Métro Montréal n°2020-10-07 mercredi
Métro Montréal n°2020-10-07 mercredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2020-10-07 de mercredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 286) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 15,7 Mo

  • Dans ce numéro : marée solidaire réclamant justice pour Joyce.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
journalmetro.com métr Mercredi 7 octobre 2020 OPINIONS LE DÎNER DE CONS CHRONIQUE IN LI BRO VERITAS FRÉDÉRIC BÉRARD docteur en droit et politologue Classique de chez classique, je crois avoir regardé le bijou de Francis Veber au moins deux cents millions de fois, sinon davantage. En intraveineuse, aussi. Au point où je pourrais vous sortir, même après quelques centaines de shooters, la nomenclature des citations du film-culte. J'exagère ? Un tantinet, sans plus. — C'est irrésistible d'inviter un malheureux pour se moquer d'lui toute TRIBUNE LIBRE Jesuistannée Je vous dessine le portrait de ma vie avant la COVID  : je suis étudiante à l'université, je vois mes amis régulièrement, je m'implique dans des activités parascolaires, je sors au restaurant et dans les bars régulièrement, je m'entraîne plus de cinq fois par semaine dans un centre de conditionnement physique pour ma santé physique et mentale et je travaille à temps partiel dans le service à la clientèle. La première vague de COVID frappe et la vie de tout le monde en prend un coup. L'été arrive, les règles s'assouplissent, mais le gouvernement nous dit qu'il a appris de la première vague et que la deuxième sera mieux gérée La deuxième vague le « prend par surprise » et le nombre de cas de COVID monte en flèche. Le gouvernement a commencé par fermer les cégeps et les universités dès le début de l'année scolaire afin de limiter les contacts entre les jeunes et ainsi la propagation du virus. OK Je comprends totalement et je suis métr `Ire la soirée ? — Mais c'est pas un malheureux, c'est un abruti ! Y a pas de mal à se moquer à s'moquer des abrutis, ils sont là pour ça, non ? [...] — Vous êtes bien chez François Pignon. Mais il n'est pas là pour l'instant Laissez un message après l'bip. Il vous rappellera, nom d'une pipe, Ri-ri-ri... c'est à vous de parler ! [...] — Ça y est, on a les droits ! Et pour pas cher en plus ! Ohhhhh... il a marché, il a marché à fond, de leur côté. Je suis capable de faire mes cours à distance, cela fait déjà un bout de temps que je le fais. Le gouvernement ferme ensuite les restaurants et les bars puisqu'ils sont un vecteur de contamination important. OK. Je suis déçue, maisje comprends. Je limiterai mes sorties. En même temps, le gouvernement interdit non seulement les rassemblements, mais aussi les visites dans d'autres le gars ! — Il a oublié ma femme... Il fait le clown pendant cinq minutes, et il oublie ma femme... — Ah la boulette ! ! — Ça dépasse tout ce que j'ai pu imaginer. Et ainsi de suite. Vous savez que l'idée originale émane d'une histoire vraie, tenue dans un des grands restaurants de Saint-Germain-des-Prés ? Comme quoi l'image, sinon la caricature, relève parfois bel et bien du réel. Dans tous les cas, et allez savoir pourquoi, plusieurs autres passages de l'oeuvre-chérie me reviennent en tête, ces jours-ci. Parce que j'ai la sinistre impression d'avoir été convié, comme le reste de la nation québécoise, à un succulent dîner de cons. Faites-nous découvrir votre Montréal ! Photographes, à vos appareils ! Courez la chance de voir votre cliché publié dans les pages Opinions de votre journal favori... Faites-nous parvenir vos photos de la ville à opinions@journalmetro.com. MÉTRO « J'ai la sinistre impression d'avoir été convié, comme le reste de la nation québécoise, à un succulent dîner de cons. » Au menu ? Le racisme systémique. La distribution des rôle est, par ailleurs, autant facile que limpide  : François Legault dans celui de Pierre Brochant, qui invite. Une ministre qui affirme « qu'il y a du racisme dans le système mais pas de racisme systémique », dans le rôle de Juste Leblanc, fidèle ami béni-oui-oui. La nation québécoise dans celui de François Pignon, le con du dîner. domiciles. OK. Je suis isolée et je me sens seule. Je ne pourrai pas voir mes amis pendant un certain temps, mais c'est temporaire. Si toutes ces mesures peuvent aider la population complète à s'en sortir, je les suivrai à la lettre. À ce point-d, il me reste deux raisons de sortir de chez moi, mon emploi dans un service essentiel et mes entraînements dans un centre de conditionnement physique. Des militants antiracistes dans celui de Cheval, qui n'y voit que du feu. La Commission des droits de la personne, du SPVM, de la GRC et de la Commission Viens dans celui de Christine Brochant, la conjointe de Pierre qui le conjure d'arrêter de se foutre de la gueule des bonnes gens. Les chroniqueurs braillant au racisme anti-Blanc (concept victimisant et inexistant en sociologie, inventé par Jean-Marie LePen), mais refusant de reconnaître le racisme systémique, dans celui de Jean Cordier, l'ami qui aide Brochant à trouver, et piéger, le con. Tout regroupement d'électeurs racistes ou xénophobes, dans celui du tarla lanceur de boo- Un centre qui suit depuis le début les règles, qui limitait le nombre de personnes à l'intérieur avant même que le gouvernement l'oblige, qui désinfectait régulièrement chaque machine et qui s'assurait qu'il n'y ait aucune proximité entre les membres. Bref, un centre où il faisait du bien de s'entraîner et de se libérer du stress constant de la situation actuelle. Le 5 octobre, le gouvernement annonçait la fermeture des centres de conditionnement physique pour aucune raison évidente. Je ne suis plus OK Je ne suis plus de leur côté. Je suis isolée. Je n'ai plus de motivation. Je ne peux plus prendre soin de ma santé mentale et physique. Je suis tannée. Pour aller travailler, je passe devant une école secondaire. Je suis outrée de voir des groupes d'étudiants, sans masque, sur le terrain de l'école à se passer une cigarette sur laquelle ils aspirent tous à tour de rôle. Ils rient, ils s'amusent, j'ai presque l'impression qu'ils rient de tous ceux et celles qui doivent rester confinés à la maison alors qu'eux ont droit à ce privilège. Je suis tannée. Je suis tannée de sentir que le gouvernement n'a pas appris de la première vague. Je me lave les 8 merang au-then-ti-que. D'autres chroniqueurs identitaires dans celui de Pascal Meunaux, le publicitaire qui baise Charlotte, la conjointe de Cheval. Le chef du Bloc québécois, qui refuse une motion de la Chambre condamnant le racisme systémique de la GRC, dans le celui du Docteur Sorbier, caution par excellence. Les Noirs, Autochtones et Arabes dans celui de Marlène Sasseur qui, de bonne foi, croit en vain que Brochant finira par reconnaître l'évidence...0 Dring dring dring... — À dîner mercredi soir ? Mais j'en serais ravi, Monsieur Legault... mains, j'évite de sortir inutilement, je diminue considérablement mes interactions sociales jusqu'à les éliminer complètement, je porte mon masque en tout temps, j'attends en file d'attente à deux mètres de la personne devant moi, je ne voyage plus et j'évite à tout prix d'être en contact avec des personnes à risque de complications de la COVID. J'avais confiance envers le gouvernement et je suivais les recommandations qu'il mettait de l'avant. Aujourd'hui, je suis tannée de me faire tout enlever et je ne dois pas être la seule. J'ai l'impression que ce sont toujours les mêmes qui paient et j'en fais malheureusement partie. Je suis de retour à la case départ du printemps dernier. Je n'en peux plus de cette improvisation de la part de notre gouvernement. Je suis confinée et mes activités me sont toutes enlevées. Je suis si tannée et fâchée, mais je ne peux pas m'exprimer. Aujourd'hui, je me suis tannée et j'ai écrit tout ce que je ressentais. Écrivez-nous ! SÉLINA TADROS, ÉTUDIANTE UNIVERSITAIRE opinions@journalmetro.com Volume  : 146 Numéro  : 2 À Montréal, Métro est publié par Métro Média. 101, boul. Marcel-Laurin, Montréal He 2M3 Tél.  : 514 286-1066 Imprimé par  : Transcontinental Transmag, 10807, rue Mirabeau, Anjou, Québec, H1J 1T7 Distribué par Metropolitan Media Services/Directrice de la distribution  : Danielle Tessier Directeur principal des ventes  : Patrick Marsan Contrôleur  : François Maire Directeur de l'information  : Olivier Robichaud Chef de pupitre  : Carole Côté Actualité  : Lena Broch Vous avez une opinion à nous faire parvenir ? opinionsejournalrnetro.com Vous voulez annoncer dans nos pages ? publiciteejournalmetro.com Vous avez une nouvelle à nous faire parvenir ? info@journalmetro.com. ISSN 1716-9895
métr eât journaimetro.com Mercredi 7 octobre 2020 Image du film québécois Il n'y a pas de faux métieri LA DISTRIBUTRICE Nouvelles figures au Bye bye L'humoriste François Bellefeuille et la comédienne Sarah-Jeanne Labrosse s'ajoutent à la distribution du Bye bye 2020, leur première participation au traditionnel rendez-vous de fin d'année. rem Festival du nouveau cinéma par FNC Par la force des choses, la 49'édition du Festival du nouveau cinéma (FNC) s'ouvre aujourd'hui en format virtuel. Voici 10 longs métrages pour faire le tour du monde depuis son salon. MARIE-LISE ROUSSEAU mErousseau@journahetro.com Espagne Sara en arrache. À 20 ans, elle élève seule son bébé, s'occupe de son petit frère qui cumule les fugues et peine à joindre les deux bouts. C'est dans ce contexte que son père, fraîchement sorti de prison, refait surface dans sa vie. La hija de une ladr6n, premier long métrage de Belén Furies, évoque le cinéma social de Ken Loach et des frères Dardenne. Greta Fernandez, qui y tient le rôle principal, a remporté à deux reprises un prix d'interprétation pour sa performance. France Deux comédies françaises déjantées ont piqué notre curiosité dans la programmation du FNC. D'abord Tout simplement noir (de Jean-Pascal Zadi et John Wax), un film dans l'air du temps qui fait le pari de nous fitire rire en traitant des enjeux sensibles que sont le racisme systémique et la diversité. Parmi la brochette d'acteurs connus qui sont de la distribution se trouvent Ramzy Bedia, JoeyStarr et Mathieu Kassovitz. Puis, il y a Thalasso (de Guillaume Nidoux), qui met en scène nul autre que Gérard Depardieu et Michel Houellebecq passant une journée au spa ensemble. Un film qui s'annonce absurde et surprenant. Belgique Quoi de mieux qu'une pandémie fictive pour nous faire oublier momentanément celle bien réelle que nous traversons ? Dans Night Has Corne, long métrage dystopique de Peter Van Goethem, un mystérieux virus provoque l'amnésie. Pour « protéger » les citoyens, le gouvernement tente de recueillir et d'archiver leur mémoire. La forme est aussi éclatée que le fond  : le film est monté entièrement à partir d'images d'archives en noir et blanc provenant de la Cinémathèque royale de Belgique. Grèce Décidément, la mémoire et l'oubli ont inspiré les créateurs l'an dernier ; ce long métrage parle lui aussi d'une épidémie d'amnésie. Ans ne se souvient que d'une chose de son ancienne vie  : sa passion pour les pommes. A l'hôpital, il entreprend une thérapie expérimentale censée lui créer des souvenirs. Réalisé par Guistos Nikou, ancien assistant de Yorgos Lantimos (Le homard, La favorite), on dit d'Apples qu'il évoque le même sens de l'étrangeté que les oeuvres de son mentor, en plus d'être empreint d'une grande tendresse. Liban L'explosion meurtrière d'août a secoué la planète entière et dévoilé au grand jour les graves problèmes de corruption qui grugent le pays du cèdre, en- core marqué au fer rouge par de multiples guerres. Dans le documentaire primé Khamsin, Grégoire Couvert et Grégoire Orio braquent leur caméra sur la scène musicale underground libanaise engagée. Inde Un tremblement de terre dans un village attire un photographe de presse, qui y flaire l'occasion d'avoir une primeur et de vendre ses photos. Mais en cours de route, le voilà qui se perd. Sa vie basculera alors dans une inquiétante étrangeté. Premier long métrage de Balaji Vembu Chelli présenté en première mondiale au FNC, The Tremor questionne les dérives sensationnalistes du journalisme sous la forme d'une comédie absurde et d'une fable existentialiste. Un film résolument énigmatique. Corée du Sud Après le divorce de ses parents, Okju, une adolescente coréenne, se retrouve obligée d'emménager chez son grand-père qu'elle connaît peu avec son père et son petit frère. Sous le même toit, ces trois générations devront apprendre à cohabiter harmonieusement. Premier long métrage de la réalisatrice Dan-bi Yoon, Moving On a reçu quelques prix à l'étranger, notamment au Festival de Rot- 31 Tous les films sont offerts en ligne dès aujourd'hui à 12h et jusqu'au 31 octobre au nouveaudnema.ca. terdam. Son regard sensible et intimiste a mené plusieurs critiques à comparer cette oeuvre à Une affaire de famille de Kore-Eda Hirokazu, qui a reçu la Palme d'Or en 2018. Brésil L'anorexie est une maladie commune dans le milieu de la danse classique. En portant à l'écran l'expérience de Clara, une jeune danseuse, la cinéaste Moara Passoni évoque aussi son histoire personnelle. À la fois essai cinématographique, documentaire et film expérimental, Êxtase offre un regard inédit sur ce sujet sensible et douloureux. Le tout est porté par une narration en voix hors champ, qui porte à l'introspection sur notre rapport à la nourriture et aux corps. Québec Tout tour du monde se termine par un retour à la maison. Pour un atterrissage tout en rires, on mise sur la comédie absurde 11 n'y a pas de faux métier d'Olivier Godin, qui promet de nous en faire voir de toutes les couleurs. Le film met en scène une actrice en fuite, une scénariste qui planche sur un projet de poète qui désamorce des bombes, un prêtre spécialiste ainsi qu'une brochette d'autres personnages abracadabrants. Si les deux minutes de la bande-annonce nous ont fait prononcer les lettres WTF à quelques reprises, elles ont surtout piqué notre curiosité ! Tous les films sont offerts en ligne dès mercredi à 12h et jusqu'au 31 octobre sur la plateforme du FNC. 9 8 D'APPUI À NO RESTAURATEURS Ensemble, passons à l'action. Passons prendre notre commande. Miii -.. 41111141111**b Rendez-vous sur journalmetro.com jour na Imetro.co m



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :