉDÉRIC BÉRARD docteur en droit et politologue Malgré l'absence du mot « environnement à même le dernier programme électoral de la CAQet le surplace de leur première année au pouvoir, la grande marche de Greta, forte de 500 000 sympathisants, devait un brin changer la donne. On sentait ainsi une certaine volonté d'accorder à l'écologisme, enfin, la place appropriée au sein du palmarès des priorités du gouvernement Legault. Me souviens même d'une chronique écrite là-dessus, ainsi que d'entrevues télé et radio, où l'on qualifiait mes TRIBUNE LIBRE Un autre clou dans le cercueil de l'équité intergénérationnelle ? Plusieurs études ont démontré que la génération Y, personnes nées entre 1984 et 1996, font et vont devoir faire face à des enjeux qui vont potentiellement faire d'eux une des rares générations à être plus pauvre que lesrécédentes. Cette image clash avec le portrait d'enfants gâtés vivant une vie si facile que l'on colle régulièrement aux milléniaux. Pourtant, ces derniers vont devoir jongler avec des réalités économiques qui ne leur sont pas favorables. Par exemple, le coût de l'immobilier a explosé au cours des dernières années, l'État a perdu le contrôle des coûts du système de santé au détriment des autres secteurs publics, le marché du travail est beaucoup plus demandant en matière de qualifications espoirs de naïfs. Bah non, disais-je, sont sincères. My bad. Parce que sitôt la pandémie débarquée, pif paf pouf, envolées, les illusions. Pensons pour seul exemple à l'abject projet de loi 61, hérésie constitutionnelle jumelée à une volonté, peu subtile d'ailleurs, de bulldozer multitude de verts principes. D'abord, en amenuisant les processus d'évaluation en les assimilant à d'anciens concepts dignes des années 1990. Ensuite et surtout, en permettant au ministre Cha- que par le passé, mais n'offre pas forcément de meilleures conditions, notre niveau d'endettement est très élevé et le vieillissement de la population a un impact croissant sur la fiscalité des jeunes travailleurs. S'ajoute aussi la dette environnementale qui va avoir des conséquences importantes sur la qualité de vie des prochaines années. L'objectif n'est pas de souligner, une nouvelle fois, les désavantages auxquels font face les milléniaux, mais de faire réaliser aux Québécois que cette réalité va empirer à cause de la crise de la COVID-19 et que personne ne semble vraiment s'en soucier. Nous ne savons toujours pas quand cette pandémie va se terminer, mais nous pouvons être certains qu'elle va s'accompagner d'une récession. Cette situation va encore précariser l'insertion dans le marché du travail par les jeunes travailleurs. Dans une période difficile, le réflexe des employeurs est de trouver des gens d'expérience pour pourvoir les rares postes disponibles. Récession, perte d'emplois et une situation qui rend la formation de nouveaux travailleurs compliquée vont rendre la vie difficile à de nombreux rette de modifier à lui seul — ô violation de la séparation des pouvoirs — les aspects de la Loi sur l'Environnement qui, de facto, pourraient interférer avec les 202 projets d'infrastructures visés. Ce dernier devait d'ailleurs enterrer le cercueil de ma candeur en affirmant, sans rire, qu'il lui appartenait « d'améliorer le service à la clientèle auprès des promoteurs ». Un ministre de l'Environnement aux services des... promoteurs. Voilà qui, justement côté candeur, sera difficile à battre. La pandémie, on l'a compris, a le dos large. Idéale, plaiderait Machiavel, pour amener les regards ailleurs. Profiter de la catastrophe afin de passer, en catimini, les trucs discutables. Certains dossiers aux prises à l'époque avec une attention médiatique méritée baignent, Faites-nous découvrir votre Montréal ! Photographes, à vos appareils ! Courez la chance de voir votre cliché publié dans les pages Opinions de votre journal favori... Faites-nous parvenir vos photos de la ville à opinionsejournalmetro.com. mfrrito « La pandémie a le dos large. Idéale, plaiderait Machiavel, pour amener les regards ailleurs. » aujourd'hui, dans une inquiétante obscurité. Au nombre de ceux-ci, le projet GNL. Propriété des multinationales américaines Breyer Capital et Freestone International, intimement liées au Parti républicain (tout pour nous les rendre sympas), ledit projet tend à exporter du gaz albertain extrait par fracturation hydraulique, soit le même procédé que celui du (controversé) gaz de schiste. Trois étapes précises prévues  : a) la construction d'un pipeline de 782 kmentre l'Ontario et le Saguenay ; b) celle d'un terminal méthanier visant à liquéfier le gaz en question ; c) son exportation, à même Fjord et le fleuve Saint- jeunes professionnels qui essayent de démarrer leur carrière. [...] Il est important de prendre conscience de cette réalité et de mettre sur pied une stratégie pour rattraper notre génération avant de la sacrifier. Si on ne prend pas soin de cette dernière, c'est notre capacité d'innover, de créer et de rêver que nous allons perdre. Il ne faut pas que la COVID-19 ne devienne un nouveau clou dans le cercueil de l'équité intergénérationnelle ! Beaucoup de jeunes ont perdu leur emploi à cause de la COVID-19 et sont à la recherche d'un nouveau défi. Faites-leur une place dans vos organisations et faites leur confiance. Notre génération a atteint sa majorité autour de la crise boursière de 2008 et Laurent, par bateaux. Selon les experts et autres opposants, les impacts environnementaux afférents au projet sont majeurs, sinon catastrophiques. Premièrement, une augmentation spectaculaire des émissions de gaz à effet de serre, soit 60% des GES déjà produits annuellement au Québec ou, si l'on préfère, l'équivalent de 9 766 454 nouveaux chars sur nos routes. Juste ça. Ensuite, le caractère particulièrement polluant du méthane extrait, lequel constitue un gaz 84 fois plus dommageable, sur un horizon de 20 ans, que le CO ». Troisièmement la sécurité autour du pipeline discuté. Plus de 170 accidents auraient effectivement été répertoriés, au Canada seulement, en 2017. En bref, et toujours selon est, aujourd'hui, en train de vivre une pandémie mondiale... Pas mal pour des enfants gâtés ! DAVID IlAYNAUD, LONGUEUIL LAction de grâce à10 ans et en temps de pandémie Pour moi, l'Action de grâce, c'est une fête importante, qui nous permet de se rassembler (pas aujourd'hui) et de réfléchir à tout ce que la nature peut nous apporter. Quand on me dit « Action de grâce », l'image que ça me donne, c'est le panier rempli de fruit et de légumes, déposé sur ton îlot, que tante France apporte à chaque année. Merci à toi, ma grand-maman, qui est toujours prête à nous aider, à nous réconforter, à parler et à jouer avec nous. Le virus, on s'entend que c'est de la morde. Pourquoi ? Comment ? Quoi ? Ce sont des questions que tout le monde se pose, mais nous, ENSEMBLE, on sait que nous allons passer à travers ça. Moi, je vais continuer d'aller vous rendre visite, plus les fins de semaine, mais je crois que je ne pourrai pas passer une semaine sans vous voir. 10 les experts et opposants dont sont issus ces chiffres et constats, l'approbation de GNL en viendrait à annihiler, à elle seule, l'ensemble des efforts de réduction entrepris à ce jour. Lueur d'espoir ? Possiblement, oui. Parce que le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) doit, après analyse, éclairer la future décision gouvernementale. Bien que non contraignante en droit, sa position présente d'ordinaire une force morale ardue à ignorer pour les dirigeants. Et comme ces derniers, en l'occurrence la CAQ, ont déjà affirmé être ouverts à l'idée de stopper le projet-destructeur, eh ben c'est ça. Espoir, donc, à moins que le ministre Charette s'en remette à son mantra de repousser encore davantage, enweye donc Léon, les limites de l'expérience-client... Merci à toi, grand-papa. Toi qui prends toujours le temps de jouer avec chacun de nous. Aller patiner, écouter Révolution et manger des bonbons sont des très bons exemples. Comment va ton rhume ? J'espère que tu vas mieux, tu n'avais pas l'air de filer l'autre jour. Avec toi, j'adore écouter des émissions qu'on aime tous les deux. J'espère qu'elles vont reprendre bientôt Prend bien soin de toi Merci à toi, la nature, qui nous permet de respirer, de manger, de boire, bref de vivre. Toute la nourriture que tu nous apportes, des légumes aux poissons, des fruits aux autres mammiferes, ça nous aide toujours à cuisiner et à ajouter plusieurs touches plus santé qu'elles ne le paraissent. Il y a également les plantes et les arbres. Ceux qui filtrent notre air, ceux qui sont si beaux, et également ceux qui, parfois tombent malade, nous sommes obligés de les abattre mais tous les bons souvenir que nous avons passés, dedans, à côté, ou même à le contempler seront toujours bien gravés dans notre coeur et dans notre mémoire. ANNA, 10 ANS Écrivez-nous ! opinions@journalmetro.com Volume  : 148 Numéro  : 2 À Montréal, Métro est publié par Métro Média. 101, boul. Marcel-Laurin, Montréal He 2M3 Tél.  : 514 286-1066 Imprimé par  : Transcontinental Transmag, 10807, rue Mirabeau, Anjou, Québec, H1J 1T7 Distribué par Metropolitan Media Services/Directrice de la distribution  : Danielle Tessier Directeur principal des ventes  : Patrick Marsan Contrôleur  : François Dallaire Directeur de l'information  : Olivier Robichaud Chef de pupitre  : Carole Côté Actualité  : Lena Broch Vous avez une opinion à nous faire parvenir ? opinionsejournalrnetro.com Vous voulez annoncer dans nos pages ? publiciteejournalmetro.com Vous avez une nouvelle à nous faire parvenir ? info@journalmetro.com. ISSN 1716-9895
Votre Je gouvernement Le papier d'aluminium, je donne ça à mon bac. Avec du papier de bureau pour dessert. Il adore ! Le placement publicitaire de la présente campagne s'inscrit dans le cadre de la Loi sur la qualité tif, 4'RECYC-QUÉBEC Québec Pl t de la réglementation relative. Les journaux assujettis sont tenus de contribuer en espaces publicitaires à leur juste part.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :